Traitement en cours

Veuillez attendre...

Paramétrages

Paramétrages

Aller à Demande

1. WO2020114828 - ADAPTATEUR POUR LA CONNEXION D'UN BALAI D'ESSUYAGE A UN BRAS D'ENTRAINEMENT D'UN SYSTEME D'ESSUYAGE POUR VEHICULE AUTOMOBILE

Note: Texte fondé sur des processus automatiques de reconnaissance optique de caractères. Seule la version PDF a une valeur juridique

[ FR ]

ADAPTATEUR POUR LA CONNEXION D'UN BALAI D'ESSUYAGE A UN BRAS D'ENTRAINEMENT D'UN SYSTEME D'ESSUYAGE POUR VEHICULE AUTOMOBILE

L’invention se rapporte au domaine de l'essuyage et/ou du nettoyage des surfaces vitrées d'un véhicule automobile, et elle concerne plus particulièrement un dispositif de connexion entre un balai d'essuie-glace et un bras d'entraînement de celui-ci.

Les essuie-glaces pour véhicules automobiles sont conçus pour retirer, par balayage, les liquides et salissures qui peuvent perturber la vision que le conducteur a de son environnement. Ces essuie-glaces comprennent généralement au moins un bras d'entraînement qui effectue un mouvement de va-et-vient angulaire contre une surface vitrée du véhicule, et au moins un balai d'essuyage équipé d'une lame racleuse réalisée dans un matériau élastique. En frottant contre cette surface vitrée, cette lame en balaie l'eau et un certain nombre de salissures, et les évacue en dehors du champ de vision du conducteur.

Quelle que soit la configuration du balai d'essuie-glace (étriers articulés qui retiennent la lame racleuse en plusieurs zones distinctes, ou lame métallique qui maintient la lame racleuse sur toute sa longueur, par exemple), celui-ci est rattaché au bras d'entraînement du système d'essuyage par un ensemble de connexion qui comprend généralement au moins un connecteur et un adaptateur. Le connecteur est solidarisé au balai, et l'adaptateur est une pièce qui est configurée, d'une part, pour coopérer avec le connecteur et, d'autre part, pour être engagée avec une partie terminale, ou chape, du bras d'entraînement. Connecteur et adaptateur coopèrent donc pour réaliser la fixation du balai sur le bras d'entraînement.

Dans le marché de la vente de pièces et d'accessoires pour la seconde monte des véhicules automobiles, il est connu de proposer un même balai, vendu équipé de son propre connecteur, adaptable pour plusieurs types de bras d'entraînement. Il convient donc de concevoir un adaptateur utilisable avec le plus grand nombre possible de types de chapes de bras et avec le plus grand nombre possible de types de connecteurs de balais, puisque c'est l'adaptateur qui forme l'interface entre ces deux éléments.

La présente invention a pour but de proposer une solution permettant de réaliser la connexion d'un balai d'essuyage à un type particulier de chape de bras d'entraînement pour un système d'essuyage d'un véhicule automobile, chape qui présente, perpendiculairement à sa direction longitudinale d'extension, une section en forme de "U" renversé dont les branches verticales sont constituées par deux parois latérales de cette chape et dont la branche transversale est formée par une paroi supérieure de ladite chape. Paroi supérieure et parois latérales de cette chape délimitent ainsi entre elles un volume d’accueil de l’adaptateur selon l’invention.

La chape particulière à laquelle l'invention s'applique plus précisément comporte également deux ouïes agencées chacune longitudinalement sur l'une de ses parois latérales de la chape à partir d'un bord d'extrémité avant libre de cette paroi latérale, extrémité avant libre qui constitue l'extrémité par laquelle l’adaptateur de l’invention est introduit dans cette chape. Ces ouïes peuvent avantageusement participer à la liaison entre adaptateur et bras d'entraînement. Toutefois, les contraintes mécaniques de fabrication du bras d'entraînement et, notamment, de sa chape, font que les tolérances dimensionnelles de ces ouïes sont peu précises, et que les adaptateurs en général disponibles sur le marché de l'après-vente de pièces détachées et d'accessoires pour systèmes d'essuyage ne permettent pas toujours d'assurer de manière fiable une telle liaison. Dans certains cas, l’adaptateur ne peut pas être monté sur la chape en raison de ces écarts de tolérance.

L'invention a pour but de proposer un adaptateur qui permette de réaliser une utilisation efficace de ces ouïes pour le montage de l’adaptateur avec la chape et également pour un centrage et un calage de l’adaptateur avec le bras d'entraînement, notamment quelle que soit la tolérance dimensionnelle des ouïes, un tel centrage et calage intervenant selon une direction verticale.

L’invention concerne un adaptateur destiné à relier un balai d'essuyage à un bras d'entraînement d'un système d'essuyage pour véhicule, l'adaptateur comportant une tête et un corps qui s'étendent dans le prolongement l'un de l'autre selon une direction longitudinale de l'adaptateur, l’adaptateur étant formé au moins par une paroi supérieure et au moins par deux flancs latéraux issus de la paroi supérieure, l'adaptateur comportant au moins un moyen de centrage configuré pour

le centrer par rapport au bras d'entraînement selon une direction verticale perpendiculaire à la paroi supérieure, caractérisé en ce que le moyen de centrage est prolongé longitudinalement le long du corps par un organe de guidage configuré pour être engagé avec le bras d’entraînement, l’adaptateur comprenant une languette configurée pour caler l’adaptateur selon la direction verticale. L’organe de guidage facilite l’installation de l’adaptateur dans un système d’essuyage. La position de l’adaptateur par rapport au bras d’entraînement est assurée grâce au moyen de centrage et la coopération entre l’adaptateur et le bras d’entraînement est fiabilisée par la languette.

