Processing

Please wait...

Settings

Settings

Goto Application

1. WO2020109037 - LIGHTING DEVICE

Note: Text based on automatic Optical Character Recognition processes. Please use the PDF version for legal matters

[ FR ]

Description

Titre de l'invention : Dispositif lumineux

[1] La présente invention concerne un module lumineux pour véhicule automobile. Elle trouve une application particulière mais non limitative dans les feux de signalisation additionnels.

[2] Un module lumineux tel qu'un feu de signalisation additionnel, connu de l'homme du métier, comprend au moins une source de lumière, un support de source de lumière, un boîtier ouvert, un élément de fermeture du boîtier, un faisceau de connexion électrique pour relier ladite au moins une source de lumière à un connecteur extérieur du véhicule automobile. Le module lumineux est fixé à l'aide d'une vis sur un boîtier du véhicule automobile fermé par une glace et disposé au niveau de grille de la face avant du véhicule automobile. Il est en particulier fixé dans un support de glace au niveau de ladite grille.

[3] Un inconvénient de cet état de la technique antérieur est qu'en raison des contraintes d'environnement sur le véhicule automobile, il y a peu d'espace pour monter le module lumineux sur le véhicule automobile. Il est difficile de monter/démonter le module lumineux avec un tournevis en raison de la présence d'autres pièces telles que le radiateur qui se trouvent derrière le module lumineux. L'accès pour le montage/démontage via un tournevis est donc difficile.

[4] Dans ce contexte, la présente invention vise à proposer un module lumineux qui permet de résoudre l'inconvénient mentionné.

[5] A cet effet, l'invention propose un module lumineux pour véhicule automobile comprenant :

- au moins une source de lumière,

- un boîtier ouvert,

- un élément de fermeture pour fermer ledit boîtier ouvert,

caractérisé en ce que ledit boîtier ouvert comprend un logement de positionnement sur un élément optique, ledit logement de positionnement comprenant une pluralité de rainures, et une patte d'accroche sur un boîtier dudit véhicule automobile comprenant ledit élément optique et une glace pour fermer ledit boîtier, ledit module lumineux étant configuré pour effectuer un mouvement de rotation et s'accrocher en fin de rotation audit boîtier via ladite patte d'accroche dudit boîtier ouvert.

[6] Ainsi, comme on va le voir en détail ci-après, grâce au logement de positionnement, aux rainures, et à la patte d'accroche, il n'est plus nécessaire d'utiliser un tournevis pour fixer le module lumineux. Par ailleurs, le mouvement de rotation permet de monter facilement le module lumineux sur le boîtier du véhicule automobile et facilite l'accès au module lumineux à un opérateur. Par ailleurs, le fait de ne plus utiliser de tournevis évite d'abîmer le support de glace puisqu'il n'y a plus d'action de vissage/dévissage sur le support de glace.

[7] Selon des modes de réalisation non limitatifs, le module lumineux pour véhicule automobile peut comporter en outre une ou plusieurs caractéristiques supplémentaires prises seules ou selon toutes les combinaisons techniquement possibles, parmi les suivantes.

[8] Selon un mode de réalisation non limitatif, ledit élément optique est un guide de lumière.

[9] Selon un mode de réalisation non limitatif, ledit logement de positionnement comprend deux ou trois rainures.

[10] Selon un mode de réalisation non limitatif, ladite patte d'accroche est configurée pour s'accrocher à un support d'accroche d'un support d'élément optique dudit boîtier du véhicule automobile, ou à un à un support d'accroche d'un support de glace dudit boîtier du véhicule automobile.

[11] Il est en outre proposé un boîtier pour véhicule automobile, ledit boîtier comprenant un élément optique, caractérisé en ce que ledit boîtier comprend en outre :

- un support d'élément optique,

- une glace formée d'un support de glace et d'une pièce optique transparente,

- un support d'accroche pour une patte d'accroche d'un module lumineux, ledit support d'accroche étant solidaire dudit support d'élément optique ou dudit support de glace.

[12] Selon un mode de réalisation non limitatif, ledit élément optique comprend des ergots de positionnement d'un module lumineux.

[13] Selon un mode de réalisation non limitatif, ledit élément optique est positionné au centre desdits ergots de positionnement.

[14] Selon un mode de réalisation non limitatif, les ergots de positionnement sont disposés autour dudit élément optique.

[15] Il est en outre proposé un dispositif lumineux comprenant un module lumineux selon l'une quelconque des caractéristiques précédentes et un boîtier selon l'une quelconque des caractéristiques précédentes.

