Some content of this application is unavailable at the moment.
If this situation persist, please contact us atFeedback&Contact
39. (FR3066084) DISPOSITIF D'AMORTISSEMENT POUR DOSSIER DE SIEGE INCLINABLE ET DISPOSITIF DE REGLAGE D'INCLINAISON DE L'ASSISE ASSOCIE
Note: Text based on automatic Optical Character Recognition processes. Please use the PDF version for legal matters
DISPOSITIF D'AMORTISSEMENT POUR DOSSIER DE SIEGE INCLINABLE ET DISPOSITIF DE
REGLAGE D'INCLINAISON DE L'ASSISE ASSOCIE L'invention a pour objet un dispositif d'amortissement pour dossier de siège inclinable et un dispositif de réglage d'inclinaison de l'assise, applicable dans le secteur du mobilier et plus spécifiquement le secteur du mobilier d'assise pour le secteur médical, ou paramédical.
En effet, dans un siège, en plus des efforts d'amortissement verticaux généralement repris par un amortissement placé dans le pied du siège, comme dans les mobiliers de bureau, il est souhaitable que le dossier soit également amorti et ainsi fournir un appui permanent souple sur le dos de la personne lorsqu'elle s'assoit sur le siège ou qu'elle s'en retire ou tout simplement lors des réglages.
En effet, une fois la majorité du poids de l'utilisateur exercée sur l'assise, il est primordial d'amortir le mouvement arrière du dos lorsque la personne se penche en arrière et vient prendre appui sur le dossier pour l'incliner, tant en inclinaison qu'en retour d'inclinaison.
De plus, il est également important de pouvoir disposer d'un réglage de l'inclinaison de l'assise, associé à l'inclinaison du dossier mais aussi un réglage indépendant de l'inclinaison de l'assise du siège et ce, de manière indépendante du réglage de la position et de l'amortissement du dossier.
Dans le milieu médical, la qualité d'amortissement est très importante et doit permettre un amortissement souple et progressif du dos lorsque la personne s'installe et ce, quelle que soit la corpulence de la personne. L'amortissement des dossiers est bien connu et se trouve très souvent proposé sur les chaises et autres fauteuils mais celui-ci n'est pas réglable et ne présente pas les qualités d'amortissement, modulables et souhaitables en milieu médical et paramédical.
De plus, le siège est souvent uniquement lié au dossier et induit donc un réglage non dissociable de l'assise et du dossier. Il conviendrait de disposer d'un réglage aisé de l'inclinaison et de l'amortissement du dossier permettant l'adaptation de l'amortissement en fonction du souhait de chaque utilisateur. La présente invention propose un dispositif d amortissement réglable de I inclinaison du dossier d un siégé et d un dispositif de positionnement de l'assise du siège.
La présente invention est décrite suivant un mode de réalisation principal et de ses variantes, ceci en regard des dessins associés sur lesquels les différentes figures représentent :
Figure 1 : une vue en perspective de dessus de la structure de siège selon l'invention, Figure 2 : une vue en perspective de dessous de la structure de siège de la figure 1, Figure 3 : une vue de dessous de la structure de siège de la figure 1,
Figure 4 : une vue en élévation latérale droite de la structure de siège de la figure 1, Figures 5A à 5F : un synoptique de fonctionnement du siège et de ses possibilités.
Sur l'ensemble des figures, seule la structure du siège est représentée. Les autres éléments formant le siège comme les pieds, le garnissage avec les mousses et les textiles et autres accessoires sont considérés comme connus et surtout sont généralement adaptés aux besoins.
La structure de siège est visible sur l'ensemble des figures 1 à 5 sous différents angles, figures sur lesquelles on considère pour la suite de la description un repère orthonormé Χ,Υ,Ζ. X correspond à l'axe avant / arrière de l'assise, sensiblement horizontal aux inclinaisons près. Y correspond à l'axe sensiblement horizontal, perpendiculaire à X. Z correspond à l'axe longitudinal du dossier, perpendiculaire au plan XY, sensiblement vertical aux inclinaisons près.
La structure de siège comporte des moyens d'assise 10 et un dossier 12. Les moyens d'assise 10 comportent un bâti d'assise fixe 14 et une structure d'assise réglable 16 comportant deux pattes de pivotement 16-1 et 16-2, munies de deux axes d'articulation 18. Il est considéré que l'arrière de la structure de siège est la partie comportant le dossier 12, l'avant de la structure de siège étant la face par laquelle l'utilisateur prend place.
Le bâti d'assise fixe 14 porte sur sa partie avant, une chape 14C.
Le bâti d'assise fixe 14 comprend aussi des moyens de réglage, propres, de l'inclinaison de l'assise 20, comprenant une crémaillère 22 avec des encoches, en l'occurrence une succession d'encoches hémicirculaires et une barre 24 au profil des encoches, en l'occurrence de section hémisphérique, coopérant avec les encoches de ladite crémaillère 22.