Par convention, dans tout le présent document, le qualificatif "longitudinal" s'applique à la direction dans laquelle s'étendent la tête et le corps de l'adaptateur selon l'invention dans le prolongement l'un de l'autre, le qualificatif "transversal" s'applique à une direction sensiblement perpendiculaire à la direction longitudinale et joignant entre eux les flancs latéraux de l'adaptateur selon l'invention, et le qualificatif "vertical" désigne la direction perpendiculaire à la fois à la direction longitudinale et à la direction transversale, c’est-à-dire perpendiculaire à la paroi supérieure de l’adaptateur.

Selon une caractéristique, l'adaptateur comprend un moyen de liaison en rotation avec un connecteur solidaire du balai d'essuyage, la paroi supérieure et les flancs latéraux délimitant un volume interne de l’adaptateur dans lequel le connecteur est apte à s’étendre.

En référence à aux différentes directions évoquées plus haut, tête et corps de l'adaptateur selon l'invention présentent ainsi chacun, selon un plan transversal vertical, une section dont la forme est sensiblement celle d'un « U » renversé. Ce « U » renversé est formé de la paroi supérieure et des deux flancs latéraux s’étendant perpendiculairement ou sensiblement perpendiculairement à la paroi supérieure, les deux flancs latéraux, verticaux ou sensiblement verticaux, de cette tête et/ou de ce corps. La paroi supérieure et flancs latéraux de l'adaptateur selon l'invention délimitent ensemble le volume interne de l’adaptateur. Le volume interne de l’adaptateur est configuré pour loger le connecteur solidaire du balai d’essuyage.

Ainsi, le volume interne loge le moyen de liaison en rotation qui est issu de la matière de la paroi supérieure et/ou de l’un et ou l’autre flanc latéral.

L’adaptateur selon l'invention comporte le moyen de centrage destiné à coopérer avec le bras d’entraînement. Cette coopération se fait notamment avec au moins l'une des ouïes agencées dans l'une au moins des parois latérales d'une chape du type précédemment défini. Ce centrage est réalisé selon une direction perpendiculaire à un plan par lequel une paroi supérieure de l’adaptateur passe, c’est-à-dire la direction verticale précédemment définie.

Avantageusement, le moyen de centrage est agencé sur l'un des flancs latéraux de l'adaptateur. En particulier, le moyen de centrage est agencé sur l'un des flancs latéraux de l’adaptateur en prolongeant la tête sur le flanc latéral du corps.

L’adaptateur selon l'invention comporte l’organe de guidage destiné à contrôler la trajectoire d’insertion de l’adaptateur dans la chape, et ce depuis une position d’engagement jusqu’à une position de mise en œuvre de l’adaptateur. Lorsque l’adaptateur est en position de mise en œuvre, l’organe de guidage est engagé dans une épaisseur d’une des parois latérales de la chape.

L’adaptateur selon l'invention comporte la languette. La languette est configurée pour caler l’adaptateur selon la direction verticale lorsqu’engagée avec le bras d’entraînement. La languette, en position de mise en œuvre, est en appui avec une des parois latérales de la chape. Pour assurer le calage de l’adaptateur selon la direction verticale, la languette est située sur l’un des flancs latéraux de l’adaptateur.

Dans un exemple de réalisation, l’adaptateur est une structure monobloc obtenue par moulage. Ainsi, les différentes parties de l’adaptateur sont indissociables sans endommager l’adaptateur.

Selon un aspect de l’invention, la languette est issue de matière avec le corps et/ou avec l’organe de guidage. Plus préférablement, la languette est uniquement issue de matière avec l’organe de guidage, et se trouve à distance du flanc latéral à côté duquel elle s’étend, ce qui a pour effet d’augmenter sa déformabilité plastique, et donc la montabilité de l’adaptateur dans une chape. La languette peut être raccordée au corps de l’adaptateur et/ou à la tête de l’adaptateur, via l’organe de

guidage. Par « issu de matière avec » on entend que la languette est, avec le corps et/ou l’organe de guidage, un prolongement du corps et/ou de l’organe de guidage. En d’autres termes, la languette émane du corps et/ou de l’organe de guidage. La languette est ainsi indissociable du corps et/ou de l’organe de guidage sans porter atteinte à l’intégrité de la languette et du corps et/ou de l’organe de guidage.

Selon un aspect de l’invention, l’organe de guidage est porté par un flanc latéral du corps de l'adaptateur. L’organe de guidage est, autrement dit, issu de matière avec le flanc latéral de ce corps. L’organe de guidage et le corps sont indissociables sans détérioration de l’un ou de l’autre.

Selon un aspect de l’invention, le moyen de centrage et l’organe de guidage sont disposés au-delà d'un épaulement formé à une limite entre la tête et le corps de l’adaptateur. A l’interface entre la tête et le corps, l’épaulement est une limite entre le corps et la tête de l’adaptateur. Il constitue une région où se joignent la tête et le corps de l’adaptateur. Le moyen de centrage émerge de l’épaulement. Avantageusement, l'interface entre le corps et la tête de l'adaptateur selon l'invention forme un épaulement dont les dimensions sont définies pour être sensiblement égales à l'épaisseur des parois latérales de la chape du bras d'entraînement dans laquelle l'adaptateur est inséré. Selon un mode de réalisation de l'invention, cet épaulement s'étend entre les parois supérieures respectivement de la tête et du corps de l'adaptateur et entre les parois latérales de la tête et du corps, formant ainsi un rebord périphérique à l'interface entre cette tête et ce corps.

