Some content of this application is unavailable at the moment.
If this situation persist, please contact us atFeedback&Contact
28. (FR3066394) CATHETER ORIENTABLE, DISPOSITIF ET METHODE D’INTERVENTION CHIRURGICALE
Note: Text based on automatic Optical Character Recognition processes. Please use the PDF version for legal matters
CATHÉTER ORIENTABLE, DISPOSITIF ET MÉTHODE D'INTERVENTION CHIRURGICALE
DOMAINE TECHNIQUE DE L'INVENTION
[0001] L'invention se rapporte à un cathéter orientable, à un dispositif d'intervention chirurgicale incluant ce cathéter orientable, et à une méthode d'intervention chirurgicale mettant en œuvre ce dispositif.
ÉTAT DE LA TECHNIQUE ANTÉRIEURE
[0002] Dans le document US2013018307 est décrit un cathéter orientable destiné à des interventions cardiologiques pédiatriques comportant un corps tubulaire présentant une extrémité proximale, une extrémité distale, une portion médiane flexible, une portion distale à mémoire de forme située entre la portion médiane flexible et l'extrémité distale et ayant une configuration incurvée au repos, une première lumière débouchant à l'extrémité proximale et à l'extrémité distale, une deuxième lumière débouchant à l'extrémité proximale, mais fermée à l'extrémité distale, et un câble de rigidification logé dans la deuxième lumière et apte à coulisser dans la deuxième lumière longitudinale entre une position de raidissement dans laquelle le câble de rigidification est logé au moins partiellement dans la portion distale du corps tubulaire et impose à la portion distale à mémoire de forme une configuration redressée, et une position rétractée dans laquelle le câble de rigidification est logé en dehors de la portion distale du corps tubulaire. Il est ainsi possible de guider l'extrémité distale du cathéter tout en insérant par la première lumière un guide filaire ou un instrument médical. Toutefois, la fabrication d'un corps tubulaire flexible à plusieurs lumières avec au moins une lumière débouchant aux deux extrémités et une lumière borgne s'avère onéreuse et complexe.
EXPOSÉ DE L'INVENTION
[0003] L'invention vise à remédier aux inconvénients de l'état de la technique et à proposer un cathéter orientable, dont la structure est simplifiée et les fonctions sont préservées.
[0004] Pour ce faire est proposé, selon un premier aspect de l'invention, un cathéter orientable comportant : un premier corps tubulaire présentant une lumière longitudinale et une portion distale à mémoire de forme ayant une configuration incurvée au repos, un élément de rigidification apte à coulisser par rapport au premier corps tubulaire entre une position de raidissement dans laquelle l'élément de rigidification impose à la portion distale à mémoire de forme une configuration redressée, et une position rétractée dans laquelle l'élément de rigidification n'interfère pas avec la configuration incurvée au repos de l'extrémité distale à mémoire de forme, et un deuxième corps tubulaire présentant une lumière longitudinale et une portion distale de rigidification formant l'élément de rigidification, l'un des premiers et deuxième corps tubulaires constituant un corps tubulaire intérieur, l'autre des premiers et deuxième corps tubulaires constituant un corps tubulaire extérieur, le corps tubulaire intérieur coulissant à l'intérieur de la lumière longitudinale du corps tubulaire extérieur pour faire coulisser l'élément de rigidification entre la position de raidissement et la position rétractée.
[0005] La lumière longitudinale du corps tubulaire intérieur peut ainsi servir au passage et au guidage d'un guide filaire, ou à l'injection d'un produit tel qu'un produit de contraste ou un médicament. La structure coaxiale entre le corps tubulaire extérieur et le corps tubulaire intérieur est particulièrement simple.
[0006] De préférence, la portion distale à mémoire de forme du premier corps tubulaire comporte une portion d'extrémité comportant une extrémité distale du premier corps tubulaire et présentant une section transversale croissant progressivement depuis l'extrémité distale du premier corps tubulaire en s'éloignant de l'extrémité distale du premier corps tubulaire. L'extrémité distale est ainsi profilée pour faciliter son cheminement dans les vaisseaux sanguins. En coupe longitudinale, ce profil peut être arrondi ou partiellement arrondi et partiellement tronconique.
[0007] De préférence, le corps tubulaire extérieur présente une paroi extérieure cylindrique à base circulaire, la portion distale du corps tubulaire extérieur présente de préférence une portion d'extrémité incluant une extrémité distale du corps tubulaire extérieur et présentant une section croissant progressivement depuis l'extrémité distale du corps tubulaire extérieur en s'éloignant de l'extrémité distale du corps tubulaire extérieur jusqu'à la paroi extérieure cylindrique. En coupe longitudinale, le profil de la portion d'extrémité peut être arrondi ou partiellement arrondi et partiellement tronconique. La section extérieure circulaire du corps tubulaire extérieur facilite son cheminement dans les vaisseaux sanguins.
[0008] En pratique, le premier corps tubulaire présente une extrémité proximale, une extrémité distale, une lumière longitudinale débouchant par un orifice proximal à l'extrémité proximale du premier corps tubulaire et par un orifice distal à l'extrémité distale du premier corps tubulaire, une portion proximale incluant l'extrémité proximale du premier corps tubulaire, une portion médiane flexible, la portion distale à mémoire de forme étant située entre la portion médiane flexible du premier corps tubulaire et l'extrémité distale du premier corps tubulaire.