[16] L'invention et ses différentes applications seront mieux comprises à la lecture de la description qui suit et à l'examen des figures qui l'accompagnent :

[17] [Fig. la] représente une vue de trois quart vers le dessus d'un dispositif lumineux comprenant un module lumineux, selon un premier mode de réalisation non limitatif de l'invention,

[18] [Fig. lb] est un zoom sur le module lumineux de la figure la,

[19] [Fig. 2] est une vue de trois quart vers le dessous du dispositif lumineux de la figure la, selon un mode de réalisation non limitatif,

[20] [Fig. 3a] représente le module lumineux de la figure lb coopérant avec un élément optique, selon un mode de réalisation non limitatif,

[21] [Fig. 3b] est une vue en coupe du module lumineux de la figure 3a coopérant avec ledit élément optique, selon un mode de réalisation non limitatif,

[22] [Fig. 4a] est une vue assemblée du module lumineux des figures la et lb, selon un mode de réalisation non limitatif,

[23] [Fig. 4b] est une vue en coupe du module lumineux de la figure 4a,

[24] [Fig. 5] est une vue éclatée du module lumineux de la figure 4a, le module lumineux comprenant au moins une source de lumière, un support de source de lumière, un boîtier ouvert, un élément de fermeture du boîtier, selon un mode de réalisation non limitatif,

[25] [Fig. 6a] est une vue du boîtier ouvert de la figure 5, selon un mode de réalisation non limitatif,

[26] [Fig. 6b] est une vue en coupe du boîtier ouvert de la figure 6a, selon un mode de réalisation non limitatif,

[27] [Fig. 6c] est une vue zoomée d'une partie du boîtier ouvert de la figure 6a, selon un mode de réalisation non limitatif,

[28] [Fig. 7a] est une vue en perspective de l'élément optique du module lumineux de la figure 3a, selon un mode de réalisation non limitatif,

[29] [Fig. 7b] est une vue zoomée d'une partie de l'élément optique de la figure 7b, selon un mode de réalisation non limitatif,

[30] [Fig. 8] est une vue zoomée d'une partie d'un support d'élément optique pour l'élément optique des figures 7a et 7b, selon un mode de réalisation non limitatif,

[31] [Fig. 9a] est une première vue zoomée de l'élément optique des figures 7a et 7b monté sur le support d'élément optique de la figure 8, selon un mode de réalisation non limitatif,

[32] [Fig. 9b] est une deuxième vue zoomée de l'élément optique des figures 7a et 7b monté sur le support d'élément optique de la figure 8, selon un mode de réalisation non limitatif,

[33] [Fig. 10] est une vue zoomée de l'ensemble élément optique-support d'élément optique des figures 9a et 9b assemblé avec un support de glace d'un boîtier du véhicule du dispositif lumineux de la figure 1, selon un mode de réalisation non limitatif,

[34] [Fig. lia] est une vue partielle désassemblée d'un dispositif lumineux comprenant un module lumineux et un boîtier du véhicule automobile, selon un deuxième mode de réalisation non limitatif de l'invention,

[35] [Fig. 11b] est un zoom sur le module lumineux assemblé sur le boîtier du véhicule automobile du dispositif lumineux de la figure lia, selon un mode de réalisation non limitatif,

[36] [Fig. 12a] est une vue partielle désassemblée du dispositif lumineux de la figure lia, qui illustre une première étape pour le montage du module lumineux sur le boîtier du véhicule automobile, selon laquelle le module lumineux se trouve dans une première position, selon un mode de réalisation non limitatif,

[37] [Fig. 12b] est une vue partielle du dispositif lumineux de la figure lia, qui illustre une deuxième étape pour le montage du module lumineux sur le boîtier du véhicule automobile, selon un mode de réalisation non limitatif,

[38] [Fig. 12c] est une vue partielle du dispositif lumineux de la figure lia, qui illustre une troisième étape pour le montage du module lumineux sur le boîtier du véhicule automobile, selon un mode de réalisation non limitatif,

[39] [Fig. 12d] est une vue partielle assemblée du dispositif lumineux de la figure lia, qui illustre une quatrième étape pour le montage du module lumineux sur le boîtier du véhicule automobile, selon laquelle le module lumineux se trouve dans une deuxième position, selon un mode de réalisation non limitatif, et

[40] [Fig. 12e] est une vue partielle du dispositif lumineux de la figure lia, qui illustre le passage du module lumineux entre la première position de la figure 12a et la deuxième position de la figure 12d, selon un mode de réalisation non limitatif.

[41] Les éléments identiques, par structure ou par fonction, apparaissant sur différentes figures conservent, sauf précision contraire, les mêmes références.

[42] Le module lumineux 1 pour véhicule automobile selon l'invention est décrit en référence aux figures la à 12d. Par véhicule automobile, on entend tout type de véhicule motorisé.

[43] Le module lumineux 1 est juxtaposé à un boîtier 3 du véhicule automobile, le tout formant un dispositif lumineux 4. Le module lumineux 1 fait ainsi partie d'un dispositif lumineux 4 illustré sur la figure la. Dans des modes de réalisation non limitatifs, le dispositif lumineux 4 est un feu de signalisation et/ou un projecteur, ou un dispositif d'éclairage intérieur.

