Some content of this application is unavailable at the moment.
If this situation persist, please contact us atFeedback&Contact
16. (FR3066690) SYSTEME ET PROCEDE D’ANALYSE DE CARACTERISTIQUES DE LA PEAU COMPRENANT UNE SONDE OPTIQUE
Note: Text based on automatic Optical Character Recognition processes. Please use the PDF version for legal matters
L'invention a pour objet une sonde et un procédé pour analyser au moins une caractéristique de la peau par des moyens relevant de l'optique et du traitement informatique d'image.
Les analyseurs de peau représentent un élément important du diagnostic des déséquilibres et des pathologies de la peau, en particulier lorsqu’il s’agit de choisir de manière optimale les produits de soin de la peau et/ou maquillage en adéquation avec les caractéristiques de la peau et leurs besoins spécifiques.
Ils viennent compléter le diagnostic visuel et tactile du praticien qu’il soit dermatologue, médecin esthétique ou professionnel de la beauté.
Il existe par conséquent un besoin de système ou de procédé permettant d'analyser la peau de manière satisfaisante afin notamment de fournir aux consommateurs des conseils personnalisés, notamment en produits de soin ou de maquillage la peau.
Les principales technologies non invasives utilisées sont les systèmes relevant de l’optique et capables de quantifier plusieurs paramètres, la conductivité de la peau pour son hydratation, la capacitance de la peau pour évaluer la sécrétion de sébum ou encore des dispositifs mécaniques pour évaluer la souplesse de la peau (voir le document Évaluation biométrologique des cosmétiques anti-âge et antirides, Dr Lise Agopian-Simoneau http://liseagopian.pagesperso-orange.fr/images/anti âge Amette2007.pdf).
De nombreux systèmes d’analyse de caractéristique de la peau ont ainsi déjà été décrits, notamment des systèmes comprenant une sonde optique, telle qu’une caméra, disposant par exemple d'une source de lumière, et capable d’acquérir une image sous forme numérique, cette sonde pouvant être associée à des moyens aptes à traiter ces données numériques à distance pour donner une information en relation avec une caractéristique de la peau.
Longtemps réservés aux laboratoires professionnels, ces systèmes ou dispositifs se démocratisent et sont utilisés maintenant par les cabinets médicaux, les instituts de beauté voire le grand Public.
Les sondes optiques utilisent généralement une caméra numérique associée à un logiciel d’analyse d’image. Une interface avec l’utilisateur est nécessaire pour restituer l’interprétation des résultats.
La peau est éclairée par des sources lumineuses de différentes natures telles que des DEL (DEL pour Diode Emettrice de Lumière) blanches associées ou non à des polariseurs ou à des DEL à lumière ultra-violettes (UV).
La mesure se fait par réflexion de ces ondes lumineuses sur la peau et l’interprétation des images obtenues.
La lumière visible détaille la surface de la peau (l’épiderme).
Avec une lumière polarisée, il est possible de discriminer les rayons issus de la réflexion sur la surface de la peau (qui conserve la polarisation) de ceux ayant pénétré dans le derme qui perdent cette polarisation. Il est possible de distinguer ainsi des tâches naissantes et les rougeurs naissantes et de les quantifier.
La lumière UV met en évidence les propriétés de fluorescence des bactéries pouvant infecter les pores dilatés.
Avec les images ainsi obtenues, on peut estimer son hydratation, sa sécrétion de sébum, la présence et l’importance des rides, le grain de la peau, la présence de tâches épidermiques et le teint.
Deux types d’analyseurs existent sur le marché :
A) Les sondes grossissant la peau d’un facteur de l’ordre de 50 fois et détaillant les imperfections et les déséquilibre ; et
B) les caméras enregistrant l’ensemble du visage et exploitant d’avantage les signaux colorimétriques sous les différents types de lumières.
Les logiciels d’interprétation des images issues de ces deux systèmes sont bien connus de l’homme de l’art et utilisent des algorithmes de traitement tels que la reconnaissance de forme, le dénombrement d’objets ou l’analyse colorimétrique.
De nombreux systèmes d’analyse de caractéristique de la peau comprenant une sonde optique ont ainsi déjà été décrits, notamment des sondes pouvant être associée à des moyens aptes à traiter es données numériques à distance.
On peut citer par exemple les documents brevets suivants :
- le document brevet WO2015199560 qui décrit un procédé de diagnostic de tâches de naissance ou de mélanomes sur la peau mettant en œuvre une caméra et un système de traitement d’image, les données pouvant être comparées à une base de donnée dans laquelle des enregistrements antérieurs de la même zone de peau analysée ont été stockés ;
- le document brevet WO2015126988 qui décrit un système de traitement de la peau par luminothérapie au moyen de sources de rayonnement et incluant des capteurs cutanés conçus pour générer des signaux indiquant une ou plusieurs propriétés de la peau ;
- le document brevet WO2015093314 qui décrit un système pour analyser la coloration de la peau en utilisant des techniques d'imagerie spectrale pour déterminer un état pathologique d'un individu ;
ou encore - le document brevet W02012093301 qui décrit système d'analyse de caractéristique de la peau comprenant un moyen d’éclairage de la surface de peau pouvant produire de la lumière notamment au moyen d’un flash, d’une source de lumière blanche, lumière ultraviolette ou de lumière polarisée. L’éclairage direct, en particulier obtenue avec des DEL blanches, favorise les ombres du fait de leurs dispositions par rapport à la peau. Ce type d’éclairage est adapté et nécessaire à la mise en évidence des microstructures de la peau et des rides. Néanmoins cet éclairage direct de la peau provoque des reflets et des ombres qui peuvent nuire à la lecture du teint de la peau et/ou des tâches cutanées qui sont également des caractéristiques importantes de la peau à prendre en compte pour un diagnostic général, en particulier si l’on souhaite adapter ou conseiller un soin, ou en assurer le suivi, ou un maquillage au regard de ce diagnostic. L’éclairage de l’épiderme avec une lumière diffuse, obtenue également avec des DEL blanches, permet de s’affranchir de cette difficulté car un tel éclairage, envoyant des rayons lumineux dans de multiples directions, permet d’éliminer les reflets et les ombres. L’image ainsi obtenue est homogène et n’est pas perturbée par ces effets parasites.
