Traitement en cours

Veuillez attendre...

Paramétrages

Paramétrages

Aller à Demande

1. WO1993011815 - DISPOSITIF DE PROTECTION CONTRE LES PIQURES ACCIDENTELLES PAR DES AIGUILLES D'INJECTION

Note: Texte fondé sur des processus automatiques de reconnaissance optique de caractères. Seule la version PDF a une valeur juridique

[ FR ]

DISPOSITIF DE PROTECTION CONTRE LES PIQURES ACCIDENTELLES
PAR DES AIGUILLES D'INJECTION
L'invention concerne un dispositif de protection contre les piqûres accidentelles par des aiguilles d'injection.
On a déjà développé de nombreux moyens destinés à protéger les personnes, telles que les infirmières, qui font des injections de produits pharmaceutiques ou médicamenteux à des patients au moyen de seringues munies d'aiguilles, et qui risquent de se piquer elles-mêmes en manipulant la seringue ou l'aiguille après l'injection faite au patient.
En général, après une injection, l'aiguille doit être retirée de la seringue et jetée pour être dé-truite. Le moyen de protection le plus efficace consiste à recouvrir l'aiguille d'un étui ou capuchon rigide alors qu'elle est encore montée sur la seringue, puis à retirer l'aiguille de la seringue en la laissant à l'intérieur du capuchon, et à jeter ensemble le capuchon et l'aiguille. Comme les aiguilles sont commercialisées dans des conditionnement individuels constitués par des capuchons rigides fermés par un petit bouchon amovible ou moyen analogue ainsi que par des emballages stériles inviolables du type "blister", on peut réutiliser le capuchon de conditionnement pour recouvrir l'aiguille après usage et avant de la retirer de la seringue. Ce moyen de protection est de toute évidence le plus économique, mais n'est pas très efficace, car les conditionnements de commercialisation des aiguilles n'ont pas été conçus pour assurer une protection contre la contamination par des aiguilles souillées.
L'invention a notamment pour but d'apporter une solution simple, efficace et peu coûteuse à_ ce problème.
Elle propose, à cet effet, un dispositif de protection contre les piqûres accidentelles par des aiguilles d'injection, comprenant un capuchon de forme cy- lindrique ou conique destiné à contenir l'aiguille et ayant une extrémité ouverte d'introduction de l'aiguille, caractérisé en ce que le capuchon comporte des moyens de prise et de maintien d'un capuchon semblable orienté sen- siblement perpendiculairement au premier capuchon cité.
Ces moyens de prise et de maintien peuvent être constitués par un organe de serrage à déformation élastique, comprenant par exemple deux pattes formant pince, formé à l'extrémité fermée du capuchon.
On peut ainsi utiliser un capuchon pour tenir à distance un autre capuchon, orienté perpendiculairement au premier et dans lequel on introduira l'aiguille.
Le dispositif selon l'invention offre donc une protection efficace contre les piqûres accidentelles par des aiguilles souillées, tout en ayant un prix de revient sensiblement égal à celui des capuchons classiques de conditionnement d' aiguilles .
Selon une autre caractéristique de 1 ' invention, le capuchon a une section transversale à contour extérieur polygonal, et l'organe de serrage précité délimite un logement à contour intérieur polygonal de forme et de dimensions correspondant à celles du capuchon.
Ainsi, on assure l'immobilisation en rotation du capuchon qui . est monté dans l'organe de serrage précité.
Selon encore une autre caractéristique de l'invention, un manchon tubulaire est monté coulissant sur le capuchon de façon à pouvoir recouvrir 1 ' extrémité ouverte du capuchon et s'étendre au-delà de celle-ci.
Ce moyen offre une protection supplémentaire, lorsque l'aiguille est du type à deux extrémités pointues, dont l'une est utilisée pour l'injection d'une produit à un patient et dont l'autre est utilisée pour per-forer un opercule de fermeture d'un tube contenant le produit à injecter. Dans ce cas, le manchon tubulaire précité peut recouvrir totalement l'aiguille logée dans le capuchon, en évitant les risques de piqûres accidentelles .
Selon une variante de réalisation de l'invention, les moyens de prise et de maintien comprennent au moins une patte elastiquement deformable formée le long du capuchon.
Cette patte peut être utilisée pour retenir un autre capuchon de même type, lorsqu'elle est engagée, sous la patte de cet autre capuchon.
Dans une variante de réalisation de l'invention, applicable notamment au cas des aiguilles d'injection d'insuline, l'organe de serrage est destiné à la prise et au maintien d'un fourreau de faible diamètre emboîtable sur l'aiguille.
L'invention sera mieux comprise et d'autres caractéristiques, détails et avantages de celle-ci apparaîtront plus clairement à la lecture de la description qui suit, faite en référence aux dessins annexés dans lesquels :
la figure 1 représente schématiquement un dispositif de protection selon l'invention;
la figure 2 illustre schématiquement l'utilisation de ce dispositif;
les figures 3, 4 et 5 représentent des variantes de réalisation de ce dispositif.
On fera tout d'abord référence aux figures 1 et 2, représentant une première forme de réalisation du dispositif selon l'invention.
Ce dispositif comprend essentiellement un capuchon 10 de forme générale cylindrique ou tronconique très semblable aux capuchons classiques utilisés pour le conditionnement des aiguilles dans la technique antérieure .
Ce capuchon 10 comporte une extrémité ouverte