[44] Dans un mode de réalisation non limitatif illustré sur la figure la, le boîtier 3 présente une ouverture fermée par une glace 31. Dans des modes de réalisation non limitatifs, le boîtier 3 comprend :

- a) au moins un élément optique 30 tel qu'illustré sur la figure 3a refermé par une glace 31 tel qu'illustré sur la figure la ou

- b) une glace 31 seule.

[45] On notera que le boîtier 3 peut comprendre d'autres composants configurés pour émettre un faisceau lumineux indépendamment du module lumineux 1. Le boîtier 3 est autrement appelé deuxième boîtier 3 dans la suite de la description.

[46] Le mode de réalisation non limitatif a) est pris comme exemple non limitatif dans la suite de la description. La glace 31 est formée d'un support de glace 33 et d'une pièce optique transparente 34. Elle permet de fermer le boîtier 3. Le boîtier 3 comprend en outre un support d'élément optique 32. Tel qu'illustré sur la figure 8, le support d'élément optique 32 comprend un orifice 320 à travers lequel un bout 30c de l'élément optique 30 peut passer. Dans un mode de réalisation non limitatif, l'orifice 320 a une forme hexagonale qui coopère avec une forme hexagonale du bout 30c de l'élément optique 30. L'élément optique 30 est ainsi maintenu en position tel qu'illustré sur la figure 9a. Par ailleurs, le support d'élément optique 32 comprend un corps 321 longitudinal dans lequel le corps 30b de l'élément optique 30 peut se loger tel qu'illustré sur la figure 9b. Le support d'élément optique 32 est configuré pour coopérer avec le support de glace 33 tel qu'illustré sur la figure 10. Comme on peut le voir, le support de glace 33 recouvre le support d'élément optique 32.

[47] Le boîtier 3 comprend en outre un support d'accroche 310 pour fixer le module lumineux 1 sur ledit boîtier 3 et le bloquer en position. Dans un premier mode de réalisation non limitatif illustré sur la figure lb, le support d'accroche 310 est solidaire dudit support de glace 33. Comme on peut le voir sur la figure lb, la patte d'accroche 124 du module lumineux 1 coopère avec le support d'accroche 310 du support de glace 33.

[48] Dans un deuxième mode de réalisation illustré sur la figure lia, le support d'accroche 310 est solidaire dudit support d'élément optique 32. Comme on peut le voir sur la figure 11b, la patte d'accroche 124 du module lumineux 1 coopère avec le support d'accroche 310 du support d'élément optique 32.

[49] Dans un mode de réalisation non limitatif, le module lumineux 1 est un feu de signalisation additionnel juxtaposé au boîtier 3 comprenant ledit au moins un élément optique 30 refermé par

une glace 31. Le feu de signalisation permet de réaliser une fonction lumineuse de signalisation. Le feu de signalisation est pris comme exemple non limitatif dans la suite de la description. Bien entendu, l'invention ne se limite pas au feu de signalisation, mais peut s'appliquer à d'autres types de modules lumineux. L'élément optique 30 est configuré pour coopérer avec au moins une source de lumière 10 (décrite plus loin) dudit module lumineux 1. Dans un mode de réalisation non limitatif, il forme un projecteur. Le projecteur permet de réaliser une fonction lumineuse d'éclairage. Bien entendu, l'invention ne se limite pas au projecteur. Ainsi, dans le mode de réalisation non limitatif pris comme exemple, le dispositif lumineux 4 est un projecteur et un feu de signalisation.

[50] Dans un mode de réalisation non limitatif, la fonction lumineuse de signalisation est :

- un clignotant Tl appelé en anglais « Turn Indicator », et/ou,

- un feu diurne DRL appelé en anglais « Daytime Running Lamp », et/ou,

- un feu de parking PL appelé en anglais « Parking Lamp », et/ou,

- un feu de position T appelé en anglais « Tail », et/ou,

- un feu d'arrêt STP appelé en anglais « Stop lamp », et/ou,

- un feu de recul R appelé en anglais « Reverse », et/ou,

- un feu de brouillard FG appelé en anglais « Fog lamp », et/ou,

- un feu latéral SM appelé en anglais « Side marker », et/ou

- un troisième feu de stop CHMSL, appelé en anglais « Center High-Mount Stop Light ».

[51] Tel qu'illustré sur les figures la à 2, le module lumineux 1 est monté sur le boîtier 3 du véhicule automobile. En particulier, il est monté à l'arrière 3a dudit boîtier 3. Dans un mode de réalisation non limitatif, le module lumineux 1 est monté entre le boîtier 3 et la carrosserie (non illustrée) du véhicule automobile. Il est monté dans un espace limité, notamment dans le sens de la profondeur. Dans un exemple non limitatif cet espace est d'environ 10 centimètres. Dans un exemple non limitatif, il existe un jeu d'environ 10mm entre le module lumineux 1 et la carrosserie. Tel qu'illustré sur la figure la, le module lumineux 1 est juxtaposé au boîtier 3. La glace 31 du boîtier 3 est du côté opposé au module lumineux 1. Elle se trouve côté avant 3b du boîtier 3.

