Recherche dans les collections de brevets nationales et internationales
Une partie du contenu de cette demande n'est pas disponible pour le moment.
Si cette situation persiste, contactez-nous auObservations et contact
1. (WO1981000362) INSTALLATION DE POUDRAGE ELECTROSTATIQUE
Note: Texte fondé sur des processus automatiques de reconnaissance optique de caractères. Seule la version PDF a une valeur juridique

Installation de poudrage électrostatique
La présente invention concerne le recouvrement de pièces par un procédé de poudrage électrostatique selon lequel l'on projette, à l'intérieur d'une cabine contenant la pièce à revêtir, un nuage de poudre d'émail électrisé qui adhère sur la pièce par l'effet des forces électrostatiques. Un traitement thermique subséquent, appliqué à la pièce, permet de transformer la couche de poudre en revêtement d'émail. Au cours du poudrage, une partie seulement des particules de poudre se fixe sur la pièce à revêtir ; une autre partie des parti cules de poudre tombe au-dessous de la pièce ou tente de s'échapper à l'extérieur de la cabine de poudrage.
On connait par le brevet français n° 7 833 945 de la demanderesse une installation de poudrage de type intégré comportant au moins une cabine, un système d'alimentation en poudre, un réservoir de récupération de poudre, des éléments de recyclage comprenant un système de filtration de poudre placé à l'intérieur de la cabine qui forme à la fois réservoir de stockage-dosage de poudre et de récupération de poudre.
Le but de l'invention est la réalisation d'une installation de ce genre pouvant être utilisée pour le poudrage de l'intérieur de pièces creuses.
Alors que la cabine selon le brevet précité permet principalement le poudrage de pièces plates, ce qui nécessite seulement une ouverture de faible largeur pour l'introduction des pièces à poudrer, l'installa tion selon la présente demande comporte une ouverture de grandes dimensions permettant l'introduction de pièces creuses qui présentent nécessairement des dimensions plus importantes en épaisseur qu'une pièce plate. L'accroissement des dimensions de l'ouverture crée une cause supplémentaire d'échappement de poudre vers l'extérieur.
L'invention a notamment pour but d'empêcher la poudre de sortir par cette ouverture de grandes dimensions.
L'invention a pour objet une installation de poudrage électrostatique de pièces creuses de grandes dimensions, caractérisée en ce qu'elle comporte une cabine de poudrage ouverte vers le haut et un dispositif de projection de poudre placé sous cette ouverture de telle façon que les pièces creuses viennent coiffer verticalement le dispositif de projection de poudre en traversant l'ouverture de la cabine de poudrage et que le dispositif de projection de poudre est monté à rotation de façon à obtenir un recouvrement de toutes les parois internes de la pièce creuse.
Les caractéristiques et avantages de l'invention ressortiront bien de la description ci-après d'une forme de réalisation de l'inventio donnée à titre d'exemple en référence aux dessins annexés dans lesquels :

La figure 1 est une vue en élévation d'une cabine de poudrage selon l'invention.
La figure 2 est une vue en coupe suivant II-II de la figure 1.
La figure 3 est une vue en élévation d'une variante de cabine.
La figure 4 est une vue en coupe suivant IV-IV de la figure 1.
La figure 5 représente en quatre positions a, b, c, d, un disposit de commande de la rotation du porte-buse.
La figure 6 représente schématiquement quatre positions a, b, c, d, d'une pièce à poudrer, à l'intérieur de la cabine de poudrage, avec quatre positions de la buse de poudrage.
Dans la forme de réalisation représentée sur les figures 1
et 2 l'installation comprend une cabine 1 pourvue d'une large ouverture horizontale 2, à la partie supérieure, pour l'introduction des pièces à traiter. La cabine comprend une paroi extérieure 3 et une paroi intérieure 4, cette dernière formant une enceinte de poudrage pour les pièces à traiter. Les parois 3 et 4 forment entre elles un caisson de recyclage d'air.
La cabine comporte des éléments filtrants 8, deux par exemple, reliés à un caisson d'aspiration 9 qui contient un dispositif de
décolmatage 10 pour la régénération des éléments filtrants.
L'air chargé de poudre descend par la partie centrale de l'enceint de poudrage puis remonte sur les côtés entre les parois 3 et 4 sous l'action d'aspiration des éléments filtrants 8. Le caisson d'aspiration est relié à un ventilateur 11 entraîné par un moteur 12 qui crée
une dépression dans le caisson 9 et renvoie l'air aspiré dans un
caisson 15 ouvert sur l'extérieur. Des plaques séparatrices 17 disposées entre les deux cloisons 3 et 4 servent à diriger l'air avec l'aide de déflecteurs 18, 19 vers les éléments filtrants 8.