[0009] Suivant un mode de réalisation particulièrement avantageux, la portion distale à mémoire de forme du premier corps tubulaire est pourvue d'un ou plusieurs orifices latéraux distaux débouchant dans la lumière longitudinale du premier corps tubulaire, le cathéter orientable présentant un ou plusieurs canaux de communication mettant en communication la portion proximale du premier corps tubulaire et le ou les orifices latéraux distaux au moins lorsque l'élément de rigidification est dans la position rétractée. Le ou les orifices latéraux distaux permettent une injection de produit liquide, par exemple un médicament ou un produit de contraste, lorsque la lumière longitudinale à l'intérieur du corps tubulaire intérieur est occupée par un guide filaire. De préférence, le ou les canaux de communication ont ensemble en coupe transversale, lorsque l'élément de rigidification est dans la position rétractée, une aire supérieure à 0,15 mm2.
[0010] Plutôt que de prévoir une lumière spécifique supplémentaire pour former le ou les canaux, on aura intérêt à réaliser le ou les canaux de communication dans les lumières longitudinales du corps tubulaire intérieur et/ou du corps tubulaire extérieur. Suivant un mode de réalisation, le ou les canaux de communication sont délimités au moins partiellement par une paroi de la lumière longitudinale du premier corps tubulaire, lorsque l'élément de rigidification est dans la position rétractée.
[0011] Il est essentiel que le ou les canaux de communication permettent une communication lorsque l'élément de rigidification est rétracté, pour permettre une visualisation radiologique dans cette position. Suivant un mode réalisation structurellement simple, le ou les canaux de communication ne mettent pas en communication la portion proximale du premier corps tubulaire et le ou les orifices latéraux distaux lorsque l'élément de rigidification est en position de raidissement. Suivant un mode de réalisation alternatif, le ou les canaux de communication mettent en communication la portion proximale du premier corps tubulaire et le ou les orifices latéraux distaux lorsque l'élément de rigidification est en position de raidissement. On peut alors également injecter en position de raidissement, ce qui offre une fonction de visualisation plus complète.
[0012] De préférence, la portion proximale du premier corps tubulaire est pourvue d'un branchement latéral ou axial d'accès, communiquant avec le ou les canaux de communication. Ce branchement doit permettre d'injecter un liquide à l'aide d'une seringue.
[0013] Suivant un mode de réalisation, le premier corps tubulaire est le corps tubulaire extérieur.
[0014] Suivant un mode de réalisation alternatif, le premier corps tubulaire est le corps tubulaire intérieur. Dans cette hypothèse, on aura intérêt à prévoir que la portion distale du deuxième corps tubulaire comporte une portion d'extrémité comportant l'extrémité distale du deuxième corps tubulaire et présentant une section croissant progressivement depuis l'extrémité distale du deuxième corps tubulaire vers la portion médiane du deuxième corps tubulaire.
[0015] En pratique, le deuxième corps tubulaire présente une extrémité proximale, une extrémité distale, une lumière longitudinale débouchant par un orifice proximal à l'extrémité proximale du deuxième corps tubulaire et par un orifice distal à l'extrémité distale du deuxième corps tubulaire, une portion proximale incluant l'extrémité proximale du deuxième corps tubulaire, une portion médiane flexible constituant la liaison flexible, la portion distale de rigidification étant située entre la portion médiane flexible du deuxième corps tubulaire et l'extrémité distale du deuxième corps tubulaire. La partie médiane du deuxième corps tubulaire constitue une liaison entre l'élément de rigidification et l'extrémité proximale du deuxième corps tubulaire, qui est permet lors de l'intervention de faire coulisser le deuxième corps tubulaire par rapport au premier corps tubulaire.
[0016] Suivant un autre aspect de l'invention, celle-ci a trait à un dispositif d'intervention chirurgicale, qui comporte un cathéter orientable tel que décrit précédemment, et un guide filaire flexible apte à être inséré dans la lumière longitudinale du corps tubulaire intérieur et à ressortir par l'orifice distal du premier corps tubulaire. En pratique le guide filaire sera cylindrique avec une périphérie circulaire en coupe transversale et une extrémité distale profilée, de préférence arrondie de manière à faciliter son cheminement dans les vaisseaux sanguins sans les blesser.
[0017] De préférence, l'orifice distal du premier corps tubulaire est cylindrique et ajusté à la section du guide filaire, de telle sorte que le guide filaire est apte à coulisser dans l'orifice distal du premier corps tubulaire tout en obturant l'orifice distal du premier corps tubulaire. Cette étanchéité sera particulièrement avantageuse lorsque le cathéter est pourvu d'un ou plusieurs canaux de communication mettant en communication la portion proximale du premier corps tubulaire et un ou plusieurs orifices latéraux distaux et que le ou les canaux de communication sont formés au moins partiellement dans la lumière longitudinale du corps tubulaire intérieur. En effet, dans une telle hypothèse, l'étanchéité garantit que le liquide injecté sera bien évacué latéralement par les orifices latéraux distaux, plutôt qu'axialement par l'orifice d'extrémité distale.
