Processing

Please wait...

Settings

Settings

Goto Application

1. WO2012066193 - HYDRODYNAMIC OAR

Note: Text based on automatic Optical Character Recognition processes. Please use the PDF version for legal matters

[ FR ]
« Rame hydrodynamique »

La présente invention concerne un dispositif mis en action par la force physique motrice d'un ou de plusieurs individus ou de tout appareil reproduisant une mise en action du dispositif de

l'invention ; Ce dispositif est un médium dévolu à produire la propulsion de l'Homme dans et au dessus du milieu aquatique et en particulier permettre depuis une embarcation nautique une poussée à partir de la surface du milieu en question .

L'exercice d'une poussée et d'un déplacement produit envers le milieu aquatique , en l'occurrence de façon musculaire par l'Homme est traditionnellement permis grâce à l'instrument ou outil génétiquement appelé « rame » et encore par le biais de sous catégories que l'on nomme « avirons » ou encore « pagaies » par exemple . Le dispositif selon l'invention se place directement en tant que complément et concurrent de cette famille d'objets

( ce et y compris vis à vis de la demande No : FR 2 927 060 en date du 7 Âout 2009 ( ou FR0800513 en date du 31 Janvier 2008) déposée par le présent inventeur ) , et ceci avant tout dans ce qu'elle a de plus caractérisant , c'est à dire les « têtes » propulsives qui peuvent encore se faire appeler « pelles » , « pelles » de

« rames » , d'« avirons » , de « pagaies » etc ... étant donc entendu que le présent dispositif sera de la même façon classiquement adjoignable à des « manches » , « hampes » ou « barres »

( ceux-ci pouvant être potentiellement creux et/ou pleins , en partie au moins , mais encore de toutes formes possibles et de préférence de forme tubulaires ( en partie au moins ) ) pour en permet6re le maniement et la mise en action .

Il est entendu également que tous types et modèles connus de

« manches » ou « barres » quels qu'ils soient de la famille d'objets évoqués en tant que « rames » au sens général , sont adaptables à la présente invention et constitueront donc la matière de référence pouvant nourrir une comparaison avec le présent dispositif ;

De même , ces « manches » ou « barres » adjoints au dispositif , pourront intégrer et/ou communément s'associer en principe à tout objets , classiquement employés de manière plus ou moins distincts et/ou associés au maniement connu de l'ensemble de

la famille des « rames » et qui en facilitent l'usage ;

par exemple , à ce que l'on nomme des « tolets » ou encore

« dames de nage » , « lyres » etc .. et que l'on trouve

sur nombre d'embarcations .

Le dispositif selon l'invention est un système qui permet une action représentant une amélioration globale de l'acte de ramer au vu de tout objet produisant cet acte ( et donc de façon entendue de manier l'aviron , de pagayer..) mais également une amélioration pour se diriger dans l'eau , et ceci de façon active ou passive .

Le dispositif s'apparente à un première demande de brevet français antérieurement déposée par le présent inventeur No : FR 2 927 060 en date du 7 Août 2009 ( ou FR0800513 en date du 31 Janvier 2008) qui , si elle répond d'un shéma pouvant apparaître très rapproché de la présente demande ne décrit en réalité pas la même invention .

Si les deux demandes obéissent en pratique au même principe d'utilisation et d'actionnement , celles-ci ne se fondent pas sur les mêmes moyens .

Hormis que la présente demande ne montre au départ qu'une seule « paroi » ( Nota bene : dans la présente demande la "tête

propulsive" ou "pelle de rame" est appelée « paroi » de façon omniprésente et pratique ; étant entendu que cette « paroi » a deux cotés ( et pour ainsi dire recto et verso .. )) ; bien entendu cette « paroi » n'est pas forcément plane ) ; cette « paroi » offre un tranchant de "pelle" de "rame" à même notamment de permettre de mieux diriger une embarcation ( dans un courant en particulier ) ; De même , un aspect pouvant prêter à confusion résidant dans l'apparence "montrée" par ses dessins , dessins qui peuvent laisser penser que ceux-ci représentent implicitement un dispositif aux « parois » spécifiquement symétriques alors que ce n'est pas le cas , et ceci tant au niveau de ses vues en perspective que par ses vues "en coupe" ; en effet , les perspectives y sont indéniablement "masquantes" d'une des deux « parois » , et cachent

potentiellement une dissymétrie intérieure et/ou extérieure possible entre celles-ci ( par exemple un creux , une bosse .. etc ) ;

de la même façon , toutes les vues présentées "en coupe" de ces mêmes « parois » , même si elles peuvent laisser imaginer une

symétrie quant à leur suivi régulier ne sont en réalité

intrinsèquement qu'une spéculation étant donné qu'une vue

"en coupe" ne peut être autre chose qu'indéniablement parcellaire de l'ensemble dont elle fait partie et en conséquence n'est pas probante et à même de définir à aucun moment une continuité d'ordre symétrique .

Au delà de cela et hormis que les dessins doivent bien entendu répondre en hiérarchie de la partie écrite , et en particulier des revendications , il est à souligner que dans la demande en question à aucun moment il n'est donc là encore fait état de symétrie ;

c'est en particulier le cas lorsqu'au descriptif ( cf. Page 2 ligne 30 ) il est dit que , le « relativisme » du vis à vis des « parois »

n'interdit nullement la mise en parallèle ou parfait vis à vis de celles-ci ; un 'Vis à vis" , quant bien même il serait "parfait" ne signifie pas obligatoirement une symétrie de forme des dites

« parois » entre elles mais plutôt un alignement ou une

superposition entre ces deux parois ; deux parois qui , aussi parfait que soit leur vis à vis peuvent être différentes et donc

dissymétriques entre elles à un moment donné .

La symétrie dont il est question et est revendiquée dans la

présente demande , en plus que d'être envisagée par le biais d'une seule « paroi » au départ , est affirmée en général en tant que nécessité et avantage hydrodynamique décisif car des plus intéressant au vu du milieu bien particulier qu'est le milieu aquatique ( 770 fois relativement plus dense que l'air ) et où l'invention est destinée à évoluer .