Ainsi, il serait souhaitable d’avoir la possibilité de pouvoir effectuer au choix de l’utilisateur ou de l’opérateur et à partir d’une même sonde, un éclairage direct ou un éclairage diffus, en particulier à partir par exemple de DEL blanches incorporées dans une même sonde optique. Avec une telle possibilité, il serait ainsi possible d’acquérir à partir d’une même sonde à la fois des images obtenues avec un éclairage direct et des images obtenues avec un éclairage diffus pour un même sujet et ainsi possible d’analyser les caractéristiques associées à chacun de ces éclairages. Pour certains cas particuliers, notamment pour la visualisation des rides, une telle sonde munie de ces deux éclairages permet d’effectuer deux mesures successives, ou entrelacées, de la même surface de peau ceci sans bouger la sonde, la soustraction des deux images permettant ainsi d’accentuer la mesure des reliefs et de faire apparaître des microstructures non visibles au moyen d’un seul de ces deux éclairages.
De plus, il serait souhaitable que ceci puisse se faire par des moyens permettant d’éviter d’altérer les images pouvant être obtenues avec un éclairage en lumière UV et en lumière polarisée dont la même sonde pourrait être également dotée.
Ceci est justement l’objet de la présente invention.
Il a été mis en évidence ici qu’il était possible d’effectuer à partir d’une même sonde un éclairage visible direct ou un éclairage visible diffus au moyen par exemple de DEL blanches, ceci sans altérer l’éclairage souhaité par l’ajout éventuel de DEL à éclairement UV et de DEL dotée de polariseur.
Il a été en effet montré qu’il était possible de réaliser ces deux éclairages au sein d’une même sonde optique en y incorporant à la fois :
- un ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière visible diffuse ; et
- un ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière visible directe, ces deux éclairages pouvant être produits séparément sur la demande de l’utilisateur, manuellement ou directement par un programme, ou encore être entrelacés.
Par lumière visible diffuse, on entend désigner ici une lumière dont les rayons illuminent la peau dans de multiples directions afin d’éliminer les ombres projetées et les reflets sur les parties réfléchissantes produites par un excès de sébum.
Une telle lumière visible diffuse a pour avantage de fournir comme analyse d’au moins une caractéristique, une information ou un résultat d’analyse en relation avec les composantes colorimétriques de la peau, en particulier le teint et/ou la densité de coloration de tâches susceptibles d’être présentes sur l’épiderme de la peau.
Par lumière visible directe on entend désigner ici une lumière qui illumine la peau d’une façon directe avec un faisceau de rayons étroits et dirigés sur la peau à analyser. L’angle d’illumination de la surface cutanée devra faire en sorte que le faisceau réfléchi soit dirigé au centre de l’objectif de la caméra. Un tel rayonnement favorise la perception des surfaces réfléchissantes. L’éclairement direct de la peau sous différents angles met en évidence les ombres générées par le relief cutané.
Une telle lumière visible directe a pour avantage de fournir comme analyse une information ou un résultat d’analyse sur des caractéristiques de l’épiderme en relation avec la l’hydratation, la sécrétion de sébum, le grain de peau et les ride
La mesure différentielle de la même surface de peau permet d’accentuer les effets d’ombre en éliminant le bruit de fond optique représenté par la coloration de la peau et ses irrégularités. De même, une mesure différentielle d’une même surface de peau entre le derme (lumière polarisée) et l’épiderme (lumière diffuse) permet d’apprécier la profondeur de la tâche.
Ainsi sous un premier aspect, la présente invention a pour objet une sonde optique (2) pour l’analyse de la peau comprenant :
- un ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière visible diffuse ; et
- un ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière visible directe.
Parmi les moyens permettant de produire une lumière visible diffuse par une sonde optique pour l’analyse de la peau, on peut citer mais s’y limiter : Les diodes DEL, les lampes à incandescence, les lampes fluorescentes, les lampes xénon flash.
Parmi les moyens permettant de produire une lumière visible directe par une sonde optique pour l’analyse de la peau, on peut citer mais s’y limiter : Les diodes DEL , les lampes à incandescence, les lampes fluorescentes, les lampes xénon flash, les diodes laser.
Par lumière visible, on entend désigner ici une lumière rayonnant dans le domaine du visible (400 à 800 nm). Cette lumière peut être monochromatique, polychromatique ou émettre un spectre continue de couleur. Ce type de lumière peut être utilisé dans l’analyse des rides ou de la microstructure de la peau.
Par lumière blanche, on entend désigner ici une lumière qui émet un spectre continue de couleur dans le domaine du visible (400-800 nm).
Ce type de lumière sera utilisé dans les mesures directes, diffuses et polarisées
De préférence ces deux éclairages, lumière visible diffuse et lumière visible directe, peuvent être produits séparément sur la demande de l’utilisateur ou opérateur au moyen de commandes ou programmes distincts.
Il a été montré ici que ces deux éclairages peuvent être produit séparément par une même sonde optique en disposant par exemple dans cette sonde :
- pour l’éclairage à lumière diffuse, au moins une DEL blanche positionnée de telle manière que sa lumière soit dirigée en partie vers une surface/paroi réfléchissante de la sonde (voir Figures 2A et 2B), de préférence la DEL a un angle de diffusion large d’au moins 40 degrés, de manière encore plus préférée compris entre 50 et 70 degrés ; et
- pour l’éclairage à lumière directe, au moins une DEL blanche positionnée de telle manière que sa lumière soit dirigée/focalisée vers la fenêtre de la sonde en contact avec le tissu à étudier, de préférence la DEL a un angle de diffusion étroit de moins de 30 degrés, de manière encore plus préférée compris entre 15 et 25 degrés (voir Figure 2B), chacun de ces deux éclairages pouvant être commandé séparément. L’éclairage à lumière directe permet, contrairement à l’éclairage à lumière diffuse, de maîtriser le faisceau de lumière incident et réfléchi. D’une autre manière, il a été montré que ces deux éclairages peuvent être produit séparément par une même sonde optique en disposant par exemple dans cette sonde : - pour l’éclairage à lumière diffuse, au moins une DEL blanche munie d’un filtre diffuseur achromatique ; et
- pour l’éclairage à lumière directe, au moins une DEL blanche non munie de filtre diffuseur, chacun de ces deux éclairages pouvant être commandé séparément ou entrelacés.
