Search International and National Patent Collections
Some content of this application is unavailable at the moment.
If this situation persists, please contact us atFeedback&Contact
1. (WO2007006987) LIQUID MIST FIRE EXTINGUISHER AND USE THEREOF
Note: Text based on automatic Optical Character Recognition processes. Please use the PDF version for legal matters

EXTINCTEUR A BROUILLARD DE LIQUIDE ET SON UTILISATION
La présente invention se rapporte à un extincteur à brouillard de liquide ainsi qu'à son utilisation.
Les extincteurs portatifs à pression, destinés à expulser un agent extincteur sous pression, sont connus depuis la fin du 19ème siècle.
Un type d'extincteur connu est appelé extincteur à eau pulvérisée. Un extincteur à eau pulvérisée comprend un réservoir contenant un agent extincteur, en général de l'eau ou de l'eau contenant un additif. Lors du fonctionnement, un gaz sous pression pousse sur le liquide pour l'expulser hors du réservoir sous forme de gouttelettes de taille relativement importante.
Les d'extincteurs de ce type présentent plusieurs inconvénients. Ils ne permettent pas d'éteindre tous les types de feu. En général un extincteur à eau pulvérisée peut éteindre un feu de solide, dit feu de classe A, et, si un additif est ajouté à l'eau, un feu de liquide, dit feu de classe B. Ces extincteurs présentent une efficacité réduite de sorte qu'une quantité d'eau assez importante est nécessaire, par exemple 6 litres pour un extincteur présentant une durée de fonctionnement de 45 à 50 secondes. L'eau peut causer des dégâts supplémentaires dans le bâtiment où a lieu le feu, par exemple aux étages du bâtiment inférieurs à l'étage où a lieu le feu.
Un autre type d'extincteur connu est appelé extincteur à brouillard d'eau. Un extincteur à brouillard comprend un réservoir contenant du liquide d'extinction, en général de l'eau ou de l'eau contenant un additif. Lors du fonctionnement, un gaz sous pression pousse sur le liquide pour l'expulser hors du réservoir sous forme de brouillard de gouttelettes. On parle de brouillard quand les gouttelettes présentent un diamètre moyen inférieur à 400μm.
Les extincteurs à brouillard d'eau présentent plusieurs avantages, par rapports aux extincteurs traditionnels comme les extincteurs à eau pulvérisée. Du fait de la petite taille des gouttelettes, le brouillard offre une surface totale d'échange plus importante, pour une quantité d'eau donnée, qu'un extincteur à eau pulvérisée. Un extincteur à brouillard d'eau est donc plus efficace et il est possible d'utiliser une quantité d'eau réduite, ce qui réduit les dégâts causés par l'eau. De plus, comme le brouillard d'eau est une phase dispersée, il est non-conducteur. Un extincteur à brouillard d'eau peut donc être utilisé pour éteindre un feu dans une installation électrique.
Le document DE-44 43 111-Al décrit un extincteur dans lequel de l'eau est expulsée à haute vitesse hors d'un réservoir. En raison de la grande différence de vitesse entre l'eau expulsée et l'air ambiant, le jet d'eau est fractionné en gouttelettes de petite taille au moment où il pénètre dans l'air ambiant, c'est-à-dire au niveau de la sortie de l'extincteur. Pour expulser l'eau à haute vitesse, du gaz à très haute pression, supérieure à 50 bars, est nécessaire.
Le document Bouaza MESLI, « Etudes expérimentales sur l'extinction par brouillards d'eau des flammes turbulentes de prémélanges stabilisées entre deux jets opposés », Thèse présentée à l'université d'Orléans et soutenue le 20 décembre 2000, décrit une installation expérimentale dans laquelle de l'eau est expulsée d'un réservoir en raison d'une pression exercée par un gaz, à une pression d'environ 6 bars. Un conduit d'eau relie le réservoir à un injecteur. Un conduit de gaz relie une source de gaz à 6 bars à Pinjecteur. L'injecteur, qui est composé d'une buse intérieure et d'une buse extérieure, réalise un mélange entre le gaz et l'eau et expulse ce mélange. Un brouillard de petites gouttelettes d'eau est formé en raison de la différence de vitesse entre le gaz et l'eau.
Cette installation expérimentale présente plusieurs inconvénients. Deux conduits sont nécessaires pour amener l'eau et le gaz au niveau de l'injecteur. L'injecteur doit présenter une structure particulière pour pouvoir réaliser le mélange entre l'eau et le gaz et expulser le mélange sous forme de brouillard d'eau.
