Processing

Please wait...

Settings

Settings

Goto Application

1. WO1997026191 - IMPROVEMENT TO REINFORCED CARDBOARD TRAYS

Note: Text based on automatic Optical Character Recognition processes. Please use the PDF version for legal matters

[ FR ]

PERFECTIONNEMENT AUX PLATEAUX RENFORCES EN CARTON
La présente invention a trait au domaine de l'emballage. Elle concerne plus particulièrement les plateaux en carton ou matière du même type, constitués d'un fond bordé par quatre parois latérales et qui sont munis de moyens de renforcement pour augmenter leur résistance et/ou de moyens de support pour permettre et stabiliser l'empilement en vue du gerbage.
Il existe de nombreux types différents de plateaux adaptés pour assurer le conditionnement de produits très divers, genre fruits et légumes notamment.
A titre d'exemple, on connaît le document US-A-3 580 475 qui décrit un plateau de conditionnement en carton dont les parois d'extrémités sont doublées par un rabat intérieur de renforcement. Ce rabat comporte un volet découpé qui est mis en volume pour former un organe de support pour un plateau identique directement superposé. Cet organe support s'étend à l'intérieur du volume de conditionnement et les parois d'extrémités sont légèrement évasées pour permettre le gerbage. Le volet découpé est divisé en deux tronçons. Le premier tronçon s'étend sensiblement parallèlement au fond pour former la surface d'assise du plateau supérieur. Le second tronçon sert d'élément de contreventement ; son extrémité inférieure vient prendre appui sur une ligne de découpe aménagée dans les volets latéraux qui prolongent les grandes parois longitudinales.
Ce type de plateau est structuré d'une manière bien particulière pour permettre son montage manuellement, sans nécessiter d'outils ni de moyens d'assemblage complémentaires. De plus, étant donné sa conception, c'est l'organe support en porte-à-faux qui supporte l'intégralité de la charge des plateaux supérieurs ; la résistance au gerbage n'est de ce fait pas très importante.
Le but de la présente invention est d'obtenir un plateau ayant une résistance verticale la plus élevée possible, tout en limitant le coût matière.

La présente invention propose un nouveau type de plateau qui présente un bon compromis entre ces deux exigences et qui, en outre, présente la capacité de pouvoir être mis en volume automatiquement, par des moyens mécaniques appropriés.
Ce plateau est du type obtenu par mise en volume d'un flan unique de carton convenablement découpé et rainé. Il comprend un fond à partir duquel sont dressées perpendiculairement quatre parois latérales; au moins l'une de ces parois latérales est munie, au niveau de sa bordure supérieure, d'un prolongement qui est rabattu pour former un élément de doublage et de renfort sur au moins une partie de sa hauteur. Conformément à l'invention, ce prolongement de doublage comporte, entre ses extrémités latérales, au moins un élément en saillie servant d'organe de renfort et/ou de support pour le gerbage ; cet élément en saillie est formé à partir d'un volet qui est découpé dans le prolongement de doublage et qui est attenant à ce dernier ou à la paroi latérale qu'il prolonge, par une ligne de pliage. Le volet découpé est muni d'au moins deux lignes de pliage internes qui le divisent en au moins trois tronçons pour permettre sa mise en volume et sa tenue par solidarisation de l'un desdits tronçons avec la paroi latérale qui porte le prolongement de doublage.
Selon une autre disposition préférée, le plateau comporte deux parois latérales en vis-à-vis munies de prolongements de doublage ; ces prolongements de doublage sont rabattus intérieurement et ils sont munis, chacun, d'au moins un élément de renfort et/ou de support pour le gerbage, qui s'étend en saillie dans le volume intérieur de conditionnement.
De préférence, le ou les prolongements de doublage s'étendent sur toute la hauteur des parois latérales de réception.
Selon une autre caractéristique, les prolongements de doublage sont munis d'extensions latérales qui se présentent en au moins deux parties séparées par des lignes de pliage et destinées à former des pans coupés dans les angles du plateau.