Ainsi selon un mode de réalisation préféré, la sonde optique (2) selon l’invention est caractérisée en ce que :
- ledit ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière visible diffuse, comprend au moins une source de lumière visible, de préférence une lumière blanche, de préférence encore une DEL blanche, cette source étant positionnée de telle manière que sa lumière soit dirigée en partie vers une surface/paroi réfléchissante de la sonde (voir Figures 2A et 2B), de préférence la source de lumière a un angle de diffusion large d’au moins 40 degrés, de manière encore plus préférée compris entre 50 et 70 degrés ; et
- ledit ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par au moins une source de lumière visible directe, de préférence une lumière blanche, de préférence encore une DEL blanche, cette source étant positionnée de telle manière que sa lumière soit dirigée/focalisée vers la fenêtre de la sonde en contact avec le tissu à étudier, de préférence la source de lumière a un angle de diffusion étroit de moins de 30 degrés, de manière encore plus préférée compris entre 15 et 25 degrés (voir Figure 2B), chacun de ces deux éclairages pouvant être commandé séparément, ou encore entrelacés.
Selon un autre mode de réalisation préféré, la sonde optique (2) selon l’invention comprend :
- comme ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière diffuse, au moins une source de lumière visible, de préférence blanche, de préférence encore au moins une DEL blanche à angle de diffusion large d’au moins 40 degrés, de manière encore plus préférée compris entre 50 et 70 degrés, cette source étant munie d’un filtre diffuseur achromatique ; et
- comme ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière directe, au moins une source de lumière visible, de préférence blanche, de préférence encore une DEL blanche non munie de filtre diffuseur, à angle de diffusion étroit de moins de 30 degrés, de manière encore plus préférée compris entre 15 et 25 degrés.
Selon un mode de réalisation préféré, la sonde optique (2) selon la présente invention est caractérisée en ce que l’ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière diffuse et par lumière directe, comprend un dispositif lumineux type DEL éclairant dans le domaine des longueurs d’ondes visibles et comportant :
- au moins deux DEL à lumière blanche pour l’éclairage diffus, de préférence 3 DEL blanches, de manière plus préférée comprise entre 2 et 6 DEL blanches ; et
- au moins deux DEL à lumière blanche pour l’éclairage direct, de préférence 3 DEL blanches, de manière plus préférée comprise entre 2 et 6 DEL blanches.
Parmi les avantages liés à la présence de ces deux sources d’éclairage, diffus et direct, on peut citer notamment la possibilité d’effectuer un diagnostic sur les patients quel que soit leur phototype ou mélanotype de peau, ceci contrairement aux sondes actuellement sur le marché qui s’adressent essentiellement aux peaux dites blanches.
Ainsi, la sonde selon l’invention pourra effectuer des analyses de peau, à la fois sur les peaux blanches ou claires (phototype I et II selon la classification de Fitzpatrick), mais également sur les peaux classées de type intermédiaire (phototype III) ou de type mat à brun très foncé (phototype III à VI).
Selon un mode de réalisation préféré, la sonde optique (2) pour l’analyse de la peau selon l’invention comprend en outre :
- un ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière polarisée ; et
/ou, de préférence et - un ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière UV.
Par lumière polarisée, on entend désigner ici une lumière dont les propriétés électriques ondulatoires sont ordonnées sur un plan perpendiculaire à l’axe optique.
Une telle lumière polarisée a pour avantage de fournir comme analyse une information ou un résultat d’analyse sur une caractéristique en relation avec les taches naissantes dans le derme et les rougeurs.
Parmi les moyens permettant de produire une lumière polarisée par une sonde optique pour l’analyse de la peau, on peut citer mais s’y limiter une source DEL blanche ou monochromatique, à incandescence, fluo ou xénon complétée d’un filtre polariseur dichroïque plan achromatique. Un deuxième filtre à polarisation perpendiculaire à celui des sources lumineuses devra être positionné devant la caméra afin d’isolé la lumière polarisée réfléchie. En effectuant une rotation progressive du polariseur de la caméra, on peut obtenir des indications sur la profondeur des phénomènes observés.
Par lumière UV on entend désigner ici une lumière émise dans le domaine des longueurs d’onde UV. Pour créer la fluorescence requise, le pic de longueur d’onde devra se situer entre 170 et 180 nm.
Une telle lumière UV a pour avantage de fournir comme analyse une information ou un résultat d’analyse sur une caractéristique en relation la quantité et la nature des pores présents sur la peau.
Parmi les moyens permettant de produire une lumière UV par une sonde optique pour l’analyse de la peau, on peut citer mais s’y limiter :
- les diodes DEL UV émettant un spectre de radiation lumineuses dans une gamme de longueurs d’ondes restreinte ;
- les lampes halogènes a enveloppe quartz ou lampe flash au xénon à enveloppe quartz. Pour ces deux types de sources lumineuses à large bande d’émission, il sera préféré de réduire la gamme des longueurs d’ondes émises par un filtre optique passe bande type gélatine, coloré ou interférentiel.
Le récepteur sera, de manière très préférée, équipé d’un filtre passe haut coupant les rayonnement UV réfléchis par la peau afin de ne garder que les signaux issus du phénomène de fluorescence.
Dans le cas d’un éclairement UV, l’analyse de couleur de la fluorescence émise par les microorganismes permet de de disposer d’informations sur le type de microorganismes présents dans les pores de la peau.
Selon un mode de réalisation préféré, la sonde optique (2) pour l’analyse de la peau selon l’invention comprenant :
- un ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière visible diffuse ; et
- un ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière visible directe ; et
- un ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière polarisée ; et
- un ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière UV, est caractérisée en ce qu’elle permet à la fois d’obtenir une information, notamment de type quantitative, sur la peau en relation avec l’hydratation, la sécrétion de sébum, les pores, le grain de peau, les rides, les tâches du derme, les tâches de l’épiderme, les rougeurs et le teint.
Selon la présente invention, la sélection des sources lumineuses peut être faite d’au moins trois façons différentes :
Par sélection séquentielle des sources. Par exemple, mais sans s’y limiter, un éclairage de la peau par lumière directe puis par lumière diffuse puis par lumière polarisée et UV, chacune de ces sélections faisant l’objet d’une image différente et successive.
Par entrelacement des allumages et synchronisation avec la caméra (ou appareil photographique). Par exemple, mais sans s’y limiter, l’allumage séquentiel de diodes ou de lampe flash pendant 1/10 de seconde avec pour chacune une image de la caméra et tri numérique des photos correspondant aux différentes sources. L’usage d’une source unique associée à des filtres commandés mécaniquement et venant se positionner devant la source visible commune. Cette technique ne s’applique pas aux sources UV.