Le but de l'invention est de fournir un extincteur à brouillard de liquide qui ne présente pas au moins certains des inconvénients précités de l'art antérieur.
Pour cela, l'invention fournit un extincteur à brouillard de liquide comprenant un réservoir destiné à contenir du liquide et du gaz sous pression apte à exercer une pression sur ledit liquide de manière à expulser ledit liquide hors dudit réservoir, ledit extincteur comportant un organe de sortie présentant au moins un orifice de sortie pour distribuer ledit liquide à l'extérieur du réservoir et un tube plongeur s'étendant au moins partiellement dans ledit réservoir, ledit réservoir comportant une portion basse destinée à contenir ledit liquide lorsque ledit extincteur est dans une position normale d'utilisation, ledit tube plongeur comportant une ouverture d'aspiration agencée dans ladite portion basse du réservoir et un canal intérieur reliant ladite ouverture d'aspiration audit organe de sortie, ledit réservoir comportant une portion haute destinée à contenir ledit gaz sous pression dans ladite position normale d'utilisation, caractérisé en ce que ledit extincteur comporte des moyens d'entrée de gaz reliant la portion haute du réservoir avec le canal intérieur du tube plongeur pour permettre audit gaz de pénétrer dans ledit canal intérieur pour être expulsé hors dudit réservoir avec ledit liquide.
Grâce à ces caractéristiques, l'extincteur expulse un mélange de liquide et de gaz de manière à former un brouillard de gouttelettes de petite taille. Il n'est pas nécessaire que la vitesse de sortie du liquide soit importante. La pression du gaz sous pression peut donc être limitée. La structure de l'extincteur peut être très simple car il n'est pas nécessaire que l'extincteur comprenne deux conduits distincts, l'un pour le gaz et l'autre pour le liquide. De même, un injecteur de forme particulière pour réaliser un mélange entre le liquide et le gaz n'est pas nécessaire. L'extincteur selon l'invention peut être facilement fabriqué en modifiant un extincteur à eau pulvérisé classique. On a constaté qu'il présentait une efficacité importante et était apte à éteindre de nombreux type de feu, notamment des feux d'huile ou de graisse animale ou végétale, dit feu de classe F. En effet, du fait de la petite taille des gouttelettes, les gouttelettes s'évaporent avant de toucher l'huile ou la graisse en feu, ce qui évite les projections d'huile dangereuses que l'on obtient habituellement lorsque de l'eau en phase liquide entre en contact avec de l'huile chaude.
De préférence, les moyens d'entrée de gaz comprennent au moins un trou ménagé dans une paroi du tube plongeur, au niveau d'une portion haute du tube plongeur qui s'étend dans la portion haute du réservoir.
Dans ce cas, la structure de l'extincteur est particulièrement simple. Il peut être conçu par exemple en remplaçant le tube plongeur sans trou d'un extincteur à eau pulvérisée classique par un tube plongeur présentant au moins un trou, et en remplissant le réservoir avec du liquide et du gaz en quantité appropriée.
Avantageusement, le tube plongeur comprend une portion de mélange entre les moyens d'entrée de gaz et l'organe de sortie, destinée à réaliser un mélange entre le gaz sous pression et le liquide.
Selon un mode de réalisation particulier, le réservoir est sensiblement cylindrique, le tube plongeur étant sensiblement rectiligne et s'étendant selon une direction parallèle à l'axe du réservoir.
De préférence, dans la fabrication de l'extincteur, le gaz sous pression est introduit directement dans ledit réservoir. Dans ce cas, aucun réservoir de gaz auxiliaire n'est nécessaire. L'extincteur est donc particulièrement léger et de structure très simple.
Avantageusement, l'extincteur contient du gaz sous pression et du liquide en quantités relatives adaptées pour pouvoir expulser sensiblement tout ledit liquide hors dudit réservoir.
De préférence, l'ouverture d'aspiration, les moyens d'entrée de gaz et ledit au moins un orifice de sortie présentent des sections efficaces de passage adaptées pour produire un brouillard de liquide.
De préférence, l'extincteur est apte à produire un brouillard de liquide composé de gouttelettes d'un diamètre moyen inférieur à 400 μm.
Selon un mode de réalisation particulier, l'organe de sortie comporte une tête d'extincteur fixée dans une ouverture du réservoir, le tube plongeur étant fixé à la tête d'extincteur, la tête d'extincteur comprenant un canal interne communiquant avec le canal interne du tube plongeur, de sorte que le liquide et le gaz passent dans ledit canal interne de la tête lors de l'expulsion hors du réservoir. La tête d'extincteur peut donc présenter une structure très simple car seul un unique canal interne est suffisant dans la tête.
