Processing

Please wait...

Settings

Settings

Goto Application

1. WO2019042931 - WIRE-DRAWING DEVICE COMPRISING MEANS FOR IMMOBILISING A WIRE-DRAWING MEMBER

Note: Text based on automatic Optical Character Recognition processes. Please use the PDF version for legal matters

[ FR ]

Dispositif de tréfilage comportant des moyens de blocage du mouvement d'un organe de tréfilage

L'invention a pour objet un dispositif de tréfilage d'un monofilament métallique pour pneumatique.

Dans le domaine des pneumatiques, les monofilaments métalliques sont utilisés pour renforcer une armature de sommet et/ou de carcasse de pneumatique. De telles armatures comprennent au moins une nappe comprenant une matrice d'élastomère dans laquelle sont noyés plusieurs monofilaments métalliques agencés les uns à côtés des autres et parallèlement les uns aux autres. Chaque monofilament métallique est de forme cylindrique autour d'un axe du monofilament métallique et présente un diamètre sensiblement constant.

Afin de fabriquer une telle nappe, par exemple par calandrage des monofilaments métalliques entre deux bandes de la matrice d'élastomère, il est préférable que chaque monofilament présente un cintre aussi faible que possible, voire un cintre nul. Le cintre d'une longueur prédéterminée de monofilament métallique est la hauteur de l'arc compris entre les deux extrémités d'une longueur donnée de monofilament métallique. En effet, la présence d'un cintre trop élevé peut rendre l'étape de calandrage impossible, et lorsqu'elle est possible, peut conduire à des nappes présentant des défauts de planéité, par exemple un enroulage ou rebiquage des bords de la nappe, rendant cette dernière inutilisable lors des étapes ultérieures d'aboutage et/ou d'assemblage des nappes entre elles.

Afin de fabriquer le monofilament métallique, on tréfile le monofilament métallique. Au cours de ce tréfilage, il est connu que le monofilament métallique subit une ou plusieurs séries ininterrompues d'étapes de tréfilage, au cours desquelles le monofilament métallique passe dans une série de dispositifs de tréfilage comprenant chacun un organe de tréfilage, généralement appelé filière, afin d'en réduire son diamètre. Au sein de chaque dispositif de tréfilage, l'organe de tréfilage est monté libre en mouvement contre un support aval du dispositif de tréfilage de façon à être plaqué contre ce support aval sous l'effet du défilement du monofilament métallique au travers de l'organe lui-même.

Chaque organe de tréfilage ou filière comprend une monture 10 portant un noyau 1 1 tel qu'illustré sur la figure 1 .

Le noyau 1 1 comprend un orifice de tréfilage 12 présentant une symétrie de révolution autour d'un axe de révolution, noté A. Dans le sens de défilement du monofilament métallique 14 illustré par les flèches notées F, le noyau 1 1 comprend successivement dans cet ordre : un cône d'entrée CE présentant un diamètre décroissant dans le sens de défilement du monofilament métallique et permettant le guidage grossier et une bonne lubrification du monofilament métallique vers l'intérieur de et dans l'orifice de tréfilage, un cône de travail CT présentant un diamètre décroissant dans le sens de défilement du monofilament métallique et permettant la réduction du diamètre du monofilament métallique 14 par écrouissage, optionnellement une portée cylindrique présentant un diamètre constant permettant d'assurer l'homogénéité du diamètre du monofilament métallique obtenu en sortie du cône de travail et enfin un cône de sortie CS présentant un diamètre croissant dans le sens de défilement du monofilament métallique. Le diamètre de sortie du cône de travail CT est sensiblement égal au diamètre de la portée cylindrique et définit le diamètre du monofilament métallique 14 en sortie de l'organe de tréfilage.

Le diamètre de la portée cylindrique de chaque organe de tréfilage est inférieur au diamètre de sortie de la portée cylindrique de l'organe de tréfilage situé en amont dans le sens de défilement du monofilament métallique. Des moyens de traction du monofilament métallique positionnés en aval de chaque dispositif de tréfilage permettent d'exercer une force de traction suffisante pour tirer le monofilament métallique à travers chaque dispositif de tréfilage et de plaquer chaque organe de tréfilage contre le support aval de chaque dispositif de tréfilage correspondant.

En théorie, lorsque l'axe du monofilament métallique, noté B sur la figure 1 est confondu avec l'axe de révolution A du noyau, les contraintes d'écrouissage sont égales sur toute la circonférence du monofilament métallique qui présente alors un cintre nul.

D'une part, en réalité, dans un plan comprenant l'axe de révolution A et l'axe B du monofilament métallique 14, on observe que l'axe B du monofilament forme toujours un angle a non nul avec l'axe de révolution A, tel que représenté sur la figure 2. Plus cet angle a est grand et plus les contraintes d'écrouissage sont inhomogènes sur la circonférence du monofilament métallique. Cette inhomogénéité entraine l'apparition d'un cintre non souhaité pour les raisons évoquées ci-dessus.