Il a été mis en évidence que la présence d’un ensemble de moyens permettant d’obtenir des images de la peau sous un éclairage par lumière visible diffuse et, séparément, sous un éclairage par lumière visible directe, permettait non seulement de fournir une information ou un résultat d’analyse en relation avec les caractéristiques spécifiques associées à ces éclairages, mais également de pouvoir établir un diagnostic générale plus précis lorsque ces caractéristiques étaient combinées avec les caractéristiques de la peau obtenues à partir d’images produites sous un éclairage par lumière polarisée et UV par la même sonde.
Selon un mode de réalisation préféré, la sonde optique (2) selon la présente invention est caractérisée en ce que l’ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau par lumière diffuse, par directe, par lumière polarisée et par lumière UV, comprend :
a) un dispositif lumineux type DEL éclairant dans le domaine des longueurs d’ondes visibles et comportant : - au moins deux DEL à lumière blanche pour l’éclairage diffus, de préférence 3 DEL blanches, de manière plus préférée comprise entre 3 et 6 DEL blanches ; et
- au moins deux DEL à lumière blanche pour l’éclairage direct, de préférence 3 DEL blanches, de manière plus préférée comprise entre 3 et 6 DEL blanches ; et
- au moins deux DEL à lumière blanche dotée d’un polariseur pour l’éclairage, de préférence 3 DEL blanches, de manière plus préférée comprise entre 3 et 6 DEL blanches ; et
b) un dispositif lumineux type DEL éclairant dans le domaine des longueurs d’ondes ultra-violet (UV) et comportant : - au moins deux DEL UV, de préférence 6 DEL UV, de manière plus préférée comprise entre 3 et 6 DEL UV.
Sous un autre aspect la sonde optique (2) selon la présente invention est caractérisée en ce qu’elle comprend en outre : - un ensemble de moyens pour acquérir une image de la peau et, le cas échéant de produire des données numériques associées à cette image, et - un ensemble de moyens de communications de cette image et, le cas échéant de ces données, avec un équipement connecté distant (3).
Il a été remarqué que la gestion de l’allumage des sources d’éclairage comme par exemple les diodes (DEL, et le déclenchement automatique de la prise de vue de la sonde apparaissent également comme des éléments clef de la qualité d’acquisition des images.
Il serait souhaitable que cette gestion soit automatisée pour au moins deux raisons : a/ En terme de sécurité: il convient en effet de ne pas risquer d’éclairer les yeux des sujets/clients avec des rayonnements UV ou visibles trop violents b/ Si la sonde est en contact physique avec la peau, celle-ci subit un stress qui peut perturber la mesure.
Ces deux phénomènes peuvent être évités d’une part :
- en procédant au déclenchement de l’allumage des DEL qu’à proximité de la peau ; et
- en procédant au déclenchement de la mesure à la bonne focale de la caméra. Le contact de l’embout de la sonde sur la peau étant le plus réduit possible.
Ainsi, il a été mis en évidence qu’il était possible de s’affranchir de ces problèmes en dotant la sonde de l’invention avec :
- un détecteur de proximité de la peau ; et
- le cas échéant, un ensemble de moyens permettant de fixer et d’acquérir l’image par le fait d’éloigner la sonde de quelques dixièmes de mm de la peau ; et
- le cas échéant un ensemble de moyens permettant d’éteindre le dispositif d’éclairage de la sonde au bout d’environ une demi seconde dès acquisition de l’image,
Avec ces moyens supplémentaires, une séquence d’étapes suivante pourra être réalisée et sera préférée :
- le choix de la DEL appropriée au paramètre mesuré. Ce choix pourra être fait manuellement ou commandé directement par le programme.
- La manipulation de la sonde pour l’amener sur la partie du visage concerné par le paramètre à mesurer. Les diodes DEL sont encore éteintes.
- A proximité de la peau, le détecteur assure l’allumage de la DEL choisie permettant la visualisation de l’image de la peau sur le terminal (3) de l’opérateur. A ce stade, la sonde est en contact avec la peau.
- Quand l’opérateur estime que l’image est appropriée, le fait d’éloigner la sonde de quelques dixièmes de mm de la peau fige l’image et la transmet au serveur (4) pour exploitation.
- Un dispositif de retard d’une demi seconde éteint la diode à l’issue de cette séquence.
Ainsi, la prise de vue s’opère sans altérer la surface de la peau analysée.
Cette détection peut s’opérer grâce à différents types de capteurs tels que par exemple mais sans s’y limiter, un détecteur opto-électronique, un détecteur par microcontact, un détecteur de résistivité, un détecteur relayant le courant secteur 50/60 Hz à travers l’antenne que représente le corps humain ou encore un détecteur par détection capacitive.
Associé à un de ces détecteurs pour assurer l’allumage de la source lumineuse choisis, l’analyse de la netteté de l’image produite peut compléter et affiner ce dispositif. La netteté pouvant être estimé par l’analyse du contraste de l’image ou son éclairement ou encore un détecteur par détection capacitive.
Dans un mode de réalisation particulièrement préféré, la sonde optique (2) selon la présente invention comprend en outre :
- des moyens pour détecter la proximité de la peau,
- le cas échéant, un ensemble de moyens permettant de fixer et d’acquérir l’image par le fait d’éloigner la sonde de quelques dixièmes de mm de la peau,
- le cas échéant un ensemble de moyens permettant d’éteindre le dispositif d’éclairage de la sonde au bout d’environ 0,5 seconde ± 0, 25 secondes dès acquisition de l’image.
Les détecteurs de proximité sont bien connus de l’homme de l’art. On peut citer par exemple les micro rupteurs (type DH de Sherry ou équivalent) - les détecteurs capacitifs (utilisant les CI TTP223 ou équivalent) - les détecteurs optoélectroniques (type Fairshild GRE1113 ou équivalents) ou les détecteurs de résistivité (type GSR sensor de Seeed ou équivalent).
De préférence, ledit détecteur de proximité est choisi parmi les techniques de micro rupteurs ou optoélectronique.
Parmi les moyens permettant de fixer et d’acquérir l’image par le fait d’éloigner la sonde de quelques dixièmes de mm de la peau, On peut citer le temps, la cale mécanique ou la détection optoélectronique.
Parmi les moyens permettant d’éteindre le dispositif d’éclairage de la sonde au bout d’un temps donné dès acquisition de l’image, on peut citer les timers type 555 ou équivalent ainsi que les microcontrôleurs.
Combinées entre-elles, ces caractéristiques ont pour avantage :
- de rendre les manipulations plus simple car la prise de vue devient automatisée ;
- d’améliorer la qualité de la prise de vue en garantissant la bonne focale et l’absence de contrainte mécanique sur la peau (comme un échauffement de la peau ou un contact préalable à la prise de vue entre la peau et la sonde ; et
- d’améliorer la sécurité en autorisant les DEL UV à ne s’allumer qu’au contact avec la peau. Le risque d’affecter les yeux est ainsi supprimé. La lumière UV est en effet dangereuse pour cet organe et l’exposition des yeux est encadrée par la réglementation de sécurité.
