بعض محتويات هذا التطبيق غير متوفرة في الوقت الحالي.
إذا استمرت هذه الحالة ، يرجى الاتصال بنا علىتعليق وإتصال
1. (WO2019048767) PROCESS FOR MANUFACTURING AN LED-BASED EMISSIVE DISPLAY DEVICE
ملاحظة: نص مبني على عمليات التَعرف الضوئي على الحروف. الرجاء إستخدام صيغ PDF لقيمتها القانونية

PROCEDE DE FABRICATION D ' UN DISPOSITIF D ' AFFICHAGE EMISSIF A LED

La présente demande de brevet revendique la priorité de la demande de brevet français FR17/58189 qui sera considérée comme faisant partie intégrante de la présente description.

Domaine

La présente demande concerne la réalisation d'un dispositif d'affichage d'images émissif à diodes électroluminescentes (LED) , par exemple un écran de télévision, d'ordinateur, de smartphone, de tablette numérique, etc.

Exposé de 1 ' art antérieur

II a déjà été proposé, dans la demande de brevet français n°1561421 (DD16594) déposée le 26 novembre 2015 par le demandeur, un dispositif d'affichage d'images comportant une pluralité de puces électroniques élémentaires disposées en matrice sur une même dalle de support. Dans ce dispositif, chaque puce comporte un empilement d'une LED et d'un circuit de commande de la LED, et correspond à un pixel du dispositif. Les puces sont solidaires de la dalle de support et sont connectées à des éléments de connexion électrique de la dalle de support pour leur commande. Dans chaque puce, la LED est formée dans un empilement de couches semiconductrices inorganiques, aussi appelé empilement de LED, par exemple des couches d'un ou plusieurs matériaux semiconducteurs de type III-V, et le circuit de commande est formé dans et sur un substrat de silicium. Le circuit de commande est accolé à une face de l'empilement de LED, la puce étant en contact mécanique et électrique avec la dalle de support par la face du circuit de commande opposée à l'empilement de couches semiconductrices inorganiques .

Il a en outre été proposé, dans la demande de brevet français n°1752953 (DD17709/B15698) déposée le 5 avril 2017 par le demandeur, un dispositif d'affichage du même type, mais dans lequel chaque puce élémentaire comporte une pluralité de LED, le circuit de commande de la puce étant adapté à commander individuellement les différentes LED de la puce.

En particulier, l'une des applications visées par la demande de brevet français n°1752953 (DD17709/B15698) concerne un dispositif d'affichage d'images dit multi-vues, c'est-à-dire dans lequel chaque image à afficher est divisée en une pluralité de macropixels, chaque macropixel comportant une pluralité de pixels correspondant à des vues différentes de la scène que l'on souhaite reproduire. A titre d'exemple, les différents pixels d'un même macropixel correspondent à une même position de pixel respectivement dans différentes images d'une même scène, prises sous des angles de vue différents. Un dispositif d'affichage multi-vues peut par exemple être utilisé dans des applications dans lesquelles on souhaite donner à l'utilisateur une impression de visualisation en trois dimensions.

Dans les dispositifs d'affichage d'images multi-vues décrits dans la demande de brevet français n°1752953 (DD17709/B15698) , chaque puce élémentaire correspond à un macropixel du dispositif, comprenant n pixels PI, P2, ... Pn destinés à afficher respectivement un même pixel de n images différentes, correspondant par exemple à n vues différentes d'une même scène, où n est un entier supérieur à 1. Chaque pixel Pi du macropixel, avec i entier allant de 1 à n, peut comprendre plusieurs sous-pixels adaptés à émettre dans des gammes de longueurs d'ondes distinctes, de façon à permettre l'affichage d'images couleur. Ainsi, chaque puce comprend n*m LED, où m est un entier supérieur ou égal à 1 désignant le nombre de sous-pixels par pixel, par exemple égal à trois pour des pixels RGB.

