Traitement en cours

Veuillez attendre...

Paramétrages

Paramétrages

Aller à Demande

1. WO2008003835 - SYSTEME DE STABILISATION INTER-EPINEUX

Note: Texte fondé sur des processus automatiques de reconnaissance optique de caractères. Seule la version PDF a une valeur juridique

[ FR ]

SYSTEME DE STABILISATION INTER-EPINEUX

La présente invention concerne un matériel destiné à être implanté au niveau des vertèbres entre les apophyses épineuses pour améliorer la stabilité intervertébrale(en remettant sous tension l'appareil capsullo-ligamentaire, élargissant les trous de conjugaison et diminuant la pression dans l'espace du disque et entre les facettes articulaires) et éviter, à chaque fois que cela est possible, l'arthrodèse dans les maladies dégénératives déstabilisantes et symptomatiques.

L'invention concerne plus particulièrement des perfectionnements à ce type d'implants. Plusieurs modèles d'implants inter-épineux de ce type existent actuellement, et, malgré les améliorations successives mises au point par les fabricants, aucun de ces implants ne donne une entière
satisfaction.

Généralement les implants inter-épineux sont en monobloc, soit en métal, soit en matériaux rigides (peek, etc.), soit en matériaux souples (polyuréthane recouvert de polyester tissé ou polyester tissé plat enroulé en cylindre). Les modes de fixation sont conçus de telle façon qu'on peut difficilement fixer plus qu'un espace à la fois avec une tension de serrage difficile à évaluer constamment. Il en résulte soit une fixation trop rigide pouvant entraîner parfois une arthrodèse et tel n'est pas le but, soit une fixation insuffisante pouvant entraîner un desserrage à moyen terme avec un conflit douloureux entre l'implant et les épineuses.

L'implant selon l'invention permet de remédier efficacement au problème primordial de l'adaptation de l'implant à toutes les variantes anatomiques et physiologiques.

L'implant selon l'invention est composé de trois éléments : deux pièces d'ancrage épineux rigides pouvant être de formes variables identiques ou pas, et d'une pièce intermédiaire d'épaisseur et de consistance physique variables permettant de régler à volonté la hauteur et l'élasticité du montage. La pièce intermédiaire s'encastre entre les pièces d'ancrage épineux.

Selon une caractéristique de l'invention, les interfaces entre les pièces d'ancrage épineux et la pièce intermédiaire sont de formes plates ou cylindriques permettant au montage d'être fixe mobile en rotation tout en assurant une stabilité satisfaisante et durable.

Selon une autre caractéristique de l'invention, l'implant peut être fixé aux épineuses par un dispositif métallique perforant l'os transversalement, soit par un dispositif ligamentaire souple contournant les épineuses.

Selon une disposition avantageuse de l'invention, la forme de l'implant et les modes de fixation sont conçus de telle sorte que l'on puisse instrumenter deux espaces adjacents ou plus si nécessaire.

Ainsi, le système de stabilisation inter-épineux selon l'invention composé de trois éléments et est caractérisé en ce que deux de ses éléments appelés pièces d'ancrage épineux, se fixent aux apophyses épineuses supérieure et inférieure et le troisième élément appelé pièce intermédiaire s'interpose entre les deux autres pour assurer la distraction de l'espace inter-épineux et la mobilité du dispositif dans les trois plans de l'espace.

Selon une caractéristique complémentaire, les pièces d'ancrage épineux possèdent du coté opposé à l'épineuse des orifices de différentes formes, ou des plots dans lesquels s'encastre la pièce intermédiaire par des plots ou des orifices correspondants, pour assurer la mobilité du système.
15
Selon une autre caractéristique, la pièce intermédiaire destinée à s'interposer entre les pièces d'ancrage épineux est de différentes formes et hauteurs, munie ou non de perforations ou de plots, et fabriquée avec différents types de matériaux, pour faciliter les mouvements entre les différents éléments du dispositif.

Ajoutons que la pièce intermédiaire est par exemple de forme elliptique, qui s'encastre dans des orifices de même forme sur les pièces d'ancrage épineux, pour assurer un mouvement multidirectionnel au dispositif.

Notons aussi que la pièce intermédiaire est munie de plots cylindriques qui s'encastrent dans les orifices correspondants des pièces d'ancrage épineux.

Selon une autre caractéristique, les pièces d'ancrage épineux sont munies d'orifices cylindriques pour recevoir les plots cylindriques de la pièce intermédiaire formant ainsi un dispositif mobile en rotation.

Selon une variante, les pièces d'ancrage épineux sont munies d'orifices oblongs pour recevoir les plots cylindriques de la pièce intermédiaire formant ainsi un dispositif mobile en rotation et en glissement latéral.

Selon une autre variante d'exécution, la pièce intermédiaire est munie d'un orifice fileté antérieur pour faciliter la préhension et l'assemblage, et perforée de tunnels transversaux permettant la fixation du système par un dispositif ligamentaire souple et participer accessoirement à l'effet d'amortissement.

Ajoutons que la pièce intermédiaire est constituée d'une facette plane pour permettre les rotations et les translations antéropostérieures et latérales et d'une facette sphérique pour permettre les inclinaisons antérieures, postérieures et latérales. L'ensemble permettant une mobilité dans les trois plans de l'espace.

