WIPO logo
Mobile | Deutsch | English | Español | 日本語 | 한국어 | Português | Русский | 中文 | العربية |
PATENTSCOPE

Recherche dans les collections de brevets nationales et internationales
World Intellectual Property Organization
Recherche
 
Options de navigation
 
Traduction
 
Options
 
Quoi de neuf
 
Connexion
 
Aide
 
Résultats 1-10 sur 12 pour Critères:(ANID:LK* AND CTR:WO) Office(s):all Langue:FR Racinisation: true maximize
précéd. 1 2 suiv.
Page: / 2 Go >
RSS iconmap icon 
Instant Help

Analyse
Analyse

Nombre de réponses par page
Traduction automatique
TitrePaysDate de pub.
CIBN° de demandeDéposantInventeur
1. WO/1994/012576 MATIERE ORGANIQUE A BASE DE COIR PULVERULENTWO09.06.1994
B65D 65/38
PCT/LK1993/000001NANDADASA, Puwakdandawe, NarayanaNANDADASA, Puwakdandawe, Narayana
Matière organique comportant l'une des matières résiduelles suivantes: des sciures, des copeaux de bois, de l'écorce, des déchets cellulosiques, du charbon de bois, de la tourbe, des coquillages, des résidus d'olives, du coir pulvérulent, des parches de café, des fibres de coco, des coques de tournesol, des gousses de coton, des coquilles de noisettes, de la bagasse, du chanvre, de la paille, du lin, des tiges de plantes, des vieux papiers, des germes de malt, des balles de riz ou des ordures ménagères. On préfère le coir pulvérulent. On peut transformer cette matière en éléments de conditionnement ou en boulettes utilisables comme matière de conditionnement. On forme la matière de conditionnement en mélangeant le résidu à un liant, en le disposant entre des couches servant de peaux, ou en le collant à un substrat. Ladite matière peut être biodégradable et/ou utilisée comme engrais et/ou comme milieu de culture.

2. WO/1992/016424 DISPOSITIF DE FERMETURE DE SACSWO01.10.1992
B65D 33/16
PCT/LK1992/000001SENANAYAKE, Daya, RanjitSENANAYAKE, Daya, Ranjit
Dispositif de fermeture de sacs comprenant un premier élément (1) présentant un évidement longitudinal, un second élément (4) apte à s'emboîter dans ledit évidement, et un dispositif de serrage réversible (8) servant à serrer lesdits éléments l'un contre l'autre. L'un des éléments peut être fixé à l'avance à la surface externe du sac à proximité de son ouverture, c'est-à-dire avant le remplissage du sac. Selon une variante de réalisation, lesdits éléments peuvent être maintenus autour de l'ouverture d'un sac (plein) par une attache servant de dispositif de serrage, le sac étant serré entre les éléments à proximité de son ouverture. On peut stocker séparément les pièces du dispositif et le ou les sacs (s).

3. WO/1990/005624 PROCEDE DE TAILLAGE DE DIAMANTSWO31.05.1990
A44C 17/00
PCT/LK1989/000002SENANAYAKE, Daya, RanjitSENANAYAKE, Daya, Ranjit
Le procédé de taillage de diamants décrit, dans lequel des lignes de guidage tracées sur la surface extérieure d'un diamant brut sont utilisées pour tailler jusqu'à six formes pyramidales (340) constituant des fragments provenant d'une pièce particulière de diamant (pouvant être taillé) en forme de tétrahèdre, permet de tirer le poids maximum d'un diamant taillé à facettes à coupe ronde poli (ou de tout autre diamant taillé à coupe ronde) obtenu à partir d'un diamant brut particulier, conjointement avec les fragments. Un crayon de marquage ou équivalent est maintenu parallèle à la ligne médiane du diamant (300) et est ajusté jusqu'à ce que sa pointe (330) touche la face la plus courte du diamant. Après mise en rotation du diamant par rapport à la pointe, on trace un cercle qui représente le diamètre rond maximum qu'on peut obtenir en taillant ce diamant. Le crayon traverse les arêtes (412, 414, 416, 418) du diamant et ces points de croisement définissent le point de départ de l'opération de taillage. Dans une variante améliorée, le crayon de marquage et sa pointe peuvent également être utilisés pour tracer la hauteur maximum du diamant façonné, les marques étant placées sur les arêtes, et une forme pyramidale peut être taillée depuis le sommet et/ou le fond (culasse) du diamant brut. Un laser est de préférence utilisé à la fois pour marquer et pour tailler le diamant en une seule opération, ce qui permet de réaliser des économies de temps et d'éliminer le besoin éventuel de réajustage ou de reréglage du diamant sur sa fixation.