Dans un tel dispositif d'affichage d'images multi-vues, chaque puce élémentaire est en outre surmontée (du côté de la puce opposé à la dalle de support, c'est-à-dire côté LED) , d'une lentille adaptée à réaliser la séparation angulaire des faisceaux correspondant aux différents pixels du macropixel, de façon que l'utilisateur perçoive des vues différentes de la scène lorsque son oeil se déplace parallèlement au dispositif d'affichage.

On s'intéresse ici plus particulièrement à la fabrication d'un dispositif d'affichage multi-vues.

Résumé

Ainsi, un mode de réalisation prévoit un procédé de fabrication d'un dispositif d'affichage à LED, comportant les étapes successives suivantes :

a) reporter, sur une face plane d'une plaque de support en un matériau transparent dont l'autre face est structurée et définit une pluralité de microlentilles, une pluralité de puces semiconductrices comprenant chacune au moins une LED ; et

b) former un réseau de pistes conductrices d'interconnexion contactant les puces par leur face opposée à la plaque de support.

Selon un mode de réalisation, pendant l'étape a), la plaque de support est éclairée au moyen d'une source lumineuse disposée du côté de sa face structurée, de façon à générer sur sa face plane un motif lumineux utilisé comme marque d'alignement pour le positionnement des puces sur la plaque de support.

Selon un mode de réalisation, le procédé comprend en outre, entre l'étape a) et l'étape b) , une étape c) de dépôt d'une couche de résine opaque entre les puces du dispositif.

Selon un mode de réalisation, la couche est une couche de résine photosensible négative, l'étape c) comprenant les étapes successives suivantes :

déposer la couche entre les puces et sur la face des puces opposée à la plaque de support ;

insoler la couche au travers de la plaque de support, les puces servant de masque lors de l'étape d'insolation ; et développer la résine photosensible.

Selon un mode de réalisation, l'étape c) comprend en outre une étape de recuit de la couche entre l'étape d'insolation et l'étape de développement.

Selon un mode de réalisation, chaque puce comprend un empilement de couches semiconductrices inorganiques dans lequel est formée la LED, et un circuit de commande de la LED formé dans et sur un substrat semiconducteur, le circuit de commande étant accolé à une face de l'empilement, et chaque puce étant disposée de façon que la face de l'empilement opposée au circuit de commande soit tournée vers la plaque de support.

Selon un mode de réalisation, chaque puce comprend une pluralité de LED formées dans l'empilement, le circuit de commande étant adapté à commander individuellement les différentes LED de la puce.

Selon un mode de réalisation, dans chaque puce, le circuit de commande comprend une pluralité de bornes de connexion électrique disposées sur la face du circuit de commande opposée à 1 ' empilement .

Selon un mode de réalisation, le réseau de pistes conductrices d'interconnexion est en contact avec les bornes de connexion électrique.

Selon un mode de réalisation, le réseau de pistes conductrices d'interconnexion est formé par impression d'un premier niveau conducteur, suivi d'un niveau isolant, suivi d'un deuxième niveau conducteur.

Un autre mode de réalisation prévoit un dispositif d'affichage à LED, comportant :

une plaque de support en un matériau transparent dont une face est plane et dont 1 ' autre face est structurée et définit une pluralité de microlentilles ;

une pluralité de puces semiconductrices comprenant chacune au moins une LED, disposées sur la face plane de la plaque de support ; et

un réseau de pistes conductrices d'interconnexion contactant les puces par leur face opposée à la plaque de support.

Selon un mode de réalisation, chaque puce comprend un empilement de couches semiconductrices inorganiques dans lequel est formée la LED, et un circuit de commande de la LED formé dans et sur un substrat semiconducteur, le circuit de commande étant accolé à une face de l'empilement, et chaque puce étant disposée de façon que la face de l'empilement opposée au circuit de commande soit tournée vers la plaque de support.