D'autre part, en réalité, l'axe B du monofilament métallique est toujours décalé par rapport à l'axe de révolution A, tel que représenté sur la figure 3. Par décalé, on entend que, dans un plan d'entrée P-P' du cône de travail CT sensiblement perpendiculaire à l'axe de révolution A, la distance entre :

- l'intersection de l'axe de révolution A et du plan d'entrée P-P', et

l'intersection de l'axe de défilement B du monofilament métallique au travers du dispositif et du plan d'entrée P-P',

est non nulle. Plus cette distance est grande et plus les contraintes d'écrouissage sont inhomogènes sur la circonférence du monofilament métallique. Cette inhomogénéité entraine l'apparition d'un cintre non souhaité toujours pour les raisons évoquées ci-dessus.

Le procédé de tréfilage d'un monofilament métallique est généralement interrompu plusieurs fois en raison par exemple des ruptures du monofilament métallique intervenant lors du tréfilage, de la nécessité de changer un ou plusieurs noyaux usés ou bien lors des changements d'opérateurs. A chaque interruption, chaque organe de tréfilage n'est alors plus plaqué contre le support aval en raison de l'absence de défilement du monofilament métallique de sorte qu'à la reprise du tréfilage, chaque organe de tréfilage reprend une position différente de la position précédente qu'il occupait avant l'interruption.

Ainsi, en raison des différentes positions prises par chaque organe de tréfilage, on obtient un monofilament métallique présentant un cintre variable le long du monofilament métallique, certaines portions du monofilament métallique pouvant présenter un cintre relativement faible et donc acceptable alors que d'autres portions du monofilament métallique peuvent présenter un cintre très élevé et donc inacceptable. La variabilité du cintre le long du monofilament métallique crée une incertitude sur la conformité du monofilament métallique au critère de cintre.

L'invention a pour but de fournir un dispositif de tréfilage permettant de supprimer la contribution du décalage radial au cintre et d'obtenir un cintre constant, voire nul, le long du monofilament métallique.

À cet effet, la présente invention a pour objet un dispositif de tréfilage d'un monofilament métallique, comprenant :

- un bâti, et

- un logement de réception d'un organe de tréfilage du monofilament métallique, l'organe de tréfilage comprenant un orifice de tréfilage présentant une symétrie de révolution autour d'un axe de révolution ;

caractérisé en ce que le dispositif comprend des moyens de blocage d'un mouvement de l'organe de tréfilage comprenant des moyens de blocage radial d'un mouvement radial de l'organe de tréfilage par rapport au bâti dans le logement de réception.

Ainsi, un tel dispositif de tréfilage permet de réduire le mouvement de l'organe de tréfilage pendant le tréfilage et ainsi de fixer la distance, voire de la minimiser entre les deux points d'intersection entre les axes de la filière et du monofilament métallique et le plan d'entrée dans le cône de travail permettant ainsi de maintenir constant, voire de réduire fortement le cintre éventuel du monofilament métallique en sortie de la filière.

Le dispositif de tréfilage selon l'invention peut également comprendre une ou plusieurs des caractéristiques ci-dessous, considérées individuellement ou selon toutes les combinaisons techniquement possibles :

- les moyens de blocage radial d'un mouvement radial de l'organe de tréfilage par rapport au bâti sont engageables entre :

· une position engagée dans laquelle l'organe de tréfilage est radialement bloqué par rapport au bâti,

• une position désengagée dans laquelle l'organe de tréfilage est radialement mobile par rapport au bâti ;

- les moyens de blocage comprennent des moyens de blocage axial d'un mouvement axial de l'organe de tréfilage par rapport au bâti dans le logement de réception ;

- les moyens de blocage d'un mouvement axial de l'organe de tréfilage par rapport au bâti sont engageables entre :

• une position engagée dans laquelle l'organe de tréfilage est axialement bloqué par rapport au bâti,

• une position désengagée dans laquelle l'organe de tréfilage est axialement mobile par rapport au bâti ;

- les moyens de blocage comprennent :

• des moyens d'appui axial amont de l'organe de tréfilage agencés de façon à empêcher un mouvement axial de l'organe de tréfilage par

rapport au bâti dans le sens opposé au sens de défilement du monofilament métallique,

• des moyens d'appui axial aval de l'organe de tréfilage agencés de façon à empêcher un mouvement axial de l'organe de tréfilage par rapport au bâti dans le sens de défilement du monofilament métallique ;

les moyens d'appui axial amont comprennent un support amont délimitant axialement au moins une partie du logement de réception de l'organe de tréfilage, et les moyens d'appui axial aval comprennent un support aval délimitant axialement au moins une partie du logement de réception de l'organe de tréfilage ;

les moyens de blocage comprennent des moyens d'enserrage axial de l'organe de tréfilage entre les supports amont et aval ;

les moyens d'enserrage axial comprennent des moyens de rappel élastique axial agencés de façon à exercer une force de serrage axiale sur au moins un des supports amont ou aval en direction de l'organe de tréfilage ;

les moyens d'enserrage axial comprennent des moyens de mise en compression axiale des moyens de rappel élastique axial comprenant :

• une première surface d'appui axial portée par l'un au moins des supports amont ou aval, de préférence par le support aval,

• une deuxième surface d'appui axial portée par le bâti ou un organe solidaire axialement du bâti ;

les moyens de mise en compression axiale comprennent une vis comprenant un épaulement portant la deuxième surface d'appui axial ;

la vis comprend :