4. WO/1990/002828 OBJETS CREUX DE JOAILLERIE ET PROCEDEWO22.03.1990
A44C 27/00
PCT/LK1989/000001SENANAYAKE, Daya, RanjitSENANAYAKE, Daya, Ranjit
Un procédé de fabrication d'un objet creux de joaillerie consiste à appliquer une couche électroconductrice à une partie (18) d'un mandrin ou moule (10) non conducteur, ledit mandrin recouvert de la couche étant présenté pour une première immersion dans un électrolyte contenant des ions d'un métal précieux par exemple l'or, de sorte que lesdites parties du mandrin soient recouvertes d'un dépôt initial. Ensuite on retire le mandrin de l'électrolyte puis on recouvre d'une couche les parties (24) préalablement non recouvertes d'une couche avant d'immerger à nouveau le moule dans un électrolyte différent pour former une enveloppe extérieure solidaire avec les nervures de renforcement (28) ou points internes formés lors de la première immersion. Ainsi ledit objet creux de joaillerie intérieurement est renforcé par les nervures de renforcement pouvant toutefois, dans un autre mode de réalisation, être remplacées par des parties saillantes individuelles droites en bas relief si celles-ci conviennent au profil extérieur requis pour ledit objet de joaillerie. L'invention concerne également un objet creux de joaillerie formé selon le procédé de l'invention.

5. WO/1989/004913 INSTALLATION DE PRODUCTION D'ENERGIEWO01.06.1989
F01K 9/02
PCT/LK1988/000004SENANAYAKE, Daya, RanjitSENANAYAKE, Daya, Ranjit
Installation à vapeur comprenant une turbine à vapeur (237), ainsi qu'un condenseur (254) dans lequel la vapeur s'échappant de la turbine est condensée, le condenseur (254) se trouvant au moins à 200 mètres au-dessus du niveau de la turbine (237) et de préférence à plusieurs kilomètres au-dessus du niveau de celle-ci. La turbine (237) est reliée au condenseur (254) par un arbre étanche au vide (252) adapté pour transporter la vapeur d'échappement vers le haut jusqu'àu condenseur, à des vitesses de vapeur allant jusqu'à 0,75 fois la vitesse du son dans ladite vapeur. Le condensé est continuellement retiré du condenseur (254), à la fois pour maintenir le vide et pour stimuler le transfert de masse continu vers le haut, de la vapeur d'échappement à vitesse élevée.

6. WO/1989/003100 SYSTEME ET PROCEDE D'IDENTIFICATION DE PERSONNESWO06.04.1989
G07C 9/00
PCT/LK1988/000002SENANAYAKE, Daya, RanjitSENANAYAKE, Daya, Ranjit
Dans le système décrit, une version encodée des empreintes digitales de l'utilisateur est ré-imprimée et enregistrée sur une carte ou un dispositif d'identification; cette version encodée est lue dans une machine et comparée directement, au moment de l'utilisation, avec une impression des empreintes digitales sur une région différente mais désignée de la carte, ou bien encore sur une région désignée du lecteur ou une carte séparée, la comparaison s'effectuant sur une base bi-univoque de manière à limiter la nécessité d'une importante capacité mémoire ou de stockage pour les enregistrements d'empreintes digitales sur la carte ou dans le lecteur. Ce système d'identification de personnes s'utilise avec des passeports, des chèques de voyage, des cartes-chèque, et similaire.