Brève description des dessins

Ces caractéristiques et leurs avantages, ainsi que d'autres, seront exposés en détail dans la description suivante de modes de réalisation particuliers faite à titre non limitatif en relation avec les figures jointes parmi lesquelles :

les figures 1A, 1B et 1C sont des vues en coupe illustrant de façon schématique des étapes d'un exemple d'un procédé de fabrication d'un dispositif d'affichage émissif à LED multi-vues selon un mode de réalisation ;

la figure 2 est un schéma électrique des circuits d'un exemple d'une puce élémentaire d'un dispositif d'affichage émissif à LED multi-vues selon un mode de réalisation ;

la figure 3A, 3B et 3C sont des vues schématiques respectivement de dessus, en coupe et de dessous d'un exemple d'une puce élémentaire d'un dispositif d'affichage émissif à LED multi-vues selon un mode de réalisation ;

la figure 3D est une vue en perspective illustrant schématiquement un exemple de réalisation d'une plaque de support d'un dispositif d'affichage émissif à LED multi-vues selon un mode de réalisation ;

la figure 4 est une vue de dessus schématique et partielle d'un exemple d'un dispositif d'affichage émissif à LED multi-vues selon un mode de réalisation ; et

la figure 5 est une vue de dessus schématique et partielle d'une variante de réalisation du dispositif de la figure 4.

Description détaillée

De mêmes éléments ont été désignés par de mêmes références dans les différentes figures et, de plus, les diverses figures ne sont pas tracées à l'échelle. Par souci de clarté, seuls les éléments utiles à la compréhension des modes de réalisation décrits ont été représentés et sont détaillés. En particulier, la réalisation des puces élémentaires des dispositifs d'affichage décrits n'a pas été détaillée, les modes de réalisation décrits étant compatibles avec les réalisations usuelles de telles puces. A titre d'exemple, les puces élémentaires peuvent être fabriquées selon des procédés identiques ou similaires à ceux décrits dans les demandes de brevet français n°1561421 (DD16594) et n°1752953 (DD17709/B15698) susmentionnée. Dans la description qui suit, lorsque l'on fait référence à des qualificatifs de position relative, tels que les termes "dessus", "dessous", "supérieur", "inférieur", etc., ou à des qualificatifs d'orientation, tels que les termes "horizontal", "vertical", etc., il est fait référence à l'orientation des vues en coupe des figures, étant entendu que, dans la pratique, les dispositifs décrits peuvent être orientés différemment. Sauf précision contraire, les expressions "approximativement", "sensiblement", et "de l'ordre de" signifient à 10 % près, de préférence à 5 % près, où, lorsqu'ils se rapportent à des dimensions ou orientations angulaires, à 10 degrés près, de préférence à 5 degrés près.

Selon un aspect d'un mode de réalisation, on prévoit un procédé de fabrication d'un dispositif d'affichage multi-vues dans lequel, plutôt que de reporter les puces élémentaires correspondant aux macropixels du dispositif sur une dalle de support comprenant des éléments de connexion électrique, puis de disposer des microlentilles au-dessus des macropixels, on vient reporter les puces élémentaires directement sur une plaque de support transparente intégrant des microlentilles, puis on réalise des éléments de connexion électrique contactant les puces par leur face opposée à la plaque de support. Autrement dit, on se sert ici de la plaque de microlentilles comme support pour les puces élémentaires et pour les éléments de connexion électrique du dispositif d'affichage, ce qui permet de se passer d'une dalle de support spécifiquement prévue à cet effet. On peut ainsi réaliser un dispositif d'affichage particulièrement mince (éventuellement flexible) et peu coûteux.

Les figures 1A, 1B et 1C sont des vues en coupe illustrant de façon schématique des étapes successives d'un exemple d'un procédé de fabrication d'un dispositif d'affichage émissif à LED multi-vues selon un mode de réalisation.

La figure 1A illustre une étape de report des puces élémentaires 100 du dispositif d'affichage sur une plaque de support 150.

