Recherche dans les collections de brevets nationales et internationales
Une partie du contenu de cette demande n'est pas disponible pour le moment.
Si cette situation persiste, contactez-nous auObservations et contact
1. (WO1993016990) COMPOSITION TINCTORIALE POUR FIBRES KERATINIQUES CONTENANT DES METAPHENYLENEDIAMINES SOUFREES, PROCEDE DE TEINTURE ET NOUVELLES METAPHENYLENEDIAMINES SOUFREES ET LEUR PROCEDE DE PREPARATION
Note: Texte fondé sur des processus automatiques de reconnaissance optique de caractères. Seule la version PDF a une valeur juridique

Composition tinctoriale pour fibres kératiniques contenant des métaphénylènediamines soufrées, procédé de teinture et nouvelles métaphénylènediamines soufrées et leur procédé de préparation.

La présente invention est relative à de nouvelles compositions tinctoriales pour fibres kératiniques contenant des métaphénylènediamines soufrées, à un procédé de teinture en milieu alcalin mettant en oeuvre ces compositions, à de nouvelles métaphénylènediamines soufrées ainsi qu'a leur procédé de préparation.
On a déjà utilisé des dérivés soufrés d'aminés aromatiques, associés à des précurseurs de colorants d'oxydation, en présence d'agent oxydant et de sels alcalins en milieu acide, neutre ou basique, pour la teinture de fibres kératiniques. De telles compositions sont décrites dans le brevet DE 593 061.
-D est connu de teindre les fibres kératiniques et en particulier les cheveux humains, avec des compositions tinctoriales contenant des précurseurs de colorants d'oxydation et des coupleurs. Le DE-A- 3 343 642 décrit de telles compositions contenant en tant que coupleur un 6-hydroxyalkylthio 1 , 3-diaminobenzène.
Les coupleurs, encore appelés modificateurs de coloration, permettent de faire varier les nuances obtenues avec les précurseurs de colorants d'oxydation.
Dans le domaine de la teinture des fibres kératiniques et en particulier des cheveux humains, on est à la recherche de coupleurs qui, associés à des précurseurs de colorants d'oxydation, permettent d'obtenir un large éventail de nuances, tout en conférant aux cheveux une coloration ayant une résistance satisfaisante à la lumière, au lavage, aux intempéries, à la transpiration et aux différents traitements que peuvent subir les cheveux.
La demanderesse vient de découvrir, ce qui fait l'objet de l'invention, que l'utilisation de métaphénylènediamines soufrées, de formule (I) à titre de coupleur avec des précurseurs de colorants d'oxydation de type ortho et/ou para permettait d'obtenir, à pH neutre, acide ou alcalin, après application sur les fibres kératiniques et en.

particulier les cheveux humains, un large éventail de nuances de coloration présentant une résistance à la lumière, au lavage, aux intempéries, à la transpiration et aux différents traitements que peuvent subir les cheveux, particulièrement remarquable.
Un objet de l'invention est donc constitué par des compositions tinctoriales d'oxydation, destinées à être utilisées pour la teinture des fibres kératiniques et en particulier des cheveux humains, contenant au moins un précurseur de colorant d'oxydation de type ortho et/ou para et au moins une métaphénylènediamine soufrée de formule (I) ci-après. Un autre objet de l'invention porte sur le procédé de coloration des fibres kératiniques et en particulier des cheveux humains, mettant en oeuvre une telle composition mélangée à un agent oxydant.
L'invention a également pour objet de nouvelles métaphénylènediamines soufrées ainsi que leur procédé de préparation et leur utilisation dans des compositions tinctoriales pour fibres kératiniques.
D'autres objets de l'invention apparaîtront à la lecture de la description et des exemples qui suivent.
La présente invention a donc pour objet les compositions tinctoriales pour fibres kératiniques et en particulier les cheveux humains, contenant, dans un milieu approprié pour la teinture, au moins un précurseur de colorant d'oxydation de type ortho et/ou para, et au moins, à titre de coupleur, une métaphénylènediamine soufrée de formule :


dans laquelle : Z représente un radical alkyle en C1-C18, un radical aralkyle dans lequel le radical alkyle est en C1-C6, un radical monohydroxyalkyle en C1-C6 ou polyhydroxyalkyle C2-C6, un radical aryle, un radical aminoalkyle de formule :



dans laquelle n est un nombre entier compris entre 1 et 6 inclus, R3 et

R4 identiques ou différents représentent un atome d'hydrogène ou un radical alkyle en C1-C4, hydroxyalkyle en C1-C4, acyle en C2-C6;
R1 et R7 identiques ou différents représentent un atome d'hydrogène, un radical alkyle en C1-C6, un radical monohydroxyalkyle en C1-C6, polyhydroxyalkyle en C2-C6, monocarbamylalkyle en C1-C6, dicarbamylalkyle en C1-C6, aminoalkyle en C1-C6, acyle en C2-C6, carbalcoxy en C2-C6, carbamyle ou monoalkyle en C1-C6 carbamyle, avec la condition que R1 et R2 ne désignent pas simultanément un atome d'hydrogène lorsque Z désigne un radical alkyle ou hydroxyalkyle, ainsi que les sels d'acide correspondants aux composés de formule (I).
Parmi les significations préférées du radical Z dans les métaphénylènediamines soufrées de formule générale (I) selon l'invention, le radical alkyle en C1-C18 désigne les radicaux méthyle, éthyle, propyle, butyle, dodécyle, hexadécyle; le radical aralkyle désigne le radical benzyle ; le radical mono ou polyhydroxyalkyle désigne -CH2-CH2OH,
-CH2-CHOH-CH2-OH, -CH2-CHOH-CH3; le radical aryle désigne le phényle; le radical aminoalkyle désigne
-CH2-CH2-NH2 ; ; -CH2-CH2-NH CH3 ;