[52] L'élément optique 30 du boîtier 3 s'étend du côté de ladite glace 31. Dans l'exemple non limitatif illustré sur les figures 3a et 3b, l'élément optique 30 du boîtier 3 est un guide de lumière qui s'étend le long du boîtier 3. Ce mode de réalisation non limitatif est pris comme exemple non limitatif dans la suite de la description. Tel qu'illustré sur les figures 7a et 7b, le guide de lumière 30 comprend des éléments réfléchissants 30d, un corps 30b avec deux extrémités 30c, une des extrémités 30c comprenant une surface plane 30a. La surface plane 30a est configurée pour être disposée en regard de la source de lumière 10. Le corps 30b est configuré pour être disposé dans le support d'élément optique 32 tel qu'illustré sur la figure 9b. Une des extrémités 30c du corps 30b est configurée pour s'insérer dans l'interface 122 du boîtier ouvert 12 décrite plus loin. Dans un mode de réalisation non limitatif, ladite extrémité 30c a une forme hexagonale de sorte à s'insérer correctement dans l'orifice 321 du support d'élément optique 32. Par ailleurs, dans un mode de réalisation non limitatif illustré sur la figure 7b, le guide de lumière 30 comprend en outre des ergots de positionnement 300 du module lumineux 1. Dans un exemple non limitatif illustré, il comprend deux ergots de positionnement 300. Dans un mode de réalisation non limitatif, le guide de lumière 30 est positionné au centre desdits ergots de positionnement 300. Les ergots de positionnement 300 sont disposés autour du guide de lumière 30. Cela permet un meilleur positionnement par rapport à ladite source de lumière 10 décrite ci-après. Les ergots de positionnement 300 sont disposés sur la périphérie d'une des extrémités 30c du guide de lumière 30. Les ergots de positionnement 300 sont configurés pour coopérer avec des rainures 127 et des zones de guidage 128 d'un logement de positionnement 126 du boîtier ouvert 12 tel que décrit plus loin.

[53] Tel qu'illustré sur les figures 4a à 5, le module lumineux 1 comprend :

- au moins une source de lumière 10,

- un support de source de lumière 11,

- un boîtier ouvert 12,

- un élément de fermeture 13 du boîtier ouvert 12,

- un élément primaire de connexion électrique 14 relié au support de source de lumière 11,

- un élément secondaire de connexion électrique 15 relié au boîtier.

[54] Ces différents éléments sont décrits en détail ci-après.

[55] La source de lumière 10 est illustrée sur les figures 3b, 4b et 5. Dans un mode de réalisation non limitatif illustré, le module lumineux 1 comprend une unique source de lumière 10. Dans un autre mode de réalisation non limitatif non illustré, le module lumineux 1 comprend une pluralité de sources de lumière 10. Dans un mode de réalisation non limitatif, ladite au moins une source de lumière 10 est une source de lumière à semi-conducteur. Dans un mode de réalisation non limitatif, la source de lumière à semi-conducteur fait partie d'une diode électroluminescente. Par diode électroluminescente, on entend tout type de diodes électroluminescentes, que ce soit dans des exemples non limitatifs des LED (« Light Emitting Diode »), des OLED (« organic LED »), des AMOLED (Active-Matrix-Organic LED), ou encore des FOLED (Flexible OLED).

[56] Ladite au moins une source de lumière 10 est configurée pour émettre des rayons lumineux qui coopèrent avec l'élément optique 30 pour générer un faisceau lumineux. Ledit faisceau lumineux permet de réaliser la fonction lumineuse de signalisation. Dans l'exemple non limitatif illustré sur la figure 3b, ladite au moins une source de lumière 10 coopère avec le guide de lumière 30. Elle est disposée en regard d'une extrémité du guide de lumière 30. Dans un mode de réalisation non limitatif, ladite au moins une source de lumière 10 est disposée sur le support de source de lumière 11 décrit ci-après.

[57] Le support de source de lumière 11 est illustré sur les figures 3b, 4b et 5. Il est pris en sandwich entre le boîtier ouvert 12 et l'élément de fermeture 13. Il s'étend à 90° par rapport à l'axe d'émission des rayons lumineux de ladite au moins une source de lumière 10. Dans un mode de réalisation non limitatif illustré sur la figure 5, le support de source de lumière 11 est une carte à circuit imprimé, autrement appelée carte PCBA et connue sous l'acronyme anglo-saxon « Printed Circuit Board Assembly ». Cette carte PCBA comprend des composants électroniques (non illustrés) tels que dans un exemple non limitatif un dispositif de contrôle (non illustré) de ladite au moins une source de lumière 10, autrement appelé « driver » en anglais.