De préférence, ledit organe de sortie comprend une vanne apte à obturer ledit canal interne de la tête d'extincteur et un organe de commande de ladite vanne.
Selon un mode de réalisation particulier, ladite tête d'extincteur comprend une douille de fixation pour fixer une cartouche de gaz sous pression, et un organe de mise sous pression apte à ouvrir une communication entre ladite cartouche et ledit réservoir. Ainsi, la durée de vie de l'extincteur est améliorée car la cartouche peut présenter une très bonne étanchéité avant l'actionnement de l'organe de mise sous pression. De préférence, ladite douille de fixation est agencée de manière à fixer ladite cartouche dans ledit réservoir. Ainsi, l'encombrement de l'extincteur est réduit.
Selon un mode de réalisation particulier, ledit organe de sortie comprend un diffuseur muni dudit au moins un orifice de sortie et relié à ladite tête d'extincteur de manière que ledit au moins un orifice de sortie communique avec ledit canal intérieur de la tête d'extincteur.
De préférence, ledit organe de sortie comprend une lance reliant ledit diffuseur à ladite tête d'extincteur.
De nombreux types de diffuseurs conviennent pour réaliser un tel extincteur, par exemple avec un seul orifice de sortie ou avec plusieurs orifices de sortie. La forme du ou des orifices de sortie peut être circulaire, carrée, allongée ou autre. Avantageusement, ledit diffuseur présente une paroi en forme de calotte sphérique et plusieurs orifices de sortie répartis sur ladite paroi.
Selon un mode de réalisation particulier, l'extincteur est autonome et portatif. L'extincteur peut aussi être réalisé sous la forme d'une installation fixe. Selon un mode de réalisation particulier, ledit organe de sortie comprend une tuyauterie fixe s'étendant entre ledit réservoir et un local à protéger et un diffuseur relié à ladite tuyauterie et agencé dans ledit local à protéger.
L'invention fournit également une utilisation d'un extincteur selon l'invention ci-dessus pour éteindre un feu de solide, un feu de liquide inflammable notamment d'huile ou de graisse végétale ou animale ou un feu de gaz.
De préférence, ledit feu est un feu d'huile ou de graisse végétale ou animale.
L'invention sera mieux comprise, et d'autres buts, détails, caractéristiques et avantages de celle-ci apparaîtront plus clairement au cours de la description suivante de plusieurs modes de réalisation particuliers de l'invention, donnés uniquement à titre illustratif et non limitatif, en référence aux dessins annexés. Sur ces dessins :
- la figure 1 est une vue en coupe d'un extincteur
selon un premier mode de réalisation de
l'invention ;
- la figure 2 représente le tube plongeur de
l'extincteur de la figure 1 ;
- la figure 3 est une vue en coupe de la tête
d'extincteur de l'extincteur de la figure 1 ;
- la figure 4 est une vue de face de la tête de la
figure 3, en coupe partielle ;
- la figure 5 est une vue en coupe d'un diffuseur
pouvant être utilisé dans l'extincteur de la figure
i ;
- la figure 6 est une vue de gauche du diffuseur de la
figure 5 ;
- la figure 7 est une vue en coupe d'un extincteur
selon un deuxième mode de réalisation de
l'invention ; et
- la figure 8 est une vue en coupe de l'extincteur de
la figure 7, selon la ligne de coupe VIII-VIII de la
figure 7.
L'extincteur portatif 1 comprend un réservoir 2 sensiblement cylindrique de section circulaire. La figure 1 représente l'extincteur 1 agencé dans sa position normale d'utilisation, avec l'axe du réservoir 2 s 'étendant verticalement. Une tête d'extincteur 3 est fixée dans une ouverture ménagée dans la paroi du réservoir 2, au sommet du réservoir 2.
Le réservoir 2 contient de l'eau et du gaz sous pression. Le gaz peut être par exemple de l'air, de l'azote ou du dioxyde de carbone.

Quand l'extincteur se trouve dans sa position normale d'utilisation, l'eau occupe, par gravité, une portion basse 4 du réservoir 2, et le gaz occupe une portion haute 5 du réservoir 2.