-CH2-CH2-NHCOCH3 ;
lorsque les groupements R représentent un radical acyle, celui-ci, désigne de préférence les radicaux formyle, acétyle et propionyle.
Les sels d'acide correspondant aux composés métaphénylènediamines soufrées de formule générale (I) sont choisis de préférence parmi les chlorhydrates, les sulfates ou les bromhydrates.
Parmi les métaphénylènediamines soufrées de formule générale (I), les composés particulièrement préférés sont :
- le 6-rnéthylthio l,3-di(β-hydroxyédιylamino) benzène
- le 6-méthylthio 1-N-β-hydroxyéthylamino 3-amino benzène
- le 6-(β-acétylaminoéthylthio) 1,3 -diaminobenzène
- la 6-méthylthio 3-N-β-hydroxyéthylamino aniline
- la 6-méthylthio 3-acétylamino aniline
- la 6-(β-acétylaminoéthylthio) 3-acétylamino aniline
- le 6-(β-acétylaminoéthylthio) 3-amino 1-acétylaminobenzène et leurs sels.

Les composés de formule (I) sont utilisables comme coupleur en présence de précurseurs de colorants d'oxydation de type ortho et/ou para connus en eux-mêmes, permettant de teindre les cheveux par coloration d'oxydation, selon un processus mettant en oeuvre une réaction de condensation oxydative des précurseurs et du coupleur. Les précurseurs de colorants de types ortho ou para sont des composés qui ne sont pas des colorants en eux-mêmes, mais qui forment un colorant par un processus de condensation oxydative, soit sur eux-mêmes, soit en présence d'un coupleur ou modificateur.
Ces précurseurs de colorants d'oxydation de type ortho ou para sont des composés benzéniques ou hétérocycliques qui comportent deux groupements fonctionnels amino ou amino et hydroxy, en position ortho ou para l'un par rapport à l'autre.
Les précurseurs de colorants d'oxydation de type ortho ou para peuvent être choisis parmi les paraphénylènediamines, les paraaminophenols, les précurseurs heterocychques para dérivés de la pyridine ou de la pyrimidine, tels que la 2,5-diaminopyridine, la 2-hydroxy 5-aminopyridine, la 2,4,5,6-tétraaminopyrimidine, la 4,5-diamino 1-méthylpyrazole, la 2-diméthylamino . 4,5,6-triaminopyrimidine, les orthoaminophénols et les bases dites "doubles".
A titre de paraphénylènediamines, on peut plus particulièrement citer les composés répondant à la formule (III) :



dans laquelle :
R6, R7, R8 identiques ou différents, représentent un atome d'hydrogène ou d'halogène, un radical alkyle, un radical alcoxy, un radical carboxy, sulfo ou hydroxyalkyle en C1-C4 ;
R9 et R10, identiques ou différents, représentent un atome d'hydrogène, un radical alkyle, hydroxyalkyle, alcoxy alkyle, carbamylalkyle, mésylaminoalkyle, acétylaminoalkyle, uréidoalkyle, carbalcoxyaminoalkyle, sulfoalkyle, pipéridijnoalkyle, morpholinoalkyle, ou phényle éventuellement substitué en para par un groupement amino, ou bien R9 et R10 forment conjointement avec l'atome d'azote auquel ils sont liés, un hétérocycle pipéridino ou morpholino, sous réserve que R6 ou R9 représente un atome d'hydrogène lorsque R9 et R10 ne représentent pas un atome d'hydrogène, ainsi que les sels de ces composés. Ces groupes alkyle ou alcoxy ayant de 1 à 4 atomes de carbone et notamment désignant le radical méthyle, éthyle, propyle, méthoxy et éthoxy.
Parmi les composés de formule (III) on peut plus particulièrement citer la paraphénylènediamine, la p-toluylènediamine, la méthoxyparaphénylènediamine, la chloroparaphénylènediamine, la 2,3-diméthylparaphénylènediamine, la 2,6-diméthylparaphénylènediamine, la 2,6-diéthylparaphénylènediamine, la 2,5-diméthylparaphénylènediamine, la 2-méthyl 5-méthoxyparaphénylènediamine, la 2,6-diméthyl 5-méthoxyparaphénylènediamine, la N,N-diméthylparaphénylènediamine, la N,N-diéthylparaphénylènediamine, la N,N-dipropylparaphénylènediamine, la 3-méthyl 4-amino N,N-diéthyl-aniline, la N,N-di-(β-hydroxyéthyl)paraphénylènediamine, la 3-métiιyl 4-amino N,N-di-(β-hydroxyéthyl)aniline, la 3-chloro 4-amino N,N-di-(β-hydroxyéthyl)aniline, la 4-amino N,N-(éthyl, carbamylméthyl)-aniline, la 3-méthyl 4-amino N,N-(éthyl, carbamylméthyl)aniline, la 4-amino N,N-(éthyl, β-pipéridinoéthyl) aniline, la 3-méthyl 4-amino N,N-(éthyl, β-pipéridinoéthyl)aniline, la 4-amino N,N-(éthyl, β-morpholinoéthyl)aniline, la 3-méthyl 4-amino N,N-(éthyl,β-morpholinoéthyl)aniline, la 4-amino N,N-(éthyl,β-acétylaminoéthyl) aniline, la 4-amino N-(β-méthoxyéthyl) aniline, la 3-méthyl 4-amino N,N-(éthyl, β-acétylaminoéthyl) aniline, la 4-amino