Selon une caractéristique avantageuse de l'invention, le moyen de centrage est agencé à partir de G épaulement et se prolonge par l’organe de guidage. Le moyen de centrage et l’organe de guidage s'étendent longitudinalement au-delà de cet épaulement, en direction du corps de l'adaptateur selon l'invention.

Avantageusement, la dimension transversale de ce moyen de centrage, c'est-à-dire son épaisseur qui déborde transversalement du corps de l'adaptateur selon l'invention, est identique ou sensiblement identique à la dimension transversale de l'épaulement formant l’interface entre un flanc latéral de la tête et un flanc latéral du corps. Ainsi, ce moyen de centrage ne constitue pas une partie saillante du flanc latéral de la tête dont il est issu.

Avantageusement, la dimension transversale de l’organe de guidage, c'est-à-dire son épaisseur qui déborde transversalement du corps de l'adaptateur selon l'invention, est inférieure à la dimension transversale du moyen de centrage.

Selon un aspect de l’invention, la languette est portée par un flanc latéral du corps de l'adaptateur. La languette est issue de matière avec le flanc latéral au niveau du corps de l’adaptateur.

Selon un aspect de l’invention, l’organe de guidage comprend une tranche supérieure et une tranche inférieure opposée à la tranche supérieure, la tranche supérieure est disposée entre la paroi supérieure de l’adaptateur et la tranche inférieure, la languette s’étendant entre la paroi supérieure de l’adaptateur et la tranche supérieure. La languette s’étend donc dans un espace borné par la paroi supérieure du corps et par la tranche inférieure de l’organe de guidage.

Selon un aspect de l’invention, l’organe de guidage comprend une première extrémité longitudinale liée au moyen de centrage et une deuxième extrémité longitudinale libre et opposée à la première extrémité longitudinale, la languette étant convergente vers la deuxième extrémité longitudinale. La languette prend la forme d’une pente orientée de telle sorte à faciliter l’insertion de l’adaptateur dans la chape.

Selon un aspect de l’invention, la languette est apte à se déformer plastiquement. La déformation plastique de la languette participe au calage de l’adaptateur avec le bras d’entraînement. Avant l’insertion de l’adaptateur dans la chape, la languette est intègre. Lorsque l’organe de guidage est engagé dans l’ouïe de la chape, lors de l’insertion de l’adaptateur dans la chape, la coopération entre l’ouïe et la languette déforme la languette. En position de mise en œuvre, la languette reste déformée, en appui dans l’ouïe.

Selon un aspect de l’invention, la tranche inférieure de l’organe de guidage est prolongée par un chanfrein d’insertion formant un angle avec la tranche inférieure compris entre 20°et 6o °. Le chanfrein facilite l’engagement de l’organe de guidage dans l’ouïe de la chape et autorise une rotation de l’adaptateur en cours d’insertion dans la chape du bras d’entraînement. L’angle entre le chanfrein d’insertion et la tranche inférieure est mesuré entre une droite s’étendant principalement dans le

chanfrein d’insertion et une ligne s’étendant principalement dans la tranche inférieure. L’angle est mesuré du côté de la deuxième extrémité terminale de l’organe de guidage. L’angle, lorsqu’il est compris entre 20° et 6o°, facilite l’engagement de l’organe de guidage dans l’ouïe de la chape.

Selon un aspect de l’invention, le moyen de centrage est un demi-disque dont le centre passe par un plan contenant l'épaulement. Le moyen de centrage présente, selon sa direction longitudinale d'extension, une forme courbée dont le sommet de la courbure est orienté vers l’organe de guidage.

Selon un mode de réalisation de l'invention, ce moyen de centrage se présente ainsi sous la forme d'une portion de disque, par exemple centrée sur le flanc latéral de la tête de l'adaptateur qui le porte. Une telle portion de disque est ainsi délimitée par une face alignée avec une face extérieure délimitant le flanc latéral de l’adaptateur au niveau de la tête.

Selon un aspect de l’invention, chaque flanc latéral du corps porte un organe de guidage. On trouve un unique moyen de guidage par flanc latéral. Ainsi, l’adaptateur est doté de deux organes de guidage.

Selon un aspect de l’invention, chaque flanc latéral du corps porte une languette. On trouve une unique languette par flanc latéral. Ainsi, l’adaptateur est doté de deux languettes, ce qui contribue à équilibrer la position de l’adaptateur dans la chape.

L’invention concerne également un dispositif de connexion comprenant un adaptateur tel que précédemment décrit et un connecteur apte à être solidarisé à un balai d’essuyage, dans lequel l’adaptateur et le connecteur sont reliés par un moyen de liaison en rotation. Le connecteur du système d’essuyage coopère avec l’adaptateur dans le dispositif de connexion. Le connecteur du système d’essuyage est destiné à être rendu solidaire du balai d’essuyage.