Dans la sonde optique (2) selon l’invention, l’ensemble de moyens permettant d’acquérir une image de la peau est un appareil photographique ou de préférence une caméra, de manière plus préférée un appareil photographique ou une caméra numérique, cet appareil photographique ou caméra pouvant comporter un objectif grossissant plus de 30 fois, notamment au moins 40, de préférence 50 fois. Un tel grossissement pouvant s'avérer adapté à un traitement de l'image en vue par exemple de quantifier l’ensemble des paramètres visés comme l’hydratation, la présence de sébum, de rides, le teint, les tâches, les rougeurs ou encore les pores.
Cet ensemble de moyens pour acquérir une image de la peau permet d’effectuer des prises de vue de zones spécifiques de peau et d’en acquérir les images correspondantes. Les données numériques associées à ces images acquises sont obtenues dans un format standard apte au traitement d'image, soit :
-directement par l’appareil photographique ou la caméra, et ces données sont ensuite transmises à un appareil distant tel qu'un téléphone intelligent (3.1), une tablette numérique ou un ordinateur, par voie filaire, Bluetooth ou WiFi ;
ou - directement par l’appareil distant à qui ces images sont transmises et qui en récupère les données numériques associées dans le format apte au traitement de ces images.
Ainsi, et de préférence, dans la sonde optique (2) selon la présente invention, les moyens de communications des données ou images acquises par la sonde optique avec un équipement ou appareil connecté de l’utilisateur et distant de cette sonde optique sont choisis parmi la voie filaire, tel que le port USB, le Bluetooth et le WiFi, ou encore tout autre moyen de communications le permettant.
Parmi les formats dans lesquels sont récupérés des données numériques associées à ces images acquises, on peut citer par exemple mais sans s’y limiter le format JPEG ou MJPEG lorsqu’il s’agit du flux vidéo.
Sous un autre aspect, la présente invention a pour objet un système (1) d’analyse d’au moins une caractéristique de la peau par des moyens relevant de l'optique et du traitement informatique d'image, ledit système comportant un dispositif (1) comprenant :
a) une sonde optique (2) selon la présente invention : b) un équipement connecté distant (3) (tel qu’un téléphone intelligent (3.1), une tablette ou un ordinateur.) comprenant un ensemble de moyens de connexions agencé pour pouvoir être connecté à l’ensemble des moyens de connexion du système (1) ;
c) un serveur distant (4) comprenant - un ensemble de moyens pour le traitement de cette image acquise pour, le cas échéant, produire des données numériques associées à cette image et pour le traitement de ces données,
- un ensemble de moyens pour interpréter ces données dans le but de fournir une information ou un résultat d’analyse en relation avec cette caractéristique.
Dans un mode de réalisation encore plus préféré, la présente invention a pour objet un système (1) d’analyse de plusieurs caractéristiques de la peau par des moyens relevant de l'optique et du traitement informatique d'image, ledit système comportant un dispositif (1) comprenant :
a) une sonde optique (2) comprenant : - un ensemble de moyens pour produire un éclairage de la peau au moins par une lumière visible diffuse, une lumière visible directe, une lumière polarisée et une lumière UV,
- un ensemble de moyens pour acquérir une image de la peau et, le cas échéant de produire des données numériques associées à cette image, et- un ensemble de moyens de communications de cette image et, le cas échéant de ces données, avec un équipement connecté distant (3) ;
b) un équipement connecté distant (3) (tel qu’un téléphone intelligent (3.1), une tablette ou un ordinateur.) comprenant un ensemble de moyens de connexions agencé pour pouvoir être connecté à l’ensemble des moyens de connexion du système (1) ;
c) un serveur distant (4) comprenant - un ensemble de moyens pour le traitement de cette image acquise pour, le cas échéant, produire des données numériques associées à cette image et pour le traitement de ces données,
- un ensemble de moyens pour interpréter ces données dans le but de fournir une information ou un résultat d’analyse en relation avec ces différentes caractéristiques ; et
en ce que les différentes caractéristiques de la peau sont les suivantes : l’hydratation, la sécrétion de sébum, les pores, le grain de peau, les rides, les tâches du derme, les tâches de l’épiderme, les rougeurs et le teint.
Ces images acquises ou, de préférence leurs données numériques, sont transmises au serveur (4) distant, par exemple par l’intermédiaire d’un routeur (5) apte à gérer le transfert de ces données sur le serveur (4)
Ainsi, dans un autre mode de réalisation du système selon la présente invention, les images numériques acquises par ledit ensemble de moyens pour acquérir une image sont transmises à un appareil distant tel qu'un smartphone, une tablette numérique ou un ordinateur, par voie filaire, Bluetooth ou WiFi, qui les transmet ensuite via un routeur (5) à un serveur distant (4) apte ou disposant des ressources aptes à produire les données numériques associées à cette image, et qui en réalisera le traitement.
Le traitement de l’image acquise est réalisé par le serveur (4) (ou par une ressource accessible sur ce serveur), dénommé ici encore serveur distant de l’utilisateur, qui a pour objectif de récupérer ces données ou images acquises et de finaliser leur traitement et ainsi de pouvoir retourner ces données traitées à l’utilisateur, ainsi que, le cas échéant, tout autre information en relation avec cette analyse.
De préférence ce serveur distant (4) est capable (ou dispose des ressources nécessaires) également de stocker ces données ou images.
De préférence ce serveur distant (4) dispose d’une base de donnée d’images, de leurs données numériques et de leur traitement ou accéder à une telle base ;
Selon un mode de réalisation également préféré, le serveur (4) selon la présente invention est caractérisé en ce qu’il comprend en outre : - un ensemble de moyens pour stocker des données ou information de référence ou des données ou informations obtenues pour la peau du même patient dans des conditions similaires lors d’une analyse antérieure, et -un ensemble de moyens permettant de comparer ces données ou informations.
Ces données ou informations de référence peuvent notamment être obtenues à partir d’analyses effectuées sur un groupe d'individus, de préférence associés à une tranche d’âge spécifique, présentant une peau considérée comme saine (contrôle sain) ou présentant une peau dont au moins une des caractéristiques prédispose le sujet à recevoir ou à se faire conseiller un soin ou un maquillage adapté.
