処理中

しばらくお待ちください...

設定

設定

1. WO1989000092 - POLISHING DISK OF FIBROUS MATERIAL AND PROCESS FOR UTILIZING SAME

注意: このテキストは、OCR 処理によってテキスト化されたものです。法的な用途には PDF 版をご利用ください。
Disque de polissage en matière fibreuse
et procédé d'utilisation.

Le premier objet de la présente invention est un disque en matière fibreuse pour le polissage de pièces métalliques, notamment de pièces de boîtes de
montre .
On sait que les opérations de polissage jouent un rôle essentiel dans la terminaison de certaines
pièces métalliques, comme certaines pièces de boîtes de montre, notamment des pièces en un métal précieux. Le degré de polissage requis doit être obtenu d'une façon

10 parfaitement régulière sur toute la surface de la
pièce, et cela aussi rapidement que possible et sans déformation de la pièce. Or, ces exigences sont
particulièrement difficiles à respecter si les surfaces à polir sont compliquées, comme par exemple les
15 surfaces de raccordement entre la périphérie extérieure d'une carrure ou d'un corps de boîte et un gond ou une corne de fixation du bracelet.
Il est connu d'utiliser pour ces opérations des disques circulaires d'épaisseur constante, en
20 feutre, qui sont entrainés à une vitesse prédéterminée et contre lesquels les pièces à polir sont appliquées. Or, on a découvert qu'il était possible, grâce à une conformation spéciale de ces disques en feutre, de
réaliser l'opération de polissage beaucoup plus rapi- - - dément que par le passé et en diminuant les risques de déformation des pièces, surtout lorsqu'il s'agit de
pièces tendres, et la présente invention a pour but de réaliser ce perfectionnement.
30 On sait qu'il existe des meules formées d'une série d'éléments profilés rigides, montés radialement autour d'un moyeu. Il existe également des brosses et des meules formées d'éléments filiformes fixés par leurs racines autour d'un moyeu et s'étendant radia-le ent vers l'extérieur.
Ainsi, le brevet US 2,680,335 décrit un disque de polissage composé de filaments textiles imbibés de particules abrasives et bobinés sur un anneau plat, avec un fil de retenue. Puis le bobinage est fendu le long de la périphérie du disque, l'anneau plat est retiré et l'ensemble, des fils est traité dans un moule pour donner un corps annulaire compact ayant en coupe l'allure des figures 4,5,6,9,10 etc. annexées au brevet mentionné. Dans les figures 13 et 15, on montre une variante où les fils sont libres radialement et séparés les uns des autres. Il ne s'agit pas de disque avec des fentes radiales arquées.
Dans le brevet ϋS 1,926,812, il s'agit d'un disque de polissage en feutre, mais l'auteur du brevet propose de couper des fentes radiales, d'insérer un anneau en tissus flexible après avoir rabattu une lamelle radiale sur deux, puis de redresser les lamelles. Ensuite, l'ensemble estplacé entre deux flasques en mousseline.
Le brevet FR 2,546,098 concerne une roue de polissage assez semblable à celle du brevet
US 2,680,335. Le brevet français porte sur la fabrication des lamelles, tandis que le brevet US porte sur le montage, mais le concept général de la roue est le même.
Le brevet US 2,146,548 décrit des roues abrasives formées d'un empilage de disques de textile recouverts de matière abrasive sur leur face externe. Les fentes sont radiales ou obliques, mais pas incurvées et sont toutes à la même profondeur.