[58] Tel qu'illustré sur la figure 5, l'élément primaire de connexion électrique 14 est relié au support de source de lumière 11. Tel qu'illustré sur la figure 4b, il coopère avec l'élément secondaire de connexion électrique 15 pour réaliser une connexion électrique. Dans un mode de réalisation non limitatif, ledit élément primaire de connexion électrique 14 est soudé sur le support de source de lumière 11. Dans un mode de réalisation non limitatif illustré, ledit élément primaire de connexion électrique 14 est un connecteur femelle. Le fait d'avoir un connecteur femelle sur le support de source de lumière 11 permet d'avoir un appui surfacique plus stable que si c'était un connecteur mâle. Tel qu'illustré sur la figure 5, le connecteur femelle 14 est composé de deux broches 14a, 14b (l'une positive, l'autre négative) assemblées sur le support de source de lumière 11. Dans un exemple non limitatif, les deux broches 14a, 14b sont soudées sur le support de source de lumière 11.

[59] Dans un mode de réalisation non limitatif non illustré sur la figure 5, le support de source de lumière 11 comprend en outre au moins un orifice de référence 110 configuré pour le positionner par rapport au boîtier ouvert 12. Dans une variante de réalisation non limitative, il comprend deux orifices de référence 110. Ces derniers coopèrent avec deux pions de référence 120 du boîtier ouvert 12. Ils permettent un référencement selon des axes Y et Z parallèles au support de source de lumière

11.

[60] Dans un mode de réalisation non limitatif non illustré sur la figure 5, le support de source de lumière 11 comprend en outre au moins un orifice de positionnement 111 configuré pour guider le boîtier ouvert 12 lorsqu'il est assemblé à l'élément de fermeture 13. Dans une variante de réalisation non limitative, il comprend trois orifices de positionnement 111. Ils coopèrent avec trois pattes de positionnement 121 du boîtier ouvert 12. Elles permettent d'assurer le positionnement correct latéralement (dans les deux directions latérales).

[61] L'élément de fermeture 13 est illustré sur les figures lb à 5. Dans un mode de réalisation non limitatif, l'élément de fermeture 13 est un radiateur ou un capot de fermeture. Dans l'exemple non limitatif illustré, c'est un radiateur. Dans un mode de réalisation non limitatif, l'élément de fermeture 13 est fixé au boîtier ouvert 12 par soudure. . Le support de source de lumière 11 est fixé à l'élément de fermeture 13. Lorsque l'élément de fermeture 13 est un radiateur, dans un mode de réalisation non limitatif, le support de source de lumière 11 est fixé au radiateur 13 via un adhésif. Lorsque l'élément de fermeture 13 est un capot de fermeture, dans un mode de réalisation non limitatif non illustré, le support de source de lumière 11 est fixé au capot de fermeture 13 via des clips de fixation ou des bouterolles. Dans un mode de réalisation non limitatif illustré sur la figure 5, l'élément de fermeture 13 comprend au moins une glissière 131 pour le positionnement du boîtier ouvert 12. Dans une variante de réalisation non limitative, il comprend trois glissières 131. Elles coopèrent avec les pattes de positionnement 121 du boîtier ouvert 12.

[62] Le boîtier ouvert 12 est illustré sur les figures lb à 6b. Il est configuré pour recouvrir le support de source de lumière 11. Dans un mode de réalisation non limitatif illustré sur la figure 6a, le boîtier ouvert 12 comprend au moins un pion de référence 120 pour le positionnement du support de source de lumière 11. Dans une variante de réalisation non limitative, il comprend deux pions de référence 120. Les deux pions de référence 120 sont configurés pour assurer le positionnement du support de source de lumière 11. Ils coopèrent avec les orifices de référence 110 du support de source de lumière 11. Dans un mode de réalisation non limitatif illustré sur la figure 6a, le boîtier ouvert 12 comprend au moins une patte de positionnement 121. Dans une variante de réalisation non limitative, il comprend trois pattes de positionnement 121. Les trois pattes de positionnement 121 sont configurées pour positionner correctement le boîtier ouvert 12 par rapport à l'élément de fermeture du boîtier 13. Ces pattes de positionnement 121 sont configurées pour traverser les orifices de positionnement 111 du support de source de lumière et s'engager dans les glissières 131 de l'élément de fermeture 13.