Le serveur (4) du système (1) permet dans un mode de réalisation également préféré, d'acquérir, ou de proposer un questionnaire afin de les obtenir, des informations ou données personnelles concernant le sujet examiné, comme par exemple son identité, âge, pathologies de la peau connues, prescriptions antérieures, habitudes dans le soin et/ou le maquillage de la peau.
Le système (1) peut être agencé pour que le terminal du serveur (4)) délivre par les résultats de l’analyse sur le terminal de l’utilisateur (téléphone intelligent, tablette numérique ou ordinateur) sous la forme d'une page à afficher sur son écran.
Ces résultats peuvent être représentés sous la forme des représentations habituellement utilisées en mathématiques ou en statistiques pour un ou plusieurs paramètres (courbe, histogramme, graphique à secteur, graphique polaire...).
On peut par exemple mais sans s’y limiter se référer aux exemples de copie d’écran de représentation de résultats d’analyse des figures 5 et 6.
Ainsi, l’utilisateur (par exemple un centre de beauté et/ou de soin de la peau, une esthéticienne, un spécialiste de la dermo-cosmétique ou du maquillage) au regard des résultats des mesures affichées sur son terminal et bien entendu également au vu des informations reçues directement par des échanges avec le sujet est à même de pouvoir conseiller son sujet dans le choix de produits de soins de peau et/ou de maquillage.
Ainsi, le serveur (4) du système (1) selon l’invention disposera de préférence d’un ensemble de moyens pour proposer ou recommander un traitement dermo-cosmétique ou un ensemble de produits dermo-cosmétique associé au diagnostic résultant de cette ou ces caractéristique(s) ainsi obtenue(s).
Sous un autre aspect, la présente invention a pour objet un procédé pour analyser au moins une caractéristique de la peau par des moyens relevant de l'optique et du traitement d'image, caractérisé en ce qu'il comprend les étapes suivantes :
- au moyen d’une sonde (2) selon la présente invention ou au moyen d'un système (1) selon la présente invention, l’acquisition d’au moins une image, de préférence par un objectif photographique ou caméra numérique, cette image comprenant une surface de peau,
- la récupération les données numériques associées à cette image par le serveur (2),
- le traitement des données ainsi récupérées de sorte à produire au moins une information en rapport avec au moins une caractéristique de la peau.
Sous un autre aspect, la présente invention a pour objet un procédé pour analyser au moins une caractéristique de la peau par des moyens relevant de l'optique et du traitement d'image, caractérisé en ce qu'il comprend l’étape suivante :au moyen d’une sonde (2) selon l’une la présente invention ou d'un système (1) selon la présente invention, l’acquisition d’au moins une image par un objectif photographique ou caméra numérique, cette image comprenant une surface de peau, et l’acquisition de cette moins une image étant réalisée lorsque la sonde est distant d’au moins 0,5 mm de la peau, de préférence à au moins 0,65 mm, 0,75 mm et 1 mm, et de préférence à au plus 2 mm, 1,75 mm, 1,5 mm et 1, 35 mm, de manière encore plus préférée lorsque la distance entre la peau à analyser et la sonde est comprise entre 0,65 mm et 1,35 mm.
De préférence, le procédé pour analyser au moins une caractéristique de la peau selon la présente invention est caractérisé en ce qu'il comprend en outre les étapes suivantes préalables à l’acquisition de l’image :
- le choix de la source lumineuse ou de la DEL appropriée à la ou aux caractéristique(s) à évaluer, choix qui pourra être effectué manuellement ou commandé directement par le programme et/ou -la manipulation de la sonde pour l’amener sur la partie du visage concerné par le paramètre à mesurer pour ces caractéristiques, diodes DEL encore éteintes, et/ou - à proximité de la peau, au moyen d’un détecteur de proximité, l’allumage automatique de la DEL choisie et la visualisation de l’image de la peau sur le terminal de l’opérateur, la sonde étant encore en contact avec la peau à ce stade, et/ou - la fixation et l’acquisition de l’image si l’opérateur estime que cette image est appropriée, le fait d’éloigner la sonde de quelques dixièmes de mm de la peau figeant l’image et la transmettant au serveur pour en exploiter les données ; et
- le cas échéant, la réitération des étapes a) à d) pour chaque paramètre sur la même source de lumière et pour les autres sources lumineuses choisies.
De préférence encore, le procédé pour analyser au moins une caractéristique de la peau selon la présente invention est caractérisé en ce qu'il comprend les étapes telles que décrites à la figure 4 et décrivant les étapes du procédé d’acquisition et de traitement d’une mesure.
Dans un mode également préféré, les étapes suivantes seront réalisées dans procédé selon la présente invention (voir Figure 7) :
- l’utilisateur (centre de beauté, dermatologue ou tous spécialiste de soin de la peau et /ou du maquillage) aura fait préalablement l’acquisition de la sonde (2) et aura souscrit un abonnement au serveur (4) (accès personnel avec login et mot de passe);
- à chaque utilisation, le terminal distant (3) de l’utilisateur raccordé à la sonde (2) se connecte au serveur (4) qui vérifie la mise à jour du pilote de la sonde ;
- les photos réalisées et acquises par le terminal (3) distant de l’utilisateur sont envoyées via un routeur (5) au serveur (4) qui interprète et stocke les résultats ; et
- ces résultats sont transférés au terminal (3) de l’utilisateur qui définit alors les soins de peau, et/ou le suivi des traitements et/ou le maquillage adapté au sujet/patient.
Sous encore un autre aspect, la présente invention a pour objet un procédé permettant de déterminer un soin de peau ou un maquillage de la peau adapté à un sujet, ce procédé comprenant les étapes suivantes : a) la mise à disposition chez un utilisateur d’une sonde (2) selon la présente invention ou d'un système (1) selon la présente invention, b) l’analyse d’au moins une caractéristique de la peau dudit sujet par un procédé d’analyse selon la présente invention, et c) au regard des résultats d’analyses ou informations obtenues à l’étape b), la détermination du soin de peau ou un maquillage de la peau adapté au sujet.
Dans le système (1) ou procédé selon la présente invention Au niveau de l’appareil distant (3) de l’utilisateur (terminal de l’utilisateur) :
• Le logiciel de gestion de la sonde comprenant notamment le logiciel d’acquisition d‘image sera de préférence téléchargé à travers le portail (site Web) ou serveur (4) accessible au client utilisateur par un Login et mot de passe personnel à sur l’appareil (ou terminal) distant (3) de l’utilisateur • Ce terminal (3) devra interfacer la sonde optique, stocker les images acquises et effectuer un prétraitement pour optimiser la transmission des données photos.