Le présent dispositif bien que n'en adoptant pas le même parti pris géométrique fondamental et pour un résultat différent , peut être rapproché du document référencé : United States Patent

No. : US6,210,244 Bl en date du 3 Avril 2001 déposé par

Mr. Willard E. Nordby ; ce dernier présente en comparaison une "rame" d'un rendu particulier de part sa configuration formelle décalée qui lui permet d'être utilisable de biais et/ou de "face" relativement et ce , en agissant envers les flux d'eau que celle-ci s'emploie à rencontrer et traiter en un appui déphasé envers l'une et/puis l'autre de ses "parois" dissymétriques ; l'appui envers les flux d'eau ( et donc conséquemment pour le corps en action de

l'utilisateur ) n'y est pas longitudinalement proposé d'une façon stricte ( comme c'est le cas pour le dispositif que Ton décrit présentement et qui lui présente donc une partie "pelle" utilisée à 90° différemment de celle d'une pelle de rame classique ) et par conséquent de façon équilibrée et pour la plus grande ergonomie possible de son servant .

Du même inventeur le document référencé : United States Patent No. : US6,254,444 Bl en date du 3 Juillet 2001 montre un dispositif et une partie « pelle » en particulier qui n'a là encore pas vocation comme c'est le cas pour le dispositif que l'on décrit présentement à être utilisé exclusivement de 90° différemment qu'une rame classique ( et ce même si certaines parties de la « pelle » décrite peuvent présenter des reliefs relativement accentués ) , qui plus est ce document montre encore moins d'élément(s) dévolu à « pousser » principalement l'eau par l'entremise d'une quelconque canalisation intérieure de celle-ci . Les deux demandes citées ci-avant se proposent en comparaison d'obtenir une « poussée » envers les masses d'eau presque essentiellement à partir de l'interaction de ces dernières depuis la surface des « pelles » et leurs circonvolutions décritent et montrées et non pas comme dans la présente demande d'une façon essentiellement en recourant à un traitement intérieur de ces masses d'eau et par l'entremise d'une architecture carrénée et notoirement canalisante ; chacune des « pelles » de ces demandes laissent entrevoir une architecture qui leur sont propres mais bien éloignée d'un choix opératoire qui opte pour une symétrie stricte comme c'est le cas pour la présente demande ; enfin ces « pelles » si elles sont vouées à être utilisées en partie "de biais" n'ont pas vocation à se voir opérantes et "captant" l'eau selon un angle à 90° différent du plan d'emploi d'une rame classique comme c'est rigoureusement le cas pour la présente demande . Le document référencé : No. : DE 38 17 077 Al en date du

8 Décembre 1988 déposé par Mr. Helmut Kaden présente un dispositif de "pelle" de rame muni d'ouvertures opératives ( représentées sous forme de cônes évasés ) situées sur le "plat" de celle-ci et agissant ainsi principalement au travers et

transversalement à ce "plat" de "pelle" ( ce qui somme toute la

rend d'un usage et maniement classique ( et quant bien même elle décrive la présence potentielle d'une plaque annexe de reflux venant se superposer en retrait de la "pelle" où se trouvent les ouvertures opératives )) à la différence de la "pelle" de la présente demande qui elle s'utilise et se manie au sens large et à contrario avec ses ouvertures opératives dans le sens du plan de la

"pelle" uniquement ( soit donc à 90° différemment que

ce genre de rame ) .

Le document référencé : No. : US 1 786451 A en date du 30

Décembre 1930 déposé par Mr. Jean-Louis Ribard décrit de façon saisissante la même approche que dans la précédente

demande et donc renvoie aux mêmes observations .

le document référencé : No. : DE ( ou DT ) 24 55 568 Al en date du 26 Mai 1976 déposé par Mr. Lothar Zapf qui décrit une rame à "pelle" munie de clapets et/ou volets est également du même genre d'emploi classique et n'est donc pas contrariante de la présente demande .

Le document référencé : No. : AT 293 207 B en date du

27 Septembre 1971 déposé par le DR. Ernst Leitz présente une "pelle" de rame munie de circonvolutions extérieures particulières et qu'on utilise classiquement de façon frontale et selon le plat de la "pelle" , ceci rendant donc là encore ce document sans incidence avec ce qui fonde la présente demande .

Le document référencé : No. : US 230 314 A en date du

20 Juillet 1880 déposé par Mr. R. Me Manus présente une "pelle" de rame munie d'ouvertures de formes variées , mais "pelle" là aussi dévolue à être utilisée de façon frontale selon son "plat" et non pas selon sa "tranche" pour ainsi dire comme c'est le cas ici. Le document référencé : No. : US 2 586 024 A en date du

19 Février 1952 déposé par Mr. Franck T. Glasgow présente une machine à ramer où une "pelle" de rame est munie de trous en sorte d'obtenir une meilleur incorporation envers les flux d'eau activés et donc un rendu ainsi artificiellement plus réaliste et fluide à offrir ; ceci étant cette "pelle" s'utilise classiquement de façon frontale et selon le plat de la "pelle" en rendant une fois encore ce document sans incidence avec ce qui fonde la présente demande .

Relativement à la présente demande , le document référencé :

No. : WO 2004/026679 en date de priorité du 17 Septembre 2002 déposé par Mr. Andrzej présente un dispositif de "pelle" de rame à volets destiné à être utilisé frontalement et selon le même "plat" qu'une rame classique ; le brevet en question ne peut donc s'avérer qu'apparenté .