• une portion de fixation comprenant un filet apte à coopérer avec un filet complémentaire du bâti ou de l'organe solidaire axialement du bâti, et

• une portion de glissement des moyens de rappel élastique axial autour de la vis délimitée axialement par les première et deuxième surfaces d'appui axial ;

les moyens de rappel élastique axial comprennent un ressort agencé axialement entre les première et deuxième surfaces d'appui axial ;

les moyens de blocage comprennent des moyens de déplacement des moyens d'enserrage axial entre :

• une position engagée dans laquelle l'organe de tréfilage est radialement et axialement bloqué entre les supports amont et aval,

• une position désengagée dans laquelle l'organe de tréfilage est radialement et axialement mobile entre les supports amont et aval. - les moyens de déplacement comprennent :

• une came de déplacement des moyens d'enserrage axial entre la position engagée et la position désengagée, la came étant mobile en rotation autour d'un axe de rotation,

• une contre-came apte à coopérer avec la came entre la position engagée et la position désengagée,

• un levier d'actionnement de la rotation de la came autour de son axe de rotation ;

- la contre-came est portée par au moins l'un des supports amont ou aval, de préférence par le support aval.

Un autre objet de l'invention concerne une installation de tréfilage d'un monofilament métallique comprenant, dans le sens de défilement du monofilament métallique une série d'au moins deux dispositifs de tréfilage agencés de façon à réduire le diamètre du monofilament métallique entre le dispositif de tréfilage le plus en amont de la série dans le sens de défilement du monofilament métallique et le dispositif de tréfilage le plus en aval de la série dans le sens de défilement du monofilament métallique, caractérisé en ce qu'au moins un des dispositifs de tréfilage est selon l'invention.

L'installation selon l'invention peut également comprendre une ou plusieurs des caractéristiques ci-dessous, considérées individuellement ou selon toutes les combinaisons techniquement possibles :

- le dispositif de tréfilage le plus en aval de la série dans le sens de défilement du monofilament métallique comprend un organe de tréfilage du monofilament métallique vers un diamètre final d, l'installation comprenant une bobine de stockage du monofilament métallique de diamètre final d agencée en aval du dispositif de tréfilage le plus en aval de la série dans le sens de défilement du monofilament métallique, et dans laquelle le dispositif de tréfilage le plus en aval de la série est selon l'invention ;

- le diamètre final d est compris entre 0,10 mm et 0,50 mm, de préférence entre 0,25 mm et 0,45 mm et plus préférentiellement entre 0,28 et 0,42 mm ;

- l'installation comprend dans le sens de défilement du monofilament métallique :

· une première série d'au moins deux dispositifs de tréfilage du monofilament métallique d'un diamètre initial D vers un diamètre intermédiaire di,

• un dispositif de traitement thermique du monofilament métallique de diamètre intermédiaire di,

· une seconde série d'au moins deux dispositifs de tréfilage du monofilament métallique du diamètre intermédiaire di vers un diamètre final d ;

- le diamètre intermédiaire di est supérieur ou égal à 0,5 mm, de préférence à 1 mm ;

- le diamètre intermédiaire di est inférieur ou égal à 2,5 mm, de préférence à 2,2 mm et plus préférentiellement à 2 mm.

Encore un autre objet de l'invention est un procédé de tréfilage d'un monofilament métallique comprenant, dans le sens de défilement du monofilament métallique une série d'au moins deux étapes de tréfilage de façon à réduire le diamètre du monofilament métallique entre l'étape de tréfilage la plus en amont de la série dans le sens de défilement du monofilament métallique et l'étape de tréfilage la plus en aval de la série dans le sens de défilement du monofilament métallique, caractérisé en ce qu'au moins une des étapes de tréfilage est mise en œuvre au moyen d'un dispositif tel que défini ci-dessus.

Le procédé selon l'invention peut également comprendre une ou plusieurs des caractéristiques ci-dessous, considérées individuellement ou selon toutes les combinaisons techniquement possibles :

- l'étape de tréfilage la plus en aval de la série dans le sens de défilement du monofilament métallique étant mise en œuvre au moyen d'un organe de tréfilage du monofilament métallique vers un diamètre final d, le procédé comprend une étape de stockage du monofilament métallique de diamètre final d en aval de l'étape de tréfilage la plus en aval de la série dans le sens de défilement du monofilament métallique, et dans lequel l'étape de tréfilage la plus en aval de la série est mise en œuvre au moyen d'un dispositif tel que défini ci-dessus ;

- le diamètre final d va de 0,10 mm à 0,50 mm, de préférence de 0,25 mm à 0,45 mm et plus préférentiellement de 0,28 à 0,42 mm ;

- le procédé comprend dans le sens de défilement du monofilament métallique : une première série d'au moins deux étapes de tréfilage du monofilament métallique d'un diamètre initial D vers un diamètre intermédiaire di, une étape de traitement thermique du monofilament métallique de diamètre intermédiaire di et une seconde série d'au moins deux étapes de tréfilage du monofilament métallique du diamètre intermédiaire di vers un diamètre final d ;

- le diamètre intermédiaire di est supérieur ou égal à 0,5 mm, de préférence à 1 mm ;

le diamètre intermédiaire di est inférieur ou égal à 2,5 mm, de préférence à 2,2 mm et plus préférentiellement à 2 mm.