N,N-(éthyl, β-mésylaminoéthyl) aniline, la 3-méthyl 4-amino N,N-(éthyl, β-mésylaminoéthyl) aniline, la 4- amino N,N-(éthyl, β-sulfoéthyl)aniline, la 3-méthyl 4-amino N,N-(éthyl, β-sulfoéthyl) aniline, la N-[(4'-ammo)phényl]-morpholine, la N-[(4'-amino)phényl]pipéridine, la 2-hydroxyéthylparaphénylènediamine, la fluoroparaphénylènediamine, la carboxyparaphénylènediamine, la sulfoparaphénylènediamine, la 2-isopropylparaphénylènediamine, la 2-n-propylparaphénylènediamine,l'hydroxy-2-n-propylparaphénylène-diamine, la 2-hydroxyméthylparaphénylènediamine, la N,Ndiméthyl 3-méthyl paraphénylènediamine, la N,N-(éthyl, β-hydroxyéthyl)paraphénylènediamine, la N-(dihydroxypropyl)-paraphénylènediamine, la N-4'-aminophénylparaphénylènediamine, la N-phénylparaphénylènediamine.
Ces paraphénylènediamines peuvent être introduites dans la composition tinctoriale, soit sous forme de base libre, soit sous forme de sels, tels que chlorhydrate, bromhydrate ou sulfate.

Parmi les p-aminophénols, on peut citer le p-aminophénol, le 2-méthyl 4-aminophénol, le 3-méthyl 4-aminophénol, le 2-chloro 4-aminophénol, le 3-chloro 4-aminophénol, le 2,6-diméthyl 4-aminophénol, le 3,5-diméthyl 4-aminophénol, le 2,3-diméthyl 4-aminophénol, le 2,5-diméthyl 4-aminophénol, le 2-hydroxyméthyl 4-aminophénol, le 2-(β-hydroxyéthyl)4-aminophénol, le 2-méthoxy 4-aminophénol, le 3-méthoxy 4-aminophénol, le 3-(β-hydroxyéthoxy)4-aminophénol, le 2-méthoxyméthyl 4-aminophénol, le 2-aminométhyl 4-aminophénol, le 2-β-hydroxyéthylaminométhyl 4-aminophénol, le 2-éthoxyméthyl 4-aminophénol, le 2-(β-hydroxyéthoxy)méthyl 4-aminophénol.
Les bases dites "doubles"sont des bis-phénylalkylènediamines, répondant à la formule :



dans laquelle :
Z1 et Z2, identiques ou différents, représentent des groupements hydroxyle ou ΝHR15, où R15 désigne un atome d'hydrogène ou un radical alkyle inférieur ;
R12 et R13, identiques ou différents, représentent soit des atomes d'hydrogène, soit des atomes d'halogène, soit encore des radicaux alkyle;
R1 1 et R14, identiques ou différents, représentent un atome d'hydrogène, un radical alkyle, hydroxyalkyle ou aminoalkyle, dont le reste amino peut être substitué; Y représente un radical pris dans le groupe constitué par les radicaux suivants :