Selon une forme de réalisation préférée, le ou les éléments en saillie se présentent sous la forme de poteaux verticaux qui s'étendent sur toute la hauteur de la paroi latérale attenante. La base du ou des poteaux verticaux peut avantageusement comporter une découpe en biais, formant troncature, en particulier pour augmenter le volume de conditionnement.
Selon une autre forme de réalisation, le ou les éléments en saillie se présentent sous la forme d'un poteau horizontal dont l'une des faces s'étend à partir de la bordure supérieure de la paroi latérale attenante, parallèlement au fond.
Selon une caractéristique préférée, les poteaux de renforcement et/ou de support pour le gerbage, qu'ils soient horizontaux ou verticaux, ont une section transversale triangulaire.
Selon une autre caractéristique, le plateau comporte des tenons et/ou cornières de gerbage qui s'étendent à partir de sa bordure supérieure, associés à des ouvertures en correspondance, aménagées dans le fond et dans les parois latérales. Au moins l'un de ces tenons de gerbage est avantageusement découpé dans le pont de pliage qui raccorde la paroi latérale et son prolongement de doublage ; la largeur du pont de doublage peut être adaptée en fonction de la hauteur désirée des tenons de gerbage.
Selon une autre particularité de l'invention, le fond du plateau comporte des découpes complémentaires en vis-à-vis, qui s'étendent perpendiculairement aux lignes de plis qui raccordent ledit fond et les parois latérales, en regard des poteaux verticaux ou horizontaux, pour permettre l'engagement de l'une des ailes des moyens de gerbage d'un autre plateau disposé en-dessous, lors de l'empilement.
Toujours selon l'invention, le plateau comporte des moyens de gerbage qui sont disposés de part et d'autre dudit ou desdits poteaux, chaque poteau étant centré entre deux moyens de gerbage et éventuellement disposé en regard d'un tenon de gerbage supplémentaire.

Selon une autre caractéristique, des cornières de gerbage associées à des orifices d'encastrement sont aménagées au niveau de chaque angle du plateau. Les parois latérales du plateau comportent également au moins un tenon de gerbage et un orifice d'encastrement régulièrement réparti(s) entre lesdites cornières d'extrémités, un poteau de renforcement et de support pour le gerbage étant prévu en regard de chaque couple de tenons et orifices.
L'invention concerne également le flan de carton convenablement découpé et rainé, permettant l'obtention d'un modèle de plateau défini ci-avant.
Elle concerne encore une combinaison de gerbage d'un grand plateau conforme au modèle ci-dessus, avec au moins deux petits plateaux. Ces petits plateaux sont constitués d'un fond, de deux grandes parois latérales dont la longueur correspond sensiblement à la longueur des petites parois d'extrémités du grand plateau, et de deux petites parois latérales dont la longueur est un sous-multiple de la longueur des grandes parois longitudinales du grand plateau. Ces petits plateaux sont en outre munis de tenons et/ou de cornières de gerbage qui sont adaptés aux tenons et/ou cornières du grand plateau.
Mais l'invention sera encore illustrée, sans être aucunement limitée, par la description suivante de différents modes de réalisation donnés à titre d'exemples et représentés sur les dessins annexés dans lesquels :

- la figure 1 est une vue d'un flan de carton, à plat, permettant l'obtention d'un plateau conforme à la présente invention ;
- la figure 2 est une vue en perspective du plateau obtenu par mise en volume du flan de carton représenté sur la figure 1 ;
- la figure 3 est une vue en perspective d'un plateau similaire à celui illustré sur la figure 2, muni de tenons et de cornières de gerbage ;
- les figures 4, 5 et 6 montrent, en perspective, une combinaison de gerbage obtenue avec des grands plateaux conformes à l'invention et des petits plateaux ;