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention apparaîtront à la lecture de la description détaillée des modes de réalisation donnés à titre d'exemples non limitatifs et illustrés, accompagnée des figures suivantes :

- la figure 1 est une vue schématique en coupe de la monture et du noyau d'un organe de tréfilage ;

- la figure 2 est un schéma illustrant les décalages radial et angulaire entre l'axe de révolution du noyau et l'axe du monofilament métallique à tréfiler dans plan transverse au plan P-P' d'entrée dans le cône de travail du noyau de l'organe de tréfilage de la figure 1 ;

- la figure 3 est un schéma illustrant le décalage radial entre l'axe de révolution du noyau de l'organe de tréfilage de la figure 1 et l'axe du monofilament métallique à tréfiler dans le plan P-P' d'entrée dans le cône de travail du noyau de la figure 1 ;

- la figure 4 est une vue schématique tridimensionnelle d'un dispositif de tréfilage selon un mode de réalisation de l'invention ;

- la figure 5 est une vue schématique en coupe du dispositif de tréfilage de la figure 4 ;

- la figure 6 est une vue agrandie d'une partie de la figure 5 ;

- la figure 7 est une autre vue schématique en coupe du dispositif de tréfilage de la figure 4 ; et

- la figure 8 est une vue schématique d'une installation de tréfilage d'un monofilament métallique selon un mode de réalisation et comportant au moins un dispositif de tréfilage selon l'invention.

Sur les figures, les éléments analogues sont désignés par des références identiques. En outre, les différents éléments ne sont pas nécessairement représentés à l'échelle afin de présenter une vue permettant de faciliter la compréhension de l'invention.

Dans la suite de la description, les termes « amont » et « aval » utilisés se réfèrent toujours au sens de défilement du monofilament métallique tel qu'indiqué par les flèches notées F sur les figures.

Par convention l'orientation « radiale » est dirigée orthogonalement à l'axe de révolution de la filière noté A et définissant l'orientation « axiale ».

En référence aux figures 4 à 7, l'invention concerne un dispositif de tréfilage 20 d'un monofilament métallique (non illustré) comprenant un bâti 22 et un logement de réception 24 d'un organe de tréfilage 26 d'un monofilament métallique. L'organe de tréfilage 26 ou filière comprend un noyau et une monture 10 portant le noyau 1 1 tels que décrits précédemment en référence à la figure 1 . Ainsi, le noyau 1 1 comprend notamment un orifice de tréfilage 12 présentant une symétrie de révolution autour d'un axe de révolution noté A.

Selon l'invention, le dispositif 20 comporte des moyens de blocage d'un mouvement de l'organe de tréfilage 26 par rapport au bâti 22 dans le logement de réception 24. En particulier, ces moyens de blocage comportent avantageusement des moyens de blocage radial configurés pour bloquer un mouvement radial de l'organe de tréfilage 26 par rapport au bâti 22 dans le logement de réception 24.

Les moyens de blocage radial du mouvement radial de l'organe de tréfilage 26 par rapport au bâti 22 sont engageables entre une position dite engagée et une position dite désengagée.

La position engagée est définie par la position dans laquelle l'organe de tréfilage 26 est radialement bloqué par rapport au bâti 22 tandis que dans la position désengagée, l'organe de tréfilage 26 est par définition radialement mobile par rapport au bâti 22.

Avantageusement, les moyens de blocage comportent en outre des moyens de blocage axial configurés pour bloquer un mouvement axial de l'organe de tréfilage 26 par rapport au bâti 22 dans le logement de réception 24.

Les moyens de blocage axial du mouvement axial de l'organe de tréfilage 26 par rapport au bâti 22 sont engageables entre une position dite engagée et une position dite désengagée.

La position engagée est définie par la position dans laquelle l'organe de tréfilage 26 est axialement bloqué par rapport au bâti 22 tandis que dans la position désengagée, l'organe de tréfilage 26 est par définition axialement mobile par rapport au bâti 22.

De tels moyens de blocage d'un mouvement radial et/ou axial de l'organe de tréfilage 26 dans le logement de réception 24 permettent de limiter tout en les réduisant les mouvements éventuels de l'organe de tréfilage 26 dans le logement de réception 24.

De préférence et tel qu'illustré sur les figures 4 à 7, le dispositif peut également comporter des moyens d'orientation 30 de l'axe de révolution A. De tels moyens d'orientation 30 de l'axe de révolution A permettent de réduire l'angle a entre l'axe de révolution A et l'axe B du monofilament métallique 14, tel que représenté sur la figure 2, permettant ainsi de réduire fortement le cintre éventuel du monofilament métallique en sortie de la filière.

De préférence, le dispositif 20 comporte avantageusement des moyens de blocage des moyens d'orientation 30 de l'axe de révolution A par rapport au bâti 22. Par exemple, les moyens d'orientation 30 sont engageables entre une position engagée et une position désengagée. La position engagée est définie par la position dans laquelle l'orientation de l'axe de révolution A est bloquée par rapport au bâti 22, tandis que dans la position désengagée, l'orientation de l'axe de révolution A est libre par rapport au bâti 22.

De façon avantageuse, le dispositif 20 peut comporter des moyens de verrouillage des moyens de blocage dans la position engagée.