Le document référencé : FR8020055 en date du 15 Septembre 1980 déposé par Mr. René Bosmorin présente un dispositif de "pelle" de rame reposant d'une part sur une approche frontale et selon le même "plat" et l'approche globale d'une rame de type classique et d'autre part sur une conformation rétractable et mobile dans la direction où l'on va ; mis à par ce dernier aspect et souci de glisse hydrodynamique longitudinale vers l'avant , ce dispositif apparaît n'adoptant que momentanément cette conformation hydrodynamique apparentée , conformation optimale qui est tout sauf présente lors de la poussée sur les masses d'eau ;

par d'autres moyens l'invention décrite par ce document n'est sous l'un de ses aspects seulement que très partiellement apparentée à la présente demande qui plus est , en se rattachant clairement à l'action propulsive frontale d'une "pelle" de rame de type

classique cette invention n'est donc pas une entrave à la présente demande .

Le document référencé : FR8608153 en date du 3 Juin 1986 déposé par Mr. Louis Claude Rochex présente une rame de type classique , creuse et à fabriquer de façon pratique en deux plaques agencées superposées , rame à "pelle" somme toute classique qui ne peut être comparée avec la présente demande .

( Dans son approche pour ainsi dire "mono-pariétale" la présente demande peut de façon transposée sur une autre famille d'objets à destination aquatique être également à considérer relativement au brevet de "palme verticale" No : FR0801798 en date du 1er Avril 2008 et déposé par le présent inventeur ) .

Le présent dispositif potentialise donc en général l'acte de ramer en en résolvant au moins en partie les problèmes posés par lui et ceci en particulier davantage encore que par la demande d'invention No : FR 2 927 060 en date du 7 Âout 2009 ( ou

FR0800513 en date du 31 Janvier 2008) précédemment évoquée .

Avant tout on peut dire que l'exemple ou "contre-exemple" de la rame classique au sens large , qui est donc à prendre comme base de comparaison et contre point permanent , n'aborde et n'utilise le support aquatique que d'une façon brutale ( frontale ) ,

erratique et désordonnée et que celle-ci s'avère au final très peu « économique » en terme de rendement et d'efforts physiques , notamment par le fait qu'elle assujettie le corps à l'intensité quasi immédiate qu'elle impose et qu'à aucun moment ça n'est tant soit peu l'inverse . La "tête" ou "pelle" d'une « rame » classique

( au sens général ), produit immanquablement beaucoup de remous ( en particulier de remous agissant de façon incidente et parasite avec une embarcation ) et de bruit et nécessite pour en répéter l'actionnement d'en faire ressortir quasi obligatoirement son corps entier de l'eau , tout ce en quoi le présent dispositif permet d'éviter au maximum .

Le dispositif selon l'invention , à l'inverse du principe des "pelles" de « rames » habituelles ne se présente et ne s'utilise plus d'une façon pour ainsi dire "affrontante" ou "de front" envers les masses d'eau , mais donc de façon en quelque sorte opposée à cette logique , l'utilisation de sa partie "pelle" ou « paroi » se faisant à 90° différemment de celle d'une rame classique et selon une approche qualifiable de « rigoureusement de biais » , approche encore qualifiable de "longitudinale"ou opérant longitudinalement; Le dispositif et son « fuselage dynamique » ou « réacteur » en particulier s'utilisent ainsi dans le sens de la "tranche" ( ceci contrairement aux « rames » classiques dont l'emploie se fait dans le sens du « plat » ) et tout comme un bateau n'avance pas par le coté , à contrario et plutôt que d'affronter les flots de face , cette "pelle" ou « paroi » encore appelée « fuselage dynamique » ou « réacteur » va pouvoir "trancher" ou encore "fendre"

littéralement les flots .

Relativement à la demande d'invention No : FR 2 927 060 en date du 7 Âout 2009 ( ou FR0800513 en date du 31 Janvier 2008) la présente approche diffère en ce qu'elle se pose comme encore plus « précise » et ergonomique et ceci en particulier par rapport à la direction que l'on veut donner à son embarcation , car ayant des caractéristiques montrant une capacité d'être absolument effilée

( tranche ( arête ) unique possible et/ou au moins à un moment donné ) , sa "pelle" ou « paroi » encore qualifiée de « fuselage dynamique » ou « réacteur » est de nature parfaitement équilibrée de par sa configuration à « paroi » expressément symétrique entre ses deux cotés et donc d'usage ainsi le plus longitudinal possible ; elle est ainsi à même de produire des écoulements plus réguliers , des interactions hydrauliques et des turbulences parasites

atténuées et sous contrôle ( ce qui dans sa configuration "pagaie" par exemple est hydrodynamiquement très avantageux à l'usage , et en particulier donc , relativement à l'incidence des flux d'eau s'écoulant en interaction le long d'une coque ;

d'autant une embarcation sera légère , d'autant cette atténuation des turbulences peut permettre de mieux conserver l'orientation que l'on veut lui faire prendre ) .

Le dispositif selon l'invention est donc formé au départ d'une partie "pelle" ou « paroi » que l'on nomme « fuselage

dynamique » ou « réacteur » ; « paroi » et/ou « structure formant paroi » que complète au moins une « ouverture ou sillon

canalisant » dévolu(e(s)) en liaison avec la partie « paroi »

à traiter et contraindre les flux de l'eau qui y circulent ;

c'est sous cet aspect opératoire en particulier que les termes

« dynamique » d'une part et « réacteur » d'autre part prennent plus exactement tout leurs sens ;

le terme de « structure formant paroi » désigne tout corpus formant dans sa globalité et/ou en partie au moins une structure l'apparentant à une « paroi » , de même , toute structure de

« paroi » présentant ainsi une ou plusieurs "facettes" sur l'une et/ou l'autre de ses faces génériques et/ou de ses bords d'attaque et qui forment somme toute « paroi » en terme suffisant

( et notamment, présentant donc en coupe un tronçon formant par exemple un losange , une forme en losange , ou encore par exemple un triangle ou encore une forme triangulaire ,

( bords d'attaque inclus ou pas )) ; le plan médian ou plan moyen partageant l'épaisseur de ce « fuselage dynamique » ou réacteur » et/ou de la partie « paroi » devant déterminer une symétrie stricte et/ou jugée suffisante d'un endroit ( sous entendu au pluriel et/ou de chaque endroit ) ainsi séparé de cette épaisseur à l'autre .