-(CH2)n-, -(CH2)m-O-(CH2)m-,

dans lesquels n est un nombre entier compris entre 0 et 8 et m, q et p sont des nombres entiers compris entre 0 et 4, cette base pouvant se présenter également sous forme de ses sels d'addition avec des acides. Les radicaux alkyle ou alcoxy ci-dessus indiqués désignent de préférence un groupement ayant 1 à 4 atomes de carbone et notamment méthyle, éthyle, propyle, méthoxy et éthoxy.
Parmi les composés de formule (TV) on peut citer le N,N'-bis-(β-hydroxyéthyl)N,N'-bis-(4'-aminophényl) 1,3-diamino 2-propanol, la NrN'-bis-(β-hydroxyéthyl)N,N'-bis-(4'-aminophényl)éthylènediamine, la NJSr'-bis-(4-aminophényl)tétraméthylènedia-mine, la N,N'-bis-(β-hydroxyéthyl) N,N'-bis-(4-aminophényl)tétraméthylènediamine, la N,N'-bis-(4-méthylaminophényl)tétraméthylènediamine, la N,N'-bis- (éthyl) N,N'-bis-(4'-amino 3'-méthylphényl)éthylènediamine.
Parmi les orthoaminophénols, on peut citer plus particulièrement le 1-amino-2-hydroxybenzène, le 6-méthyl 1-hydroxy 2-aminobenzène, le 4-méthyl 1-amino 2-hydroxybenzène, le 4-acétylamino 1 -amino 2-hydroxybenzène.
Les compositions tinctoriales conforment à l'invention peuvent également contenir en plus du coupleur répondant à la formule (I) définie ci-dessus, d'autres coupleurs connus en eux-mêmes, tels que des métadiphénols, des métaaminophénols, des métaphénylènediamines différentes de celles de formule (I) ci-dessus, des métaacylaminophénols, des métauréidophénols, des métacarbalcoxyaminophénols, l'α-naphtol, des dérivés indoliques, des coupleurs possédant un groupement méthylène actif, tels que les composés β-cétoniques, les pyrazolones.
Parmi ces coupleurs on peut plus particulièrement citer, le 2, 4-dihydroxyphénoxyéthanol, le 2,4-dihydroxyanisole, le métaaminophénol, le monométhyléther de résorcine, la résorcine, la 2-méthyl-résorcine, le 2-méthyl 5-aminophénol, le 2-méthyl 5-N-(β-hydroxyéthyl) aminophénol, le 2-méthyl 5-N-(β-mésylaminoéthyl)aminophénol, le 2,6-diméthyl 3 -aminophénol, la 6- hydroxybenzomorpholine, le 2,4-diaminoanisole, le 2,4-diaminophénoxyéthanol, la 6-aminobenzomorpholine, le [2-N-(β-hydroxyéthyl) amino 4-amino]-phénoxyéthanol, le 2-amino 4-N-(p-hydroxyéthyl) amino anisole, le (2,4-diamino)phényl-β-γ-dihydroxypropyléther, la 2,4-diaminophénoxyéthy lamine, le 1,3-diméthoxy 2,4-diaminobenzène, le 1,3,5-triméthoxy 2,4-diaminobenzène, le 1-amino 3,4-méthylènedioxy benzène, le 1-hydroxy 3,4-méthylènedioxybenzène, le 2-chloro 6-méthyl 3 -aminophénol, le 2-méthyl 3-aminophénol, le 2-chloro résorcinol, la 6-méthoxy 3-hydroxyéthylaminoaniline, le 1-éthoxy 2-bis(β-hydroxyéthyl)amino 4-aminobenzène, le 3-diéthylaminophénol, le 1,3-dihydroxy 2-méthylbenzène, le 1-hydroxy 2,4-dichloro 3-aminobenzène, le 4,6-hydroxyéthoxy 1,3-diaminobenzène, le 4-méthyl 6-éthoxy 1,3-diaminobenzène, le 4-chloro 6-méthyl 3 -aminophénol, le 6-chloro 3-trifluoroéthylaminophénol, et leurs sels.
On peut rajouter à ces compositions, comme cela est bien connu dans l'état de la technique, notamment en vue de nuancer ou d'enrichir en reflet les colorations apportées par les précurseurs de colorants d'oxydation, des colorants directs tels que des colorants azoïques, anthraquinoniques ou les dérivés nitrés de la série benzénique.
L'ensemble des précurseurs de colorants par oxydation de type para et/ou ortho, ainsi que les coupleurs utilisés dans les compositions tinctoriales conformes à l'invention, représentent de préférence de 0,3 à 7 % en poids par rapport au poids de la dite composition. La concentration en composés métaphénylènediamines soufrées de formule (I) peut varier entre 0,05 et 3,5 % en poids du poids total de la composition.
Les compositions tinctoriales conformes à l'invention contiennent également dans leur forme de réalisation préférée, des agents tensio-actifs anioniques, canoniques, non-ioniques, amphotères ou leuis mélanges. Parmi ces agents tensio- actifs, on peut citer les alkylbenzenesulfonates, les alkylnaphtalènesulfonates, les sulfates, les éthersulfates et les sulfonates d'alcools gras, les sels d'ammonium quaternaires, tels que le bromure de triméthylcétyla-mmonium, le bromure de cétylpyridinium, les ethanolamides d'acides gras éventuellement oxyéthylenés, les alcools gras polyglycérolés, les alkylphénols poly oxyéthylenés ou polyglycérolés, ainsi que les alkylsulfates poly oxyéthylenés.
Ces agents tensio-actifs sont présents dans les compositions conformes à l'invention dans des proportions comprises entre 0,5 et 55

% en poids, et de préférence entre 2 et 50 % en poids par rapport au poids total de la composition.
Ces compositions peuvent également contenir des solvants organiques pour solubiliser les composants qui ne seraient pas suffisamment solubles dans l'eau. Parmi ces solvants, on peut citer à titre d'exemple, les alcanols inférieurs en C1-C4, tels que l'éthanol et l'isopropanol; le glycérol; les glycols ou éthers de glycols comme le 2-butoxyéthanol, l'éthylèneglycol, le propylèneglycol, le monoéthyléther et le monométhyléther du diéthylèneglycol, ainsi que les alcools aromatiques comme l'alcool benzylique ou le phénoxyéthanol, les produits analogues et leurs mélanges.
Les solvants sont présents de préférence dans des proportions comprises entre 1 et 40 % en poids, et en particulier entre 5 et 30 % en poids par rapport au poids total de la composition.
Les agents épaississants que l'on peut ajouter dans les compositions conformes à l'invention peuvent être choisis parmi l'alginate de sodium, la gomme arabique, les polymères d'acide acrylique éventuellement réticulés, les dérivés de cellulose, les hétérobiopolysaccharides tels que la gomme de xanthane, on peut également utiliser des agents épaississants minéraux tels que la bentonite. Ces agents épaississants sont présents de préférence dans des proportions comprises entre 0,1 et 5 %, et en particulier entre. 0,2 et 3 % en poids par rapport au poids total de la composition.
Les agents antioxydants qui peuvent être présents dans les compositions sont choisis en particulier parmi le sulfite de sodium, l'acide thiogly colique, le bisulfite de sodium, l'acide déhydroascorbique, lliydroquinone et l'acide homogentisique. Ces agents antioxydants sont présents dans la composition dans des proportions comprises entre 0,05 et 1,5 % en poids par rapport au poids total de la composition.