Chaque puce élémentaire 100 comprend un empilement 101 de couches semiconductrices inorganiques, aussi appelé empilement de LED, par exemple des couches d'un ou plusieurs matériaux semiconducteurs de type III-V, par exemple des couches de nitrure de gallium. Chaque puce 100 comprend une pluralité de LED (non détaillées sur les figures 1A à 1C) formées dans l'empilement 101, correspondant respectivement aux différents sous-pixels du macropixel. Chaque puce 100 comprend en outre, accolé à une face de l'empilement de LED 101, un circuit de commande 103 formé dans et sur un substrat semiconducteur, par exemple en silicium. Le circuit de commande 103 est connecté électriquement à l'empilement de LED 101, et est adapté à commander individuellement les différentes LED de l'empilement de LED 101. La face de l'empilement de LED 101 opposée au circuit de commande 103 définit la face d'émission lumineuse de la puce. La face du circuit de commande 103 opposée à l'empilement de LED 101 définit la face de connexion électrique de la puce, et comprend une pluralité de bornes de connexion (non détaillées sur les figures 1A à 1C) de la puce à un dispositif extérieur.

La plaque de support 150 est une plaque en un matériau transparent, par exemple du verre ou du plastique, dont une face 150a (la face supérieure dans l'exemple représenté) est sensiblement plane, et dont une face 150b (la face inférieure dans l'exemple représenté) opposée à la face 150a présente des structurations, par exemple de forme convexe, définissant une pluralité de microlentilles

Les puces élémentaires 100 sont reportées sur la plaque de support 150, du côté de sa face plane 150a, de façon que la face d'émission lumineuse de chaque puce 100 soit tournée vers la plaque de support. Une couche de colle transparente (non détaillée sur les figures) peut être prévue à l'interface entre la face d'émission lumineuse de chaque puce 100 et la face plane 150a de la plaque de support 150, pour fixer les puces sur la plaque de support .

A l'étape de la figure 1A, les puces élémentaires 100 doivent de préférence être positionnées selon un alignement relativement précis par rapport aux axes optiques des microlentilles formées dans la plaque support 150. Pour réaliser cet alignement, on peut prévoir, pendant l'étape de report des puces 100 sur la plaque de support 150, d'éclairer la plaque 150 au moyen d'une source lumineuse (non visible sur la figure) disposée du côté de sa face 150b, de façon à générer sur la face 150a de la plaque 150 un motif lumineux pouvant servant de marque d'alignement pour le positionnement des puces 100. A titre d'exemple, la source lumineuse est une source ponctuelle, par exemple positionnée en vis-à-vis du centre de la plaque de support 150, à une distance de la plaque de support 150 correspondant à la distance nominale de visualisation du dispositif. La lumière est alors focalisée par les microlentilles, générant sur la face 150a de la plaque 150 un motif lumineux pouvant servir de marque d'alignement pour le positionnement des puces 100. Plus généralement, toute autre méthode d'alignement connue pourra être utilisée lors de cette étape.

La figure 1B illustre une étape optionnelle de dépôt d'une couche 121 de résine opaque, par exemple une couche de résine noire, entre les puces élémentaires 100 du dispositif d'affichage, notamment pour éviter des réflexions parasites de lumière provenant de l'extérieur du dispositif d'affichage, sur les pistes conductrices d'interconnexion qui seront disposées ultérieurement (étape de la figure 1C) du côté des puces 100 opposé à la plaque de support 150. La prévision d'une couche 121 en résine noire permet en particulier d'augmenter le contraste lorsque le dispositif d'affichage est utilisé avec une lumière ambiante non nulle.

A titre d'exemple, la couche 121 est une couche de résine photosensible négative. La couche 121 est par exemple déposée sur toute la surface supérieure de l'assemblage obtenu à l'issue de l'étape de la figure 1A, c'est-à-dire sur la face de connexion des puces 100, ainsi que sur la face 150a de la plaque de support 150 entre les puces 100. La couche 121 est ensuite insolée au travers des microlentilles, c'est-à-dire au moyen d'une source d'irradiation disposée du côté de la face 150b de la plaque de support 150, par exemple une source diffuse étendue. Les puces élémentaires 100 servent de masque lors de l'étape d'insolation. Autrement dit, l'étape d'insolation conduit à initier la polymérisation de la résine dans les zones de la couche 121 situées entre les puces élémentaires 100 du dispositif (et donc non masquées par les puces élémentaires 100), mais pas dans les zones de la couche 121 surmontant les puces élémentaires 100 (et donc masquées par les puces élémentaires 100). Après l'étape d'insolation, un recuit peut être prévu pour augmenter la polymérisation de la résine dans les zones insolées . Une étape de développement peut ensuite être prévue pour retirer la résine dans les zones où elle n'a pas été polymérisée, tout en la conservant dans les zones polymérisées . Autrement dit, la couche 121 est conservée entre les puces élémentaires 100 du dispositif, mais retirée au-dessus des puces élémentaires de façon à libérer l'accès à la face de connexion de chaque puce.