[0018] Suivant un autre aspect de l'invention, celle-ci a trait à une méthode d'intervention chirurgicale à l'aide d'un dispositif d'intervention tel que décrit précédemment, la méthode comportant les étapes successives suivantes :
on introduit le guide filaire dans un premier vaisseau sanguin, jusqu'à un embranchement d'un deuxième vaisseau sanguin ;
on insère le cathéter orientable dans le premier vaisseau sanguin, l'élément de rigidification étant dans la position de raidissement, en faisant pénétrer le guide filaire maintenu immobile dans la lumière longitudinale du corps tubulaire intérieur ;
on rétracte l'élément de rigidification en position rétractée, en libérant la portion distale à mémoire de forme qui se détend et pénètre dans l'embranchement du deuxième vaisseau sanguin ;
puis on repousse le guide filaire dans la lumière longitudinale du corps tubulaire intérieur de sorte que le guide filaire débouche à l'extrémité distale du corps premier corps tubulaire et progresse dans le deuxième vaisseau sanguin.
[0019] De préférence, la méthode inclut également les étapes ultérieures suivantes :
on fait coulisser l'élément de rigidification en position de raidissement en maintenant le guide filaire et la partie médiane du premier corps tubulaire immobiles ;
on fait coulisser le cathéter orientable sur le guide filaire pour faire progresser la portion distale du deuxième corps tubulaire dans le deuxième vaisseau sanguin.
[0020] La méthode s'avère particulièrement adaptée à une intervention dans laquelle que le premier vaisseau sanguin est l'artère fémorale et le deuxième vaisseau sanguin est l'artère iliaque commune.
[0021] Suivant une première variante de la méthode, la rétractation du guide filaire est complète et suivie d'une injection d'un produit de contraste dans la lumière longitudinale du corps tubulaire intérieur jusqu'à l'embranchement du deuxième vaisseau.
[0022] Suivant une autre variante de la méthode, on injecte un produit de contraste dans le ou les passages, après avoir rétracté au moins partiellement le guide filaire ou après avoir rétracté l'élément de rigidification en position rétractée, en libérant la portion distale à mémoire de forme qui se détend et pénètre dans l'embranchement du deuxième vaisseau sanguin.
[0023] De préférence, on distribue le produit de contraste dans l'embranchement du deuxième vaisseau au moins partiellement par les orifices latéraux d'éjection.
BRÈVE DESCRIPTION DES FIGURES
[0024] D'autres caractéristiques et avantages de l'invention ressortiront à la lecture de la description qui suit, en référence aux figures annexées, qui illustrent :
la figure 1, une vue schématique en coupe axiale d'un dispositif d'intervention chirurgicale selon un premier mode de réalisation de l'invention, en position de repos ;
la figure 2, une vue schématique en coupe axiale d'un premier corps tubulaire du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 1 ;
la figure 3, une vue schématique en coupe axiale d'un deuxième corps tubulaire du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 1 ;
la figure 4, une vue schématique en coupe axiale du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 1, en position rectiligne, dans le plan de section IV-IV de la figure 5 ;
la figure 5, une vue schématique en coupe transversale du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 1 dans le plan de section V-V de la figure 4 ;
la figure 6, une vue schématique en coupe transversale du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 1 dans le plan de section VI-VI de la figure 4 ;
la figure 7, une vue schématique en coupe axiale d'un dispositif d'intervention chirurgicale selon un deuxième mode de réalisation de l'invention, en position de repos ;
la figure 8, une vue schématique en coupe transversale du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 7 dans le plan de section VIII-VIII de la figure 7 ;
la figure 9, une vue schématique en coupe transversale du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 7 dans le plan de section IX-IX de la figure 7 ;
la figure 10, une vue schématique en coupe transversale du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 7 dans le plan de section X-X de la figure 7 ;
la figure 11, une vue schématique en coupe transversale du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 7 dans le plan de section XI-XI de la figure 7 ;
la figure 12, une vue schématique en coupe axiale d'un premier corps tubulaire du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 7 ;
la figure 13, une vue schématique en coupe axiale d'un deuxième corps tubulaire du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 7 ;
la figure 14, une vue schématique en coupe axiale du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 7, en position redressée ;
la figure 15, une vue schématique en coupe axiale d'un dispositif d'intervention chirurgicale selon un troisième mode de réalisation de l'invention, en position de repos ;
la figure 16, une vue schématique en coupe axiale du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 15, en position rectiligne, dans le plan de section XVI-XVI de la figure 19 ;
la figure 17, une vue schématique en coupe axiale d'un premier corps tubulaire du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 15 ;
la figure 18, une vue schématique en coupe axiale d'un deuxième corps tubulaire du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 15 ;
la figure 19, une vue schématique en coupe transversale du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 1 dans le plan de section XIX-XIX de la figure 16 ;
la figure 20, une vue schématique en coupe transversale du dispositif d'intervention chirurgicale de la figure 1 dans le plan de section XX-XX de la figure 16 ;
la figure 21, une vue schématique d'une première étape d'une intervention chirurgicale à l'aide d'un dispositif d'intervention chirurgicale selon l'invention ;
la figure 22, une vue schématique d'une deuxième étape d'une intervention chirurgicale à l'aide du dispositif d'intervention chirurgicale selon l'invention ;
la figure 23, une vue schématique d'une troisième étape d'une intervention chirurgicale à l'aide du dispositif d'intervention chirurgicale selon l'invention ;
la figure 24, une vue schématique d'une quatrième étape d'une intervention chirurgicale à l'aide du dispositif d'intervention chirurgicale selon l'invention ;
la figure 25, une vue schématique d'une cinquième étape d'une intervention chirurgicale à l'aide du dispositif d'intervention chirurgicale selon l'invention.