Ces compositions peuvent également contenir d'autres adjuvants cosmétiquement acceptables, tels que par exemple des agents de pénétration, des agents séquestrants, des parfums, des tampons, etc. Les compositions conformes à l'invention peuvent se présenter sous des formes diverses, telles que sous forme de liquide, de crème, de gel ou sous toute autre forme appropriée pour une teinture des fibres kératiniques et notamment des cheveux humains. Ces compositions peuvent être conditionnées en flacons aérosols en présence d'un agent propulseur et former des mousses.
Les compositions tinctoriales conformes à l'invention contenant un précurseur de colorant d'oxydation du type para et/ou ortho et un coupleur de formule (I), sont utilisées suivant un procédé mettant en oeuvre la révélation par un agent oxydant.
Conformément à ce procédé on mélange, au moment de l'emploi, la composition tinctoriale décrite ci-dessus avec une solution oxydante en une quantité suffisante pour pouvoir développer une coloration, puis on applique le mélange obtenu sur les fibres kératiniques et en particulier les cheveux humains.
Le pH de la composition appliquée sur les cheveux varie entre 3 et 11. Il est ajusté à la valeur désirée à l'aide d'agents alcalinisants bien connus dans l'état de la technique, tels que l'ammoniaque, les carbonates alcalins, les alcanolamines comme la mono, la di- et ia triéthanolamine, ainsi que leurs dérivés ou les hydroxydes de sodium ou de potassium, ou à l'aide d'agents acidifiants classiques, tels que les acides minéraux ou organiques, tels que les acides chlorhydrique. tartrique, citrique, phosphorique et sulfonique. La solution oxydante contient à titre d'agent oxydant, l'eau oxygénée, le peroxyde d'urée, des persels, tels que le persulfate d'ammonium ou des bromates de métaux alcalins. On utilise de préférence une solution d'eau oxygénée à 20 volumes.
Le mélange obtenu est appliqué sur les cheveux et on laisse poser pendant 10 à 40 minutes, de préférence 15 à 30 minutes, après quoi on les rince, les lave au shampooing, on les rince à nouveau et on les sèche.

Le coupleur de formule (I) définie ci-dessus, peut également être mis en oeuvre dans un procédé à plusieurs étapes, consistant dans l'une des étapes, à appliquer le précurseur de colorant d'oxydation du type ortho et/ou para ou leur mélange et, dans une autre étape, à appliquer une composition tinctoriale contenant le coupleur de formule d).
L'agent oxydant peut être introduit, juste avant l'application, dans la composition appliquée dans le deuxième temps ou bien être appliqué sur les fibres kératiniques elles-mêmes, dans un troisième temps, les conditions de pose, de pH, de lavage et de séchage étant identiques à celles indiquées ci-dessus.
Un autre objet l'invention est constitué par les nouvelles métaphénylènediamines soufrées de formule (I) ci-dessus, ainsi que leurs sels d'acide.
L'invention a aussi pour objet l'utilisation de ces métaphénylènediamines soufrées dans des compositions tinctoriales pour fibres kératiniques.
Les métaphénylènediamines soufrées de formule (I) ou leurs sels peuvent être préparées selon des procédés en plusieurs étapes.
Selon un premier procédé et dans une première étape, on fait réagir en présence d'une base telle que la potasse ou le carbonate de potassium, le bromo- 2,4-dinitrobenzène sur un thiol de formule (V) :
Z'-SH (V)

dans laquelle Z' représente un radical alkyle en C1-C18, aralkyle dans lequel le radical alkyle est en C1-C6, monohydroxyalkyle en C1-C6, polyhydroxyalkyle en C2-C6 ou un groupement de formule (VI)


dans laquelle R3 et n ont les significations indiquées précédemment dans la formule (I) ; et R5 représente un atome d'hydrogène ou un radical alkyle en C1-C3 ;
dans une deuxième étape, on réduit les substituants nitro du composé de formule (Vu) :


obtenu précédemment pour préparer un composé répondant à la formule (VIII) :



dans laquelle Z' a la signification indiquée ci-dessus ;
éventuellement, dans une troisième étape, et suivant le composé métaphénylènediamine soufrée de formule (I) que l'on souhaite obtenir, on effectue
a) soit une mono-substitution des aminés aromatiques pour obtenir un composé de formule (I) dans laquelle R1 et/ou R2 sont différents de H b) soit une hydrolyse acide du composé (VIII) dans lequel Z' représente

pour obtenir le composé de formule (I-X)


dans laquelle R3 et n ont les significations indiquées ci-dessus, R3 ne désignant toutefois pas de radical acyle en C2-C6,
les aminés nucléaires pouvant être ensuite monosubstituées.