12 d'introduction d'une aiguille et une extrémité opposée fermée 13. L ' extrémité ouverte 12 du capuchon est en général délimitée par un collet cylindrique 14 recevant un bouchon amovible ou un autre moyen analogue de fermeture.
A son extrémité fermée, le capuchon 10 est prolongé longitudinalement par un organe 16 de prise et' de maintien du capuchon 10 d'un autre dispositif selon l'invention ou d'un capuchon classique de conditionnement d'aiguille utilisé dans la technique antérieure.
L'organe de prise et de maintien 16 est constitué de deux pattes 18 elastiquement déformables, formant pinces ou mâchoires de serrage. Ces deux pattes 18 délimitent entre elles un logement ayant une forme et des dimensions correspondant à celles de la section transversale du capuchon à recevoir.
L'utilisation de ce dispositif est extrêmement simple:
comme représenté en figure 2 , il suffit d'introduire un dispositif 10 selon l'invention ou un capuchon classique de conditionnement, du côté opposé à son extrémité ouverte, dans l'organe de prise et de maintien 16 d'un autre dispositif 10 selon l'invention, et de faire coulisser ce premier dispositif ou ce premier capuchon dans l'organe de prise et de maintien 16 du second dispositif jusqu'à ce qu'il soit retenu fermement par cet organe 16, en raison de la déformation élastique de ce dernier. Une personne peut alors tenir l'ensemble ainsi formé par un des capuchons 10 et introduire une aiguille 20 montée en bout d'une seringue dans l'autre des capuchons 10, sans risque de se piquer les doigts.
La surface interne du collet d'extrémité 14 du capuchon 10 est prévue pour immobiliser en rotation la bague 22 de montage de l'aiguille 20 sur la seringue. Ainsi, lorsque l'aiguille est introduite complètement dans le capuchon 10, et que sa bague de montage 22 est immobilisée en rotation à l'intérieur du collet 14 du capuchon, il suffit d'une rotation de la seringue pour la désolidariser de l'aiguille qui reste alors à l'intérieur du capuchon 10. On peut ensuite replacer sur le collet 14 le bouchon de fermeture du capuchon 10, et jeter le capuchon contenant l'aiguille, après avoir sorti ce capuchon de l'Organe de prise et de maintien 16 de l'autre dispositif.
Dans la variante de réalisation représentée en figure 3, le capuchon 10 du dispositif selon l'invention a une section transversale à contour extérieur polygonal, par exemple hexagonal, et l'organe 16 de prise et de maintien prévu à l'extrémité fermée du capuchon délimite un logement à contour interne hexagonal correspondant au contour externe hexagonal du capuchon 10. Ainsi, lorsqu'un autre capuchon 10 est introduit dans cet organe de prise et de maintien 16, il est automatiquement immobilisé en rotation.
Par ailleurs, l'aiguille 20 conditionnée dans ce dispositif peut être du type s 'étendant de part et d'autre de la bague 22 de montage sur une seringue et se terminant par deux . extrémités pointues dont l'une 24 est utilisée pour injecter un produit à un patient et dont l'autre 26 est utilisée pour perforer un opercule de fermeture d'un petit tube contenant le produit à injecter, ce petit tube étant logé à l'intérieur du corps de la se-ringue.
Dans ce cas, lorsque cette aiguille est conditionnée dans le dispositif 10 de la figure 3, sa bague de montage 22 est logée à l'intérieur d'un prolongement tubulaire 28 du collet 14 du dispositif, et la partie de l'aiguille se terminant par la pointe 24 est à l'intérieur du capuchon 10, tandis que la partie opposée de l'aiguille comportant l'autre pointe 26 fait saillie à l'extérieur du dispositif et est recouverte normalement par un bouchon tubulaire 30 qui se monte sur le prolonge-ment 28 du collet 14 et vient en butée sur ce dernier.