La poudre agglutinée sur les éléments filtrants 8 tombe après régénération sur un élément incliné de fluidisation 21 puis chute sur une tamiseuse 22 séparatrice de particules métalliques. La poudre se retrouve dans le fond de l'enceinte 1 qui sert de réserve de poudre 44. Cette poudre est fluidisée par des éléments de fluidisation 23 disposés sur le fond de la cabine 1 et est puisée directement par une canne 40 d'un pistolet 41 monté sur un porte-buse 24 animé d'un mouvement
de rotation par un dispositif 25 qui sera décrit plus loin. Le pistolet 41 est terminé à sa partie supérieure par une buse de projection 26.
L'aspiration de la poudre vers l'intérieur de la cabine par les éléments filtrants, rabat la poudre vers le bas et l'empêche de s'échapper de la cabine par l'ouverture horizontale 2 d'introduction des pièces creuses à traiter.
Le pistolet 41 peut être du type décrit dans le brevet français de la Demanderesse n° 79 01 970.
Le porte-buse 24 tourne à l'intérieur d'un manchon 42 fixé au fond de la cabine, par soudure par exemple, l'étanchéité du porte-buse dans le manchon étant assurée par deux joints 43 ou par des
roulements étanches. L'orifice supérieure du manchon dépasse de préfé-rence le niveau de la poudre.
La rotation du porte-buse 24 est assurée par un dispositif 25 représenté sur les figures 5 a, b, c, d.
Le porte-buse 24 est fixé sur une bielle 33 dont la rotation est assurée par deux vérins 34 35 ayant une de leurs extrémités fixée à un bâti et peut prendre quatre positions a, b, c, d en tournant d'un quart de tour à chaque fois comme indiqué sur les figures 5
suivant que les pistons des vérins sont rentrés ou sortis. Dans la position 5a les deux vérins 34, 35 sont rentrés j dans la position 5b le vérin 34 a été mis sous pression j dans la position 5o les deux vérins ont été mis sous pression j dans la position 5d le vérin 35 est maintenu en pression et le vérin 34 est mis en dépression, une fente 36 facilite le mouvement de rotation des pièces. Le retour
à la position initiale peut se faire en effectuant les mouvements inverses.
La mise en oeuvre de l'invention peut être réalisée à titre d'exemple comme représenté schématiquement sur les figures 6a, b, c , d, dans lesquelles la buse 26 a la même position que dans les figures 5 a, b, c, d. La référence 37 représente une pièce creuse
à traiter placée à l'intérieure à la cabine 1 par un manipulateur 38 (fig.1). Entre les différentes positions la pièce est déplacée par translation sans rotation et c'est la buse 26 qui subit les rotations indiquées sur les figures 5 afin de présenter toutes les faces intérieures de la pièce, devant la buse de projection. L'étalement de la poudre sur toute la hauteur de la pièce est obtenu en déplaçant la pièce
verticalement.
Dans la variante de réalisation représentée sur les figures 3 et 4 l'installation comprend une cabine 1 pourvue d'une large ouverture horizontale 2, à la partie supérieure, pour l'introduction des pièces creuses à traiter. La cabine comprend une paroi extérieure 3 et une paroi intérieure 4, cette dernière formant une enceinte de poudrage pour les pièces à traiter. Les parois 3 et 4 forment entre elles
un caisson de recyclage d'air. A la partie supérieure autour de l'ouverture 2 se trouve un caisson de soufflage 5 fermé par un filtre à
haute efficacité appelé ultrafiltre 6 qui répartit le flux sur tout le pourtour de l'ouverture 2 de façon à constituer un sas d'entrée 7.
L'air chargé de poudre descend par la partie centrale de l'enceint puis remonte sur les côtés entre les parois 3 et 4 sous l'action
d'aspiration des éléments filtrants 8. Le caisson d'aspiration 9
est relié à un ventilateur 11 entraîné par un moteur 12 qui crée
une dépression dans le caisson 9 et renvoie l'air aspiré dans un
circuit de recyclage d'air 13- 14- 15- 16 en liaison avec le caisson de soufflage 5. Les plaques séparatrices 17 disposées entre les deux cloisons 3 et 4 servent à diriger l'air et avec l'aide des déflecteurs 18, 19 vers les éléments filtrants 8.
La poudre agglutinée sur les éléments filtrants tombe après
régénération sur un élément incliné de fluidisation 21 puis chute
sur une tamineuse 22 séparatrice de particules métalliques. La poudre se retrouve dans le fond de l'enceinte 1 qui sert de réserve de poudre. Cette poudre est fluidisée par les éléments de fluidisation 23 disposés sur le fond de la cabine 1 et est puisée directement par la canne 40 du pistolet 41 monté sur un porte-buse 24 animé d'un mouvement de
rotation par le dispositif 25.

L'aspiration de la poudre vers l'intérieur de la cabine et le soufflage d'air recyclé autour de l'ouverture d'introduction des pièces à traiter, empêchent la poudre de s'échapper de la cabine par cette ouverture.
Le montage et la rotation du porte-buse sont réalisés comme dans le cas des figures 1, 2 et 5.
L'invention est applicable avantageusement pour le poudrage de pièces creuses telles que des moufles de four de cuisson. Un seul pistolet de poudrage a été représenté, mais la cabine peut comporter plusieurs pistolets fixes ou mobiles ; on peut notamment placer un pistolet dans chaque angle de l'enceinte de poudrage.