Traitement en cours

Veuillez attendre...

Paramétrages

Paramétrages

Aller à Demande

1. WO2020157402 - AÉRONEF

Note: Texte fondé sur des processus automatiques de reconnaissance optique de caractères. Seule la version PDF a une valeur juridique

[ FR ]

DESCRIPTION

TITRE : Aéronef

Domaine technique de l’invention

L’invention concerne le domaine de l’aéronautique et plus particulièrement le domaine des aéronefs, plus spécifiquement comportant un ou plusieurs moteur(s) à usage non permanent. Etat de la technique antérieure

On connaît des aéronefs comportant un moteur destiné à être utilisé durant des phases de vol spécifiques. En particulier, les aéronefs à décollage et atterrissage verticaux, également connus sous l’acronyme anglais de VTOL (Vertical Take-off and Landing aircraft) comprennent classiquement un moteur pour le décollage vertical dont l’utilisation est limitée à cette phase ou à une phase de vol stationnaire ou semi-stationnaire. Ainsi, durant la principale phase de vol correspondant à la phase d’avance rapide, le moteur de vol de décollage ou de vol stationnaire n’est pas utilisé et il est nécessaire d’obturer son entrée d’air et sa sortie d’air pour éviter toute perte aérodynamique en phase d’avance rapide. Sur une aéronef 10, cette problématique est classiquement résolue par l’intégration de moyens d’obturation 11 tels que des volets mobiles comme cela est représenté sur la figure 1 représentant un VTOL de la technique antérieure. Toutefois, ce type de solution est peu pratique et impose l’utilisation de charnières pouvant représenter un point de fragilité. Une autre solution a été proposée et consiste en une porte d’obturation mais s’avère également complexe à mettre en œuvre.

Résumé de l’invention

Le présent document concerne un aéronef comprenant un fuselage logeant au moins un premier propulseur de sustentation comportant une entrée et une sortie d’air et des moyens d’obturation de l’entrée d’air et de la sortie d’air, caractérisé en ce que les moyens d’obturation comprennent au moins une bande montée autour de l’entrée d’air et de la sortie d’air et comprenant une première ouverture et une seconde ouverture, la bande étant confirmée et déplaçable entre au moins une première position dans laquelle la première ouverture est agencée en regard de l’entrée d’air et la seconde ouverture est agencée en regard de la sortie et au moins une seconde position dans laquelle l’entrée d’air et la sortie d’air sont obturés par la bande.

Selon l’invention, les moyens d’obturation sont formés par une bande déplaçable permettant d’obturer simultanée l’entrée d’air et la sortie d’air d’un propulseur de sustentation de l’aéronef. De cette manière, il est possible de réaliser de manière simple et rapide une ouverture et une fermeture des accès d’air au propulseur. La conformation de la bande, c’est-à-dire sa forme et ses dimensions autorisent ou interdisent la circulation d’air dans le ou les propulseurs.

Selon une autre caractéristique, la bande comprend une troisième ouverture et une quatrième ouverture, et l’aéronef peut comprendre un second propulseur comportant également une

entrée d’air et une sortie d’air, la troisième ouverture et la quatrième ouverture étant alors positionnées sur la bande de manière à ce que :

- dans la première position de la bande, l’entrée d’air et la sortie d’air soient agencées en vis-à-vis, respectivement pour la troisième ouverture et la quatrième ouverture,

- dans la seconde position de la bande, l’entrée d’air et la sortie d’air soient obturées par la bande.

La bande mobile peut ainsi réaliser une ouverture et une obturation simultanées du premier propulseur et du second propulseur.

Par ailleurs, la bande peut être formée d’une seule pièce et être fermée. La bande peut comprendre deux bords latéraux sensiblement parallèles. Le terme « fermé » indique que la bande comporte deux bords latéraux sans fin ou autrement dit qu’elle est dépourvue d’extrémité. Dans une réalisation, la bande peut comprendre deux rails latéraux dans lesquels sont engagés à glissement les extrémités de lattes juxtaposées les unes à côté des autres dans la direction de déplacement de la bande, les lattes formant ensemble la bande.

L’aéronef peut comprendre une première bande du type précité et une seconde bande du type précité, la première bande entourant deux propulseurs et la seconde bande entourant deux autres propulseurs.

Ladite au moins une bande peut être entraînée en rotation par un moteur électrique. Ledit moteur électrique peut également entraîner en rotation deux bandes sensiblement parallèles l’une à l’autre.

Ladite au moins une bande est, de préférence, intégrée au carénage de l’aéronef.