La figure 1C illustre une étape de formation d'un réseau 130 de pistes conductrices d'interconnexion sur la face supérieure du dispositif obtenu à l'issue des étapes des figures 1A et 1B, c'est-à-dire du côté des puces 100 opposé à la plaque de support 150. Le réseau d'interconnexion 130 connecte les puces élémentaires 100 du dispositif d'affichage entre elles et à un circuit de commande externe (non représenté) . Le réseau d'interconnexion 130 comprend une alternance de niveaux conducteurs et isolants (non détaillés sur la figure 1C) , par exemple au moins deux niveaux conducteurs séparés par un niveau isolant, formés par un procédé d'impression de type impression jet d'encre, sérigraphie, rotogravure, ou par toute autre méthode adaptée .

Les figures 2, 3A à 3C et 4 illustrent des exemples de réalisation des puces élémentaires 100 et du réseau d'interconnexion 130 du dispositif d'affichage.

La figure 2 est un schéma électrique simplifié des circuits d'un exemple d'une puce élémentaire 100 d'un dispositif d'affichage émissif à LED multi-vues selon un mode de réalisation.

Dans cet exemple, chaque puce élémentaire 100 correspond à un macropixel du dispositif, comprenant n pixels PI, P2, ... Pn, chaque pixel Pi comprenant trois sous-pixels SPr, SPg et SP^ adaptés à émettre respectivement de la lumière rouge, de la lumière verte et de la lumière bleue.

Pour chaque sous-pixel SPr, SPg, SP^, la puce 100 comprend une LED 120r, respectivement 120g, respectivement 120^, formée dans l'empilement de LED 101 de la puce. Les LED 120r 120g et 120]3 sont par exemple des LED de natures distinctes adaptées à émettre de la lumière dans des gammes de longueurs d'ondes distinctes. A titre de variante, les LED 120r 120g et 120^ sont de même nature et émettent dans la même gamme de longueurs d'onde, mais sont surmontées de filtres ou d'élément de conversion photoluminescents de natures distinctes de façon que les pixels SPr, SPg et SP]3 émettent dans des gammes de longueurs d'onde distinctes.

La puce 100 comprend en outre un circuit de commande 103 adapté à commander individuellement 1 ' intensité du rayonnement lumineux émis par chacune des LED de la puce. Dans cet exemple, le circuit de commande 103 comprend quatre bornes de connexion à l'extérieur Vp, Vn, Vsel, et Vdata, disposées sur la face de connexion de la puce, c'est-à-dire sur la face du circuit de commande 103 opposée à l'empilement de LED 101. Par souci de simplification, les signaux électriques appliqués sur les bornes de connexion des puces sont désignés par les mêmes références que les bornes elles-mêmes. Les bornes Vp et Vn sont destinées à recevoir respectivement un potentiel d'alimentation bas Vp (par exemple la masse) et un potentiel d'alimentation haut (c'est-à-dire supérieur au potentiel d'alimentation bas) Vn de la puce. Les bornes Vsel et Vdata sont destinées à recevoir des signaux de commande de la puce. Plus particulièrement, le signal Vsel est un signal de sélection de la puce, et le signal Vdata est un signal de réglage des niveaux de luminosité des différentes LED de la puce .