L'adaptateur selon l'invention comporte dans la région de son corps, un moyen permettant sa liaison en rotation avec le connecteur d'un système d'essuyage. Selon un exemple de réalisation, ce moyen de liaison en rotation est constitué d'au moins un toron cylindrique centré sur un axe de rotation sensiblement transversal, parallèle à la paroi supérieure de l’adaptateur et sensiblement perpendiculaire aux flancs latéraux de celui-ci. Ce moyen de liaison en rotation peut comprendre deux torons cylindriques coaxiaux.

Avantageusement, ce toron sensiblement cylindrique s'étend à partir d’au moins un flanc latéral du corps l'adaptateur selon l'invention, au sein de la partie du volume interne dudit adaptateur délimitée par la paroi supérieure et par les flancs latéraux de l’adaptateur, à proximité de l'interface entre tête et corps de cet adaptateur. Ce toron est avantageusement destiné à coopérer avec le connecteur associé à un balai d'essuyage lors de la connexion d'un tel balai avec l'adaptateur selon l'invention. Plus précisément, ce toron est destiné à être engagé dans un orifice d'accueil agencé dans un tel connecteur.

Selon une variante de réalisation, le moyen de liaison en rotation est constitué d'au moins deux ouvertures, cylindriques de section circulaire ou carré, agencé dans chaque flanc latéral du corps de l’adaptateur. Ces ouvertures coopèrent avec le connecteur associé à un balai d'essuyage lors de la connexion d'un tel balai avec l'adaptateur selon l'invention. Plus précisément, ces ouvertures sont destinées à être engagées chacune sur un toron issu de matière avec le connecteur, ou sur un arbre rapporté sur le connecteur.

Selon encore une autre réalisation, le moyen de liaison en rotation comprend d’un côté un unique toron ménagé dans un des flancs latéraux de l’adaptateur et une unique ouverture ménagée dans l’autre flanc latéral de l’adaptateur.

L’invention vise également un balai d’essuyage comprenant un dispositif de connexion tel que précédemment décrit. Le balai d’essuyage coopère avec le connecteur du dispositif de connexion. L’ensemble est destiné à être raccordé au bras d’entraînement via la coopération entre l’adaptateur du dispositif de connexion et la chape du bras d’entraînement. On comprendra que ce balai d’essuyage comprend ce dispositif de connexion quand l’adaptateur objet du premier aspect de l’invention est monté sur le connecteur, ou disposé à l’intérieur d’un emballage qui inclut le balai d’essuyage.

L’invention couvre enfin un système d'essuyage comprenant un balai

d'essuyage, un bras d'entraînement et un adaptateur tel que précédemment décrit ou un dispositif de connexion tel que précédemment décrit, dans lequel l’adaptateur coopère avec une chape du bras d'entraînement, caractérisé en ce que le moyen de centrage est disposé dans une ouïe agencée dans une paroi latérale de la chape, la languette s’étendant dans l’ouïe pour caler selon la direction verticale l’adaptateur par rapport à la chape.

Lorsque l'adaptateur selon l'invention est assemblé avec un bras d'entraînement dont la chape est du type décrit précédemment, le corps de cet adaptateur est engagé dans le volume d’accueil de cette chape. Le volume d’accueil de la chape est délimité par une paroi supérieure de la chape et par deux parois latérales qui s’étendent à partir de la paroi supérieure de la chape. Lorsque le corps de l’adaptateur est engagé dans le volume d’accueil, la paroi supérieure de l’adaptateur, au niveau du corps, vient en appui, au sein de ce volume d’accueil, contre la paroi supérieure de la chape, et les parois latérales de celle-ci agissent avantageusement à la fois comme moyen de guidage longitudinal et transversal et comme moyen de blocage transversal de l'adaptateur au sein de ce volume d’accueil. Pour ce faire, les dimensions extérieures, notamment, du corps de l'adaptateur selon l'invention, sont avantageusement définies pour permettre ce guidage et ce blocage : en d'autres termes, les dimensions extérieures du corps de l'adaptateur selon l'invention sont avantageusement définies pour permettre une insertion aisée mais ajustée, c'est-à-dire sans jeu excessif, de celui-ci au sein du volume d’accueil délimité par la paroi supérieure et par les parois latérales de la chape du bras d'entraînement avec laquelle cet adaptateur est destiné à coopérer.

Avantageusement, les dimensions du moyen de centrage et sa configuration sur le flanc latéral qui le porte sont définies de telle manière que, lorsque le corps de l'adaptateur selon l'invention est reçu dans le volume d’accueil de la chape, ce moyen de centrage obture au moins partiellement une ouverture débouchante de l'ouïe agencée sur la paroi latérale correspondante de cette chape, au niveau d’un bord libre de cette chape.

Avantageusement, les dimensions de la languette et sa configuration sur le flanc latéral qui le porte sont définies de telle manière que, lorsque le corps de

l'adaptateur selon l'invention est reçu dans le volume d’accueil de la chape, la languette soit en appui contre une tranche de l'ouïe considérée. Très avantageusement, la languette subit une déformation lorsque le corps de l'adaptateur selon l'invention est reçu dans le volume d’accueil de la chape pour renforcer cet effet d’appui.