[0025] Pour plus de clarté, les éléments identiques ou similaires sont repérés par des signes de référence identiques sur l'ensemble des figures.
DESCRIPTION DÉTAILLÉE DE MODES DE RÉALISATION
[0026] Sur les figures 1 à 6 est illustré un dispositif d'intervention chirurgicale 10 selon un premier mode de réalisation de l'invention, comportant un cathéter orientable 12 et un guide filaire flexible 14. Le cathéter orientable 12 comporte un premier corps tubulaire extérieur 16, illustré en détail sur la figure 2, présentant une extrémité proximale 18, une extrémité distale 20, une portion médiane flexible 22, une portion proximale 24 située entre la portion médiane flexible 22 et l'extrémité proximale 18, et une portion distale à mémoire de forme 26 située entre la portion médiane flexible 22 et l'extrémité distale 20. Une lumière longitudinale 28 est formée dans le corps tubulaire extérieur 16, cette lumière longitudinale 28 débouchant par un orifice proximal 29 à l'extrémité proximale 18 du corps tubulaire extérieur 16 et par un orifice distal 30 à l'extrémité distale 20 du corps tubulaire extérieur 16. La portion distale 26 présente une portion d'extrémité 31 dont la section décroît en s'approchant de l'extrémité distale 20. L'orifice distal 30 est conformé pour permettre un glissement ajusté du guide filaire 14 au travers de l'orifice distal 30, tout en préservant une bonne étanchéité à cette interface. La paroi de la lumière longitudinale 28 du corps tubulaire extérieur 16 comporte des nervures longitudinales 32 délimitant entre elles des canaux de communication longitudinaux 33 s'étendant au moins sur toute la longueur de la portion médiane 22 et de la portion distale 26 du corps tubulaire extérieur 16. Les nervures 32 sont interrompues dans la portion proximale 24. La portion proximale 24 du corps tubulaire extérieur 16 est équipée d'un orifice proximal latéral de branchement 34 débouchant dans partie de la lumière longitudinale 28 sans nervures. La portion distale 26 du corps tubulaire extérieur 16 présente des orifices latéraux d'éjection 36 débouchant dans les canaux de communication 33.
[0027] De manière remarquable, la portion distale à mémoire de forme 26 présente une configuration incurvée au repos, comme illustré sur les figures 1 et 2. Par portion distale à mémoire de forme, on entend une portion distale déformable, au moins entre une position incurvée de repos, faisant de préférence un angle au repos supérieur à 90°, voire supérieur à 120°, voire comme illustré sur les figures 1 et 2 un angle au repos de 180° ou plus, et une position rectiligne illustrée sur la figure 4, et de préférence apte à prendre toutes les positions intermédiaires entre la position incurvée de repos et la position rectiligne.
[0028] Le cathéter orientable 12 comporte en outre un deuxième corps tubulaire intérieur 38 logé dans la lumière longitudinale 28 du corps tubulaire extérieur 16 et apte à coulisser dans la lumière longitudinale 28. Le corps tubulaire intérieur 38, illustré en détail sur la figure 3, présente une extrémité proximale 40, une extrémité distale 42, et une lumière longitudinale 44 alignée avec la lumière longitudinale 28, débouchant par un orifice proximal 46 à l'extrémité proximale 40 du corps tubulaire intérieur 38 et par un orifice distal 48 à l'extrémité distale 42 du corps tubulaire intérieur 38. La lumière longitudinale 44 est de préférence de section transversale circulaire, et son diamètre intérieur est adapté au coulissement du guide filaire 14, qui est lui-même cylindrique à base circulaire. Le corps tubulaire intérieur 38 comporte une portion proximale 50 incluant l'extrémité proximale 40, une portion médiane flexible 52 et une portion distale rectiligne rigide 54 située entre la portion proximale flexible 52 et l'extrémité distale 42. La paroi extérieure 56 du corps tubulaire intérieur 38 est cylindrique à base circulaire. La portion distale rigide 54 peut être réalisée par tout moyen approprié, ici par un insert rigide 58 surmoulé par une gaine extérieure réalisée dans le matériau constitutif des portions proximale 50 et médiane 52. L'orifice proximal 29 est cylindrique à base circulaire et de section adaptée à celle de la paroi extérieure 56, de manière à permettre un coulissement ajusté du corps tubulaire intérieur 38 par l'orifice proximal 29 tout en préservant à cette interface une étanchéité aux liquides.
[0029] Une fois le corps tubulaire intérieur 38 inséré dans la lumière 28 du corps tubulaire extérieur 16, les nervures 32 viennent en appui sur la paroi extérieure 56 du corps tubulaire intérieur 38, comme illustré sur les figures 5 et 6. Les nervures 32 ont une fonction de guidage permettant le coulissement du corps tubulaire intérieur 38 dans le corps tubulaire extérieur.