Une ou plusieurs « ouvertures ou sillons canalisant » se placent relativement transversalement à cette épaisseur ;

la ou les géométries de cette partie « ouverture ou sillon

canalisant » ( au moins une ) corrélative de celle de son

complémentaire « paroi » et pour former et qualifier

la partie « fuselage dynamique » ou « réacteur » sont dévolues au traitement des flux de l'eau de façon relativement longitudinale et pour contraindre ces derniers et les utiliser en tant que supports ( appuis ) et bases mécaniques à même d'en retirer une poussée . La partie « fuselage dynamique » ou « réacteur » qui , comme pour les rames de type classique ( toujours prise au sens large ) vient donc continuer une partie « manche » , « hampe » ou « barre » , appelée ici « base de maintien » de façon générique et qui est destinée à servir de base de préhension et de maniement à

l'utilisation de l'ensemble ; « base de maintien » qui se présente donc potentiellement creuse ou pleine , en partie au moins mais encore , de toutes conformations possibles , et donc par exemple potentiellement de conformation tubulaire ( en partie au moins ) ; cette partie « base de maintien » peut adopter toute forme et architecture possible d'un point de vue général ( par exemple former des "coudes" , des anses , ..etc ;

mais encore , former des proéminences en certains endroits., etc ..), se dédoubler en certains endroits .

Une ou plusieurs formes de poignées peuvent être associées et/ou faire partie de cette partie « base de maintien » , ceci , soit en étant remarquable(s) de façon proéminente ( en pouvant le cas échéant relativement caréner et se faire ( au moins en partie ) couvrante et/ou protectrice d'au moins une main notamment et par exemple ) et/ou d'une façon "en creux" et/ou en jouant sur un dédoublement possible de la « base de maintien » évoqué plus haut ;

la mise en forme de cette partie « base de maintien » peut

notamment en tant que "pagaie" comporter par exemple à son extrémité une forme proéminente de poignet ou encore de

cabochon , mais encore donc , sous forme de barre ou manche ( au sens large ) comporter sur ceux-ci une ou plusieurs déclivités ou décrochages et/ou proéminences par exemple , à même de mieux manier l'ensemble .

L'extrémité de cette base de maintien pourra accessoirement associer des éléments pouvant avoir leur utilité pratique , par exemple une partie tête de gaffe , une partie anneau d'attache ..etc Une fois le dispositif mis en action les flux d'eau sont voués à passer entre et/ou sur les « ouvertures ou sillons canalisant » ( un ou plusieurs ) et sont amenés ( en corrélation de la partie « paroi » ) relativement à leur conformation suffisamment canalisante , contraignante et ainsi "traitante" envers ces flux d'eau et notamment grâce à l'emploi de matériaux de type souples ( sous forme de jupes , volutes , circonvolutions variées etc.. ) à finalement servir de supports et/ou d'appuis mécanique

propulsif au corps nautique à mouvoir .

Même si ça n'est pas obligatoire , le « fuselage dynamique » ou « réacteur » pourra adopter au moins en partie une configuration « en flèche » vers l'avant du sens où l'on se dirige

( et ceci en dehors du fait qu'il doive montrer au moins à un endroit une "arête" ou un "bord d'attaque" significatif )

sa partie arrière étant laissée relativement et potentiellement plus évasée et à même de permettre aux flux d'eau d'y pénétrer suffisamment de manière à ce que lors de la phase de poussée ceux-ci soient canalisés et contraints mécaniquement de façon suffisante ( et ceci comme dans un goulet ( ou goulot )

d'étranglement et/ou un "raz" ) ;

lors du mouvement de retour , l'architecture ainsi « en flèche » relativement , permettant sans contrainte ( et le cas échéant en n'étant pas obligé d'être ressortis de l'eau ) , un effet de « glissé » mécanique naturel et ainsi parfaitement hydrodynamique vers l'avant ; on aura compris qu'accessoirement cette dernière qualité qui permet de ne pas faire ressortir obligatoirement le dispositif de l'eau lors de son utilisation dans un mouvement complet d'aller et de retour ( et potentiellement de façon davantage silencieuse encore que sans cela .. ) est plus particulièrement originale à la présente invention dés lors que son « fuselage dynamique » ou « réacteur » et/ou sa partie « paroi » se présente ainsi constituée selon une géométrie expressément symétrique et que cette partie « paroi » unique présente cette qualité de "tranchant" , et donc qu'elle est potentiellement plus étroite encore que toute

autre moyen de ramer existant ; à l'œuvre ceci lui donne

notamment le meilleur potentiel possible pour passer au travers d'environnements entravés ( particulièrement pourvus en algues et/ou plantes notamment , mais encore en rochers , coraux , amarres , filins , filets , détritus , résidus , branches , glace .. etc ..). Le dispositif peut conséquemment et également permettre et dans le mouvement même , instantanément et/ou en continu de s'utiliser en tant que gouvernail parfait ( les manœuvres d'accostage mais encore et surtout la descente éventuelle de rapides et/ou de fleuves en général pouvant par là s'en trouver grandement améliorées et/ou sécurisées ( notamment selon l'état des flots et/ou des eaux en général ) .

Bien que pouvant adopter de multiples formes la partie « paroi » ( une ou plusieurs ) et/ou « structure formant paroi » du

« fuselage dynamique » ou « réacteur » peut d'un point de vue d'ensemble adopter par exemple des formes de nature globalement "rectangulaires" mais encore "rondes" , "oblongues" , "carrées", etc ; mais aussi faire plus ou moins corps et être « fondue » indistinctement ou , plus ou moins indistinctement avec la « base de maintien » et de préhension même .