D’autres caractéristiques et avantages de la présente invention apparaîtront plus clairement à l’aide de la description qui suit et des dessins parmi lesquels :

- la figure t est une vue en perspective d'un bras d'entraînement assemblé avec un balai d'essuyage formant un système d'essuyage pour un véhicule automobile,

- la figure 2 est une vue de côté de l'extrémité d'une chape de bras d'entraînement du balai d’essuyage, chape avec laquelle l'adaptateur selon l'invention est apte à coopérer,

- la figure 3 est une vue en perspective de l’adaptateur selon l'invention,

- les figures 4 à 7 correspondent à une série de vues successives illustrant une séquence d’assemblage de l’adaptateur selon l’invention dans la chape du bras d’entraînement du balai d’essuyage.

Il est tout d'abord à noter que si les figures exposent l'invention de manière détaillée pour sa mise en œuvre, elles peuvent bien entendu servir à mieux définir l'invention le cas échéant. Il est également à noter que, sur l'ensemble des figures, les éléments similaires et/ou remplissant la même fonction sont indiqués par le même repère.

Par ailleurs, en référence aux orientations et directions définies précédemment, la direction longitudinale sera représentée, dans toutes les figures, par l’axe Ox, la direction transversale sera représentée par l’axe Oy, et la direction verticale sera représentée par l’axe Oz. Ces différents axes définissent ensemble un repère orthonormé Oxyz représenté sur les différentes figures. Dans ce repère, l'orientation "avant" sera définie par le sens positif de l'axe Ox, l'orientation "arrière" étant définie par le sens négatif de ce même axe, et les qualificatifs "haut" ou

"supérieur" seront représentés par le sens positif de l'axe Oz, les qualificatifs "bas" ou "inférieur" étant représentés par le sens négatif de ce même axe Oz.

La figure i illustre un système d'essuyage 8oo pour véhicule automobile intégrant un adaptateur îoo selon l’invention. Ce système d'essuyage 8oo comprend un bras d'entraînement 5 qui effectue un mouvement de va-et-vient angulaire contre une surface à essuyer, et un balai d'essuyage 7, lui-même constitué ici d'une vertèbre 70 porteuse d'une lame racleuse 71 réalisée dans un matériau élastique. Dans le mouvement de va-et-vient angulaire du bras d'entraînement 5, le balai d'essuyage 7 et sa lame racleuse 71 sont entraînés dans un mouvement angulaire contre la surface vitrée pour réaliser l'opération d'essuyage/nettoyage désirée. Le balai d'essuyage 7 est rattaché au bras d'entraînement 5 par un dispositif de connexion 900 qui comprend un connecteur 8 et l’adaptateur 100, reliés entre eux par un moyen de liaison en rotation non visible une fois le système d’essuyage 800 assemblé. Le connecteur 8 est solidarisé au balai d'essuyage 7, et l'adaptateur 100 réalise une interface entre ce connecteur 8 une partie terminale du bras d'entraînement 5, autrement appelée chape 500. Connecteur 8 et adaptateur 100 coopèrent pour réaliser la fixation du balai d’essuyage 7 sur le bras d'entraînement 5 et une liaison articulée est présente entre ces deux éléments.

L'invention a pour objet un type particulier d'adaptateur 100 apte à coopérer avec un type particulier de chape 500 de bras d'entraînement 5, notamment dans le but de fournir des balais d’essuyage de remplacement, c’est-à-dire de seconde monte, pour des ensembles « essuie-glace » dont le bras d'entraînement 5 présente ce type particulier de chape 500.

La chape 500, représentée schématiquement et partiellement en vue de côté sur la figure 2, comporte une paroi supérieure 50 à partir de laquelle s'étendent, sensiblement perpendiculairement à cette paroi supérieure 50, deux parois latérales 51. La chape 500 présente ainsi au moins une section droite dont la forme est sensiblement celle d'un "U" renversé dont la base est formée par la paroi supérieure 50 et dont les branches sont formées par les parois latérales 51. Paroi supérieure 50 et parois latérales 51 de cette chape 500 délimitent ensemble un volume d’accueil 54 illustré également aux figures 4 à 7.

Tel qu’illustrée à la figure 2 et au figures 4 à 7, la chape 500 comporte, agencée dans l'une au moins de ses parois latérales 51, une ouïe 52. Avantageusement, une ouïe 52 est agencée dans chacune des parois latérales 51 de la chape 500. La chape 500 comprend ainsi deux ouïes 52.

Chacune de ces ouïes 52 s'étend sensiblement le long d’une direction parallèle à la paroi supérieure 50 de la chape 500, en direction du bras d'entraînement 5 dont la chape 500 constitue la partie terminale. L’ouïe 52 s’étend à partir d’un bord libre 510 de la paroi latérale 51 correspondante, bord libre 510 qui constitue l'extrémité de la chappe contre laquelle l’adaptateur 100 dans le système d'essuyage 800 prend appui une fois logé dans la chappe.

Chaque ouïe 52 débouche ainsi au niveau du bord libre 510 de la paroi latérale

51 par une ouverture débouchante 520. L’ouverture débouchante 520 est délimitée par des bords 521a, 521b de l’ouïe 52. Pour des raisons de commodité de fabrication, un fond 521 de chaque ouïe 52, au sein de la paroi latérale 51 dans laquelle cette ouïe

52 est agencée, est avantageusement courbe. Il a sensiblement la forme d'un demi-cercle centré au sein de l'ouïe 52 correspondante. Le fond 521 est relié à chaque bord 521a, 521b par une bordure supérieure 523a et une bordure inférieure 523b, la bordure supérieure 523a étant située entre la paroi supérieure 50 de la chape 500 et la bordure inférieure 523b.