[0030] La portion distale rigide 54 du corps tubulaire intérieur 38 constitue un élément de rigidification logé dans la lumière longitudinale 28 et apte à coulisser dans la lumière longitudinale 28 entre une position rétractée illustrée sur la figure 1 et une position de raidissement illustrée sur la figure 4. Dans la position de raidissement de la figure 4, l'élément de rigidification 54 est logé dans la portion distale à mémoire de forme 26 du corps tubulaire extérieur 16 et impose à la portion distale à mémoire de forme 26 une configuration redressée. Dans la position rétractée au contraire, l'élément de rigidification 54 est logé en dehors de la portion distale à mémoire de forme 26 du corps tubulaire extérieur 16, permettant à celle-ci de reprendre sa position de repos incurvée, comme illustré sur la figure 1. Il existe naturellement une infinité de positions entre ces deux positions extrêmes : il est ainsi possible, en ajustant la position relative de la portion distale rigide 54 du corps tubulaire intérieur 38 et de la portion distale à mémoire de forme 26 du corps tubulaire extérieur 16, de faire varier continûment l'orientation de la portion distale à mémoire de forme 26 entre sa position de repos et la position rectiligne. Notons ici que dans le cadre de la présente demande, le terme « rigide » utilisé pour désigner la portion distale rectiligne rigide 54 fait référence à la capacité pour la portion distale rectiligne rigide 54 d'imposer sa forme à la portion distale à mémoire de forme 26. Pour autant, la portion distale rectiligne rigide 54 reste suffisamment flexible pour suivre le trajet imposé par le guide filaire 14 dans le parcours à travers les vaisseaux sanguins.
[0031] La portion proximale flexible 50 du corps tubulaire intérieur 38 constitue quant à elle une liaison entre l'élément de rigidification 54 et l'extrémité proximale 40 du corps tubulaire intérieur 38, qui est toujours en saillie par rapport à l'extrémité proximale 18 du corps tubulaire extérieur 16. Les canaux de communication 33 ont vocation à constituer une ou plusieurs voies de passage depuis le branchement proximal 34 jusqu'aux orifices distaux latéraux 36, entre le corps tubulaire intérieur 38 et le corps tubulaire extérieur 16, permettant notamment d'injecter un liquide, par exemple un produit de contraste ou un médicament. L'absence de nervures 32 dans la portion proximale 24 du corps tubulaire extérieur 16, permet une bonne répartition du liquide entre les canaux de communication 33. L'interface étanche entre le corps tubulaire intérieur 38 et l'orifice proximal 29 et entre le guide filaire 14 et l'orifice distal 30 assurent par ailleurs que le liquide injecté par le branchement proximal 34 soit éjecté principalement au moins par les orifices latéraux distaux 36. Les voies de passages sont constituées aussi bien lorsque de corps tubulaire intérieur 38 est en position de raidissement, comme illustré sur les figures 4 à 6, que lorsque le corps tubulaire intérieur 38 est rétracté dans la position de la figure 1. Dans cette position, les canaux individualisés 33 se prolongent par un tronçon commun constitué par la lumière 28 dans la partie distale 26 du corps tubulaire extérieur 16. La section de passage cumulée des canaux de communication 33 doit être suffisante pour permettre le passage d'un fluide visqueux tel qu'un liquide de contraste, et a de préférence une surface supérieure à 0,15 mm2.
[0032] Sur les figures 7 à 14 est illustré un dispositif d'intervention chirurgicale 110 selon un deuxième mode de réalisation de l'invention, comportant un cathéter orientable 112 et un guide filaire flexible 14. Le cathéter orientable 112 comporte un premier corps tubulaire intérieur 116, présentant une extrémité proximale 118, une extrémité distale 120, une portion médiane flexible 122, une portion proximale 124 située entre la portion médiane flexible 122 et l'extrémité proximale 118, et une portion distale à mémoire de forme 126 située entre la portion médiane flexible 122 et l'extrémité distale 120. Une lumière longitudinale 128 est formée dans le corps tubulaire intérieur 116, cette lumière longitudinale 128 débouchant par un orifice proximal 129 à l'extrémité proximale 118 du corps tubulaire intérieur 116 et par un orifice distal 130 à l'extrémité distale 120 du corps tubulaire intérieur 116. L'orifice proximal 129 est cylindrique à base circulaire et de section adaptée à celle du guide filaire 14, de manière à permettre un coulissement ajusté du corps tubulaire intérieur 116 sur le guide filaire 14 tout en préservant à cette interface une étanchéité aux liquides. La portion distale 126 présente une portion d'extrémité 131 dont la section décroît en s'approchant de l'extrémité distale 120. L'orifice distal 130 comporte des nervures longitudinales 130.1 pour permettre un glissement ajusté du guide filaire 14, tout en préservant un ou plusieurs canaux d'éjection distaux 130.2 entre la lumière longitudinale 128 et l'extérieur. La paroi de la lumière longitudinale 128 du corps tubulaire intérieur 116 comporte des nervures longitudinales 132 délimitant entre elles des canaux de communication longitudinaux 133 s'étendant au moins sur toute la longueur de la portion médiane 122 et de la portion distale 126 du corps tubulaire intérieur 116. Les nervures 132 sont interrompues dans la portion proximale 124. La portion proximale 124 du corps tubulaire intérieur 116 est équipée d'un orifice proximal latéral de branchement 134 débouchant dans la partie de la lumière longitudinale 128 sans nervures. La portion distale 126 du corps tubulaire intérieur 116 présente des orifices latéraux d'éjection 136 débouchant dans les canaux de communication 132. De manière remarquable, la portion distale à mémoire de forme 126 présente une configuration incurvée au repos, comme illustré sur les figures 7 et 12. Une fois le guide filaire 14 inséré dans la lumière 128 du corps tubulaire intérieur 116, les nervures 132 viennent en appui sur la paroi extérieure cylindrique du guide filaire 14. Les nervures 132 ont une fonction de guidage permettant le coulissement du guide filaire 14 dans le corps tubulaire intérieur 116.