Dans cet exemple, et comme cela a été décrit dans la demande de brevet français n°1752953 (DD17709/B15698) susmentionnée, lors d'une phase de mise à jour des n*m sous-pixels de la puce (m=3 dans cet exemple) , les n*m signaux individuels de réglages des n*m LED de la puce sont multiplexés temporellement sur la borne Vdata. Autrement dit, chaque puce 100 comprend une unique borne de connexion à l'extérieur pour recevoir les n*m signaux individuels de réglage de luminosité des différentes LED de la puce. Ainsi, dans l'exemple de la figure 2, chaque puce élémentaire 100 comprend seulement quatre bornes de connexion à l'extérieur, c'est-à-dire pas plus que dans une puce élémentaire du type décrit dans la demande de brevet français n° 1561421

(DD16594) susmentionnée, comprenant une seule LED. Ceci permet avantageusement de limiter le nombre et la densité des éléments de connexion électrique à prévoir dans le réseau d'interconnexion 130 (figure 1C) reliant les puces élémentaires 100 à un circuit de commande externe.

Le circuit de commande 103 de la puce est adapté à démultiplexer les signaux reçus sur la borne Vdata et à appliquer à chaque LED de la puce 100 un signal de polarisation fonction du signal de réglage individuel de la LED reçu sur la borne Vdata. Pour cela, le circuit de commande 103 comprend n*m noeuds de sortie reliés respectivement aux régions de contact d'anode des n*m LED de la puce. Plus particulièrement, dans cet exemple, le circuit 103 comprend, pour chaque pixel Pi de la puce, un noeud de sortie outrp-j_ relié à l'anode de la LED 120r du pixel Pi, un noeud de sortie outgpj_ relié à l'anode de la LED 120g du pixel Pi, et un noeud de sortie outbpj_ relié à l'anode de la LED 120^ du pixel Pi. Le circuit 103 est par exemple adapté à fournir à chaque LED de la puce, via son noeud de sortie correspondant, un courant de polarisation fonction du signal de réglage individuel de la LED reçu sur la borne Vdata de la puce. Dans cet exemple, chacune des LED 120r, 120g, 120^ de la puce a sa cathode connectée à la borne Vn.

Le signal de réglage Vdata reçu par la puce 100 peut être un signal analogique ou un signal numérique sérialisé, la réalisation des circuits de décodage (ou démultiplexage) du signal Vdata pouvant être adaptée en conséquence. Pour faciliter le décodage du signal Vdata par le circuit de commande 103, un signal de synchronisation ou un signal d'horloge peut être appliqué sur la borne Vsel de la puce. A titre de variante, la puce peut comprendre une borne de connexion spécifique supplémentaire (non représentée) pour appliquer le signal d'horloge ou de synchronisation .

A titre d'exemple, les puces élémentaires 100 du dispositif d'affichage sont disposées en matrice selon des lignes et des colonnes sur la plaque de support 150 (figures 1A à 1C) . Les puces élémentaires 100 du dispositif sont par exemple commandables simultanément ligne par ligne. Autrement dit, pour chaque ligne de la matrice, les puces de la ligne ont leurs bornes de commande Vsel connectées à une même piste conductrice de commande de ligne du réseau d'interconnexion 130 (figure 1C) , les puces de lignes distinctes ayants leurs bornes de commande Vsel connectées à des pistes conductrices de commande de ligne distinctes du réseau d'interconnexion. De plus, pour chaque colonne de la matrice, les puces de la colonne ont leurs bornes de commande Vdata connectées à une même piste conductrice de commande de colonne du réseau d'interconnexion, les puces de colonnes distinctes ayant leurs bornes de commande Vdata connectées à des pistes conductrices de commande de colonne distinctes du réseau d'interconnexion. Lors de l'affichage d'une image, les macropixels du dispositif peuvent ainsi être rafraîchis simultanément ligne par ligne.

Les figures 3A, 3B et 3C sont des vues schématiques d'une puce élémentaire 100 d'un dispositif d'affichage d'images du type décrit ci-dessus. Dans cet exemple, la puce 100 comprend six pixels PI, P2, P3, P4, P5 et P6 comprenant chacun trois sous-pixels SPr, SPg et SP]3 adaptés à émettre dans trois gammes de longueurs d'ondes distinctes.

La figure 3A est une vue de dessus (côté face d'émission lumineuse) de la puce, la figure 3B est une vue en coupe de la puce selon le plan 3B-3B de la figure 3A, et la figure 3C est une vue de dessous (côté face de connexion) de la puce.