Le mouvement classique dit de ramer "à la godille" et son mode d'actionnement et de déplacement particulier est envisageable et possible avec le présent dispositif selon l'invention bien que ce ne soit pas sa vocation foncière ; ( il faut relever d'ailleurs que le parti pris mono-pariétale et de départ de la présente demande peut permettre plus facilement encore que pour la demande

No : FR 2 927 060 en date du 7 Âout 2009 ( ou FR0800513 ) déjà citée , de se voir utilisée le cas échéant et en cas de nécéssité quelconque comme une rame de type classique , soit donc de façon non plus de biais comme c'est son usage intrinsèquement prévu mais dans l'hypothèse de l'usage habituel et "de front" vis à vis des flux de l'eau ; même s'il est possible ça n'est pas un usage revendiqué ici .. ) .

Ce principe d'un écoulement de l'eau déterminé dans et autour d'une structure effilée relativement , intègre potentiellement des qualités d'ordre mécanique à même de déterminer un effet d'accélération des écoulements de l'eau à traiter (effet du type

"Venturi" possible en particulier ) et ceci pourvu que les parties en jeu aient la constitution matérielle adéquate et/ou rarchitecture qui convient .

La « paroi » ( "pelle" ) ou partie « fuselage dynamique » ou

« réacteur » en particulier devra avoir des dimensions suffisantes et à même de produire l'effet pour laquelle elle est dévolue ;

sa dimension en largeur ( en moyenne aussi bien que

ponctuellement ) , pourra notamment varier de façon importante ; la partie « fuselage dynamique » ou « réacteur » dans son

ensemble ( à l'intérieur et/ou à l'extérieur ) pourra adopter toutes formes utiles (galbes , cambrures , renfoncements , pliures , striures , protubérances , volutes , longerons , de toutes

formes utile... ) , comporter des dénivelés dans les parties

de sa structure même , varier dans son épaisseur , mais encore être de nature matérielle diverse , du plus complexe au moins complexe mais encore associer potentiellement plusieurs matériaux différents dans une ou plusieurs de ses parties et/ou être formé en plusieurs matériaux associés ; ( des matériaux , rigides , souples , composites par exemple ..etc ..) ; de même l'ensemble du dispositif et ses parties pourront associer toute forme de décors , couleurs

( ou pas ) , images ( photos incluses ) , inscriptions ..etc

Les bords d'attaque de la partie « paroi » peuvent

ne pas suivre des axes que continus , mais adopter des brisures , césures et autres courbures diverses .

Le dispositif est destiné à toute forme d'activité où les rames de type classique sont déjà utilisées et depuis toutes embarcations ( par exemple et notamment , bateau d'aviron , kayaks , canoës , radeaux , planches ( cf. paddle surf ( stand up )) .. etc ou annexes répertoriées ou non .

Selon des modes particuliers de réalisation :

- la partie "pelle" ou « fuselage dynamique » ou « réacteur » , peut former une partie distincte de la partie « base de maintien » ( partie qui se présente par exemple et notamment sous forme de « barre » , « hampe » ou « manche » ) et donc être potentiellement amovible de cette partie par un système d' "emmanchement"et/ou d'enclenchement et/ou de fixation , par vis ou par vissage par exemple ou encore par clip ou clip-ressort ou à ressort ( l'extrémité de cette « base de maintien » et/ou du « fuselage dynamique » ou « réacteur » pouvant être pourvue d'au moins un pas de vis par exemple ) .

- la partie « base de maintien » formant une « barre » , une

« hampe » ou un « manche » de préhension peut accueillir à chacune de ses deux extrémités une "tète" de dispositif encore appelée "pelle" ou encore « fuselage dynamique » ou « réacteur » à chacun de ses bouts , l'ensemble formant une "rame" "à deux têtes" ou "bicéphale" . Autre possibilité à partir d'un dispositif simple , l'extrémité de la partie « base de maintien » ( extrémité de la partie formant une « barre » ou un « manche » ) peut adjoindre un « système de fixation » qui peut s'associer avec une autre partie « base de maintien » et son extrémité et donc à un autre dispositif en entier , ceci de façon à les réunir en un seul système double , l'ensemble n'en formant plus qu'un "à deux têtes " ou "bicéphale", soit à deux « fuselage dynamique » ou « réacteurs » ;

le système les rassemblant ou « système de fixation » ( au moins un ) pourra par exemple consister en un système préétabli

d'emmanchement et/ou d'enclenchement , se faisant par exemple à l'aide de vis ou par vissage ou encore par clip ou clip-ressort ou à ressort entre ces deux « bases de maintien » à assembler et/ou par exemple encore , par le biais d'au moins une pièce rapportée et/ou "de jonction", fixée d'avance ou pas , sur l'une au moins des « bases de maintien » et qui permette un emmanchement et/ou un enclenchement se faisant via des vis par exemple et/ou par vissage en général , ou encore par clip ou clip-ressort ou à ressort ;

pièce(s) rapportée(s) et/ou "de jonction" pouvant matérialiser le cas échéant la forme d'au moins une poignée par exemple .

- l'ensemble du dispositif et la partie « fuselage dynamique » ou « réacteur » en particulier pourront comprendre des « ouvertures » ou « ajourements » , ( un(e) ou plusieurs ) de toutes tailles , profondeurs , longueurs , orientation , découpes , dans sa structure , « ouvertures » ou « ajourements » dévolus en particulier mais non-exclusivement à laisser entrer/sortir les flux d'eau , mais également à même d'aider et favoriser sous la forme d'entailles par exemple , une capacité d'accentuation des écoulements et/ou de la plasticité et de la souplesse possible de la partie « paroi » elle même ,

( en particulier dans le cas où celle-ci est au moins en partie conçue de cette façon "souple" ) ; l'espace laissé par ces

« ouvertures » ou « ajourements » peut permettre que toutes autres parties , sous parties ou composantes ( une ou plusieurs ) du dispositif puisse(nt) venir s'y fixer et/ou "communiquer" entre elles et/ou entre elle(s) même et/ou s'y réunir au moins en partie , ( et ceci par le biais de prolongements de matière par exemple ) .