Par ailleurs, on comprend que ladite au moins une bande est déplaçable de manière à pouvoir prendre une pluralité de positions.

Brève description des figures

[Fig. 1] représente une réalisation de la technique antérieure qui a déjà été décrite précédemment

[Fig. 2] représente un aéronef selon l’invention

[Fig. 3] illustre le principe de fonctionnement de l’invention et représente une bande dans une première position d’ouverture (a), une position intermédiaire (b) et une seconde position de fermeture (c)

[Fig. 4] illustre une variante de réalisation de l’invention

Description détaillée de l’invention

On se réfère aux figures 2 et 3 qui représentent un aéronef 10 selon l’invention comprenant quatre propulseurs 12, 14, 16, 18 de sustentation répartis autour d’une cabine 20 de transport, par exemple de passagers. Cet aéronef 10 comprend également deux ailes 22 amont et aval aux extrémités desquelles sont montés des hélices 24 de sustentation et d’avance rapide. Ces hélices sont articulées en rotation sur des pivots de manière à pouvoir prendre une position horizontale Comme représenté en figure 2 et une position verticale (non représentée).

Comme cela est bien visible, chaque propulseur 12, 14, 16, 18 comprend une entrée d’air 26 et une sortie d’air 28 débouchant au niveau d’une surface extérieure du carénage 30 de l’aéronef 10. Pour réaliser l’ouverture et la fermeture des entrées 26 et sorties 28 d’air, il est prévu des moyens d’obturation, lesquels comprennent au moins une bande 32 déplaçable intégrée dans le carénage 30 de l’aéronef 10 comme cela est représenté sur la partie droite de la figure 2. Plus spécifiquement, dans l’exemple représenté, les moyens d’obturation comprennent deux bandes 32, 34 distinctes, espacées l’une de l’autre. Chaque bande 32, 34 est ici formée d’une seule pièce et est fermée, c’est-à-dire qu’elle comprend deux bords 36 latéraux sans fin. Ces bords 36 sont ici sensiblement parallèles l’un à l’autre. Chaque bande 32, 34 comprend en outre :

- une première ouverture 38 destinée à venir en vis-à-vis de l’entrée d’air 26 du premier propulseur 12 et une seconde ouverture 40 destinée à venir en vis-à-vis de la sortie d’air 28 du premier propulseur, lorsque la bande 32, 34 est dans une première position, et

- une troisième ouverture 42 destinée à venir vis-à-vis de l’entrée d’air 26 du second propulseur 14 et une quatrième ouverture 44 destinée à venir en vis-à-vis de la sortie d’air 28 du second propulseur 14, lorsque la bande 32, 34 est dans une première position.

Chaque bande 32, 34 est déplaçable entre la première position précitée et une seconde position dans laquelle l’entrée d’air 26 et la sortie d’air 28 de chaque propulseur 12, 14, 16, 18 est obturée par une bande 32, 34. Par ailleurs, l’espacement entre la première ouverture 38 et la troisième ouverture 42 d’une part et l’espacement entre la deuxième ouverture 40 et la quatrième ouverture 44 d’autre part sont tels que la bande 32, 34 permet l’obturation des entrées 26 et sorties 28 d’air des propulseurs 12, 14, 16, 18. Cela est bien représenté sur la figure 3 qui illustre le principe de déplacement des deux bandes 32, 34 depuis la première position (figure 3a) jusqu’à la seconde position (figure 3c) en passant par la position intermédiaire de la figure 3b. Les bandes 32, 34 peuvent être réalisées dans un matériau tel que du caoutchouc ou tout autre matériau permettant la réalisation d’une bande déplaçable et dans laquelle des ouvertures peuvent être réalisées.

La figure 4 illustre une variante de l’invention dans laquelle la bande 46 comprend deux rails 48 latéraux dans lesquels sont engagés à glissement les extrémités de lattes 50 juxtaposées les unes à côté des autres dans la direction de déplacement de la bande 46, les lattes 50 formant ensemble la bande 46. La figure 4 ne représente pas les ouvertures pour les entrées d’air et sortie d’air mais le même dimensionnement des ouvertures tel que décrit précédemment pour les bandes 32, 34 des figures 2 et 3 peut être réalisé.

Comme- :>n a pu l’observer sur la figure 3, les bandes 32, 34 peuvent être déplacées simultanément l’une avec l’autre au moyen d’un seul et même moteur électrique 52, ce qui

permet de réduire le volume à embarquer et de réaliser une synchronisation des fermetures de l’ensembles des entrées 26 et sorties 28 d’air. Il serait encore possible d’utiliser un moteur électrique par bande.