Un tube plongeur 6, cylindrique de section circulaire, s'étend dans le réservoir 2. Dans l'exemple représenté, le tube plongeur est coaxial avec le réservoir 2. Le tube plongeur 6 comprend un canal intérieur 7 débouchant dans le réservoir 2 au niveau d'une ouverture d'aspiration 8, située à l'extrémité inférieure du tube plongeur 6 agencée dans la portion basse du réservoir 2. Ainsi, quand l'extincteur est dans sa position normale d'utilisation, l'ouverture d'aspiration est immergée dans l'eau et permet à l'eau de rentrer dans le canal 7.
Le tube plongeur 6 est fixé, par son extrémité supérieure 9, à la tête d'extincteur 3, par exemple par vissage ou emmanchement.
Le tube plongeur 6 présente une portion haute qui s'étend dans la portion haute 5 du réservoir 2. A proximité de la tête 3, dans la portion haute du tube 6, le tube 6 présente un ou plusieurs trous latéraux

10, par exemple quatre trous latéraux 10 répartis sur la périphérie du tube 6, et dont un seul est représenté sur les figures 1 et 2. Les trous 10 traversent la paroi du tube plongeur 6. Quand l'extincteur est dans sa position normale, les trous 10 ne sont pas immergés dans l'eau. Ainsi, ils permettent au gaz de pénétrer dans le canal intérieur 7 du tube plongeur 6. Bien entendu, le tube plongeur 6 pourrait comporter plus ou moins de quatre trous latéraux. Par exemple, le tube plongeur pourrait comporter un seul trou latéral.
La tête d'extincteur 3 est représentée plus en détail sur les figures 3 et 4. La tête 3 comprend un corps 11 fixé au réservoir 2. Un canal interne 12 sensiblement en forme de L est ménagé dans le corps

11. Le canal interne 12 présente une portion d'entrée 13 en communication avec le canal interne 7 du tube plongeur 6. Le canal interne 12 présente également une portion de sortie 14 débouchant à l'extérieur du réservoir 2 transversalement à l'axe du réservoir 2 et formant diffuseur. Le canal interne 12 présente une portion de section réduite 15 formant siège de clapet tronconique. Un clapet 16 est agencé de manière mobile dans le canal 12. Un ressort 17, prenant appui sur un épaulement du canal 12 et sur le clapet 16, sollicite le clapet 16 dans une position d'obturation, représentée sur la figure 3, dans laquelle le clapet 16 coopère avec le siège de clapet pour obturer le canal 12. Un piston 18 est agencé de manière mobile dans le corps 11. Le piston 18 est fixé au clapet 16 et est apte à déplacer le clapet 16, à l'encontre du ressort 17, dans une position d'ouverture dans laquelle le clapet 16 ne coopère pas avec le siège de clapet et n'obture pas le canal 12. Le déplacement du piston 18 est commandé par une poignée de commande 19. Pour cela, la tête d'extincteur 3 porte une poignée fixe 60 s 'étendant dans la même direction transversale que la poignée de commande 19 et contre laquelle on peut rabattre la poignée 19 pour ouvrir la vanne. Une goupille 20 est prévue, pour bloquer Pactionnement de la poignée 19 et ainsi empêcher que le clapet 16 soit déplacé dans sa position d'ouverture de manière accidentelle. La tête d'extincteur 3 comprend également un organe de sécurité 21, représenté en coupe sur la figure 4 et qui ne sera pas décrit plus en détail car il s'agit d'un clapet de surpression classique.
Le fonctionnement de l'extincteur 1 suivant la figure 1 est le suivant. L'extincteur 1 est conservé à proximité d'un endroit à protéger. La goupille 20 bloque Pactionnement de la poignée 19. Le clapet 16 obture le canal 12. Ainsi, le gaz sous pression et l'eau sont maintenus dans le réservoir 2.
En cas de feu, par exemple dans le cas où l'huile d'une friteuse de restaurant s'enflamme, un utilisateur saisit l'extincteur 1 et retire la goupille 20. Il oriente l'extincteur 1 de manière à diriger la portion de sortie 14 de la tête 3 vers le feu. Ensuite il actionne la poignée 19. Le piston 18 coulisse dans le corps 11 et le clapet 16 se retrouve dans sa position d'ouverture.