Selon un mode de réalisation privilégié, les moyens d'orientation 30 comprennent avantageusement une rotule 40 comportant un évidement cylindrique 41 s'étendant selon l'axe de révolution A de l'orifice de tréfilage 12 et délimitant radialement le logement de réception 24 de l'organe de tréfilage 26. La rotule sera décrite plus en détail par la suite.

De préférence, les moyens de blocage axial comportent des moyens d'appui axial amont 106 et des moyens d'appui axial aval 107 de l'organe de tréfilage 26.

Les moyens d'appui axial amont 106 de l'organe de tréfilage 26 sont agencés de façon à empêcher un mouvement axial de l'organe de tréfilage 26 par rapport au bâti 22 dans le sens opposé au sens de défilement du monofilament métallique. Le sens de défilement du monofilament métallique est illustré par les flèches F sur les figures 4 à 7.

De même, les moyens d'appui axial aval 107 de l'organe de tréfilage 26 sont agencés de façon à empêcher un mouvement axial de l'organe de tréfilage 26 par rapport au bâti 22 dans le sens de défilement F du monofilament métallique.

Avantageusement, les moyens d'appui axial amont 106 comprennent un support amont 72 et les moyens d'appui axial aval 107 comprennent un support aval 74.

Le support amont 72 délimite axialement au moins une partie du logement de réception 24 de l'organe de tréfilage 26 tandis que le support aval 74 délimite axialement au moins une partie du logement de réception 24 de l'organe de tréfilage.

Tel qu'illustré sur les figures 5 à 7, le support amont 72 comporte de préférence un plateau 76, dit plateau amont, s'étendant transversalement à l'axe de révolution A et un tronçon cylindrique 77, dit tronçon cylindrique amont, s'étendant à partir du plateau amont 76 en direction du support aval 74. De même, le support aval 74 comporte de préférence un plateau 78, dit plateau aval, s'étendant transversalement à l'axe de révolution A et un tronçon cylindrique 79, dit tronçon cylindrique aval, s'étendant à partir du plateau aval 78 en direction du support amont 72. Les tronçons cylindriques amont 77 et aval 79 comprennent chacun un orifice traversant pour le passage du monofilament métallique et présentant une symétrie de révolution autour de l'axe de révolution A.

Selon le mode de réalisation illustré sur les figures 4 à 7, les tronçons cylindriques amont 77 et aval 79 sont conformés pour loger dans l'évidement cylindrique 41 de la rotule 40 de part et d'autre de l'organe de tréfilage 26. Le logement de réception 24 de l'organe de tréfilage 26 est ainsi délimité axialement en aval par le tronçon cylindrique 79 du support aval 74, en amont par le tronçon cylindrique 77 du support amont 72, et radialement par les parois de l'évidement cylindrique 41 de la rotule 40.

Ainsi, les moyens de blocage axial sont configurés pour bloquer un mouvement axial de l'organe de tréfilage 26 par rapport au bâti 22 dans le logement de réception 24 entre les tronçons cylindriques 77, 79 des supports amont 72 et aval 74.

Le tronçon cylindrique amont 77 du support amont 72 comprend une surface de blocage axial amont 108 délimitant axialement le logement de réception 24. La surface de blocage axial amont 108 est sensiblement perpendiculaire au sens de défilement noté F et apte à coopérer avec une surface d'appui complémentaire 1 18 de l'organe de tréfilage 26.

De même, le tronçon cylindrique aval 79 du support aval 74 comprend une surface de blocage axial aval 109 délimitant axialement le logement 24. La surface de blocage axial aval 109 est sensiblement perpendiculaire au sens de défilement F du monofilament métallique et apte à coopérer avec une autre surface d'appui complémentaire 1 19 de l'organe de tréfilage 26.

En outre et en regard des figures 5 et 6, les moyens de blocage, et notamment les moyens de blocage axial, comprennent avantageusement des moyens d'enserrage axial 120 de l'organe de tréfilage 26 entre le support amont 72 et le support aval 74.

De préférence, les moyens d'enserrage axial 120 comportent des moyens de rappel élastique axial 122 agencés de façon à exercer une force de serrage axiale sur au moins un des supports amont 72 ou aval 74 en direction de l'organe de tréfilage 26. Dans le mode de réalisation illustré sur les figures 4 à 7, les moyens de rappel élastique axial 122 sont agencés de façon à exercer une force de serrage axiale sur le support aval 74 en direction de l'organe de tréfilage 26.

En outre, les moyens d'enserrage axial 120 peuvent avantageusement comporter des moyens de mise en compression axiale 124 des moyens de rappel élastique axial 122. Ces moyens de mise en compression axiale 124 des moyens de rappel élastique axial 122 comprennent une première surface d'appui axial 126 et une deuxième surface d'appui axial 128. La première surface d'appui axial 126 est portée par l'un au moins des supports amont 72 ou aval 74, de préférence par le support aval 74 et tel qu'illustré sur les figures 4 à 7. La deuxième surface d'appui axial 128 est portée par le bâti 22 ou un organe solidaire axialement du bâti 22.

Par exemple et de préférence, l'organe solidaire est une vis 130 solidaire axialement de la rotule 40 qui est solidaire axialement du bâti 22. Dans ce cas, la deuxième surface d'appui axial 128 est portée par un épaulement 132 de la vis 130.