• Ce logiciel de gestion sera adapté aux environnements Windows, Android et IOS.
Au niveau du serveur (4) • L’utilisateur aura accès au serveur (4) à travers son navigateur et s’identifiera avec login et mot de passe. • Le logiciel de ce serveur devra pouvoir visualiser l’historique des mesures effectuées par cet utilisateur professionnel et les coordonnées des clientes utilisatrices. • Il assurera le transfert des photos acquises dans le serveur central • L’utilisateur professionnel devra pouvoir saisir les coordonnées de ses nouveaux sujets ou clients ou mettre à jour les anciennes
Le site devra retourner les résultats des analyses d’image et sera capable de générer un PDF de ces résultats enrichis d’un commentaire de l’utilisateur professionnel.
Sur le serveur (4) • Stockage et archivage des images • Appel de la routine d’interprétation • Mise en ligne des résultats au format décrit ci-dessus à partir des calculs renseignés sur une base de donnée • Possibilité d’héberger des fichiers à télécharger par le professionnel • La liste des produits et des traitements disponibles dans la gamme de produits BIO :
BIORELINE®.
• Seront fournis les écrans détaillés du portail. L'invention pourra être mieux comprise à la lecture de la description détaillée qui va suivre, d'un exemple de mise en œuvre non limitatif de l'invention, et à l'examen des figures annexées, sur lesquelles : - la figure 1 représente, schématiquement et partiellement, un système (1) d'analyse conforme à l'invention, ici un schéma de connection du Visioderm 2® comprenant une sonde optique (2), ici dénommé un module sonde caméra connecté au routeur (5) par Wifi, le terminal de l’utilisateur (3) comme ici un téléphone intelligent (3.1) (Android-IOS), le routeur (5) et le terminal du serveur (4) (ou portail Web) ;
- les figures 2A, 2B et 2C représentent, schématiquement et partiellement la disposition des sources d’éclairage : - en lumière diffuse (2B), système diodes à diffusion indirecte où sont représentées la peau (12), la caméra (10) munie de filtres optiques polarisés et passe haut (11), la surface réfléchissante (13), les diodes à diffusion indirecte à angle de diffusion de 60° (14) ;
-en lumière diffuse et directe/polarisée/UV (2A), système diodes diffusantes où sont représentés la peau (12), la caméra (10) munie de filtres optiques polarisés et passe haut (11), les diodes à éclairement diffus (6) et les diodes à éclairement direct (7), polarisés (8) et UV (9) ; et
-un exemple de répartition au niveau de la sonde optique (2) d’un ensemble de DEL pour lumière diffuse, directe, polarisée et UV (2C) ) où sont représentés les sources LED visibles directes, diffuses, polarisées et UV avec les filtres optiques polarisés et passe haut (11), les 6 diodes UV (9), les 3 diodes en lumière visible directe (15), les 3 diodes en lumière visible à éclairement polarisés (16) et les 3 diodes en lumière visible diffuses (17) ;
- la figures 3 illustre des exemples d’images obtenues de la surface de la même zone de peau acquise à partir d’un éclairage effectué avec des DEL à éclairement direct (7) et diffus (6) (4 photographies du haut), et .4 exemples de photographies/images obtenues sous chacune de 4 lumières visibles directe, visible diffuse, visible polarisée et UV.
- la figure 4 illustre, schématiquement un exemple du procédé d’acquisition et de traitement d’une mesure ;
- les figures 5 et 6 illustrent deux exemples de représentation de résultats d’analyse obtenues avec le système selon l’invention pouvant s’afficher sur l’écran du terminal de l’utilisateur ;
-la figure 7 illustre, schématiquement un exemple des relations/communications du système (1) entre la sonde (2) connectée, le terminal distant utilisateur (3) avec 3 possibilités de terminal distant, utilisateur 1 (18.1),utilisateur 2 (18.2), et utilisateur 3 (18.3)) et le serveur/portail Web (4). EXEMPLE : Le Système (1) dénommée VisioDerm 2® 1) Système (1) dénommée VisioDerm 2® L’analyseur (1) VisioDerm 2®se compose de 3 éléments originaux : - Une sonde optique (2) servant à acquérir les images de la peau - Un portail web (4) assurant le transfert des images vers un serveur, l’interface homme-machine et l’interprétation des résultats.
- Un programme d’interprétation des images transformant les photos de la caméra en une valeur numérique, fonction du paramètre à évaluer (pouvant être accessible à partir du portail web ou implanté directement sur l’ordinateur ou smartphone de l’utilisateur) 2) La sonde optique (2)
Elle est constituée par exemple d’une caméra numérique de 5Mpx dotée d’un objectif de 16 mm de focale dirigé vers la peau et doté de filtres polarisants et passe haut (blocage des longueurs d’ondes de moins de 420 nm pour éviter les retours « parasite » et limiter le bruit de fond en particulier pour les éclairages en UV). Cette caméra est reliée à un terminal informatique type PC, tablette ou smartphone par une connexion USB, Wifi ou Bluetooth.
La peau est éclairée par des dispositifs lumineux type DEL éclairant dans le domaine des longueurs d’ondes visibles ou ultra-violet. Les DEL rayonnant en lumière visible seront dotées de quatre types de spécificités : A) 3 diodes à éclairement direct et cône de diffusion étroit (15° à 25°) favorisant les ombres du fait de leurs dispositions par rapport à la peau. Ce type d’éclairement est adapté à la mise en évidence des micro-structures de la peau et des rides.
Les images de l’épiderme bénéficiant de cet éclairement sont utilisées pour estimer l’hydratation, la sécrétion de sébum, le grain de peau et les rides. B) 3 diodes à éclairement diffus en lumière blanche et cône de diffusion large (45°) diminuant les ombres et les réflexions parasites. Ce type d’éclairement est destiné à évaluer la couleur de la peau (teint) ainsi que les tâches épidermiques. C) 3 diodes dotées d’un polariseur permettant de visualiser le derme et destinées à mettre en évidence les tâches naissantes dans le derme (concentration de mélanine) et les rougeurs naissantes dues à des défauts de la microcirculation sanguine.