c) soit on effectue au préalable une substitution de l'aminé extra-nucléaire sur le composé de formule (VIII) pour obtenir le composé de formule (X)


dans laquelle R3, R4 et n ont les significations indiquées ci-dessus, les aminés nucléaires pouvant être ensuite monosubstituées. La réduction des groupes nitro des composés de formule (VTI) s'effectue de préférence en utilisant du fer en milieu acétique ou alors par le cyclohexène en présence d'un catalyseur palladium-charbon ou par tout autre procédé de réduction classique.
La substitution des aminés aromatiques ou de l'aminé extra-nucléaire peut être effectuée en faisant réagir, par exemple, le bromure d'éthyle, la bromhydrine du glycol, l'éthyl-chloroformiate, la β- chloracétamide, ou l'anhydride acétique.
Selon un deuxième procédé et dans une première étape, on fait réagir un fluoro nitro benzène substitué de formules (XI a) ou (XI b)



dans lesquelles R'1 et R'2 représentent un groupement acyle en C7-C6 et X représente un atome d'hydrogène, ou bien R'2 et X ou R'1 et X forment, conjointement avec l'atome d'azote auxquels ils sont liés un cycle oxazolidone,
sur un thiol de formule :

Z' - SM (XII)
dans laquelle, M est un alcalin et Z' a les significations indiquées ci-dessus ;

dans une deuxième étape, on réduit le substituant nitro du composé de formules (XIII a) ou (XIII b)




obtenu précédemment pour préparer un composé répondant à la formule (XTVa) ou (XWb) :





dans lesquelles R'1, R'2 et X ont les significations indiquées ci-dessus;

éventuellement, dans une troisième étape, et suivant le composé métaphénylènediamine soufrée de formule (I) que l'on souhaite obtenir, on effectue une monosubstitution des aminés aromatiques pour obtenir un composé de formule (I) dans laquelle R1 et/ou R2 sont différents de H
Enfin dans une dernière étape, on soumet le composé à une hydrolyse acide afin de couper le groupement protecteur X.
Les exemples qui suivent sont destinés à illustrer l'invention sans pour autant présenter un caractère limitatif.

Exemple 1
Préparation du dichlorhydrate de 6-méthylthio 1.3-di-(β- hvdroxyéthylamino) benzène

1ère étape :
Synthèse du 6-méthylthio 1,3-di(β-chlorocarbéthoxy amino) benzène.

A une suspension de 15, 9 g (0, 07 mole) de dichlorhydrate de 6-méthylthio 1, 3-diaminobenzène et de 28 g de carbonate de calcium dans 12 ml de dioxane, chauffée au bain Marie bouillant, on ajoute goutte à goutte 14, 5 ml de β-chloréthylchloroformiate.
Après 30 mn de chauffage on coule cette suspension dans 500 ml d'eau glacée acidifiée avec 60 ml d'une solution d'acide chlorhydrique concentrée.
Une huile cristallise.
On essore, réempate dans l'eau et sèche à 45°C sur anhydride phosphorique et sous vide.
On obtient des cristaux blancs (24, 4 g) qui, après recristallisation dans l'isopropanol fondent à 119°C et dont l'analyse élémentaire calculée pour C13H16N2O4SCl2 est :
Analyse C H N O S Cl
Théorie % 42, 52 4, 39 7, 63 17, 43 8, 73 19, 31
Trouvé % 42, 72 4, 48 7, 61 17, 54 8, 61 19, 24

2ème étape :
Hvdrolvse alcaline
Le composé obtenu en 1ère étape (22,8 g - 0,062 mole) est mis en suspension dans 54 ml d'éthanol à 96°, 27 ml d'eau et 54 ml de lessive de soude IO N.
On chauffe au reflux de l'alcool jusqu'à hydrolyse complète
(10 mn) de l'oxazolidone intermédiaire.
La réaction est suivie en chromatographie sur couche mince (gel de silice; éluant : acétate d'éthyle).
On évapore l'alcool sous pression réduite, on obtient une huile brune en suspension à laquelle on ajoute 100 ml d'eau glacée et on extrait à l'éther éthylique ( environ 500 ml).
La phase éthérée est séchée sur sulfate de sodium et filtrée. On y ajoute 20 ml d'une solution environ 7 N d'acide chlorhydrique dans l'éthanol absolu.
Le dichlorhydrate précipite en huile qui cristallise.
Après essorage, lavage à l'éther éthylique et séchage sur potasse, on obtient des cristaux blancs (18,4 g) qui fondent avec décomposition à 158-160°C et dont l'analyse élémentaire calculée pour C1 1H20N2O2SCl2 est :

Analyse C H N O S Cl
Théorie % 41, 91 6, 39 8, 89 10, 15 10, 17 22, 49

Trouvé % 41, 89 6, 42 8, 90 10, 27 10, 08 22, 58

Exemple 2
Préparation du 6-méthylthio 1-N-β-hvdroxyéthylamino 3-amino benzène.