- la figure 7 est une vue d'un flan de carton, à plat, permettant l'obtention d'un autre type de plateau conforme à la présente invention ;
- la figure 8 est une vue en perspective du plateau obtenu par mise en volume du flan de carton représenté sur la figure 7.
Le flan de carton 1 qui est représenté sur la figure 1 comporte un élément de fond 2 de forme générale rectangulaire, bordé par deux petites parois latérales d'extrémités 3 et par deux parois latérales longitudinales 4. Les petites parois d'extrémités 3 sont raccordées au fond 2 par les lignes de pliage 5. Les parois longitudinales 4 sont raccordées au fond 2 par l'intermédiaire des lignes de pliage 6.
Les petites parois d'extrémités 3 et les parois longitudinales 4 ont une hauteur sensiblement identique.
Les parois longitudinales 4 sont munies de rabats latéraux 8 raccordés par une ligne de pliage 9. Leur bordure extérieure comporte un prolongement d'extrémité 10 raccordé par un pont de pliage 11 constitué de deux lignes de pli parallèles. Le prolongement d'extrémité 10 s'étend sur pratiquement toute la longueur des parois longitudinales 4. Sur les côtés, il comporte des extensions latérales 14 raccordées par des lignes de pliage 15 qui s'étendent perpendiculairement aux ponts de pliage 11. Les extensions latérales 14 sont constituées d'un premier volet 16 et d'un second volet 17 séparés par une ligne de pliage 18. Cette ligne de pliage 18 s'étend parallèlement à la ligne de pliage 15 qui raccorde le prolongement d'extrémité 10 et l'extension latérale 14. Les premiers volets 16 des extensions latérales 14 sont disposés dans le prolongement des lignes de pliage 9 qui raccordent les parois longitudinales 4 et leurs rabats latéraux 8. Ainsi, les lignes de pliage 15 et 18 sont situées de part et d'autre desdites lignes de pliage 9.
Entre les deux lignes de pliage 15, le prolongement d'extrémité 10 comporte un volet 20 sensiblement centré. Le volet 20 est partiellement découpé sur toute la hauteur du prolongement 10 auquel il est raccordé uniquement par la ligne de pliage 21. La découpe du volet 20 forme un L constitué d'une première ligne de coupe 22 située sur le pont de pliage 11 et d'une seconde ligne de coupe 23, perpendiculaire, qui s'étend sur toute la hauteur du prolongement 10. La seconde ligne de coupe 23 s'étend à partir de l'une des extrémités de la première ligne de coupe 22 ; elle est parallèle aux lignes de pliage 15 qui raccordent le prolongement 10 aux extensions latérales 14, ainsi qu'à la ligne de pliage 21 qui raccorde le volet 20 au prolongement d'extrémité 10. Cette ligne de pliage 21 s'étend à partir de l'autre extrémité de la première ligne de coupe 22.
D'autre part, le volet 20 est divisé en trois tronçons 25, 26 et 27, séparés par des lignes de pliage internes 28 et 29 qui s'étendent parallèlement à la ligne de pliage 21 et à la seconde ligne de coupe 23.
Le premier tronçon 25 est situé entre les lignes de pliage 21 et 28 ; le second tronçon 26 est situé entre les lignes de pliage 28 et 29 ; le troisième tronçon 27 est situé entre la ligne de pliage 29 et la seconde ligne de coupe 23.
En outre, on remarque la présence d'une découpe triangulaire 30 sur les deux tronçons 25 et 26 du volet 20. La base de cette découpe triangulaire 30 est située sur la bordure externe du prolongement d'extrémité 10. Cette découpe 30 s'étend à partir des lignes de pliage 21 et 29 ; sa pointe est située sur la ligne de pli 28 et sa hauteur correspond sensiblement aux deux tiers de la hauteur du prolongement d'extrémité 10.
Le flan 1 est de préférence réalisé en carton ondulé. Les prolongements d'extrémités 10 sont destinés à former des éléments de doublage pour renforcer les parois longitudinales 4 et les volets 20 sont adaptés pour former des éléments en saillie dans le volume intérieur de conditionnement pour servir d'organe de renfort et éventuellement de support pour le gerbage, après mise en volume.
Le flan de carton 1 est mis en volume manuellement ou de façon mécanisée, pour obtenir le plateau illustré sur la figure 2.
Cette mise en volume est réalisée en plaçant les parois latérales 3 et 4 perpendiculairement au fond 2 et en solidarisant les rabats 8 qui prolongent les parois longitudinales 4, avec les petites parois d'extrémités 3.
De préférence, on solidarise la face extérieure des rabats 8 avec la face intérieure des petites parois 3.
Simultanément, ou ultérieurement, les prolongements d'extrémités