7. WO/1989/001597 CONDENSEUR BAROMETRIQUE A CONTACT DIRECTWO23.02.1989
B01D 5/00
PCT/LK1988/000001SENANAYAKE, Daya, RanjitSENANAYAKE, Daya, Ranjit
Condenseur (10) barométrique de vapeur à contact direct dans lequel un courant de vapeur et de condensat formé vient au contact d'une surface libre du condensat, laquelle est de préférence retirée de manière continue, de manière à assurer une surface plus froide contre laquelle et/ou grâce à laquelle davantage de vapeur peut se condenser.

8. WO/1988/007810 SYSTEME DE CONSTRUCTION TRIDIMENSIONNELWO06.10.1988
H05K 7/18
PCT/LK1987/000002LOGSTRUP, ErikLOGSTRUP, Erik
Cette invention fait partie du système de construction tridimensionnel basé sur un module de base dans lequel les côtés horizontal, vertical et longitudinal sont d'égales dimensions, le centre de chaque face carrée étant le point de montage. Les barres d'angle à haute résistance, avec les barres transversales qui forment la structure de base, sont utilisées à la fois pour la profondeur et la largeur, afin de supporter des charges lourdes. Les éléments de construction consistent en la multiplication du module de base permettant l'édification de constructions compliquées par l'adjonction de modules ou de demi-modules et en respectant le principe du concept modulaire.

9. WO/1988/005253 SYSTEME DE CONSTRUCTION TRIDIMENSIONNELWO14.07.1988
H05K 7/18
PCT/LK1987/000001LOGSTRUP, ErikLOGSTRUP, Erik
Le système décrit se fonde sur un module de base dans lequel les côtés horizontal, vertical et longitudinal ont des dimensions égales, le centre de chaque face carrée étant le point de fixation (Figure 5). On utilise, pour la profondeur et la largeur, des traverses et des cornières (Figure 1 & 2) qui constituent la structure de base. Les côtés peuvent être recouverts si nécessaire. Les éléments de construction consistent en des multiplications du module de base, permettant la réalisation de constructions complexes par l'adjonction de modules et sans s'écarter du concept modulaire (Figure 3). Des ferrures peuvent être fixées aux plaques de fixation dans n'importe quelle position à l'intérieur du système modulaire, conférant ainsi à l'ensemble de réelles possibilités d'agrandissement tridimensionnel (Figure 6). Ce système s'utilise pour des applications diverses, des dimensions appropriées étant sélectionnées pour le module de base. Les portes comportent un joint muni d'un profilé incorporant une rainure dans laquelle s'insère avec précision l'arête du métal (Figure 7).

10. WO/1986/005435 MACHINE A CLIVERWO25.09.1986
B28D 5/00
PCT/LK1986/000001SENANAYAKE, Daya, RanjithSENANAYAKE, Daya, Ranjith
L'invention concerne essentiellement le domaine de l'entaillage et du clivage de pierres précieuses et de diamants et de tous autres types de matériaux durs et/ou cassants. Le problème technique est que lors de la réalisation d'une entaille dans la pierre ou le diamant ou tout autre morceau de matériau à cliver à l'aide des procédés manuels actuels ou d'autres procédés en usage, il est extrêmement difficile et fastidieux d'entailler au bon endroit, et, de surcroît, d'effectuer une entaille fine et étroite. La présente invention résout ce problème par le montage de la première pierre ou diamant ou morceau de matériau à entailler et à cliver sur un support à griffes ou un autre type de support fixé sur un dispositif réglable. La seconde pierre ou diamant ou morceau de matériau est montée sur un second support avec un taillant fin qui dépasse. Ce taillant fin est ensuite déplacé et réglé pour venir en contact avec la première pierre exactement au point d'entaillage et de clivage. Ainsi l'entaille est réalisée uniquement à l'endroit désiré et l'emploi d'un taillant fin (courant sur les pierres ou diamants sciés) permet d'obtenir une entaille étroite et un clivage de haute qualité. Grâce à cette invention, le rendement des opérations de clivage de pierres ou de diamants est accru.


Résultats 1-10 sur 12 pour Critères:(ANID:LK* AND CTR:WO) Office(s):all Langue:FR Racinisation: true maximize
précéd. 1 2 suiv.
Page: / 2 Go >
RSS iconmap icon 
Instant Help