La figure 3 illustre l’adaptateur 100 selon l'invention destiné à relier le balai d'essuyage 7 au bras d'entraînement 5 du système d'essuyage 800 pour véhicule.

L’adaptateur 100 comporte une tête 1 et un corps 2 qui s'étendent dans le prolongement l'un de l'autre selon une direction longitudinale Ox de l'adaptateur 100. En référence aux directions et orientations précédemment définies, la tête 1 s'étend vers l'avant de l'adaptateur 100 selon l'invention, et le corps 2 s'étend vers l'arrière de ce même adaptateur 100.

Selon un mode de réalisation de l'invention, l'adaptateur 100 est réalisé par injection d'un matériau polymère dans un moule, et il est issu de matière en un seul bloc. L’adaptateur est monobloc en ce sens que les parties le constituant ne peuvent être dissociées sans porter atteinte à l’intégrité de l’adaptateur 100.

L’adaptateur ioo est formé au moins par une paroi supérieure îo, 20 et au moins par deux flancs latéraux 11a, 11b, 21a, 21b issus de la paroi supérieure 10, 20. Dans l’exemple présenté en figure 3, l’adaptateur 100 est formé d'une paroi supérieure 10, 20, d'un premier flanc latéral 11a, 21a et d'un deuxième flanc latéral 11b, 21b. La paroi supérieure 10, 20 de l’adaptateur 100 comprend, au niveau de la tête 1, une première partie dite paroi supérieure 10 de la tête 1 et une deuxième partie dite paroi supérieure 20 du corps 2. Le premier flanc latéral 11a, 21a de l’adaptateur 100 comprend, au niveau de la tête 1, une première partie dite premier flanc latéral 11a de la tête 1 et une deuxième partie dite premier flanc latéral 21b du corps 2. Le deuxième flanc latéral 11b, 21b de l’adaptateur 100 comprend, au niveau de la tête 1, une première partie dite deuxième flanc latéral 11b de la tête 1 et une deuxième partie dite deuxième flanc latéral 21b du corps 2.

La dimension longitudinale de l’adaptateur 100, mesurée selon la direction longitudinale Ox, est supérieure à la dimension transversale de celui-ci, mesurée selon une direction Oy. L’adaptateur 100 présente sa plus grande dimension dans la dimension dans la direction longitudinale Ox.

La tête 1 est formée de la paroi supérieure 10, du premier flanc latéral 11a et du deuxième flanc latéral 11b, sensiblement verticaux et s'étendant chacun à partir d'un côté longitudinal de la paroi supérieure 10, sensiblement perpendiculairement à cette dernière.

Le corps 2 est formé de la paroi supérieure 20, du premier flanc latéral 21a et du deuxième flanc latéral 21b sensiblement verticaux qui s'étendent chacun à partir d'un côté longitudinal de la paroi supérieure 20, sensiblement perpendiculairement à celle-ci.

Le premier flanc latéral 11a de la tête 1 et le premier flanc latéral 21a du corps 2 sont exposés sur la figure 3 tandis que les deuxièmes flancs latéraux, respectivement 11b et 21b, de la tête 1 et du corps 2 sont en grande partie masqués du fait de l’angle de vue de la figure 3. La tête 1 et le corps 2 présentent chacun, selon un plan transversal vertical parallèle au plan Oyz du repère précédemment défini, une section droite en forme de "U" renversé dont la branche transversale est constituée des parois supérieures, respectivement 10 et 20, et dont les branches

verticales sont formées par les flancs latéraux, respectivement lia, nb et 21a, 21b, de ces deux parties de l'adaptateur îoo selon l'invention.

Les parois supérieures, respectivement îo et 20, de la tête 1 et du corps 2 de l'adaptateur 100 selon l'invention délimitent ainsi, avec les flancs latéraux, respectivement 11a, 11b et 21a, 21b, de cette tête 1 et de ce corps 2, un volume interne 101 de cet adaptateur 100, suggéré sur la figure 3. Le connecteur 8 est apte à s’étendre dans ce volume interne 101. L'adaptateur 100 comprend un moyen de liaison en rotation avec le connecteur 8 solidaire du balai d'essuyage 7. Ce moyen de liaison en rotation est au moins en partie logé dans le volume interne 101.

L'adaptateur 100 comporte au moins un moyen de centrage 3 configuré pour centrer l’adaptateur 100 par rapport au bras d'entraînement 5 selon la direction verticale Oz. Le moyen de centrage 3 se prolonge longitudinalement le long du corps 2 par un organe de guidage 9 configuré pour être engagé avec le bras d’entraînement 5. L’organe de guidage 9 est porté par le flanc latéral 11a de l'adaptateur 100 au niveau de la tête 1 de l’adaptateur 100. Dans cet exemple de réalisation, le moyen de centrage 3 prend la forme d’un demi-disque ayant un centre D. Le moyen de centrage 3 et l’organe de guidage 9 prolongent la tête 1 de l’adaptateur 100. Ils sont tous deux issus de matière avec le premier flanc latéral 21a du corps 2.

Chaque flanc latéral 11a, 11b de la tête 1 porte un unique organe de guidage 9 et un unique moyen de centrage 3. Seul l’un d’eux est visible sur la figure 3 du fait de l’angle de vue.