Le principe de la lumière polarisée s’appuie sur la transparence de l’épiderme. La polarisation de la lumière se conserve pour la partie réfléchie sur l’épiderme mais se perd pour les ondes traversant cette couche de la peau et se réfléchissant sur le derme. En filtrant la lumière restée polarisée sur la caméra, il ne reste que l’image du derme. D) 6 diodes UV mettent en évidence la fluorescence des micro-organismes contenus dans les pores de la peau. Sous l’action des photons émis par la lumière UV les molécules des microorganismes réémettent de la lumière à une longueur d’onde caractéristique de l’espèce. La lumière fluorescente permet donc le dénombrement des pores de la peau, leur dimensionnement et la nature des matières organiques s’y développant.
Transmission des images (3)
Le terminal du client auquel est raccordé la sonde assure le lien entre celle-ci et le serveur distant (4) qui assure la gestion de la mesure.
Via par exemple la fonction “GetUserMedia” disponible sur la majorité des navigateurs Web actuels pour les utilisateurs de PC ou de tablettes, les images sont visualisées sur l’écran du terminal distant (3) de l’utilisateur et transmises au et le serveur distant (4) après validation par l’utilisateur opérateur. Selon le terminal du client utilisé, tout moyen de communication adapté à ce terminal pourra être mis en œuvre. L’écran guide l’opérateur dans son choix des DEL et de la zone du visage à scanner.
Traitement des images :
Le traitement des images est développé avec le logiciel libre OpenCV. Il consiste à convertir une image en une valeur numérique qui est fonction du paramètre à évaluer.
Les paramètres d’entrée sont :
- Une image prise par la sonde - Le type de lumière ayant servi à éclairer la peau lors de l’acquisition.
- Le paramètre à traiter
Les paramètres de sortie sont : - Une valeur exprimée en % ou sous forme d’un nombre - Une image mettant en relief le traitement effectué
Le traitement d’image porte sur :
Micro-structure de la peau : Lumière visible directe et gradient de l’orientation des stries et “mollesse” du relief vaisseaux
Rougeurs : Lumière polarisée - surface et densité de la coloration- détection de micro-Tâches : lumière polarisée ou diffuse - surface et densité de la coloration Pores : Lumière UV - nombre, densité de pores dilatés, couleur Rides : Lumière visible directe - longueur et profondeur
Teint : Lumière visible diffuse - composantes colorimétriques Réflexion : lumière visible directe - densité de réflexion de la peau
Tableau 1 : Exemple de fiche de résultats et de diagnostic
Expression des résultats
Le diagnostic de peau va s’appuyer sur un ou plusieurs paramètres de calcul pour estimer un paramètre de la peau : Tâches derme : résultat fonction des paramètres de calcul “tâche” Tâches épiderme : résultat fonction des paramètres de calcul “tâche”
Rougeurs : résultat fonction des paramètres de calcul “rougeurs”
Pores : résultat fonction des données de sortie du paramètre “pores”
Hydratation : résultat fonction de la micro-structure de la peau Sébum : résultat fonction de la réflexion et de la micro-structure
Teint : résultat fonction des données de sortie du paramètre teint
Rides : résultats fonction des données de sortie du paramètre rides et micro-structure.
Le système (1) d’analyse comporte en particulier 3 caractéristiques techniques à mettre en avant : 1) Lumière diffuse L’éclairement direct de la peau provoque des reflets et des ombres qui peuvent nuire à la lecture du teint de la peau ou des tâches cutanées.
Pour s’affranchir de cette difficulté nous avons imaginé d’éclairer l’épiderme avec une lumière diffuse. Un tel éclairement, envoyant des rayons lumineux dans de multiples directions, il élimine les reflets et les ombres. L’image est ainsi homogène et pas perturbée par des effets parasites.
Ce rayonnement est obtenu soit en dirigent les DEL vers les parois de l’enveloppe de la source de lumière (voir figure 2A) qui seront peintes avec un revêtement blanc, soit en dotant les DEL blanches d’un filtre diffuseur achromatique (voir figure 2B). 2) Détecteur de proximité avec la peau
La gestion de l’allumage des diodes (DEL) et le déclenchement automatique de la prise de vue de la sonde apparaissent également comme des éléments clef de la qualité d’acquisition.
Gestion de l’allumage automatique des diodes :
Cette automatisation est grandement souhaitable pour deux raisons : a/ Sécurité: il convient en effet de ne pas risquer d’éclairer les yeux des sujets/clients avec des rayonnements UV ou visibles trop violents. L’allumage des DEL ne devra donc être déclenché qu’à proximité de la peau. b/ Echantillonnage: si la sonde est en contact physique avec la peau, celle-ci subit un stress qui peut perturber la mesure. Il conviendra donc de déclencher la mesure à la bonne focale de la caméra. Le contact de l’embout de la sonde sur la peau sera le plus réduit possible.
La séquence de mesure comprendra donc :
- le choix de la DEL appropriée au paramètre mesuré. Ce choix pourra être fait manuellement ou commandé directement par le programme.
- La manipulation de la sonde pour l’amener sur la partie du visage concerné par le paramètre à mesurer. Les diodes DEL sont encore éteintes.
- A proximité de la peau, un détecteur assure l’allumage de la DEL choisie permettant la visualisation de l’image de la peau sur le terminal de l’opérateur. A ce stade, la sonde est en contact avec la peau.
- Quand l’opérateur estime que l’image est appropriée, le fait d’éloigner la sonde de quelques dixièmes de mm de la peau fige l’image et la transmet au serveur pour exploitation.
- Un dispositif de retard d’une demi seconde éteint la diode à l’issue de cette séquence.
Ainsi, la prise de vue s’opère sans altérer la surface de la peau analysée.
Cette détection peut s’opérer grâce à différents types de capteurs tels que : détecteur opto-elecroniques - micro-contact ou détection capacitive. 3/ Interprétation des résultats
La technologie actuelle (Etat de l’art) relie d’une façon univoque un paramètre et un résultat. Par exemple, une image de rougeur évaluera une certaine quantité de cette concentration sanguine qui sera restituée telle quelle au professionnel.
Une des caractéristiques nouvelles du système (1) de la présente invention VisioDerm 2® porte sur l’usage de plusieurs programmes d’analyse d’image pour conclure à un résultat (multi-variance). Si nous reprenons l’exemple des rougeurs, nous allons utiliser la surface de cette rougeur, l’intensité de la coloration (quantité de sang) et une détection de forme informant le professionnel (l’utilisateur) de la nature de la rougeur (diffuse ou vaisseau éclaté).
Le diagnostic sera de ce fait plus pertinent et les traitements mis en place plus efficaces. L’intégration de ce multiparamétrage pourra se faire par tri ou avec l’usage d’un logiciel d’LA. (Intelligence Artificielle) avec un apprentissage réalisé par des dermatologues sur des clients types sélectionnés.