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention se dégageront de la description qui va suivre en regard des dessins annexés qui ne sont donnés qu'a titre d'exemples non limitatifs.

Les figures 1 à 9 représentent les différentes pièces du système selon l'invention.

Les figures 1 à 3 illustrent un premier mode de réalisation dit "système mobile".

La figure 1 est une vue antérieure du système mobile en assemblage.

La figure 2 est une vue latérale du système mobile en assemblage.

La figure 3 est une vue en perspective des trois pièces du système mobile séparées.

Les figures 4 à 6 illustrent un deuxième mode de réalisation dit

"système fixe".

La figure 4 est une vue antérieure du système fixe.

La figure 5 est une vue latérale du système fixe.

La figure 6 est une vue en perspective des trois pièces du système fixe.

Les figures 7 à 9 illustrent un troisième mode de réalisation dit

"système sphérique".

La figure 7 est une vue antérieure du système sphérique

La figure 8 est une vue en perspective des trois pièces du système sphérique.

La figure 9 est une autre vue en perspective des trois pièces du système sphérique

Les dessins annexés illustrent l'invention. On décrira ci-après, en faisant référence aux figures 1 à 9 les caractéristiques et le fonctionnement du « système de stabilisation inter-épineux. »

Le système selon l'invention est composé de trois éléments, deux pièces d'encrage (1, 3), à savoir une pièce d'ancrage épineux supérieure (1), une pièce intermédiaire (2) et une pièce d'ancrage épineux inférieure (3).

Selon une caractéristique de l'invention, tous les éléments sont usinés avec des matériaux biocompatibles métalliques ou non, et pouvant s'adapter à toutes les variantes anatomiques.

Selon une conception avantageuse, les pièces d'ancrage épineux (1, 3) sont constituées d'un corps en forme de gouttière (4) avec une gorge (7) de section cylindrique, des parois latérales évasées (5) percées de deux orifices (6) alignés horizontalement permettant la préhension et la fixation, à l'aide d'un dispositif métallique et dont les crêtes sont arrondies et émoussées. La base plane (10) des pièces d'ancrage épineux (1, 3) pour les deux premiers modes de réalisation, constitue l'interface avec la surface plane (12) de la pièce intermédiaire (2).

Selon une deuxième conception avantageuse, les pièces d'ancrage épineux (1, 3) possèdent, à leur base, des orifices (9) de différentes formes ou des plots dans lesquels viendra s'encastrer la pièce intermédiaire (2) par des plots (13) ou des orifices correspondants.

Selon une conception avantageuse les orifices (9) des pièces d'ancrage épineux peuvent avoir une section quadrangulaire pour le modèle fixe (fig.6), circulaire (fig.3) pour permettre des mouvements de rotation, ou oblongue pour permettre des mouvements de rotation et de glissement latéral.

Les pièces d'ancrage épineux (1, 3) possèdent des méplats (8) ou facettes, antérieurs et postérieurs avec une rainure médiane (11) facilitant l'alignement et l'assemblage.

Selon une autre caractéristique de l'invention, la pièce intermédiaire (2) destinée à s'interposer entre les pièces d'ancrage épineux (1, 3) peut être de différentes formes et hauteurs, munie ou non de plots (13) ou orifices.

Selon une caractéristique essentielle de l'invention, la pièce intermédiaire (2) peut être munie de plots cylindriques (13) qui s'encastrent dans les orifices cylindriques (9) des pièces d'ancrage épineux (1, 3) pour former un dispositif mobile en rotation. Quand les orifices (9) des pièces d'ancrage épineux (1, 3) sont oblongues le dispositif devient mobile en rotation et en glissement latéral.

Les extrémités des plots (13) de la pièce intermédiaire (2) comportent une échancrure (14) pour éviter tout conflit avec l'épineuse.

La pièce intermédiaire (2) peut être de forme parallélépipédique, avec des facettes d'encastrement plates (17) correspondant aux orifices de même formes (10) des pièces d'ancrage épineux (1, 3).

La pièce intermédiaire (2) peut avoir des caractéristiques mécaniques variables afin de donner un effet d'amortissement si nécessaire.

La pièce intermédiaire (2) est perforée de tunnels transversaux horizontaux (15, 16) permettant la fixation du système aux épineuses par un dispositif ligamentaire souple et de participer accessoirement à l'effet d'amortissement.

La pièce intermédiaire (2) peut être munie d'un orifice antérieur fileté (18) pour faciliter la préhension et l'assemblage.

Bien entendu, l'invention n'est pas limitée aux modes de réalisation décrits et représentés à titre d'exemples, mais elle comprend aussi tous les équivalents techniques ainsi que leurs combinaisons.

Ainsi, la figure 9, illustre une variante que l'on appellera système sphérique, selon laquelle la coopération entre la pièce intermédiaire (2) et la pièce d'encrage épineux supérieure (1) se fait grâce à un appui sphérique par coopération de la face d'appui (10) de la pièce intermédiaire te la face d'appui (20) de la pièce d'encrage (1) ces deux faces étant sphérique et en coopération de formes.