L’organe de guidage 9 comprend une première extrémité longitudinale 91 et une deuxième extrémité longitudinale 92 opposée à la première extrémité longitudinale 91. L’organe de guidage 9 prend ainsi une forme générale oblongue selon la direction longitudinale Ox. La première extrémité longitudinale 91 est liée au moyen de centrage 3. La deuxième extrémité longitudinale 92 est libre.

L’organe de guidage 9 comprend une tranche supérieure 93 et une tranche inférieure 94 opposée à la tranche supérieure 93. La tranche supérieure 93 est disposée entre la paroi supérieure 10, 20 de l’adaptateur 100 et la tranche inférieure 94

L’adaptateur 100 comprend une languette 4 configurée pour caler l’adaptateur

îoo selon la direction verticale Oz. Chaque flanc latéral lia, nb de la tête i porte une unique languette 4. Seul l’une d’elles est visible sur la figure 3 du fait de l’angle de vue.

La languette 4 s’étend entre la paroi supérieure 10, 20 de l’adaptateur 100 et la tranche supérieure 93. La languette 4 est convergente vers la deuxième extrémité longitudinale 92 de sorte à faciliter l’insertion de l’organe de guidage 9.

Dans cet exemple de réalisation, la languette 4 est issue de matière avec le corps 2 et l’organe de guidage 9. La languette 4 est portée par le flanc latéral 11a de l'adaptateur 100, au niveau de la tête 1.

Le moyen de centrage 3 et l’organe de guidage 9 sont disposés au-delà d'un épaulement 14 formé à l'interface de la tête 1 et du corps 2. L’épaulement 14 est sensiblement parallèle au plan transversal vertical Oyz du repère orthonormé précédemment défini, s’étendant depuis la tête 1 et rentrant vers le corps 2. L' épaulement 14 s'étend ainsi, selon ce mode de réalisation de l'invention, à toute la périphérie de l'interface entre tête 1 et corps 2 de l'adaptateur 100 selon l'invention. De façon particulière, le centre D du moyen de centrage 3 passe par un plan contenant l'épaulement 14.

Une dimension transversale mesurée au niveau du moyen de centrage 3 est légèrement supérieure à une dimension transversale mesurée au niveau de l’organe de guidage 9. La dimension transversale Oy de la tête 1 est légèrement supérieure au niveau du moyen de centrage 3 par rapport à la languette 4, mesurées selon la même direction. La dimension transversale Oy de l’organe de guidage 9 et celle de la languette 4 sont identiques. En d'autres termes, un décroché latéral 15 existe entre le moyen de centrage 3 et l’organe de guidage 9, sensiblement parallèle au plan transversal vertical Oyz du repère orthonormé précédemment défini, s’étendant depuis la tête 1 et rentrant vers le corps 2.

La tranche inférieure 94 de l’organe de guidage 9 est prolongée par un chanfrein d’insertion 95. Le chanfrein d’insertion 95 forme un angle a avec la tranche inférieure 94 qui est compris entre 20°et 6o°. Une droite 950 s’étendant le long du chanfrein d’insertion 95 et une ligne 940 s’étendant le long de la tranche inférieure 94 permettent de mesurer l’angle a formé par le chanfrein d’insertion 95.

La figure 3 illustre aussi l’existence d’un dispositif de verrouillage 40 destiné à bloquer longitudinalement, c’est-à-dire selon la direction Ox, l’adaptateur 100 dans la chape du bras d’entraînement. Le dispositif de verrouillage 40 se présente sous la forme générale d'un plot 41 agencé au voisinage d’une extrémité longitudinale arrière de l'adaptateur 100 selon l'invention, opposée à la tête 1 de cet adaptateur 100. Ce plot 41 est ménagé au bout d’une patte flexible 42 et il est formé d'une paroi distale 46 avantageusement sensiblement parallèle à la paroi supérieure 20 du corps 2 de l'adaptateur 100 selon l'invention, paroi distale 46 à partir de laquelle s'étendent, en direction de ladite paroi supérieure 20 du corps 2 de l'adaptateur 100 selon l'invention, un ensemble de parois latérales 47. Le moyen de verrouillage 40 est donc escamotable par flexion de la patte flexible 42.

Selon un mode de réalisation de l'invention, ce plot 41 a une forme sensiblement parallélépipédique, et il comporte donc quatre parois latérales 47 qui s'étendent à partir de sa paroi distale 46 en direction du corps 2 de l'adaptateur 100. Avantageusement, la paroi distale 46 du plot formant le premier moyen de blocage de l'adaptateur 100 selon l'invention s'étend à l'extérieur du volume interne 101 délimité par la paroi supérieure 10 et les flancs latéraux 11a, 11b de la tête 1 et la paroi supérieure 20 et les flancs latéraux 21a, 21b du corps 2 dudit adaptateur 100.

Les figures 4 à 7 illustrent comment l’adaptateur 100 selon l'invention est mis en coopération avec une chape 500 du type décrit précédemment et illustré par la figure 2. L’assemblage est décrit dans les figures 4 à 6. Sur la figure 7, l'adaptateur 100 selon l'invention est montré assemblé avec la chape 500, autrement dit en position de mise en œuvre du balai d’essuyage.

Lors de l'assemblage de l’adaptateur 100 selon l'invention avec une chape 500 du type décrit précédemment, le corps 2 de l'adaptateur 100 est inséré dans le volume d’accueil 54 de la chape 500. Le plot 41 est lors de l’assemblage, dans le volume d’accueil 54 et peut être amené à appuyer contre la paroi supérieure 50 de la chape 500. Le plot 41 est visible seulement lorsqu’il coïncide avec une bouche 55 ménagée dans la paroi supérieure 50 de la chape 500 de sorte à assurer un blocage de l’adaptateur 100 selon la direction Ox.