10 sont rabattus vers l'intérieur et ils sont solidarisés avec la face interne des parois longitudinales 4 pour doubler ces dernières. Cette solidarisation est réalisée entre les lignes de pliage 15 et 21 , d'une part, et entre la ligne de pliage 15 et la ligne de coupe 23, d'autre part.
Les extensions latérales 14 sont placées au niveau des angles du plateau ; elles sont agencées pour former des dièdres d'angles ou des pans coupés, avec le premier volet 16 disposé en biais et le second volet 17 plaqué et solidarisé avec la face interne du rabat 8 ou avec la face interne de la petite paroi d'extrémité 3.
Le volet central 20 est lui-même mis en volume pour former un poteau vertical 32 à section transversale triangulaire. Les poteaux verticaux 32 sont réalisés par la juxtaposition des deux tronçons 25 et 26 des volets 20 aménagés en dièdres. Le troisième tronçon 27 sert de patte de solidarisation pour maintenir le volume des éléments en saillie 32 ; il est solidarisé avec la paroi longitudinale 4, soit par l'intermédiaire de sa face interne, telle qu'on l'a représentée sur la figure 2, soit par l'intermédiaire de sa face externe, s'il est replié pour former le fond du poteau 32.
La solidarisation des rabats 8 avec les parois 3, des prolongements 10 avec les parois 4, des volets 17 avec les parois 3 et des tronçons 27 avec les parois 4 est réalisée par collage, agrafage ou autre ...
La mise en volume des deux tronçons 25 et 26 des volets 20 génère un petit écartement 33 entre les deux parties des prolongements d'extrémités 10 qui sont séparés par la ligne de coupe 23.
Les poteaux verticaux 32 s'étendent sur toute la hauteur des parois longitudinales 4 ; associés aux prolongements de doublage 10, ils forment des éléments de renfort efficaces pour conférer une bonne résistance verticale au plateau. D'autre part, ces poteaux verticaux 32 s'étendent en saillie à l'intérieur du volume de conditionnement et leur surface supérieure forme un organe d'assise efficace pour supporter un second plateau superposé. Cette assise est encore améliorée par la présence des volets 16 disposés en biais dans les angles du plateau.
La découpe 30 réalisée dans les volets 20 du flan de carton 1 permet l'obtention d'une troncature 34 au niveau de la base des poteaux 32. Cette troncature 34 permet de dégager un peu d'espace pour augmenter le volume de conditionnement ; elle peut également servir de coin de calage pour les produits conditionnés.
Pour augmenter la résistance verticale du plateau, le flan de carton ondulé sera convenablement orienté de sorte que ses cannelures soient disposées verticalement sur les parois longitudinales 4, sur les prolongements de doublage 10 et sur les poteaux verticaux 32.
Sur le flan de carton représenté figure 1 , on remarque que les deux volets 20 découpés dans les prolongements de doublage 10 sont orientés en sens inverse l'un de l'autre. Cette orientation particulière permet d'obtenir une sorte de symétrie diagonale qui évite de déséquilibrer le plateau. Pour certains modes de réalisation, ils pourront être orientés dans le même sens.
Dans le mode de réalisation illustré sur les figures 1 et 2, les éléments de doublage 10 s'étendent sur toute la hauteur des parois longitudinales 4 et ils comportent des volets découpés 20 qui permettent l'obtention de poteaux verticaux centrés 32. Ces poteaux 32 s'étendent sur toute la hauteur desdites parois longitudinales 4.
Pour d'autres réalisations, l'emplacement, le nombre et la forme des poteaux verticaux pourront varier sans sortir du cadre de protection défini par les revendications. Ainsi, on pourra prévoir un poteau vertical sur chaque paroi longitudinale, ces deux poteaux étant décentrés l'un par rapport à l'autre. Egalement, plusieurs poteaux pourront être aménagés sur chaque paroi longitudinale, réalisés à partir d'une pluralité de volets 20 identiques ou similaires découpés sur la longueur des prolongements de doublage 10. D'autre part, les prolongements de doublage 10 et/ou les poteaux verticaux attenants 32 pourront s'étendre uniquement sur une partie de la hauteur des parois longitudinales 4.
On a représenté sur la figure 3 un plateau mis en volume qui présente une structure voisine de celui illustré sur la figure 2.
Ce plateau est constitué d'un fond 2 bordé par quatre parois latérales : deux petites parois d'extrémités 3 et deux grandes parois longitudinales 4. Les deux grandes parois longitudinales 4 comportent des prolongements 10 qui, une fois rabattus, définissent des éléments de doublage. Ces prolongements 10 comportent des extensions latérales 14 agencées pour former des pans coupés dans les angles du plateau ; ils comportent également des volets partiellement découpés qui permettent l'obtention de poteaux verticaux 32.
Ce plateau comporte en outre des tenons de gerbage 35 qui s'étendent en saillie à partir de la bordure supérieure des parois longitudinales 4. Ces tenons 35 sont associés à des orifices d'encastrement 36 aménagés en correspondance dans le fond 2 et dans lesdites parois longitudinales 4. Les tenons de gerbage 35 sont découpés dans le pont de pliage 11 qui relie les parois longitudinales 4 et leurs prolongements de doublage 10 ; leur hauteur est étroitement liée à l'épaisseur de ce pont de pliage 11.
Sur le mode de réalisation représenté figure 3, les tenons 35 sont au nombre de deux, aménagés au niveau des poteaux verticaux 32. ils pourraient de la même façon être prévus, en supplément ou en remplacement, entre les poteaux 32 et les extrémités du plateau.
Toujours sur la figure 3, il est prévu des cornières d'angles 38 associées à des orifices 39 aménagés en correspondance dans les coins. Ces cornières 38 et orifices 39 complètent la stabilisation des plateaux lorsqu'ils sont empilés. La hauteur des cornières 38 correspond à l'épaisseur du pont de pliage 11. Eventuellement, l'une des ailes des cornières d'angle peut être supprimée.