De préférence, deux vis 130 permettent de solidariser axialement la rotule 40 et le support aval 74.

Avantageusement, chaque vis 130 comprend une portion de fixation 134 et une portion de glissement 136. La portion de fixation 134 comprend un filet apte à coopérer avec un filet complémentaire du bâti 22 ou de l'organe solidaire axialement du bâti, ici la rotule 40. La portion de glissement 136 de la vis 130 est délimitée axialement par les première et deuxième surfaces d'appui axial 126, 128.

Selon un mode de réalisation, les moyens de rappel élastique axial 122 comprennent un ressort 138 agencé axialement entre les première et deuxième surfaces d'appui axial 126, 128 autour de la portion de glissement 136 de la vis 130.

En outre, les moyens de blocage comportent avantageusement des moyens de déplacement 150 des moyens d'enserrage axial 120 entre une position engagée et une position désengagée.

La position engagée est définie par la position dans laquelle l'organe de tréfilage est radialement et axialement bloqué entre les supports amont et aval tandis que dans la position désengagée, l'organe de tréfilage est radialement et axialement mobile entre les supports amont et aval.

De préférence, les moyens de déplacement 150 comprennent une came 152 de déplacement des moyens d'enserrage axial 120 entre la position engagée et la position désengagée. La came 152 est porté par un arbre et montée mobile en rotation autour d'un axe de rotation noté X.

Les moyens de déplacement 150 comprennent en outre une contre-came 154 apte à coopérer avec la came 152 entre la position engagée et la position désengagée et un levier d'actionnement 156 de la rotation de la came 152 autour de son axe de rotation X grâce à l'arbre. La contre-came 154 est portée avantageusement par au moins l'un des supports amont 72 ou aval 74 et, de préférence, par le support aval 74 tel qu'illustré sur la figure 5.

Par exemple, la came 152 est du type à sabot, c'est-à-dire avec un profil arrondi, et permet ainsi une transmission radiale par rapport à l'axe de rotation X.

La rotule 40 des moyens d'orientation 30 va maintenant être détaillée en regard notamment de la figure 7. La rotule 40 présente une surface d'appui 42 sur le bâti 22 au moins partiellement sphérique. Par « surface d'appui au moins partiellement sphérique », on entend que la surface d'appui 42 est de préférence sphérique ou, de préférence sphérique et partiellement tronquée telle qu'illustrée sur les figures 5 et 6. En d'autres termes, lorsque la surface d'appui 42 est tronquée selon un plan transverse 43 à l'axe de révolution A, par exemple à chaque extrémité comme illustrée sur les figures 5 et 6, la surface d'appui 42, au moins sur la portion s'appuyant sur le bâti 22 et s'étendant à partir du plan transverse de coupe 43 ou entre les plans transverses de coupe 43 est sphérique.

Ainsi, au cours du montage, l'organe de tréfilage 26 est inséré dans l'évidement cylindrique 41 de la rotule 40 jusqu'au logement de réception 24. En outre, l'orientation de l'organe de tréfilage 26 est réglée grâce à la rotule 40 des moyens d'orientation 30. Une fois réglée, l'orientation de l'organe de tréfilage 26 est bloquée grâce aux moyens de blocage dans une position engagée et verrouillée dans cette position grâce aux moyens de verrouillage afin de garantir une orientation fixe pendant le tréfilage du monofilament métallique.

Selon ce mode de réalisation, les moyens de blocage des moyens d'orientation 30 peuvent avantageusement comprendre des moyens d'enserrage 50 de la rotule 40 d'orientation agencés de part et d'autre du plan équatorial de la rotule 40. Le plan équatorial de la rotule est par définition le plan passant par le plus grand diamètre externe de la rotule 40. Le plan équatorial de la rotule est transverse à l'axe de révolution A selon le mode de réalisation illustré sur les figures 4 à 7.

De préférence, les moyens d'enserrage 50 comprennent des premier et deuxième organes d'enserrage 52, 54 portant respectivement des première et deuxième surfaces d'enserrage 56, 58 en regard de la rotule 40. Les premier et deuxième organes d'enserrage 52, 54 sont configurés pour enserrer la rotule 40. Les premier et deuxième organes d'enserrage 52, 54 comportent chacun une platine s'étendant longitudinalement selon un plan transverse à l'axe de révolution A. Chaque platine des organes d'enserrage 52, 54 comprend une face amont et une face aval opposée à la face amont reliées respectivement par la première surface d'enserrage 56 pour le premier organe d'enserrage 52 et la deuxième surface d'enserrage 58 pour le deuxième organe d'enserrage 54. Bien entendu, les faces amont et aval des platines des organes d'enserrage 52, 54 s'étendent transversalement à l'axe de révolution A.

La première surface d'enserrage 56 du premier organe 52 a une forme complémentaire à au moins une partie d'une première surface d'appui 62 de la rotule 40. La première surface d'appui 62 est définie par la portion de la surface d'appui 42 de la rotule 40 située d'un côté du plan équatorial de la rotule 40. De même, une deuxième surface d'appui 64 de la rotule 40 est définie par la portion de la surface d'appui 42 de la rotule 40 située de l'autre côté du plan équatorial de la rotule 40. La deuxième surface d'enserrage 58 du deuxième organe 54 a également une forme complémentaire à au moins une partie de la deuxième surface d'appui 64 de la rotule 40.