La figure 4 illustre une étape d’engagement de l’organe de guidage 9 dans l’ouïe 52.

L’engagement de l’adaptateur 100 dans la chape 500 est guidé grâce à l’organe de guidage 9. L’organe de guidage 9 est inséré dans l’ouverture débouchante 520 de l’ouïe 52, selon un angle d’insertion permettant au chanfrein d’insertion 95 d’être en contact plan avec la bordure inférieure 523b de l’ouïe 52, pour y glisser. En parallèle à ce mouvement, la paroi supérieure 20 du corps 2 vient en appui, au sein de ce volume d’accueil 54, contre la paroi supérieure 50 de la chape 500, et la languette 4 se déforme par appui, côté bordure supérieure 523a, contre le bord 521a de l’ouverture débouchante 520 de l’ouïe 52.

La figure 5 illustre une étape au cours de l’assemblage, lorsque le chanfrein d’insertion 95 est inséré totalement dans l’ouïe 52. Le chanfrein d’insertion 95 est en contact plan avec la bordure inférieure 523b de l’ouïe 52. La languette 4 est en appui contre bord 521a, ce qui induit sa flexion. Du fait des forces exercées au niveau de la languette 4, pour que l’adaptateur 100 poursuive sa progression dans la chape 500, l’adaptateur 100 doit effectuer un mouvement de rotation représenté par une flèche 123 pour que la tranche inférieure 94 de l’organe de guidage 9 se positionne en contact plan avec la bordure inférieure 523b de l’ouïe 52.

Le mouvement de rotation illustré par la flèche 123 est à un stade plus avancé en figure 6. La paroi supérieure 10 de la tête 1 de l’adaptateur 100 est en contact de la paroi supérieure 50 de la chape 500. La déformation plastique de la languette 4 est accentuée, la languette 4 étant appuyée contre la bordure supérieure 523a de l’ouïe 52. Le chanfrein n’est plus au contact de la bordure inférieure 523b. C’est la tranche inférieure 94, par le mouvement de rotation indiqué par la flèche 123, qui est alors transitoirement au contact de la bordure inférieure 523b et qui assure l’appui de l’adaptateur du côté de la bordure inférieure 523b nécessaire à la déformation de la languette 4.

La figure 7 correspond à la position de mise en œuvre de l’adaptateur, c’est-à-dire la position où le balai d’essuyage est verrouillé avec le bras d’entrainement pour une utilisation normal de ce balai. Comme illustré par la figure 7, la progression de l’adaptateur 100 dans la chape 500 se termine lorsque le moyen de centrage 3 vient en appui des bords 521a, 521b qui délimitent l’entrée de l’ouïe 52. Par cette interaction, un espace 18 peut subsister entre répaulement 14 et la chape 500, bien que ceci ne soit pas absolument requis par l’invention. La languette 4, qui a subi une déformation plastique, s’étend dans l’ouïe 52 en appui contre la bordure supérieure 523a pour caler l’adaptateur 100 par rapport à la chape 500. Malgré cette déformation plastique, la languette 4 reste transversalement liée au flanc latéral 21a du corps 2. Un espace peut subsister entre la bordure supérieure 523a et la tranche supérieure de l’organe de guidage et/ou un espace peut subsister entre la bordure inférieure 523b et la tranche inférieure 94 de l’organe de guidage 9.

Le plot 41 s’étend hors du volume d’accueil 54 lorsqu’il coïncide avec la bouche 55 ménagée dans la paroi supérieure 50 de la chape 500.

L’adaptateur 100 est ainsi calé par la languette 4, qui pousse selon la direction Oz l’adaptateur 100 de sorte à établir un contact entre le moyen de centrage 3 et le bord 521b de l’ouïe 52 situé dans le prolongement de la bordure inférieure 523b. Il est également calé par le plot 41 selon la direction Ox.

La figure 7 illustre le fait que la paroi supérieure 10 de la tête 1 de l’adaptateur 100 est coplanaire, ou sensiblement coplanaire, avec la paroi supérieure 50 de la chape 500. La paroi supérieure 20 du corps 2 de l’adaptateur est en revanche contenue dans le volume d’accueil 54, excepté le plot 41, dont la paroi distale 46 dépasse au-dessus de la paroi supérieure 50 de la chape 500.

On comprend à la lecture de ce qui précède que la présente invention propose un adaptateur destiné à relier un balai d'essuyage à un bras d'entraînement d'un système d'essuyage pour véhicule configuré pour assurer son centrage et son blocage par rapport à une chape du bras d’entraînement, et ce de manière simple et efficace. Cet adaptateur, destiné à interagir avec un type spécifique de chape, améliore la fiabilité de la liaison et le montage de l’adaptateur dans la chape s’en voit facilité, quel que soit les tolérances de fabrication de l’adaptateur et/ou de la chape.

L’invention ne saurait toutefois se limiter aux moyens et configurations décrits et illustrés ici, et elle s’étend également à tout moyen ou configuration équivalents et à toute combinaison technique opérant de tels moyens. En particulier, la forme de l’adaptateur peut être modifiée sans nuire à l’invention, dans la mesure où l’adaptateur, in fine, remplit les mêmes fonctionnalités que celles décrites dans ce document.