Au niveau des orifices d'encastrement 36, on remarque la présence d'une découpe 37 aménagée perpendiculairement dans le fond 2. Cette découpe 37 permet l'encastrement des cornières d'angles de plateaux sous-jacents.
Les plateaux des figures 2 et 3 ou des modes de réalisation voisins conformes à l'invention peuvent être combinés lors du gerbage, soit entre eux, soit avec des plateaux plus petits disposés transversalement, soit avec des emballages de nature et de constitution différentes. La structure et les dimensions des plateaux associés sont alors fonction du type de grand plateau utilisé.
Une combinaison de ce type est représentée sur la figure 4 avec des grands plateaux conformes à celui illustré sur la figure 3, et des petits plateaux 40 disposés transversalement.
Les grands plateaux ont une largeur qui correspond à la longueur des petits plateaux 40 et une longueur double de celle de la largeur desdits petits plateaux.
Pour ce mode de réalisation, les petits plateaux 40 sont constitués d'un fond 41 , de deux grandes parois latérales 42 et de deux petites parois d'extrémités 43. Leurs angles comportent des cornières de gerbage 44 en partie supérieure et des orifices d'encastrement 45 en partie inférieure. Les petites parois d'extrémités 43 sont avantageusement doublées par des plaques rapportées 46 dont les extrémités sont constituées de deux volets séparés par des lignes de plis. Le premier volet 47 forme un pan coupé dans l'angle du plateau et le second volet 48 est solidarisé avec les grandes parois longitudinales 42. A noter que pour certains modes de réalisation simplifiés, ces plaques rapportées 46 pourront être supprimées.
Les cornières 44 et les orifices 45 des petits plateaux 40 sont identiques aux cornières 38 et aux orifices d'encastrement 39 aménagés aux angles des grands plateaux.
On comprend que les petits plateaux 40 peuvent être juxtaposés pour être combinés par gerbage sur ou sous les grands plateaux.