La structure d assise réglable 16 comprend un cadre, dans le cas retenu de torme sensiblement carrée, développé dans le plan X,Y et apte à recevoir les garnissages de confort tels que des coussins et autre éléments textiles, non représentés. Ce cadre est solidaire des pattes de pivotement 16-1 et 16-2.
Le bâti d'assise fixe 14 est relié à un élément articulé 26, lui-même comprenant deux éléments longitudinaux 26-1 et 26-2 articulés, entre deux de leurs extrémités, par un pivot 27 à trou oblong de façon à autoriser les variations angulaires entre lesdits deux éléments longitudinaux 26-1 et 26-2. Le trou oblong compense les variations de longueur. Cet agencement faisant partie du dispositif d'amortissement.
La liaison entre le bâti d'assise fixe 14 et l'élément articulé 26 est complété par deux axes d'articulation 28-1 et 28-2 verticaux, fixes par rapport au bâti d'assise, disposés aux deux autres extrémités des éléments longitudinaux 26-1 et 26-2, autorisant un mouvement de pivotement horizontal des deux éléments longitudinaux 26-1 et 26-2 dans un même plan. L'extrémité distale d'un des éléments longitudinaux, en l'occurrence l'élément longitudinal droit 26-1 est de forme triangulaire, sensiblement rectangle, de façon à générer un sommet S distant du point de pivotement vertical 28-1.
Le dossier 12 de la structure de siège est formé d'une surface d'appui dorsal 30 et d'un élément de liaison 32 reliant ladite surface d'appui dorsal 30 au bâti d'assise 14 par l'intermédiaire de deux axes de pivotement 33, positionnés suivant l'axe Y, parallèlement aux axes d'articulation 18. L'élément de liaison 32 comporte un élément rigide 34, reprenant la forme de la partie basse de la surface d'appui dorsal 30, solidaire de deux pattes de liaison 36-1 et 36-2 pivotantes par les axes de pivotement 33 par rapport au bâti d'assise fixe 14 d'une part et recevant les axes 18 des pattes de pivotement 16-1 et 16-2 d'autre part.
Les pattes de liaison 36-1 et 36-2 sont solidaires, à leurs deux autres extrémités d'une barre de contrôle 38 qui les relie. Cette barre de contrôle 38 porte trois chapes 40-1, 40-2 et 40-3. L'élément articulé 26 est relié à la barre de contrôle 38 par l'intermédiaire de moyens de rappel élastique R en l'occurrence des ressorts. Ces ressorts sont de plus disposés dans la partie centrale de l'élément articulé, de part et d'autre de l'axe de pivotement Y1 pour générer une symétrie.
Une barre de réglage 42 porte, de façon fixe, deux poignées 44 placées à chaque extrémité de ladite barre de réglage 42 et trois chapes 46-1, 46-2 et 46-3 régulièrement réparties. Les chapes 46-1, 46-2, 46-3 de la barre de reglage 42 sont imbriquées par couple et sont reliees de manière pivotante aux chapes 40-1, 40-2 et 40-3 de l'élément de liaison 32 par des axes horizontaux.
De plus, un vérin 50 est interposé entre le bâti d'assise 14 et la barre de contrôle 38.
Plus particulièrement le vérin 50 est interposé entre la chape centrale 40-2 de la barre de contrôle 38 et la chape 14C solidaire de l'avant du bâti d'assise fixe 14. Le corps 52 du vérin 50 est relié par l'intermédiaire d'un axe de rotation 54 s'étendant suivant l'axe Y à la chape 14C. La tige 56 du vérin 50 est, quant à elle, reliée à la chape centrale 46-2 et comporte une languette, non représentée, qui appuie sur la tige du vérin 56 muni d'une commande pour autoriser un contrôle de positionnement de la tige du vérin par rapport au corps. Ainsi on obtient une position dans laquelle la rentrée ou la sortie de la tige est libérée lorsque la languette est pressée et une position de blocage des mouvements de la tige par rapport au corps lorsque la languette est relâchée.
Ce mécanisme de contrôle de position de tige de vérin n'est pas décrit plus en détail car ce mécanisme est connu dans le domaine des vérins amortisseurs.
La figure 5 décrit un synoptique à travers les figures 5A, 5C et 5E, les figures 5B, 5D et 5F décrivant le même synoptique mais avec une variation de l'inclinaison du siège.
Les figures 5A et 5B représentent le dossier 12 dans une même position du dossier, sensiblement verticale.
Entre les deux positions, seule l'inclinaison de l'assise est modifiée, donc indépendamment de l'inclinaison du dossier. En effet, sur la figure 5A la barre 24 est placée dans l'encoche située à l'avant de la crémaillère 22 et la structure d'assise réglable 16 se trouve en position proche de l'horizontale.