Comme représenté sur la figure 3C, la puce comprend, du côté de la face du circuit de commande 103 opposée à l'empilement de LED 101, une zone de connexion électrique 305 comprenant les quatre bornes de connexion à l'extérieur Vp, Vn, Vsel et Vdata de la puce.

On notera que dans l'exemple représenté, comme cela apparaît sur la figure 3A, les pixels PI, P2, ... Pn de la puce sont disposés en barrette, alignés selon un axe x. Les puces élémentaires sont montées sur la plaque de support 150 (figures 1A à 1C) du dispositif selon un agencement matriciel en lignes et en colonnes, de façon que l'axe x de chaque puce soit sensiblement parallèle aux lignes de la matrice. Dans chaque pixel Pi, les sous-pixels SPr, SPg, SP^ du pixel sont en revanche disposés en barrette, alignés selon un axe y sensiblement orthogonal à l'axe x, et sensiblement parallèle aux colonnes de la matrice de macropixels. En effet, dans un dispositif d'affichage multi-vues, on cherche généralement à ce que l'utilisateur puisse percevoir des vues différentes de la scène lorsque l'oeil de l'observateur se déplace selon une direction parallèle à l'axe des lignes de la matrice (généralement une direction horizontale), et non lorsqu'il se déplace selon une direction parallèle à l'axe des colonnes (généralement une direction verticale) . Dans cet exemple, les microlentilles de la plaque support 150 sont adaptées à réaliser une séparation angulaire, selon l'axe x, des faisceaux correspondant aux différents pixels du macropixel, sans réaliser de séparation angulaire selon l'axe y. A titre d'exemple, les microlentilles ont, vu de face, la forme de bandes sensiblement parallèles aux colonnes de la matrice, chaque bande ayant une section transversale (selon l'axe x) convexe et une section longitudinale (selon l'axe y) sensiblement rectiligne, comme illustré schématiquement sur la vue en perspective de la plaque de support 150 de la figure 3D (voir aussi les axes x et y représentés sur les figures 1A, 1B et 1C) . Un avantage de cette configuration est qu'elle permet d'éviter une séparation angulaire des différentes couleurs d'un même pixel par les microlentilles.

La figure 4 est une vue de dessus d'un exemple d'un dispositif d'affichage émissif à LED multi-vues du type décrit ci-dessus, illustrant plus particulièrement un exemple de réalisation du réseau d'interconnexion 130 (figure 1C) du dispositif d'affichage.

Sur la figure 4, seule une portion du dispositif d'affichage, correspondant à une sous-matrice de trois lignes par deux colonnes du dispositif (soit 3*2=6 puces élémentaires, c'est-à-dire 6 macropixels, soit 6*n pixels donc 6*n*m sous-pixels) , a été représentée. Pour plus de clarté, seul le réseau d'interconnexion 130, ainsi que les bornes de connexion électrique Vp, Vn, Vsel et Vdata de chaque puce élémentaire 100, ont été détaillés sur la figure 4. En particulier, le contour des puces 100, la couche de résine opaque 121 et la plaque de support 150 du dispositif ne sont pas visibles sur la figure 4.

Le réseau d'interconnexion 130 comprend des éléments de connexion électrique, et en particulier des pistes conductrices, formés sur la face supérieure de l'assemblage obtenu à l'issue des étapes des figures 1A et 1B. Ces éléments de connexion électrique sont formés par dépôt d'une succession de niveaux conducteurs et isolants sur la face supérieure de l'assemblage. Les éléments de connexion électrique sont par exemple formés par un procédé d'impression de type impression jet d'encre, sérigraphie, rotogravure, ou par toute autre méthode d'impression adaptée .

Des circuits actifs (non représentés) de commande du dispositif d'affichage, adaptés à alimenter et commander les puces élémentaires du dispositif par l'intermédiaire des éléments de connexion électrique du réseau d'interconnexion 130, sont par exemple connectés aux éléments de connexion électrique du réseau d'interconnexion 130 à la périphérie du dispositif d'affichage.

Dans l'exemple représenté, la fabrication du réseau d'interconnexion 130 comprend les trois étapes successives d'impression suivantes.