1ère étape.
Synthèse du 6-méthylthio 3-acétylamino nitro-benzène

A température ambiante on met 50,0 g de thiométhylate de sodium en suspension dans 500 ml de diméthoxyéthane et on ajoute, par portions, en 30 mn, 99,1 g (0,5 mole) de 2-nitro 4-acétylamino fluorobenzène en maintenant la température entre 25 et 27° C à l'aide d'un bain d'eau glacée.
Après avoir laissé agiter 30 mn supplémentaires à 25-27°C on coule cette suspension dans 4 litres d'eau glacée.
Le précipité cristallisé jaune-orangé est essoré, réempaté dans l'eau et séché sur anhydride phosphorique.
On obtient 107, 0 g de cristaux orangés qui fondent à 178 °C après recristallisation dans l'éthanol à 96°, et dont l'analyse élémentaire calculée pour C9H10N2O3S est :

Analyse C H N O S
Théorie % 47, 78 4, 45 12, 38 21, 21 14, 17
Trouvé % 47, 90 4, 40 12, 48 21, 01 14, 10 2ème étape :
Synthèse du 6-méthylthio 3-acétylamino 1 -amino benzène.
On chauffe au reflux de l'alcool une suspension de 0,5 g de chlorure d'ammonium et de 17 g de zinc en poudre fine dans 40 ml d'étfianol à 96° et 3,6 ml d'eau.
On ajoute par portions 6, 8 g (0, 03 mole) du composé obtenu lors de la 1ère étape de façon à maintenir le reflux sans chauffage (on constate une décoloration exothermique).
Après la fin de l'addition, on maintient le reflux pendant 20 mn.

On filtre bouillant et lave les boues de zinc avec le minimum d'alcool chaud.
Le filtrat est dilué avec deux volumes d'eau glacée.
Le composé attendu cristallise lentement.
Après essorage, lavage à l'eau, séchage sur anhydride phosphorique et recristallisation dans l'isopropanol, on obtient 2,6 g de cristaux blancs fondant à 105°C et dont l'analyse élémentaire calculée pour C9H12N2OS est :

Analyse C H N O S
Théorie % 55, 08 6, 16 14, 278, 15 16, 34
Trouvé% 55,07 6,18 14,11 8,32 16,31

3ème étape
Synthèse du 6-méthylthio 1-β-chlorocarbéthoxyamino 3- acétylamino benzène.
Ce composé est préparé selon le procédé décrit dans l'exemple 1 (1ère étape).
On obtient des cristaux blancs qui après recristallisation dans l'acétate d'éthyle présentent un point de fusion de 162°C, et dont l'analyse élémentaire calculée pour C12H15N7O3SCl est :

Analyse C H N O S Cl
Théorie % 47, 60 4, 99 9, 25 15, 85 10, 59 11, 71

Trouvé % 47, 76 5, 07 9, 05 16, 05 10, 43 11, 60

4ème étape
Hydrolyse alcaline
L'hydrolyse alcaline du composé obtenu à l'étape précédente est faite selon le procédé décrit dans l'exemple 1 (2ème étape).
Après recristallisation de l'acétonitrile, on obtient avec un rendement de 69 % un composé cristallisé blanc dont le point de fusion est 96° C et dont l'analyse élémentaire calculée pour C9H14N7OS est :

Analyse C H N O S
Théorie % 54, 52 7, 12 14, 13 8, 07 16, 17
Trouvé % 54, 60 7, 16 14, 11 8, 20 15, 98

Exemple 3
Préparation du dichlorhydrate de 6-méthylthio 3-N-β-hydroxyéthylamino aniline.

1ère étape
Synthèse du 3-(4-méthylsulfanyl-3-nitro-phenyl) -oxazolidin-2- one.
On utilise le procédé décrit pour l'exemple 1 (1ère étape).
A partir de 45,2 g (0,2 mole) de 3-(4-fluoro3-nitro-phenyl)-oxazolidin-2-one on obtient 48,5 g de cristaux orangés qui après recristallisation dans le diméthoxyéthane ont un point de fusion de 180°C et dont l'analyse élémentaire calculée pour C10H10N2O4S est :

Analyse C H N O S
Théorie % 47, 24 3, 96 11 , 02 25, 17 12, 61
Trouvé % 47, 20 3, 99 11, 06 25, 43 12, 49

2ème étape :
Synthèse du 6-méthylthio 3-N-β-hvdroxyéthylamino nitrobenzène. L'hydrolyse alcaline du composé précédent est effectuée selon le mode opératoire décrit dans l'exemple 1 (2ème étape).
On obtient avec un rendement de 83 % des cristaux rouges foncés dont le point de fusion est de 104°C et dont l'analyse élémentaire calculée pour C9H12N2O3S est :

Analyse C H N O S
Théorie % 47,36 5,30 12,27 21,03 14,05
Trouvé % 47,34 5,38 12, 34 21,20 13,89

3ème étape

La réduction du composé précédent est effectuée selon le procédé utilisé pour l'exemple 2 (2ème étape).
Le dichlorhydrate cristallise dans le milieu réactionnel filtré après addition d'éthanol absolu chlorhydrique.
On obtient des cristaux blancs fondant avec décomposition à 154- 157°C et dont l'analyse élémentaire calculée pour C9H16N2OSCl2 est :

Analyse C H N O S Cl

Théorie % 39,86 5,95 10,30 5,90 11,82 26,14

Trouvé % 39,92 6,05 10,32 6,10 11,66 25,98 Exemple 4
Préparation du dichlorhydrate de 6-(β-acétylaminoéthylthio) 1.3- diamino benzène.

1ère étape
Synthèse du 6-(β-acétylaminoéthylthio) 3-nitro 1-acétylamino- benzène.