Au niveau des extrémités des grands plateaux, les cornières 38 et orifices 39 coopèrent avec les cornières 44 et les orifices 45 des petits plateaux 40 Les pans coupés 16 et 47 servent d'assise à ce niveau, selon le cas
Dans la partie centrale, les petits plateaux 40 qui sont disposés sur le grand plateau, viennent prendre appui sur l'un des panneaux 25, 26 du poteau 32 et les orifices d'encastrement 45 coopèrent avec une partie (ta moitié) du tenon de gerbage 35 Les panneaux 25, 26 du poteau vertical 32 sont disposés en biais , ils remplissent une fonction de support similaire à celle des pans coupés 16
Toujours dans la partie centrale, dans le cas où les petits plateaux 40 sont disposés sous le grand plateau, l'une des ailes des cornières 44 coopère avec une partie de l'orifice d'encastrement 36, et l'autre aile desdites cornières 44 s'engage dans les découpes 37 aménagées dans le fond 5 du grand plateau Le fond 5 repose ainsi sur le pan coupé 47 qui forme une assise en biais
La largeur des découpes 37 est légèrement supérieure à deux fois l'épaisseur du carton utilisé pour permettre la juxtaposition de deux petits plateaux 40
Bien entendu, sur un même empilage, la combinaison des grands plateaux et des petits plateaux peut être réalisée à volonté Comme on l'a représenté sur la figure 4, les grands plateaux peuvent également être combinés ensemble et décalés d'une demi-longueur Ainsi, les découpes 37 aménagées dans le fond 5 peuvent recevoir les ailes des cornières de petits plateaux 40 et/ou de grands plateaux
Selon le même principe, un grand plateau peut être structuré pour être combiné avec plus de deux petits plateaux Le nombre de tenons 35/orιfιces 36 et leur répartition entre les cornières 38 seront adaptés en conséquence, tout comme le nombre de poteaux verticaux 32 La longueur des petites parois des petits plateaux correspondra à un sous-multiple de la longueur des grandes parois longitudinales 4 du grand plateau Une combinaison de gerbage similaire a été représentée sur la figure 5 avec un grand plateau ayant la même structure que celui représenté sur la figure 3 mais dépourvu des découpes 37.
Etant donné l'absence de ces découpes 37 dans le fond 5 du grand plateau, les petits plateaux associés 50 ne comportent pas les cornières d'angles 44 telles qu'elles étaient prévues dans le mode de réalisation précédent, illustré sur la figure 4.
Par rapport aux petits plateaux 40 décrits précédemment, les ailes des cornières de gerbage qui se situaient dans le prolongement des grandes parois longitudinales ont été supprimées. Les petits plateaux 50 correspondant sont donc constitués d'un fond 51 , de deux grandes parois longitudinales 52 et de deux petites parois d'extrémités 53. Les petites parois 53 comportent des tenons de gerbage 54 au niveau des extrémités de leur bordure supérieure. Ces tenons 54 sont associés à des orifices angulaires 55 destinés à coopérer avec les cornières 38 et les tenons 35 du grand plateau. Les tenons 54 ont une longueur correspondant à la moitié de celle des tenons 35 du grand plateau ; ils sont adaptés pour venir s'insérer dans les orifices d'angles 39 et dans les orifices d'encastrement 36, sur la moitié de la longueur de ces derniers.
Pour le reste, le doublage des petites parois d'extrémités et les pièces angulaires définissant les assises de gerbage correspondent aux dispositions illustrées en liaison avec la figure 4. Les combinaisons de gerbage et les possibilités de modification de structures pour permettre l'association d'un grand plateau avec plus de deux petits plateaux sont également identiques à celles définies ci-avant.
Sur la figure 6, on a représenté une combinaison de gerbage similaire. Le grand plateau 56 est muni de deux tenons 57 et orifices 58 sur chaque grand côté 4, répartis entre les extrémités et le poteau central 32. Les petits plateaux 60 comportent un fond 61 , deux grandes parois longitudinales 62 et deux petites parois d'extrémités 63. Les petites parois 63 comportent un tenon de gerbage central 64 associé à un orifice d'encastrement 65. Le long des petites parois 63, on remarque la présence de trottoirs 66 formant une surface d'assise conséquente.