[0033] Le cathéter orientable 112 comporte en outre un deuxième corps tubulaire extérieur 138 dans lequel coulisse le corps tubulaire intérieur 116. Le corps tubulaire extérieur 138, illustré en détail sur la figure 13, présente une extrémité proximale 140, une extrémité distale 142, et une lumière longitudinale 144 alignée avec la lumière longitudinale 128, débouchant par un orifice proximal 146 à l'extrémité proximale 140 du corps tubulaire extérieur 138 et par un orifice distal 148 à l'extrémité distale 142 du corps tubulaire extérieur 138. La lumière longitudinale 144 est de préférence de section transversale circulaire, et son diamètre intérieur est adapté au coulissement du corps tubulaire intérieur 116, dont la paroi extérieure 145 est cylindrique à base circulaire. Le corps tubulaire extérieur 138 comporte une portion proximale 150 incluant l'extrémité proximale 140, une portion médiane flexible 152 et une portion distale rectiligne rigide 154 située entre la portion proximale flexible 152 et l'extrémité distale 142. La paroi extérieure 156 du corps tubulaire extérieur 138 est cylindrique à base circulaire. La portion distale rigide 154 peut être réalisée par tout moyen approprié, ici par un insert 158 surmoulé par le matériau constitutif des portions proximale 150 et médiane 152 et de la paroi extérieure au niveau de la portion distale 154. La portion distale 156 présente une portion d'extrémité 157 dont la section décroît en s'approchant de l'extrémité distale 142.
[0034] La portion distale rigide 154 du corps tubulaire extérieur 138 constitue un élément de rigidification apte à coulisser sur le corps tubulaire intérieur 116 entre une position rétractée illustrée sur les figures 7 à 10 et une position de raidissement illustrée sur la figure 13. Dans la position de raidissement, l'élément de rigidification 154 recouvre au moins partiellement la portion distale à mémoire de forme 126 du corps tubulaire intérieur 116 et impose à la portion distale à mémoire de forme 126 une configuration redressée illustrée sur la figure 13. Dans la position rétractée au contraire, l'élément de rigidification 154 ne recouvre pas la portion distale à mémoire de forme 126 du corps tubulaire intérieur 116, permettant à celle-ci de reprendre sa position de repos incurvée. La portion proximale flexible 150 du corps tubulaire extérieur 138 constitue quant à elle une liaison entre l'élément de rigidification 154 et l'extrémité proximale 140 du corps tubulaire extérieur 138.
[0035] Les canaux de communication 133 ont vocation à constituer un ou plusieurs passages depuis le branchement proximal 134 jusqu'aux orifices distaux latéraux 136, entre le corps tubulaire intérieur 138 et le guide filaire 14 pour un liquide injecté, par exemple un liquide de contraste ou un médicament. L'absence de nervures 132 dans la portion proximale 124 du corps tubulaire intérieur 116 permet une bonne répartition du liquide entre les canaux de communication 133. L'interface étanche entre le guide filaire 14 et l'orifice proximal 129 assure par ailleurs que le liquide injecté par le branchement proximal 134 soit éjecté en direction de l'extrémité distale du corps tubulaire intérieur 138, jusqu'aux orifices latéraux distaux 136 et les canaux d'éjection distaux 130.2.
[0036] Il est à noter que dans la position de raidissement, il n'est pas prévu que l'on puisse distribuer un liquide par les orifices latéraux distaux 136, qui sont recouverts par l'élément de rigidification 154. Dans cette position, le produit est éjecté axialement par l'orifice distal 130 au travers des canaux d'éjection distaux 130.2, sans qu'il soit besoin de rétracter le guide filaire 14.
[0037] Sur les figures 15 à 20 est illustré un dispositif d'intervention chirurgicale 210 comportant un cathéter orientable 212 et un guide filaire flexible 14. Le cathéter orientable 12 diffère du mode de réalisation des figures 1 à 6 essentiellement par le positionnement des nervures de guidage 232, qui ont la même fonction que les nervures de guidage 32 mais sont positionnées sur la paroi extérieure 256 du corps tubulaire intérieur 138. Ainsi, les nervures de guidage 232 ont non seulement la fonction de délimitation des canaux des canaux de communication longitudinaux 33, et de guidage entre le premier corps tubulaire 216 et le deuxième corps tubulaire 238, mais concourent également à la rigidification du deuxième corps tubulaire 238.