Dans ce cas, le canal 7 du tube plongeur 6 et le canal 12 de la tête 3 forment un passage entre l'intérieur et l'extérieur du réservoir 2, permettant l'écoulement d'eau et de gaz. Le gaz sous pression exerce une pression sur l'eau. Cette pression fait rentrer l'eau dans le canal interne 7, au niveau de l'ouverture d'aspiration 8, comme représenté par les flèches 22, et s'écouler l'eau dans le canal 7, comme représenté par les flèches 23, vers l'extérieur du réservoir 2. Le gaz pénètre également dans le canal interne 7, par les trous 10, comme représenté par les flèches 24. Dans le canal interne 7 du tube plongeur 6, en aval des trous 10, le gaz et l'eau se mélangent et s'écoulent vers l'extérieur du réservoir 2, en passant par le canal interne 12 de la tête 3 tout en formant un brouillard de petites gouttelettes d'eau, en raison de la différence de vitesse entre l'eau et le gaz. En sortie du canal interne 12, le mélange d'eau et de gaz est expulsé hors du réservoir 2 sous la forme d'un jet de brouillard 25. Le jet de brouillard 25 présente par exemple une portée de 8 à 10 m.
En dimensionnant l'extincteur 1 de manière appropriée, il est possible d'obtenir un brouillard d'eau 25 dont les gouttelettes présentent un diamètre moyen voulu inférieur à 400 μm. Différents paramètres influencent la taille des gouttelettes, comme le diamètre dl de la portion de sortie 14 du canal 12, le nombre et le diamètre d2 des trous latéraux 10, le volume net V du réservoir 2, la pression Ps du gaz sous pression, la quantité d'eau Q, et le diamètre d3 de l'ouverture d'aspiration 8 du tube plongeur 6.
Exemple
Par exemple, avec une portion 14 de diamètre dl = 4mm, quatre trous 10 de diamètre d2 = 2,1 mm, de l'azote à la pression Ps = 15 bars (à une température d'environ 200C), un réservoir 2 de volume V = 10 litres, 3 litres d'eau et une ouverture 8 de diamètre d3 = 12 mm, l'extincteur 1 permet d'obtenir un brouillard d'eau dont les gouttelettes présentent un diamètre moyen inférieur à 400 μm. Un jet de brouillard d'eau d'une portée de 8 m est obtenu pendant 25 secondes.
Lors du dimensionnement de l'extincteur 1, il faut prévoir que le diamètre d2 du ou des trous latéraux 10 doit être suffisamment petit pour éviter de désamorcer le flux d'eau. En d'autres termes, en valeur absolue, la perte de charge engendrée par le trou latéral lors de l'écoulement du gaz dans le trou latéral doit être supérieure à la chute de pression due au poids de la colonne d'eau entre le niveau de la surface du liquide et le niveau du trou latéral.
En raison de la petite taille des gouttelettes, l'extincteur 1 présente donc une grande efficacité. Dans le cas où le gaz sous pression est de l'azote ou du dioxyde de carbone, l'efficacité de l'extincteur 1 est encore améliorée grâce à l'effet « d'étouffement » de ces gaz.
Bien entendu la portion de sortie 14, les trous latéraux 10 et l'ouverture 8 ne sont pas nécessairement de section circulaire et dans ce cas, à la place de leurs diamètres respectifs, les paramètres de dimensionnement à prendre en compte sont leurs sections efficaces de passage respectives.
Dans une variante, le brouillard n'est pas formé directement en sortie de la tête 3, mais au niveau d'un diffuseur relié à la tête 3 par une lance. Cela permet de diriger facilement le brouillard vers le feu en plaçant le diffuseur de façon appropriée. Dans ce cas, le diamètre de l'orifice de sortie du diffuseur doit aussi être dimensionné de manière appropriée.

Dans une autre variante, l'extincteur 1 n'est pas portatif, au contraire il est fixe. Il comprend un (ou plusieurs) diffuseur fixé dans un local à protéger de manière à pouvoir diriger le brouillard d'eau vers un dispositif à protéger, par exemple une armoire électrique, une chaufferie, etc. Le diffuseur est relié à la tête d'extincteur 3 par une canalisation fixe. Par exemple, plusieurs diffuseurs peuvent être branchés sur la même canalisation.
Un exemple de diffuseur pouvant être utilisé, par exemple dans le cas de l'extincteur 1 fixe, est représenté sur les figures 5 et 6. Le diffuseur sphérique 30 présente un canal d'arrivée de liquide 31, et une paroi de diffusion 32 en forme de calotte sphérique définissant un espace intérieur 34 en communication avec le canal d'arrivée 31. La paroi de diffusion 32 présente plusieurs orifices de sortie 33. Ainsi, si un mélange d'eau et de gaz sous pression est amené dans l'espace 34 par le canal 31, ce mélange sera expulsé dans différentes directions correspondant aux différentes orientations des orifices 33. Le diffuseur 30 permet donc de créer un jet de brouillard d'eau très ouvert et occupant un volume important autour du diffuseur 30.