Là encore, les grandes parois longitudinales 62 des petits plateaux 60 ont une longueur qui correspond à celle des petites parois d'extrémités 3 du grand plateau 56. D'autre part, les petites parois d'extrémités 63 des petits plateaux 60 ont une longueur qui correspond à la moitié de la longueur des grandes parois longitudinales 4 du grand plateau 56. Ainsi, deux petits plateaux 60 peuvent être juxtaposés et disposés transversalement sur ou sous le grand plateau 56. L'empilage est stabilisé par insertion des tenons 64 des petits plateaux 60 dans les ouvertures d'encastrement 58 des grands plateaux 56 et/ou par insertion des tenons 57 des grands plateaux 56 dans les ouvertures d'encastrement 65 des petits plateaux 60.
L'assise des petits plateaux sur le grand plateau est améliorée par la présence des poteaux verticaux 32 et des pans coupés 16 ; l'assise des grands plateaux 56 sur les petits plateaux 60 est optimisée par la présence des trottoirs longitudinaux 66.
Une combinaison de grands et de petits plateaux peut être réalisée à volonté ; dans ce mode de réalisation, également, la structure peut être aménagée pour assurer la réception de plus de deux petits plateaux juxtaposés. Dans ce cas, plusieurs poteaux verticaux 32 seront aménagés sur la longueur des grandes parois longitudinales 4, et des tenons 57 et orifices 58 de gerbage seront centrés entre chaque poteau 32 et entre les poteaux d'extrémités et les angles de l'emballage.
Ce mode de réalisation permet également la combinaison de grands plateaux 56 entre eux, par un décalage longitudinal correspondant à la moitié de leur longueur, ou bien correspondant à un sous-multiple de leur longueur en fonction du nombre de tenons 57 prévus dans le prolongement des grandes parois longitudinales.
Les figures 7 et 8 illustrent un autre mode de réalisation d'un plateau renforcé conforme à la présente invention. Le flan de carton ondulé 70 représenté sur la figure 7 est constitué d'un fond 71 bordé par quatre parois latérales : deux petites parois d'extrémités 72 et deux grandes parois longitudinales 73. Les deux grandes parois longitudinales 73 se prolongent, latéralement, par des rabats 74 constitués de trois volets juxtaposés 75, 76 et 77.
Au niveau de leur bordure extérieure, les parois longitudinales 73 comportent des prolongements 78 qui s'étendent sensiblement sur toute leur longueur et qui sont raccordés par un pont de pliage 79. Le pont de pliage 79 est constitué de deux lignes de pliage parallèles.
Latéralement, les prolongements 78 comportent des extensions 80 en deux volets 81 et 82. Les extensions latérales 80 sont raccordées aux prolongements 78 par l'intermédiaire de lignes de pliage 83 ; les deux volets 81 et 82 sont séparés par une ligne de pliage 84 parallèle à la ligne de pliage 83.
Entre les extensions latérales 80, les prolongements 78 comportent un volet partiellement découpé 86, raccordé aux parois longitudinales 73 par l'intermédiaire d'une ligne de pliage 87. Cette ligne de pliage 87 est située sur le pont de pliage 79. Les volets 86 sont délimités par deux lignes de coupe 88 qui s'étendent à partir des extrémités de la ligne de pliage 87, perpendiculairement à cette dernière. Les lignes de coupe 88 s'étendent sur toute la hauteur des prolongements 78 ; elles sont parallèles entre elles et parallèles aux lignes de pliage 83 qui relient les prolongements 78 à leurs extensions latérales 80.
D'autre part, chaque volet 86 est séparé en trois tronçons juxtaposés 90, 91 et 92 au moyen de deux lignes de pliage internes 93 et 94 qui s'étendent parallèlement à la ligne de pliage 87.
La mise en volume du flan de carton 70 est réalisée en dressant les parois latérales 72 et 73 perpendiculairement au fond 71 et en solidarisant les extensions latérales 74 avec la face interne des petites parois d'extrémités 72. De préférence, les extensions latérales 74 sont pliées pour former des poutres à section transversale triangulaire au niveau des angles du plateau.