[63] Dans un mode de réalisation non limitatif illustré sur les figures 3b à 6b, le boîtier ouvert 12 comprend en outre une interface 122 avec l'élément optique 30. Dans une variante de réalisation non limitative, cette interface 122 est circulaire. Dans l'exemple non limitatif du guide de lumière 30, tel qu'illustré sur la figure 3b, une extrémité 30c du guide de lumière 30 peut être insérée dans cette interface 122. L'interface 122 se trouve en regard de la source de lumière 10 de sorte que l'extrémité 30c, en particulier sa surface plane 30a, du guide de lumière 30 se trouve en regard de la source de lumière 10. Ainsi, les rayons lumineux de la source de lumière 10 sont dirigés dans le guide de lumière 30. L'interface 122 comprend un joint torique 1220 qui assure l'étanchéité.

[64] Dans un mode de réalisation non limitatif illustré sur les figures, le boîtier ouvert 12 comprend en outre une partie connecteur 123. Tel qu'illustré sur la figure 6b, une partie de connexion secondaire 151 de l'élément secondaire de connexion électrique 15 est insérée dans la partie connecteur 123, et configuré pour coopérer avec un connecteur extérieur (non illustré) du véhicule automobile qui permet d'alimenter la carte PCBA.

[65] Dans un mode de réalisation non limitatif illustré sur la figure 6a, le boîtier ouvert 12 comprend en outre un logement de positionnement 126 avec une pluralité de rainures de 127. Tel qu'illustré sur la figure 6c, le logement de positionnement 126 comprend un axe central Axl perpendiculaire à la direction longitudinale du boîtier ouvert 12. Le logement de positionnement 126 comprend une section transversale sensiblement circulaire et débouche sur l'interface 122 et l'intérieur du boîtier ouvert 12. Les rainures 127 sont aménagées dans le logement 126. Tel qu'illustré sur la figure 6b, le logement de positionnement 126 comprend une collerette 1260 dans laquelle lesdites rainures 127 sont réalisées. Lesdites rainures 127 partent de ladite collerette 1260 pour déboucher dans ledit logement 126, côté intérieur du boîtier ouvert 12. Le logement de positionnement 126 permet d'accueillir le guide de lumière 30, en particulier une de ses extrémités 30c qui peut s'insérer dans ledit logement de positionnement 126. Les rainures 127 permettent de bloquer les ergots de positionnement 300 du guide de lumière 30.

[66] Dans un exemple non limitatif non illustré, le logement de positionnement 126 comprend trois rainures 127. Dans un mode de réalisation non limitatif, les trois rainures 127 sont décalées angulairement de 120°. Dans un autre exemple non limitatif non illustré, il comprend deux rainures 127. Dans un mode de réalisation non limitatif, les deux rainures 127 sont décalées angulairement de 180°, à savoir elles sont disposées en regard l'une de l'autre. Le fait de décaler angulairement les rainures 127 permet d'avoir des zones de guidage 128 dans le logement de positionnement 126 tel qu'illustré sur la figure 6c. Tel qu'illustré sur la figure 6c, les zones de guidage 128 sont formées d'arcs de cercle. Ils sont situés sur la circonférence intérieure de la collerette 1260. Dans le mode de réalisation non limitatif illustré, il y a trois zones de guidages 128 dont deux se terminent par une butée 128b. Dans un mode de réalisation non limitatif illustré, un arc de cercle 128 est ainsi décalé de 120° par rapport à un arc de cercle adjacent.

[67] Dans un mode de réalisation non limitatif illustré sur les figures lb et 4a, le boîtier ouvert 12 comprend en outre une patte d'accroche 124 au boîtier 3. La patte d'accroche 124 est configurée pour s'accrocher au support d'accroche 310 du boîtier 3. Comme on va le voir par la suite, le module lumineux 1 est configuré pour effectuer un mouvement de rotation et s'accrocher en fin de rotation à un deuxième boîtier 3 du véhicule automobile via sa patte d'accroche 124 de son boîtier ouvert 12. Selon un premier mode de réalisation non limitatif illustré sur la figure lb, la patte d'accroche 124 coopère avec un support d'accroche 310 du support de glace 31 du boîtier 3. Notamment, elle est clipsée sur ledit support d'accroche 310. Selon un deuxième mode de réalisation non limitatif illustré sur la figure 11b, la patte d'accroche 124 coopère avec un support d'accroche 310 du support d'élément optique 32 du boîtier 3. Notamment, elle est clipsée sur ledit support d'accroche 310.

[68] Dans un mode de réalisation non limitatif illustré sur la figure 3b, le boîtier ouvert 12 comprend en outre des moyens de centrage 125 de la source de lumière 10 avec l'élément optique 30.