Dans le brevet GB 456,985, un disque ou une
bande abrasive sont constitués d'éléments abrasifs montés sur un support au moyen d'une couche de liant flexible.
Toutefois, dans toutes ces réalisations, les -' différents éléments sont séparés les uns des autres à
leur périphérie ou retenus par un moyen. Elles sont de plus complexes et ne permettent pas d'obtenir le résultat que permet d'obtenir la présente invention.
Dans le but indiqué, cette dernière est carac-10 térisé en ce que le disque forme une pièce massive de
la dite matière et en ce que sa périphérie est découpée en lamelles jointives séparées par des fentes minces.
L'invention a également pour objet un procédé de polissage d'une pièce métallique, notamment d'une *'-•*' pièce de boîte de montre, caractérisé en ce qu'on utilise un disque du genre susmentionné, dont la périphérie est découpée en lamelles jointives séparées par des fentes minces ayant, en tous les points de leur longueur, une direction oblique par rapport à la direction 2^ radiale, et on fait tourner ce disque à une vitesse
suffisante pour que, sous l'effet de la force centrifuge, les lamelles soient comprimées l'une contre
l'autre à la périphérie du disque.
L'invention a encore pour objet une pièce ~- métallique a surface arrondie, polie selon ce procédé.
On va décrire ci-après à titre d'exemple une' forme de mise en oeuvre de l'invention, en se référant au dessin annexé, dont :
la fig. 1 est une vue en plan à petite échelle 0 d'une forme d'exécution du disque en feutre,
la fig. 2 une vue en perspective arrachée à
plus grande échelle montrant une partie de la périphérie du disque, et
la fig. 3 une vue en perspective coupée d'une carrure de boîte de montre polie au moyen du disque des fig. 1 et 2.
Le disque de polissage représenté a la fig. 1 est un disque massif en feutre relativement dur d'un -~ diamètre de l'ordre de 30 cm. L'épaisseur du disque est de l'ordre de 10 mm. Ce disque 1 présente à sa périphérie une série de fentes minces de différentes longueurs. Les fentes désignées par 2 s'étendent jusqu'à un cercle 3 dont le diamètre est approximativement la

~-~ moitié du diamètre total du disque, tandis que les
fentes désignées par 4 qui sont intercalées entre les fentes 2 s'étendent en profondeur jusqu'à un cercle 5 de diamètre intermédiaire entre la périphérie du disque 1 et du cercle 3. Ainsi, ces différentes fentes déter- *- minent des lamelles ramifiées dont l'épaisseur varie relativement peu en fonction de la profondeur. Sur la face du disque visible à la fig. 1, on voit que la
moitié des fentes 2 se prolonge vers l'intérieur par des marques 6 qui permettent, le moment voulu, de pro¬

20 longer les fentes 2 ainsi marquées de façon à poursuivre l'utilisation du disque lorsque la matière comprise entre le cercle extérieur et le cercle 3 a été entièrement usée. La disposition ainsi obtenue est
mieux visible à la fig. 2 où l'on voit, que du fait du

25 taillage des fentes 2 et 4 , le feutre a tendance à se décomprimer légèrement. D'autre part, le tracé des
fentes 2 et 4 est légèrement oblique par rapport à la direction radiale. En outre, les fentes sont incurvées, ce qui présente 1 ' avantage que 1 ' angle entre la
30 direction d'une fente et la direction radiale à un
point quelconque le long d'une de ces fentes (angle
désigné par Q{ à la fig. 2), va en augmentant
progressivement à mesure que l'on se rapproche du
centre. Cependant, pour des raisons pratiques, les fentes pourront être taillées selon un tracé
rectiligne. Le nombre et par conséquent l'épaisseur des lamelles n'est pas critique. Dans la forme d'exécution décrite (diamètre 30 cm) le nombre était, à la péri-phérie du disque, de 90. Toutefois, selon les besoins ce nombre peut être modifié. De même, l'angle optimum d'inclinaison des fentes ( angle jΛ ) dépend des cas d'application. On a constaté que dans certains cas une valeur de 20° était avantageuse, mais cette valeur n'est pas limitative. On notera encore que l'angle d'inclinaison des fentes pouvait aussi être inversé par rapport au sens de rotation, à partir de l'exemple de la fig. 1.
Pour la réalisation d'une opération de polis-sage au moyen du disque 1, ce dernier est monté de façon à être entraîné en rotation dans le sens de la flèche 7 à la fig. 1, à une vitesse telle que sous l'effet de la force centrifuge les différentes lamelles séparées par les fentes 2 et 4 sont comprimées les unes contre les autres. Ainsi, lorsqu'une pièce à polir est appliquée de façon que la force de résistance s'exerce dans le sens de la périphérie du disque, c.à.d. dans son plan, la force de résistance est relativement élevée, alors que, si la force d'application est diri-gée obliquement par rapport au plan du disque, les lamelles peuvent facilement se déformer latéralement. On évite ainsi l'usure de la pièce s'il s'agit d'une pièce en un métal tendre, par exemple en or.
La fig. 3 représente schématiquement un type de carrure désigné par 8 comportant deux gonds 9 dont toutes les surfaces extérieures sont arrondies à la manière d'un jonc. On a constaté que sur ce type de carrure, les arrondis , notamment dans les surfaces de raccordement entre le jonc et les gonds, pouvaient être réalisées très rapidement et facilement sans risque d'usure de la pièce lorsqu'on utilise un disque 1 entraîné à la vitesse convenable.