On dissout 20 g de potasse en poudre dans une solution de 71,4 g (0,6 mole) de β-acétylaminoéthylthiol dans 300 ml de diméthoxyéthane chauffé à 45 °C.
Après refroidissement à 30°C on ajoute par portions, en 30 mn, 47,5 g (0,24.mole) de 2-acétylamino 4-nitrofluorobenzène.
On maintient la suspension à 30-35°C pendant 30 mn.
Le milieu réactionnel est versé dans 800 ml d'eau glacée. Le précipité cristalUsé jaune est essoré, réempaté dans l'eau et séché sur anhydride phosphorique.
On obtient des cristaux jaunes (67,3 g) qui après recristallisation de l'éthanol fondent à 172° C et dont l'analyse élémentaire calculée pour C12H15N3O4S est

Analyse C H N O S

Théorie % 48,48 5,09 14,13 21,52 10,78

Trouvé % 48,69 5,16 14,00 21,74 10,80

2ème étape

Synthèse du 6-(β-acétylaminoéthylthio) 3-amino 1-acétylamino- benzène.

La réduction est effectuée selon le mode opératoire décrit pour l'exemple 2, (2ème étape). On obtient un composé cristalUsé blanc dont le point de fusion est 148° C et dont l'analyse élémentaire calculée pour C12H17N3O2S est :

Analyse C H N O S
Théorie % 53,91 6,41 15,72 11,97 11,99
Trouvé % 53,95 6,39 15,90 12,08 11 ,95

3ème étape

La désacétylation du groupe amino en position 1 est effectuée en chauffant à 80°C pendant 5 heures une solution de 20 g (0,74 mole) du composé obtenu à l'étape précédente dans 300 ml d'une solution d'acide chlorhydrique normale.
On refroidit et neutraUse avec une solution d'ammoniaque à 20 %. Après extraction à l'acétate d'éthyle, séchage sur sulfate de sodium, fïltration et evaporation à sec, l'huile obtenue et purifiée par passage sur colonne moyenne pression (gel de silice- éluant : mélange d'éthyle et d'heptane). Le dichlorydrate est préparé dans l'éthanol absolu chlorhydrique et précipité en diluant à l'éther éthylique. On essore et sèche sur potasse.
Les cristaux blancs (4,7 g) fondent avec décomposition à 201-204°C. Le spectre de masse est conforme au produit attendu.

EXEMPLES DE PROCEDES DE TEINTURE

Exemples 1 à 4

Composition A

. Octyldodécanol vendu sous la dénomination EUTANOL D
par la société HENKEL 8,0 g

. Acide oléique 20,0 g . Lauryléthersulfate de monoéthanolamine vendu sous la
dénomination SIPON LM 35 par la Société HENKEL 3 ,0 g

. Alcool éthylique 10,0 g

. Alcool benzylique 10,0 g

. Alcool cétylstéarylique à 33 moles d'oxyde d'éthylene vendu sous la dénomination SIMULSOL GS par la Société SEPPIC 2,4 g

. Acide éthylène diamine tétracétique 0,2 g

. Solution aqueuse à 60 % de MA d'un polymère cationique
présentant le motif récurrent suivant :

3,7 g MA



. Monoéthanolamine 7,5 g . Diéthanolamide d'acide Iinoléique vendu sous la dénomination
COMPERLAN F par la Société HENKEL 8,0 g

. Ammoniaque à 20 % de NH3 10,2 g

. Métabisulfite de sodium en solution aqueuse à 35 % 1,3 g

. Hydroquinone 0,15 g . Colorants x g

. Eau déminéralisée qsp 100,0 g Composition B

Eau oxygénée à 20 volumes et à pH = 3.

Protocole de teinture

La composition A est mélangée, poids pour poids, avec la composition B. Le mélange obtenu est appliqué sur des cheveux gris naturels à 90 % de blancs, permanentes ou non, pendant 30 mn. Les cheveux sont ensuite rincés, lavés au shampooing, puis rincés à nouveau et séchés.

Exemples 5 à 9

Composition A

. Alcool oléique polyglycérolé à 2 moles de glycérol 4,0 g

. Alcool oléique polyglycérolé à 4 moles de glycérol à 78 % de MA 5,69 g MA

. Acide oléique 3,0 g . Aminé oléique à 2 moles d'oxyde d'éthylene vendue sous
la dénomination ETHOMEEN 012 par la Société AKZO 7,0 g . Laurylamino succinamate de diéthylaminopropyle,
sel de sodium à 55 % de MA 3,0 g MA

. Alcool oléique 5,0 g

. Diéthanolamide d'acide oléique 12,0 g

. Propylèneglycol 3,5 g . Alcool éthylique 7,0 g

. Dipropylèneglycol 0,5 g

. Monométhyléther de propylèneglycol 9,0 g

. Métabisulfite de sodium en solution aqueuse à 35 % 0,455 g

. Acétate d'ammonium 0,8 g . Antioxydant, séquestrant qs
. Parfum, conservateurs qs
. Monoéthanolamine qsp pH 9,8
. Colorants x g

. Eau déminéralisée qsp 100,0 g

Composition B

Elle est constituée par une solution d'eau oxygénée à 20 volumes dont le pH et ajusté entre 1 et 1,5 par de l'acide orthophosphorique.

Protocole de teinture

La composition A est mélangée, poids pour poids, avec la composition

B d'eau oxygénée. Le mélange obtenu est appliqué sur des cheveux gris naturels à 90 % de blancs, permanentes ou non, pendant 30 minutes. Les. cheveux sont ensuite rincés, lavés au shampooing, puis rincés à nouveau et séchés.