Les prolongements 78 sont rabattus intérieurement et ils sont solidarisés avec la face interne des parois longitudinales 73 de part et d'autre du volet 86. Le premier volet 81 des extensions latérales 80 est placé en biais et solidarisé avec le second volet 76 des extensions 74 ; d'autre part, la face interne des volets 82 est solidarisée avec la face interne des petites parois d'extrémités 72.
Dans la partie centrale des prolongements de doublage 78, les volets 86 sont mis en volume pour former des poteaux horizontaux 95 à section transversale triangulaire. Leur volet 90 qui est solidaire des parois longitudinales 73 s'étend en saillie vers l'intérieur du plateau ; il est disposé sensiblement parallèlement au fond 71. Le second volet 91 sert d'élément de soutien ou de contreventement et le troisième volet 92 est solidarisé avec la face interne de la paroi longitudinale 73 pour assurer le maintien du volume.
On obtient le plateau monté représenté sur la figure 8 avec les renforts d'angles et les poteaux horizontaux 95 qui servent de renfort et/ou de support pour un second plateau directement superposé. La longueur du volet 86 «pris» sur le prolongement 78 est fonction de la surface d'assise désirée pour le plateau supérieur et de la résistance verticale souhaitée.
Les poteaux horizontaux 95 peuvent prendre n'importe quelle position entre les lignes de pliage 83 qui raccordent les prolongements 78 et leurs extensions latérales 80. Egalement, plusieurs poteaux 95 peuvent être aménagés sur chaque paroi longitudinale 73.
Pour ce dernier mode de réalisation, on peut également prévoir des tenons 96, 97 et/ou des cornières 98, 99 de gerbage permettant de stabiliser les empilements. Ces tenons ou cornières, représentés en pointillés figure 8, peuvent être pris dans l'épaisseur du pont de pliage 79 ; les tenons peuvent aussi être prélevés sur les tronçons 90 des volets partiellement découpés 86.
Des combinaisons de gerbage identiques ou similaires à celles représentées sur les figures 4 à 6 peuvent être envisagées. Des découpes 100 représentées en pointillés figure 8, peuvent être aménagées dans le fond 71 pour permettre l'encastrement des cornières d'angles de plateaux sous-jacents.