- des « structures de déflection » , de toute formes , longueur , largeur , profondeur , orientation , peuvent venir se placer sur la partie « fuselage dynamique » ou « réacteur » (A) et en

l'occurrence sur la partie « paroi » ou « structure formant paroi » à l'intérieur ou l'extérieur , et notamment en surplomb des

« ouvertures » ou « ajourements » ci-avant évoqués et se présenter par exemple sous forme de "déflecteurs"( par exemple

protubérances ) ou de "rigoles" ( par exemple rainures ) , éléments pouvant venir se placer en liaison avec et/ou passer au travers de toutes « ouvertures » ou « ajourements » présents sur le dispositif .

- le « fuselage dynamique » ou « réacteur » peut comporter des structures venant renforcer et appuyer son action par le biais d' « ailette(s) » ou d' « aileron(s) » ( au moins un(e)) par exemple , et qui peuvent se placer et/ou se rattacher sur sa partie « paroi » ( "pelle" ) ou « structure formant paroi » et en particulier sur sa surface extérieure , en partie au moins , mais également dans l'espace des « ouvertures ou sillons canalisant » ( au moins un ) et/ou encore « ouvertures » ou « ajourements » ; ces éléments pouvant venir se placer en liaison avec et/ou passer au travers de tous espaces présents sur le dispositif ; partant , elles pourront dés lors également avoir la capacité d'être mobilisables ( après réglage manuel notamment ) ou encore mobiles ( du fait de l'action des flux d'eau notamment ) et d'être maintenues par le biais de trous présents sur le dispositif .

- le « fuselage dynamique » ou « réacteur » peut comporter des « clapets » ( au moins un ) ( et/ou « jupes » ) ou apparentés à même d'être activés selon l'orientation d'actionnement du dispositif d'avant et/ou en arrière ( pouvant notamment être disposés relativement aux entrées - sorties d'eau qui y seraient présentes ( « ouvertures ou sillons canalisants » et/outout type

d' « ouvertures » ou « ajourements »)) et permettant ou interdisant l'entrée des flux d'eau dans un sens ou dans un autre ;

ces « clapets » peuvent être distincts ou faire partie intégrante de la partie « paroi » ; ils pourront être maintenus par le biais de trous présents sur le dispositif .

- une ou plusieurs « butées » peuvent se placer et/ou se rattacher à la partie « fuselage dynamique » ou « réacteur » et en particulier potentiellement dans l'intervalle de toutes entrées - sorties d'eau qui y seraient présentes ( « ouvertures ou sillons canalisants » et/ou de tout type d'« ouvertures » ou « ajourements ») et le cas échéant se rattacher de part et d'autre des « ouvertures ou sillons

canalisants » ou pas ( et donc potentiellement que d'un seul coté de celles-ci ) ; elles peuvent en plus ou moins grande partie être rattachées à la partie « paroi » ou « structure formant paroi », et ce , en au moins un point ; ces « butées » peuvent adopter toute orientation jugée utile , être de nature et architectures très

diverses , munies de formes variées ( par exemple être longiformes et se présenter sous forme de lamelles ) , de " découpes " internes et/ou externes diverses ( des « butées » ( une ou plusieurs ) pourront être munies de bordures là encore variées , et par exemple d'architectures échancrées ("fendues" par exemple , "valvaires")) ; elles pourront être de nature plus ou moins souples jusqu'à rigides , pouvant ainsi s'apparenter à des « palmettes » ou encore à des "foils" et selon , qu'elles pourront ployer ou pas sous l'influx de l'eau , rendre lors de la mise en action du dispositif un effet propulsif dynamique vis à vis de cette eau ; ces « butées »

( une ou plusieurs ) peuvent ainsi se présenter dans leurs structures même et leur épaisseur selon des conformations de type

'Volumiques" , c'est à dire occupant un espace notable dans les trois dimensions possibles grâce à des prolongements de matière ( ou "déploiements" ) variés et potentiellement conséquents , se déployant sur différents niveaux et/ou dans différentes

directions , ces « butées » ( une ou plusieurs ) pouvant par exemple se présenter avec des architectures "dédoublées" et/ou

"subdivisées" , mais encore selon des déploiements et/ou

protubérances de matière pouvant se présenter conséquemment et potentiellement former en elles même leurs propre espace

canalisant et/ou structure(s) de protection vis à vis de chocs et/ou de remous préjudiciables pouvant provenir de l' extérieur

( concrètement , ces « butées » ( une ou plusieurs ) peuvent notamment former d'elles même une structure qualifiable de

"cuirassée" , ou encore "en coque" ou "en carapace" , et qui forme ainsi un carénage hydrodynamique et/ou canalisant vis à vis des flux d'eau ; également , ce type de « butées » ( une ou plusieurs ) "volumique" caréné pourra être à considérer en tant que « sous-paroi » et/ou « sous-structure formant paroi » ; plusieurs de ces « butées » de type "volumiques" pourront potentiellement , en de plus ou moins grandes parties de leurs structures se réunir

ensemble le cas échéant et si besoin est ; de même les « butées » ( une ou plusieurs ) pourront se rattacher en un ou plusieurs points; ces « butées » ( sous la forme de "foils" notamment ( mais pas seulement )) pourront le cas échéant être munies d'au moins un axe et/ou d'au moins un mécanisme de type "roulement" ( "à billes" par exemple ) et/ou d'au moins un « système à rebond »

( par exemple des ressorts ) associé(s) , leur permettant une mobilité ( en rotation ) potentiellement dynamique , et que pourra compléter la présence d'au moins un "butoir" pour en assurer l'arrêt et/ou l'amorti de la course .