Les nervures de guidage 232 s'étendent au moins dans la portion distale 254 du corps tubulaire intérieur 238. Le cas échéant la portion intermédiaire 252 du corps tubulaire intérieur 238 peut être subdivisée entre une portion 238.1 sans nervures de guidage 232, proche de la portion proximale 250, et une portion 238.2 avec nervures de guidage 232, proche de la portion distale 254.
[0038] Pour assurer l'étanchéité au niveau de l'orifice proximal 229 du corps tubulaire extérieure 216, la portion proximale 250 du corps tubulaire intérieur 238 est prolongée, et présente un diamètre extérieur égal au diamètre extérieur au niveau des nervures 232 et au diamètre intérieur de la lumière longitudinale 228 formée dans le corps tubulaire extérieur 216. La lumière longitudinale 228 est quant à elle cylindrique à base circulaire, et lisse. De façon complémentaire, la longueur de la portion proximale 224 du corps tubulaire extérieur 216 est adaptée pour qu'en position rétractée sur la figure 15 comme en position de raidissement sur la figure 16, l'orifice proximal latéral de branchement 234 débouche entre la portion proximale 250 et la portion à nervures 232 du corps tubulaire intérieur 238. En portion distale 226, le corps tubulaire extérieur 216 est pourvu d'orifices latéraux d'éjection 236.
[0039] Dans leurs autres éléments constitutifs, et dans leur fonctionnement, le cathéter orientable 212 et le dispositif d'intervention chirurgicale 210 sont essentiellement similaires au cathéter orientable 12 et au dispositif d'intervention chirurgicale 10 du premier mode de réalisation. Par soucis de simplicité, les éléments constitutifs identiques ont été référencés sur les figures 15 à 20 par des numéros déduits des numéros utilisés sur les figures 1 à 6 en les augmentant de 200.
[0040] Une fois le corps tubulaire intérieur 238 inséré dans la lumière 228 du corps tubulaire extérieur 216, les nervures 232 viennent en appui sur la paroi intérieure 228 du corps tubulaire extérieur 216, comme illustré sur les figures 16,19 et 20. La portion distale rigide 254 du corps tubulaire intérieur 238 constitue un élément de rigidification logé dans la lumière longitudinale 228 et apte à coulisser dans la lumière longitudinale 228 entre la position rétractée illustrée sur la figure 15 et la position de raidissement illustrée sur la figure 16. Dans la position de raidissement de la figure 16, l'élément de rigidification 254 est logé dans la portion distale à mémoire de forme 226 du corps tubulaire extérieur 216 et impose à la portion distale à mémoire de forme 226 une configuration redressée. Dans la position rétractée au contraire, l'élément de rigidification 254 est logé en dehors de la portion distale à mémoire de forme 226 du corps tubulaire extérieur 216, permettant à celle-ci de reprendre sa position de repos incurvée, comme illustré sur la figure 15. Il existe naturellement une infinité de positions entre ces deux positions extrêmes : il est ainsi possible, en ajustant la position relative de la portion distale rigide 254 du corps tubulaire intérieur 238 et de la portion distale à mémoire de forme 226 du corps tubulaire extérieur 216, de faire varier continûment l'orientation de la portion distale à mémoire de forme 226 entre sa position de repos et la position rectiligne.
[0041] La portion proximale 250 et la portion intermédiaire 252 du corps tubulaire intérieur 238 constituent quant à elles une liaison entre l'élément de rigidification 254 et l'extrémité proximale 240 du corps tubulaire intérieur 238, qui est toujours en saillie par rapport à l'extrémité proximale 218 du corps tubulaire extérieur 216. Les canaux de communication 233 ont vocation à constituer une ou plusieurs voies de passage depuis le branchement proximal 234 jusqu'aux orifices distaux latéraux 236, entre le corps tubulaire intérieur 238 et le corps tubulaire extérieur 216, permettant notamment d'injecter un liquide, par exemple un produit de contraste ou un médicament. L'absence de nervures 232 dans la partie proximale 252.1 de la portion intermédiaire 252 du corps tubulaire intérieur 238, permet une bonne répartition du liquide entre les canaux de communication 233. L'interface étanche entre le corps tubulaire intérieur 238 et l'orifice proximal 229 et entre le guide filaire 14 et l'orifice distal 230 assurent par ailleurs que le liquide injecté par le branchement proximal 234 soit éjecté principalement au moins par les orifices latéraux distaux 236. Les voies de passages sont constituées aussi bien lorsque de corps tubulaire intérieur 238 est en position de raidissement, comme illustré sur la figure 16, que lorsque le corps tubulaire intérieur 238 est rétracté dans la position de la figure 15.