[69] L'élément secondaire de connexion électrique 15 est illustré sur les figures 6a et 6b. Tel qu'illustré, l'élément secondaire de connexion électrique 15 est relié au boîtier ouvert 12. Dans un mode de réalisation non limitatif, ledit boîtier ouvert 12 est surmoulé sur l'élément secondaire de connexion électrique 15. Selon le processus de surmoulage, l'élément secondaire de connexion électrique 15 est mis en place dans un moule d'injection, puis la matière du boîtier ouvert 12 est injectée dans le moule d'injection pour obtenir la pièce. Cela permet d'assurer l'étanchéité et de respecter une côte précise d'assemblage. L'élément secondaire de connexion électrique 15 est configuré pour coopérer avec l'élément primaire de connexion électrique 14. Dans un mode de réalisation non limitatif, l'élément secondaire de connexion électrique 15 est un connecteur mâle. Le fait d'avoir un connecteur mâle sur le boîtier ouvert 12 est plus simple à fabriquer que d'avoir un connecteur mâle sur le support de source de lumière 11.

[70] L'assemblage selon un axe X perpendiculaire au support de source de lumière 11, entre le support de source de lumière 11 et le boîtier ouvert 12 est ainsi facile grâce au connecteur mâle 15 et au connecteur femelle 14 vu précédemment. La connexion électrique entre le connecteur mâle 15 et le connecteur femelle 14 lors de l'assemblage entre le support de source de lumière 11 et le boîtier ouvert 12 est ainsi simple à réaliser.

[71] Tel qu'illustré sur les figures 6a et 6b, l'élément secondaire de connexion électrique 15 comprend :

- une partie de connexion primaire 150 avec ledit élément primaire de connexion électrique 14, et

- une partie de connexion secondaire 151 avec le connecteur extérieur du véhicule automobile.

[72] Le fait que l'élément secondaire de connexion 15 permette à la fois une connexion avec la carte PCBA via la partie de connexion primaire 150, et une connexion avec le connecteur extérieur via la partie de connexion secondaire 151 permet de ne pas utiliser de faisceau de connexion électrique interne entre le support de source de lumière 11 et le connecteur extérieur du véhicule automobile qui entraînerait des problèmes de compatibilité électromagnétique. On évite ainsi des problèmes de compatibilité électromagnétique. Cela évite également d'avoir des problèmes de positionnement du faisceau de connexion électrique interne à l'intérieur du boîtier ouvert 12, une fois le boîtier ouvert 12, le support de source de lumière 11 et l'élément de fermeture 13 assemblés ensemble. En effet, dans le cas d'une utilisation d'un tel faisceau de connexion électrique interne, il serait nécessaire d'avoir une grande longueur pour pouvoir assurer le remplacement de la source de lumière 10.

[73] La partie de connexion primaire 150 forme le connecteur mâle. Elle comprend deux broches 150a, 150b (l'une positive, l'autre négative) configurées pour coopérer respectivement avec les deux broches 14a, 14b de l'élément primaire de connexion électrique 14. Dans un mode de réalisation non limitatif, les deux broches 150a, 150b sont intégrées au boîtier ouvert 12 par surmoulage. Tel qu'illustré sur la figure 6b, la partie de connexion primaire 150 s'étend selon une première direction AX. Elle est en contact plan avec le boîtier ouvert 12 ce qui évite toute déformation et aux broches 150a, 150b de bouger.

[74] La partie de connexion secondaire 151 forme un connecteur mâle qui est configuré pour s'enficher dans un connecteur femelle formé (non illustré) dans le connecteur extérieur du véhicule automobile. Elle comprend deux broches 151a, 151b (l'une positive, l'autre négative). La partie de connexion secondaire 151 s'étend selon une seconde direction AY. La seconde direction AY fait un angle b avec la première direction AX compris entre 45° et 135°. Grâce à cet agencement avec un angle b, il est possible de monter le module lumineux 1 entre le deuxième boîtier 3 et la carrosserie du véhicule automobile selon l'axe X, et de le démonter pour le remplacer lorsque le dispositif lumineux 4 est monté sur le véhicule automobile. Cela permet également d'avoir de petites dimensions notamment en largeur du module lumineux 1 de sorte à pouvoir l'intégrer facilement dans l'espace entre le deuxième boîtier 3 et la carrosserie du véhicule automobile.

[75] Dans un mode de réalisation non limitatif illustré, l'angle b est de 90°.

[76] Ainsi, la première direction AX est perpendiculaire au support de source de lumière 11 et la seconde direction AY est parallèle au support de source de lumière 11 et au deuxième boîtier 3. Le fait d'avoir la partie de connexion secondaire parallèle au deuxième boîtier 3 permet d'avoir une connexion avec le connecteur extérieur 5 parallèlement au deuxième boîtier 3. Les dimensions du module lumineux 1 peuvent ainsi être réduites, notamment selon l'axe X, et le module lumineux 1 prend moins de place que si la connexion était perpendiculaire au deuxième boîtier 3 par exemple.

[77] Tel qu'illustré sur les figures 4b et 6b, la partie de connexion primaire 150 et la partie de connexion secondaire 151 sont reliées entre elles via un coude 152 qui permet de réaliser l'angle b. Ainsi, la broche 150a de la partie de connexion primaire 150 est reliée par un coude à la broche 151a de la partie de connexion secondaire 151, et la broche 150b de la partie de connexion primaire 150 est reliée par un coude à la broche 151b de la partie de connexion secondaire 151.