- le dispositif peut être constitué en tout matériaux possibles et/ou en plusieurs matériaux associés et/ou distincts aux qualités mécaniques différentes et/ou complémentaires ( matériaux dits "composites" inclus bien entendu ) dans une ou plusieurs de ses parties , sous parties ou composantes ; les « butées » ( une ou plusieurs ) par exemple peuvent se présenter « composites » et formées en plusieurs matériaux tels que des structures souples et déformables sous l'influence des flux d'eau appliqués en

association avec des corps rigides et/ou moins déformables ;

de même , la partie « paroi » ou « structure formant paroi » peut par exemple comporter (une ou plusieurs) volutes et/ou longerons souples et/ou "jupes" ou encore présenter des bords d'attaque ou "bordures" aux qualités matérielles permettant une déformation et/ou des qualités amortissantes et parant aux chocs extérieurs en association à des parties plus centrales rigides et/ou moins déformables ( prenant par exemple la forme d'une (au moins)

armature) .

- le dispositif peut comporter dans l'intervalle des

« ouvertures ou sillons canalisants » ( au moins un ) complétant la la partie « paroi » ou « structure formant paroi » ( encore appelé « fuselage dynamique » ou « réacteur » ) en particulier au niveau de ses entrées - sorties d'eau , des « structures interstitielles » pouvant être plus ou moins volumiques et de nature matérielle potentiellement variée ( en comportant plusieurs matériaux

associés notamment ) ; celles-ci pourront constituer en partie au moins une base d' installation ou un support pour tout autre élément désigné du dispositif ; par exemple « butée(s) » ( une ou plusieurs ) et/ou des systèmes de « clapets » ( un ou plusieurs ) ; ces « structures interstitielles » pourront également faire office de « longerons pénétrateurs » ( hydrodynamique ) et/ou de structures de protection ( vis à vis des chocs extérieurs ( pares chocs )) » .

- A partir du moment où la partie « fuselage dynamique » ou

« réacteur » et en particulier sa sous partie « paroi » ou « structure formant paroi » ( au moins une ) et la partie « base de maintien » formée d'une « barre » ou d'un « manche » de préhension sont indépendantes entre elles au départ ou/puis assemblées ensemble ou que ces parties et sous parties peuvent être « mobiles et/ou blocables » entre elles ou pas , on peut y adjoindre tout système approprié ( au moins un ) qui en permette le réglage et/ou le blocage et ceci en particulier en ce qui concerne le réglage et/ou le blocage de l'axe de rotation de cette partie « fuselage dynamique » ou « réacteur » par rapport à la « base de maintien » ;

ce réglage doublé de ce blocage peut par exemple se voir agit via un système de vissage ou de bague de sertissage , mais encore par exemple d'un système automatique à niveau(x) et/ou crans de réglage ; l'ensemble de ces systèmes possibles pouvant venir se placer en particulier et par exemple au(x) point(s) de liaison du « fuselage dynamique » ou « réacteur » et/ou de la « base de maintien » ou sur tout point de cette dernière .

Cette modalité est destinée à permettre d'orienter comme l'on veut la partie « fuselage dynamique » ou « réacteur » et notamment dans le cas où le dispositif est équipé de deux de ces éléments à chacun des bouts de la partie « base de maintien » ( système

"bicéphale" ( que celui-ci soit d'un seul tenant ou modulaire )) . - la sous partie « paroi » ou « structure formant paroi »

( ou « fuselage dynamique » ou « réacteur » ) peut être scindée ( "scindable" ) en parties matériellement distinctes et amovibles entre elles ou pas , et ceci par exemple et notamment selon le plan médian caractérisant la nature symétrique de l'ensemble

( et donc , de façon "droite" mais encore de façon à montrer des interpénétrations de structures et/ou au contraire des éloignements de matière dans ce scindement ) ; la partie « base de maintien » formée d'une « barre » ou d'un « manche » de préhension pouvant être amovible ou pas d'au moins une de ces parties scindées et/ou mobile ou pas ; selon cette capacité d'être amovible(s) , l'ensemble du ou des "rattachements" entre chacune de ces parties et sous parties citées ( deux au moins ) peut se faire par le biais de vis et/ou par vissage et/ou encore par clip ou clip-ressort ou à

ressort par exemple ; soit encore , pour leurs permettre d'être plus ou moins mobiles entre elles ( au moins deux ) , de se rattacher grâce à un assemblage leur laissant la possibilité de montrer plus ou moins de "jeu" et/ou de dynamisme en partage ; par exemple et notamment , autrement que d'obtenir , bien que ce soit possible , un tel résultat mécanique par le biais "directement" matériel

( à l'aide en particulier de matériaux de type souples et/ou de nature à rendre une élasticité de type dynamique à un moment ( endroit ) donné ) et/ou en appui d'un système d'amarrage mobile ( par exemple "rotule(s)" ( au sens large )) , un effet "dynamique" pourra être également produit en adjoignant des « systèmes à rebonds » ( un ou plusieurs ) tels celui par exemple d'un ou plusieurs ressorts entre une ou plusieurs de ces parties et/ou au moins un système d'articulation par exemple axial

( rotulien possible ), l'ensemble permettant donc un effet

d'articulation dynamique suffisant entre elles relativement à cette mise en action du dispositif dans son mouvement convenu d'aller et de retour (un mouvement d'ouverture - fermeture par exemple) ; accessoirement , un ou plusieurs « systèmes à rebond » tel celui par exemple d'un ou plusieurs ressorts et/ou au moins d'un système d'articulation par exemple axial , pourront également venir en soutien rassembler le prolongement de la partie « paroi » ou « structure formant parois (ou « fuselage dynamique » ou

« réacteur » ) ainsi scindé en deux de la façon ci-avant décrite , en les reliant et se plaçant donc à la base de la partie « fuselage dynamique » ou « réacteur » ( c'est à dire à la partie opposée de la liaison « fuselage dynamique » ( ou « réacteur ») / « base de maintien » ) , de manière à notamment accompagner le mouvement globale de mobilité permis par cette modalité .

- les « butées » peuvent être amovibles et/ou réglables et ceci grâce à un ou plusieurs points de rattachement tels que permis par un ou plusieurs système à « vis » par exemple .