Les première et deuxième surfaces d'enserrage 56, 58 et les première et deuxième surfaces d'appui 62, 64 sont au moins partiellement sphériques, c'est-à-dire qu'elles sont sphériques ou sphériques mais partiellement tronquées.

Ainsi, les première et deuxième surfaces d'enserrage 56, 58 sont configurées et aptes à coopérer avec respectivement les première et deuxièmes surfaces d'appui 62, 64 de la rotule 40.

Afin d'enserrer la rotule 40 entre les premier et deuxième organes d'enserrage 52, 54, les moyens d'enserrage 50 comprennent des moyens de mise en compression axiale 140 de la rotule 40 entre les premier et deuxième organes d'enserrage 52, 54. Les moyens de mise en compression axiale 140 comportent de préférence au moins trois vis 142, de préférence régulièrement espacées angulairement et configurées pour solidariser axialement entre eux les premier et deuxième organes d'enserrage 52, 54 et enserrer efficacement la rotule 40.

En référence à la figure 6, chaque vis 142 comprend une première surface d'appui axial 144 et une deuxième surface d'appui axial 145. La première surface d'appui axial 144 est apte à coopérer avec une première surface d'appui complémentaire 146 portée par le deuxième organe d'enserrage 54. La deuxième surface d'appui axial 145 est apte à coopérer avec une deuxième surface d'appui complémentaire 147 portée le premier organe d'enserrage 52.

De préférence et comme illustré sur la figure 6, chaque vis de réglage 142 est une vis de pression comprenant un filet portant la première surface d'appui axial 144, et un épaulement portant la deuxième surface d'appui axial 145.

Ainsi, grâce aux moyens d'enserrage 50, la rotule 40 est solidaire en mouvement de l'organe de tréfilage 26 par rapport au bâti 22.

De plus, au moins l'un parmi le support amont 72 et le support aval 74 est solidaire en mouvement de la rotule 40. Par exemple, dans le mode réalisation illustré sur les figures 4 à 6, le support amont 72 est solidaire en mouvement de la rotule 40 grâce à des moyens de solidarisation. Ces moyens de solidarisation comportent au moins une vis 80 et de préférence trois vis 80 régulièrement espacées angulairement les unes des autres, comme illustrées sur les figures 4 à 6. En outre, le support aval 74 peut être avantageusement également solidaire en mouvement de la rotule 40 grâce à d'autres moyens de solidarisation qui seront décrits par la suite.

Selon le mode de réalisation illustré sur les figures 4 à 7, les premier et deuxième organes d'enserrage 52, 54 sont agencés entre les plateaux 76, 78 des supports amont 72 et aval 74, le deuxième organe d'enserrage 54 étant agencé entre le premier organe d'enserrage 52 et le plateau aval 78.

Avantageusement, le dispositif 20 comporte en outre des moyens de réglage 90 des moyens d'orientation 30. Les moyens de réglage 90 comportent de préférence au moins trois vis dites de réglage 92. En référence à la figure 7, chaque vis de réglage 92 comprend une première surface d'appui axial 94 et une deuxième surface d'appui axial 95. La première surface d'appui axial 94 est apte à coopérer avec une première surface d'appui complémentaire 96 portée par la rotule 40 ou un organe solidaire en mouvement de la rotule 40. La deuxième surface d'appui axial 95 est apte à coopérer avec une deuxième surface d'appui complémentaire 97 portée par le bâti 22 ou un organe solidaire fixement du bâti 22.

De préférence et comme illustré sur la figure 7, chaque vis de réglage 92 est une vis de pression comprenant un filet portant la première surface d'appui axial 94, et un bout portant la deuxième surface d'appui axial 95. En outre, dans le mode de réalisation illustré, la première surface d'appui complémentaire 96 est portée par un organe solidaire en mouvement de la rotule 40 tandis que la deuxième surface d'appui axial complémentaire 97 est portée par le premier organe d'enserrage 52 solidaire fixement du bâti 22.

En outre, au moins l'un parmi le support amont 72 et le support aval 74 est solidaire en mouvement de la rotule 40 et porte la première surface d'appui complémentaire 96, par exemple le support amont 72 dans le mode réalisation illustré sur les figures 4 à 7.

De façon avantageuse, au moins l'un des premier et deuxième organes 52, 54 portant respectivement les première et deuxième surfaces d'enserrage 56, 58 sphériques est solidaire fixement du bâti 22 et porte la deuxième surface d'appui complémentaire 97. Dans le mode de réalisation illustré, la deuxième surface d'appui complémentaire 97 est portée par le premier organe d'enserrage 52 et le premier organe d'enserrage 52 est solidaire fixement du bâti 22 tel que décrit ci-avant.