Sur la figure 5B, pour une même position du dossier, la barre 24 est placée dans l'encoche la plus à l'arrière de la crémaillère 22 et la structure d'assise réglable 16 est davantage inclinée vers l'arrière. Le cadre a pivoté par ses pattes de pivotement 16-1 et 16-2 par au bâti d'assise 14, autour des axes 18 portés par les pattes de liaison.
Le réglage est très simple, manuel et ultra rapide, sans aucun instrument nécessaire.
Sur la figure 5C, le dossier 12 est incliné vers l'arrière. A cet effet, l'utilisateur a manœuvré la poignée 44. Ce mouvement a libéré les mouvements de la tige 56 du vérin 50 par rapport au corps 52 dudit vérin 50. La liberté de manœuvre est acquise tant que l'utilisateur maintient la poignée 44 inclinée.
Les incidences de cette libération sont nombreuses :
Le dossier 12 peut pivoter en inclinaison vers l'arrière lorsque l'utilisateur exerce un effort vers l'arrière sur ledit dossier,
Le mouvement vers l'arrière d'inclinaison du dossier 12 fait pivoter les pattes de liaison 36-1 et 36-2 dont il est solidaire par l'élément rigide 34 autour des axes 33 par rapport au bâti d'assise.
Les pattes de liaison 36-1 et 36-2 pivotent et donc les axes 18 qu'elles portent se trouvent déplacés vers le bas ce qui provoque une inclinaison de la structure d'assise, proportionnellement à l'inclinaison du dossier 12, indépendamment du réglage lié à la crémaillère.
On note que le vérin assure un amortissement des mouvements et un blocage en position dès que les poignées 44 sont relâchées. L'inclinaison du dossier nécessite un effort de la part de l'utilisateur pour aller à l'encontre des moyens de rappel élastiques R qui ont tendance à ramener le dossier vers l'avant, en inclinaison minimale. Ces moyens de rappel élastique R ont pour vocation de ramener le dossier en position sensiblement verticale, le vérin 50 assurant alors un amortissement du retour dudit dossier 12 mais cet amortissement reste limité. Ceci évite que l'utilisateur dont le dos serait éloigné du dossier incliné, reçoive un choc de la part du dossier rappelé de façon rapide par les moyens élastiques de rappel, lors de la manoeuvre de la poignée 44.
Afin de régler la puissance des moyens de rappel élastique, il est possible de modifier le nombre des ressorts lorsque ce sont des ressorts qui sont utilisés ou la puissance des ressorts eux-mêmes.
Enfin, pour un même agencement, la présente invention a prévu un réglage par une butée mobile 58, en l'occurrence une vis 62 munie d'une tête 60 de manoeuvre en rotation. Cette butée mobile 58 est montée traversante sur un montant latéral du bâti d'assise 14.
La partie intérieure de la vis est ajustée pour venir prendre appui sensiblement au droit du sommet S de l'élément longitudinal 26-1. Ainsi lorsque l'utilisateur ou un opérateur visse à l'aide de la tête 60, la vis 62 fait de plus en plus saillie à l'intérieur du bâti d'assise 14 et déplace angulairement le sommet S par rapport à l'axe vertical 28-1. De fait l'élément longitudinal 26-1 pivote et entraîne en pivotement l'autre élément longitudinal 26-2.
Les deux éléments longitudinaux tont un angle de moins en moins important. Les moyens élastiques de rappel R, en l'occurrence les ressorts, sont de plus en plus tendus. Le dossier est donc de plus en plus en plus difficile à manœuvrer en inclinaison sur l'arrière.
Un utilisateur dynamique et/ou de forte corpulence aura tendance à visser la tête 60 pour avoir un dossier ferme à manœuvrer tandis qu'une personne fluette et/ou âgée aura tendance à dévisser ladite tête pour limiter la puissance de rappel élastique.
Sur la figure 5D, le positionnement du dossier est identique mais on constate que la structure d'assise, qui était déjà inclinée initialement par l'ensemble barre/crémaillère, se trouve à inclinaison prononcée du fait de la manœuvre du dossier 12 qui induit une inclinaison supplémentaire de ladite assise, cette fois proportionnelle à l'inclinaison du dossier 12.
Les figures 5E et 5F montrent une inclinaison maximale du dossier avec en 5F l'inclinaison propre maximale de la structure d'assise réglable 16 et maximale proportionnellement à l'inclinaison du dossier.
La présente invention permet de régler aisément la puissance de rappel élastique du dossier en fonction des besoins de l'utilisateur. L'assise est inclinable proportionnellement à l'inclinaison du dossier et comprend son propre réglage d'inclinaison de façon à pouvoir, pour une même inclinaison du dossier, disposer d'un réglage de l'assise plus prononcé.