- les « ouvertures ou sillons canalisants » ( au moins un(e) ) et/ou « ouvertures » ou « apurements » peu(ven)t être autonome(s) en terme de symétrie ou non vis à vis de la partie « paroi » ou « structure formant paroi » et donc être dissymétrique(s) ou pas par rapport à la symétrie que celle-ci doit montrer dans sa structure .

- la sous partie « paroi » ou « structure formant paroi » et/ou les

« ouvertures ou sillons canalisants » ( au moins un ) du « fuselage dynamique » ou « réacteur , peuvent ne pas déterminer de symétrie particulière d'un endroit ainsi séparé par rapport au plan médian moyen ( soit donc un double symétrique d'un endroit selon ce plan médian ) de la « paroi » ou « structure formant paroi » à l'autre ; néanmoins il est parfaitement possible que la dite dissymétrie ne soit vérifiable qu'en partie seulement et pour l'une et/ou l'autre de ces sous parties du « fuselage dynamique » ou « réacteur .

- une ou plusieurs « parois » ou « structures formant parois » supplémentaires ( ou « sous parois » et/ou « sous structures formant parois » ) supplémentaires peuvent venir s'adjoindre au reste du dispositif et/ou en particulier à la partie « paroi » ou

« structure formant paroi » d'origine en s'y adjoignant et/ou s 'intercalant à elle . Ces « parois » et/ou « structures formant parois » ( ou « sous parois » et/ou « sous structures formant parois » ) supplémentaires relativement au principe fondant la partie « paroi » d'origine , pourront respecter ou non son même principe de symétrie dés lors que la « paroi » d'origine en question est , elle , symétrique.

Selon la possibilité d'« ouvertures » et/ou d'« ajourements » potentiels sur la partie « paroi » et/ou « structure formant paroi », l'espace laissé par ceux là peut conséquemment et notamment faire que ces « parois » supplémentaires ( au moins une ) et/ou la

« paroi » générique pourront dés lors venir s'y fixer et/ou

"communiquer" entre elles et s'y réunir en partie ( et ceci par le biais de prolongements de matière par exemple ) et donc

notamment , de manière à en permettre un meilleur contrôle dans le cas possible où , au moins l'une d'entre elles est rendue mobile par quelque biais que ce soit ;

Des « structures de déflection » pourront également s'appliquer à/sur et/ou avec d'éventuelles « parois » ou « structures formant parois » supplémentaires . De même , des « ailettes » ou

« ailerons » mais encore des « butées » ( au moins une ) , et ce dans toutes leurs possibilités , pourront s'appliquer à/sur et/ou avec d'éventuelles « parois » ou « structures formant parois »

supplémentaires ; des « clapets » ( au moins un ) ( et/ou « jupes » mais encore des « structures interstitielles » ou « longerons pénétrateurs » ( au moins un ) , à/sur et/ou avec ces éventuelles « parois » ou « structures formant parois » supplémentaires pourront s'appliquer .

Le dessin annexé illustre l'invention :

La figure 1 représente en perspective le dispositif de l'invention présentant un « fuselage dynamique » ou « réacteur » qui montre notamment un "mix" des possibilités qu'ont les « ouvertures ou sillons canalisant » à pouvoir être disposés de telle ou telle façon et endroits sur/dans la « paroi » générique ; et en particulier dans l'axe de ( ou "sur" ) sa « tranche » ( encore qualifiable de « bord d'attaque » et/ou « arête de contrôle et de direction » ) mais aussi à pouvoir être placées relativement sur les "cotés" de cette partie « paroi » et non plus uniquement à partir de la « tranche » en question .

( Nota : Bien que les deux demandes diffèrent dans leurs moyens et principe de base , beaucoup des éléments de la présente

demande , tant au descriptif qu'au travers des revendications peuvent être interprétés de façon profitable à l'aide donc des dessins de la demande No : FR0800513 déposée par le même inventeur ) .

En référence à ce dessin , le dispositif comporte une partie "pelle" encore qualifiée de « fuselage dynamique » ou

« réacteur » (A) composé d'une sous partie « paroi » ou « structure formant paroi » (1) ; le plan médian (C) partageant l'épaisseur moyenne formée par cette sous partie « paroi » ou « structure formant paroi » (1) devant déterminer une symétrie d'un endroit de cette épaisseur à l'autre ( soit donc un double symétrique d'un endroit selon ce plan médian ) , de même que comporter pour qualifier le dispositif en tant que « fuselage dynamique » ou

« réacteur » (A) une seconde sous partie consistant en au moins une « ouverture ou sillon canalisant » (2) se plaçant relativement transversalement à cette épaisseur et entre le(s)quel(les) les flux d'eau s'engouffrent et sont amenés à être traités .

le « fuselage dynamique » ou « réacteur » (A) montre un « bord d'attaque » ou « tranche » et/ou « arête de contrôle et de

direction » précis (3) et se continue avec la partie dite

« base de maintien » (B) formée d'une « barre » ou d'un

manche » de préhension et de maniement ( à noter que sur ce dessin cette partie « base de maintien » (B) est représentée sectionnée en biseau à un moment par un souci pratique de

^^présentation ) . Une flèche synoptique (D) représente le sens que prennent les flux d'eau au travers de la partie « fuselage

dynamique » ou « réacteur » (A) du dipositif et en particulier s'agissant de leur passage longitudinal par une ou plusieurs

« ouvertures ou sillons canalisant » (2) , et ceci , relativement à la poussée exercée par le "rameur" pour propulser son embarcation ( le sens inverse ou "de retour" n'étant pas ici représenté ) .

A titre d'exemple non limitatif , le dispositif peut s'apparenter à ce qui a pu se faire en terme de taille et en particulier de longueur et largeur s'agissant de « rames » en général , et donc d'avirons , de pagaies ..etc ; L'épaisseur moyenne de la sous partie « paroi » ou « structure formant paroi » (1) de la partie « fuselage dynamique » ou « réacteur » (A) pourra varier de façon notable ;

Le dispositif selon l'invention est particulièrement destiné à l'action de ramer , et donc de se propulser depuis une embarcation via la surface de l'eau .