En référence à la figure 8, l'invention concerne également une installation de tréfilage 200 d'un monofilament métallique 14 comprenant, dans le sens de défilement du monofilament métallique au moins une série 240 d'au moins deux dispositifs de tréfilage 240-i agencés de façon à réduire le diamètre du monofilament métallique entre le dispositif de tréfilage 240-1 le plus en amont de la série 240 dans le sens de défilement du monofilament métallique et le dispositif de tréfilage 240-m le plus en aval de la série dans le sens de défilement, noté F, du monofilament métallique. Selon l'invention, au moins un des dispositifs de tréfilage 240-m est un dispositif de tréfilage 20 selon l'invention et tel que décrit ci-avant, m désigne le nombre de dispositifs de tréfilage de la série 240.

De préférence, le dispositif de tréfilage 240-m le plus en aval de la série dans le sens de défilement du monofilament métallique comprend un organe de tréfilage du monofilament métallique vers un diamètre final d et est un dispositif de tréfilage 20 selon l'invention et tel que décrit ci-avant.

En outre, l'installation 200 comprend une bobine de stockage 220 du monofilament métallique de diamètre final d agencée en aval du dispositif de tréfilage 240-m le plus en aval de la série 240 dans le sens de défilement du monofilament métallique.

Selon un mode de réalisation préféré, le diamètre final d du monofilament métallique est compris entre 0,10 mm et 0,50 mm, de préférence entre 0,25 mm et 0,45 mm et plus préférentiellement entre 0,28 et 0,42 mm.

Avantageusement et tel qu'illustré sur la figure 8, l'installation 200 selon l'invention comporte en outre, dans le sens de défilement du monofilament métallique, avant la série 240 d'au moins deux dispositifs de tréfilage 240-j, un dispositif de traitement thermique 230 et une série 210 d'au moins deux dispositifs de tréfilage 210-i agencés en amont du dispositif de traitement thermique 230.

La première série 210 d'au moins deux dispositifs de tréfilage 210-i du monofilament métallique est configurée pour réduire le diamètre initial D du monofilament métallique vers un diamètre intermédiaire di tandis que la seconde série 240 d'au moins deux dispositifs de tréfilage 240-j du monofilament métallique est configurée pour réduire le diamètre intermédiaire di du monofilament métallique vers le diamètre final d.

Le dispositif de traitement thermique 230 arrangé entre les première et seconde séries 210, 240 d'au moins deux dispositifs de tréfilage 210-i, 240-j est un dispositif de traitement thermique du monofilament métallique de diamètre

intermédiaire di. Des exemples de dispositif de traitement thermique 230 et de son procédé de mise en œuvre sont notamment décrits dans WO2015/124654.

Selon un mode de réalisation préféré, le diamètre intermédiaire di est supérieur ou égal à 0,5 mm, de préférence à 1 mm. En outre, le diamètre intermédiaire di est inférieur ou égal à 2,5 mm, de préférence à 2,2 mm et plus préférentiellement à 2 mm.

Le procédé de tréfilage selon l'invention comprend, dans le sens de défilement F du monofilament métallique 14, une série d'au moins deux étapes de tréfilage de façon à réduire le diamètre du monofilament métallique 14 entre l'étape de tréfilage la plus en amont de la série dans le sens de défilement du monofilament métallique 14 et l'étape de tréfilage la plus en aval de la série dans le sens de défilement du monofilament métallique 14. Conformément à l'invention, au moins une des étapes de tréfilage est mise en œuvre au moyen d'un dispositif 20 décrit ci-dessus. L'étape de tréfilage la plus en aval de la série dans le sens de défilement F du monofilament métallique 14 étant mise en œuvre au moyen d'un organe de tréfilage du monofilament métallique vers un diamètre final d, le procédé comprend une étape de stockage du monofilament métallique de diamètre final d en aval de l'étape de tréfilage la plus en aval de la série dans le sens de défilement F du monofilament métallique 14, par exemple au moyen de la bobine de stockage 220, et dans lequel l'étape de tréfilage la plus en aval de la série est mise en œuvre au moyen du dispositif 20 décrit ci-dessus.

Le procédé décrit comprend, dans le sens de défilement F du monofilament métallique 14 :

- une première série d'au moins deux étapes de tréfilage du monofilament métallique d'un diamètre initial D vers un diamètre intermédiaire di mise en œuvre grâce aux dispositifs 210-i,

- une étape de traitement thermique du monofilament métallique de diamètre intermédiaire di mise en œuvre grâce au dispositif 230,

- une seconde série d'au moins deux étapes de tréfilage du monofilament métallique du diamètre intermédiaire di vers un diamètre final d mise en œuvre grâce aux dispositifs 240-i.

Au cours de ce procédé, le diamètre final d va de 0,10 mm à 0,50 mm, de préférence de 0,25 mm à 0,45 mm et plus préférentiellement de 0,28 à 0,42 mm. Le diamètre intermédiaire di est supérieur ou égal à 0,5 mm, de préférence à 1 mm. Le diamètre intermédiaire di est également inférieur ou égal à 2,5 mm, de préférence à 2,2 mm et plus préférentiellement à 2 mm.

Des exemples de procédé de tréfilage sont notamment décrits dans WO2014/037161 .

Le dispositif de tréfilage selon l'invention, l'installation de tréfilage et le procédé selon l'invention tels que décrits précédemment permettent ainsi d'obtenir un cintre constant, voire nul le long du monofilament métallique.

Bien entendu, d'autres applications de l'ensemble conforme à l'invention sont également possibles sans sortir du cadre de l'invention.