Le dispositif selon 1 ' invention peut alors comprendre un manchon tubulaire 32 qui est monté coulissant sur le capuchon 10 et le collet 14 et qui a une longueur suffisante pour recouvrir et masquer complètement la partie de l'aiguille se terminant par la pointe 26,' lorsqu'il est poussé vers la droite en figure 3.
L'extrémité gauche de ce manchon 32 peut comprendre un rebord ou un épaulement interne 34, formant butée sur le collet 14.
Ce dispositif est utilisé de la façon suivante:
lorsqu'on désire utiliser l'aiguille 20 logée dans le dispositif selon l'invention, on retire le bouchon 30, on fait coulisser vers la droite le fourreau 32 pour masquer l'extrémité 26 de l'aiguille et on approche le dispositif d'une seringue dans laquelle a été placé un tube contenant le produit à injecter. Par l'extrémité 26 de l'aiguille, on perfore l'opercule de fermeture de ce tube, on fixe par exemple par vissage la bague 22 de l'aiguille sur la buse d'extrémité correspondante de la seringue, puis on retire le capuchon 10 pour laisser apparaître l'autre extrémité 24 de l'aiguille.
Après l'injection du produit à un patient, on ramène le capuchon 10 sur l'extrémité 24 de l'aiguille, en tenant ce capuchon au moyen d'un autre dispositif selon l'invention et comme représenté en figure 2, on engage la bague 22 de l'aiguille à l'intérieur du prolongement 28 du collet 14, on sépare l'aiguille de la seringue par rotation de cette dernière, on pose la seringue et on replace le bouchon 30 sur le prolongement 28 du collet 14 du dispositif, pour masquer l'extrémité 26 de l'aiguille.
A ce moment, une piqûre accidentelle par la pointe 26 de l'aiguille reste toujours possible.
On donne donc au corps 36 du bouchon 30 une section transversale identique à celle du capuchon 10 du dispositif selon l'invention, ce qui permet de monter le corps 36 du bouchon dans l'organe de prise et de maintien 16 d'un dispositif selon l'invention, pour le manipuler et le placer sur le prolongement 28 du capuchon 10 sans risque de piqûre par la pointe 26 de l'aiguille.
La figure 4 représente une variante de réali-' sation du dispositif de la figure 3.
Dans cette variante de réalisation, les moyens de prise et de maintien comprennent au moins une patte 38 elastiquement deformable, qui s'étend le long du capuchon 10 sur une longueur relativement faible, par exemple à partir du collet 14 de celui-ci et en direction de l'extrémité fermée du capuchon.
Dans l'exemple représenté en figure 4, le dispositif comprend deux pattes 38 elastiquement défor- ables, qui sont diamétralement opposées.
Le bouchon 30 associé au capuchon 10 comprend également au moins une et par exemple deux pattes elastiquement déformableε 40 de même type, qui s'étendent le long du corps 36 du bouchon en direction de son extrémité fermée.
On utilise ce dispositif de la façon suivante:
pour tenir un capuchon 10 dans lequel on désire réintroduire une aiguille après utilisation, on prend un autre dispositif selon l'invention, du même type, on l'oriente perpendiculairement au capuchon 10 que l'on veut tenir et on engage une patte 38 de ce dispositif sous la patte 38 du capuchon 10 que l'on veut tenir, entre cette patte 38 et le capuchon 10 proprement dit.
De même, pour tenir un bouchon 30 que l'on dé-sire replacer sur le capuchon 10 pour fermer son extrémité ouverte, on introduit une patte 38 de l'autre dispositif sous une patte 40 du bouchon 30.
La figure 5 représente une autre variante de réalisation de l'invention, applicable notamment aux ai-guilles d'injection d'insuline qui se montent sur des systèmes réutilisables de dosage et d'injection automatiques .
Ces aiguilles sont du type s ' étendant de part et d'autre d'une bague de montage 42, comme l'aiguille représentée en figure 3, et leur partie 44 servant à l'injection de l'insuline est souvent recouverte d'un fourreau cylindrique 46 ayant un diamètre extérieur très faible (de l'ordre de 3 mm), l'ensemble aiguille-fourreau 46 étant recouvert d'un capuchon 48 dont l'extrémité ou- verte s'emboîte sur la bague 42 de montage de l'aiguille.
Ces aiguilles sont en principe jetables après utilisation, mais certaines personnes les laissent montées en permanence sur les système de dosage et d'injection automatiques et essayent après chaque injec- tion, de replacer le fourreau 46 sur la partie 44 de l'aiguille, ce qu'il est difficile de faire sans risquer de se piquer.
L ' invention prévoit alors que 1 ' extrémité fermée du capuchon 48 est munie d'un organe 50 de prise et de maintien du fourreau 46, ce qui permet de ne pas tenir ce fourreau 46 avec les doigts, mais par l'intermédiaire du capuchon 48, lorsqu'on essaye de le replacer sur la partie 44 de l'aiguille.
De façon générale, l'invention permet de mani-puler un capuchon ou un fourreau que l'on désire placer sur une aiguille ou dans lequel on souhaite introduire une aiguille, sans tenir ce capuchon ou ce fourreau directement avec les doigts, ce qui évite les risques de piqûre involontaire par l'aiguille, et ce qui accroit de façon certaine la sécurité du personnel soignant.