D'autres liquides que de l'eau peuvent être utilisé dans l'extincteur 1. Par exemple, le liquide peut être de l'eau comprenant un additif connu par l'acronyme AFFF (Agent Formant un Film Flottant). On a constaté que grâce à l'utilisation d'un additif du type AFFF, l'efficacité de l'extincteur 1 est améliorée même en utilisant une concentration d'additif plus petite en comparaison avec un extincteur à eau pulvérisé.
Les figures 7 et 8 représentent un extincteur portatif 1 selon un deuxième mode de réalisation de l'invention. Les éléments identiques ou similaires à des éléments du premier mode de réalisation portent les mêmes références et ne seront pas décrits en détail. L'extincteur 1 selon le deuxième mode de réalisation est dit extincteur à pression auxiliaire.
La tête d'extincteur 3 comprend une douille de fixation 45 permettant de fixer une cartouche 46 de gaz sous pression dans le réservoir 2. La cartouche 46 présente une tête 47 fixée à la douille 45, par exemple par vissage ou emmanchement. La cartouche 46 est réalisée en un matériau relativement solide, sauf au niveau d'un opercule (non représenté) agencé au niveau de la tête 47. La tête d'extincteur 3 comprend un percuteur 48 agencé de manière mobile et commandé par une poignée 53 qui joue le rôle de percussion et de portage. Une goupille 49 permet de fixer le percuteur 48 à distance de l'opercule de la cartouche 46. La tête 3 présente un canal de communication 52, partant de la douille 45 et débouchant dans le réservoir 2.
La tête d'extincteur comprend un tube de sortie 50 définissant un canal 42 sensiblement en forme de L. Un robinet d'arrêt 51 représenté schématiquement permet d'obturer le canal 42. Le canal 42 présente une portion d'entrée en communication avec le canal interne 7 du tube plongeur 6, et une potion de sortie 44 débouchant à l'extérieur du réservoir 2.
Le fonctionnement de l'extincteur 1 à pression auxiliaire est le suivant. L'extincteur 1 est conservé à proximité d'un endroit à protéger. La goupille 49 maintient le percuteur 48 en position et la cartouche 46 est fermée et contient du gaz sous pression. Le gaz dans la portion haute 5 du réservoir 2 est sensiblement à pression atmosphérique. Le robinet d'arrêt 51 ferme le canal 42. Ainsi, l'eau est maintenue dans le réservoir 2.
En cas de feu, un utilisateur saisit l'extincteur 1 et retire la goupille 49. Il percute la cartouche 46 en levant la poignée 53. Le percuteur 48 étant en appui sur la poignée 53 se déplace en direction de l'opercule de la cartouche 46 et le perce. Un autre mode de fonctionnement de la poignée de percussion connu est la percussion en baissant la poignée. Le gaz sous pression sort de la cartouche 48, passe par le canal 52 et remplit la portion haute 5 du réservoir 2. L'utilisateur oriente l'extincteur 1 de manière à diriger la portion de sortie 44 de la tête 3 vers le feu. Ensuite il actionne le robinet d'arrêt 51 pour ouvrir le canal 42.
Dans ce cas, le canal 7 du tube plongeur 6 et le canal 42 de la tête 3 forment un passage entre l'intérieur et l'extérieur du réservoir 2, permettant l'écoulement d'eau et de gaz. La suite du fonctionnement est similaire à celui de l'extincteur selon le premier mode de réalisation. En sortie du canal interne 42, un mélange d'eau et de gaz est expulsé hors du réservoir 2 et forme un brouillard de petites gouttelettes d'eau, en raison de la différence de vitesse entre l'eau et le gaz.

Par rapport à l'extincteur 1 selon le premier mode de réalisation, dans lequel la vanne formée par le clapet 16 et le siège de clapet peut présenter un faible débit de fuite limitant la durée de vie passive de l'extincteur, l'extincteur selon le deuxième mode de réalisation présente l'avantage que le gaz sous pression est contenu dans une cartouche parfaitement étanche. Ainsi, la durée de vie passive de l'extincteur selon le deuxième mode de réalisation est plus importante.
Bien que l'invention ait été décrite en liaison avec plusieurs modes de réalisation particuliers, il est bien évident qu'elle n'y est nullement limitée et qu'elle comprend tous les équivalents techniques des moyens décrits ainsi que leurs combinaisons si celles-ci entrent dans le cadre de l'invention.