[0042] Le dispositif d'intervention chirurgicale 10, 110, 210 selon les divers modes de réalisation discutés peut être utilisé de la manière suivante, illustrée sur les figures 21 à 25. Dans un premier temps, on introduit le guide filaire 14 dans un premier vaisseau sanguin 500, dans l'exemple illustré sur la figure 21 l'artère fémorale, jusqu'à un embranchement 502 d'un deuxième vaisseau sanguin 504, ici l'artère iliaque commune. On insère le cathéter orientable 12, 112, 212 dans le premier vaisseau sanguin 500, comme illustré sur la figure 22, le deuxième corps tubulaire 38, 138, 238 étant dans la position de raidissement, en faisant pénétrer le guide filaire 14 maintenu immobile dans la lumière longitudinale 44, 128, 244 du corps tubulaire intérieur 38, 116, 238. Le cas échéant, on peut rétracter partiellement le guide filaire 14, de manière que son extrémité coïncide avec l'extrémité distale du corps tubulaire intérieur 38, 116, 238, et l'on rétracte le deuxième corps tubulaire 38, 138, 238 et l'élément de rigidification 58, 158, 258 en position rétractée. Le retrait de l'élément de rigidification 58, 158, 258 libère la portion distale à mémoire de forme du premier corps tubulaire, qui se détend et pénètre dans l'embranchement du deuxième vaisseau sanguin comme illustré sur la figure 23. Pour un suivi visuel de l'intervention, on peut injecter un liquide contraste par le branchement proximal 34, 134, 234, les canaux de communication 33, 133, 233 et les orifices latéraux distaux 36, 136, 236. En jouant sur la position de l'élément de rigidification 54,154, 254 par rapport à la portion distale à mémoire de forme 26, 126, 226 on peut modifier l'inflexion de la portion distale 26,126, 226 du premier corps tubulaire 16, 116, 216 jusqu'à obtenir l'orientation souhaitée. On repousse ensuite le guide filaire 14 comme illustré sur la figure 24, de sorte que le guide filaire 14 débouche à l'extrémité distale 20, 120, 220 du premier corps tubulaire 16,116, 216 et progresse dans le deuxième vaisseau sanguin 504. On peut alors faire coulisser le deuxième corps tubulaire 38, 138, 238 en position de raidissement en maintenant le guide filaire 14 et la partie médiane 22, 122, 222 du premier corps tubulaire 16, 116, 216 immobiles. Enfin, on fait coulisser le cathéter orientable 12, 112, 212 sur le guide filaire 14 pour faire progresser le cathéter 12, 112, 212 dans le deuxième vaisseau sanguin 504, comme illustré sur la figure 25.
[0043] Naturellement, les exemples représentés sur les figures et discutés ci-dessus ne sont donnés qu'à titre illustratif et non limitatif. Il est explicitement prévu que l'on puisse combiner entre eux les différents modes de réalisation illustrés pour en proposer d'autres.
[0044] En particulier, on peut également envisager un mode de réalisation dont l'élément de rigidification est formé par le corps tubulaire extérieur (comme dans le deuxième mode de réalisation) et est pourvu des nervures longitudinales ayant fonction de guidage, de délimitation des canaux longitudinaux et de rigidification de l'élément de rigidification (comme dans le troisième mode de réalisation).
[0045] Les nervures de guidage 133 peuvent être omises dans le deuxième mode de réalisation. Dans cette hypothèse, on pourra prévoir un jeu entre le guide filaire 14 et la paroi cylindrique de la lumière 128, de manière à préserver un canal de communication pour l'injection d'un produit en présence du guide filaire 14. On pourra alternativement prévoir le retrait du guide filaire 14 préalablement à l'injection du produit par l'orifice proximal 129, auquel cas le branchement proximal 134 peut également être omis.
[0046] On peut prévoir des revêtements particuliers favorisant le coulissement entre le guide filaire 14 et la lumière 44, 244 ou les nervures 132, et l'étanchéité des orifices d'extrémité 129, 30, 130, 230. On peut également prévoir des joints d'étanchéité pour les orifices d'extrémité. De manière similaire, on peut prévoir des revêtements particuliers, ou un choix judicieux de matériaux, pour favoriser le coulissement entre le premier corps tubulaire 16, 116, 216 et le deuxième corps tubulaire 38,138, 238.
[0047] On peut prévoir que l'un au moins des corps tubulaires ait une section ovale plutôt que circulaire. On peut notamment prévoir que le corps tubulaire intérieur cylindrique à section circulaire coulisse dans un corps tubulaire extérieur dont la lumière intérieure est ovale. Inversement, on peut prévoir que le corps tubulaire intérieur à section extérieure ovale coulisse dans un corps tubulaire extérieur dont la lumière est à section cylindrique. Dans les deux hypothèses, la différence de forme des sections permet de définir des canaux de communication pour l'injection d'un médicament ou d'un produit de contraste, ce qui permet de se dispenser le cas échéant des nervures de guidage. Plus généralement, les corps tubulaires et leurs lumières longitudinales peuvent être de section quelconque, pour autant qu'un contact suffisant soit constitué entre les parois de la lumière longitudinale du corps tubulaire extérieur et la paroi extérieure du corps tubulaire intérieur.
[0048] Il est souligné que toutes les caractéristiques, telles qu'elles se dégagent pour un homme du métier à partir de la présente description, des dessins et des revendications attachées, même si concrètement elles n'ont été décrites qu'en relation avec d'autres caractéristiques déterminées, tant individuellement que dans des combinaisons quelconques, peuvent être combinées à d'autres caractéristiques ou groupes de caractéristiques divulguées ici, pour autant que cela n'a pas été expressément exclu ou que des circonstances techniques rendent de telles combinaisons impossibles ou dénuées de sens.