[78] Le montage par un opérateur du module lumineux 1 sur le boîtier 3 du véhicule automobile est effectué comme suit en référence aux figures 12a à 12d. Sur les figures 12a à 12d, le deuxième mode de réalisation avec le support d'accroche 310 sur le support d'élément optique 32 du deuxième boîtier 3 est pris comme exemple non limitatif pour illustrer ledit montage.

[79] Dans une première étape illustrée sur la figure 12a, le module lumineux 1 est disposé par l'opérateur entre le deuxième boîtier 3 et la carrosserie du véhicule automobile. Il le tourne de sorte qu'il présente un angle par rapport à l'axe longitudinal du deuxième boîtier 3. La rotation est illustrée par la flèche référencé 60 sur la figure.

[80] Dans une deuxième étape illustrée sur la figure 12b, le module lumineux 1 est positionné par l'opérateur de sorte que les rainures 127 du boîtier ouvert 12 du module lumineux 1 se trouvent en regard des ergots de positionnement 300 du boîtier 3. Puis, l'opérateur pousse le module lumineux 1 en translation selon un axe (non illustré) perpendiculaire à l'axe longitudinal du deuxième boîtier 3 de sorte que les ergots de positionnement 300 du boîtier 3 s'insèrent dans lesdites rainures 127 du boîtier ouvert 12. Le module lumineux 1 est ainsi disposé dans une première position pl. Le module lumineux 1 est ainsi pré-positionné sur le deuxième boîtier 3. La translation est illustrée par la flèche référencé 61 sur la figure.

[81] Dans une troisième étape illustrée sur la figure 12c, l'opérateur tourne le module lumineux 1 de sorte qu'il effectue un mouvement de rotation. Lors de cette rotation, les ergots de positionnement 300 du deuxième boîtier 3 glissent le long des zones de guidage 128 du boîtier ouvert 12 jusqu'à arriver en butée jusqu'aux butées 128b desdites zones de guidage 128. La rotation est illustrée par la flèche référencée 62 sur la figure. Les butées 128b permettent de bloquer la fin de la rotation.

[82] Dans une quatrième étape illustrée sur la figure 12d, la rotation du module lumineux 1 se termine lorsque la patte d'accroche 124 du boîtier ouvert 12 s’engrène sur le support d'accroche 310 du deuxième boîtier 3, et se clipse sur ledit support d'accroche 310. Ainsi, le boîtier ouvert 12 est verrouillé sur le deuxième boîtier 3. Ainsi, le dispositif d'accroche formé par la patte d'accroche 124 et le support d'accroche 310 permet d'empêcher un déverrouillage intempestif du boîtier ouvert 12 lorsque notamment le véhicule automobile roule. Le module lumineux 1 est ainsi accroché au deuxième boîtier 3. Le module lumineux 1 est ainsi disposé dans une deuxième position p2, autrement appelée position montée.

[83] La figure 12e illustre ainsi le module lumineux 1 qui passe de la première position pl à la deuxième position p2.

[84] Bien entendu la description de l'invention n'est pas limitée aux modes de réalisation décrits ci - dessus et au domaine décrit ci-dessus.

[85] Ainsi, dans un autre mode de réalisation non limitatif, ledit élément primaire de connexion électrique 14 est un connecteur mâle et ledit élément secondaire de connexion électrique 15 est un connecteur femelle.

[86] Ainsi, dans un autre mode de réalisation non limitatif, ledit élément secondaire de connexion électrique 15 est collé audit boîtier ouvert 12 au lieu d'être surmoulé, notamment sa partie de connexion primaire 150.

[87] Ainsi, dans un autre mode de réalisation non limitatif, on peut remplacer la fixation par soudure entre l'élément de fermeture 13 et le boîtier ouvert 12 par des vis de fixation courtes, par exemple inférieures à 5mm. Dans cet autre mode de réalisation non limitatif, on peut en outre prévoir un joint disposé entre le boîtier ouvert 12 et l'élément de fermeture du boîtier 13, qui permet d'assurer une fermeture du boîtier ouvert 12 avec l'élément de fermeture du boîtier 13 tout en assurant une bonne étanchéité.

[88] Ainsi, l'invention décrite présente notamment les avantages suivants :

- elle permet de monter le module lumineux 1 dans un espace limité,

- elle permet de monter/démonter selon l'axe X ladite source de lumière 10 avec le support de source de lumière 11 sans avoir à démonter tout le dispositif lumineux 4 et ce uniquement au moyen d'un tournevis. Le boîtier 3 reste ainsi monté sur le véhicule automobile,

- elle permet de supprimer l'utilisation d'un faisceau de connexion électrique et les problèmes associés à son utilisation.