Lors d'une première étape d'impression, on imprime, sur la face supérieure du dispositif obtenu à l'issue des étapes des figures 1A et 1B, une pluralité de pistes conductrices sensiblement parallèles à la direction des lignes du dispositif d'affichage. Plus particulièrement, dans cet exemple, lors de la première étape d'impression, on imprime, pour chaque ligne du dispositif d'affichage, deux pistes conductrices Ll et L2 s 'étendant sur sensiblement toute la longueur des lignes du dispositif d'affichage. Les pistes Ll sont destinées à véhiculer les signaux de commande Vsel des différentes lignes de macropixels du dispositif. Les pistes L2 sont destinées à distribuer le potentiel d'alimentation bas Vn du dispositif. Les éléments conducteurs imprimés lors de cette première étape d'impression définissent un premier niveau conducteur Ml du réseau d' interconnexion .

Lors d'une deuxième étape d'impression, on recouvre certaines portions des pistes conductrices Ll et L2 d'un matériau isolant 401, de façon à permettre l'impression ultérieure de pistes conductrices s 'étendant au-dessus des pistes Ll et L2, sans créer de court-circuit avec les pistes Ll et L2.

Lors d'une troisième étape d'impression, on imprime sur la face supérieure de l'assemblage une pluralité de pistes conductrices sensiblement parallèles à la direction des colonnes du dispositif d'affichage. Plus particulièrement, dans cet exemple, lors de la troisième étape d'impression, on imprime, pour chaque colonne du dispositif d'affichage, deux pistes conductrices Cl et C2 s 'étendant sur sensiblement toute la longueur des colonnes du dispositif d'affichage. Les pistes Cl sont destinées à véhiculer les signaux de commande Vdata des différentes colonnes de pixels ou de macropixels du dispositif. Les pistes C2 sont destinées à distribuer le potentiel d'alimentation haut Vp du dispositif. Les pistes conductrices Cl et C2 sont isolées des pistes conductrices Ll et L2 par les régions isolantes 401 formées à l'étape précédente.

Lors de la troisième étape d'impression, sont en outre imprimées, pour chaque puce élémentaire 100 du dispositif, quatre portions de pistes conductrices RI, R2, R3 et R4 reliant respectivement la borne Vsel de la puce à la piste conductrice Ll de la ligne comprenant la puce, la borne Vp de la puce à la piste conductrice C2 de la colonne comprenant la puce, la borne Vp de la puce à la piste conductrice L2 de la ligne comprenant la puce, et la borne Vdata de la puce à la piste conductrice Cl de la colonne comprenant la puce.

A titre de variante, et selon l'agencement des bornes de connexion électrique Vsel, Vp, Vdata et Vn des puces élémentaires, les pistes conductrices Cl et C2 peuvent passer directement sur et en contact avec les bornes de connexion Vdata et Vp respectivement, auquel cas les portions de pistes conductrices R2 et R4 peuvent être omises .

Les pistes et portions de pistes conductrices imprimées lors de la troisième étape définissent un deuxième niveau conducteur M2 du réseau d'interconnexion.

Un avantage du réseau d'interconnexion 130 décrit en relation avec la figure 4 est que toutes les pistes ou portions de pistes conductrices connectées directement aux bornes de connexion des puces élémentaires (les éléments RI, R2, R3 et R4 dans l'exemple représenté) sont formées dans un même niveau conducteur, lors d'une même étape d'impression, ce qui permet un positionnement relativement précis de ces éléments de connexion les uns par rapport aux autres. En effet, la résolution d'impression des motifs conducteurs lors d'une même étape d'impression est relativement élevée, tandis qu'il peut exister une erreur d'alignement relativement importante entre des motifs conducteurs formés lors d'étapes d'impression différentes. A titre d'exemple, un réseau d'interconnexion du type décrit en relation avec la figure 4 est compatible avec une distance minimale de l'ordre de 20 ym entre deux bornes de contact d'une même puce élémentaire, ce qui est tout à fait satisfaisant compte tenu des dimensions relativement importantes, typiquement de plusieurs centaines de micromètres, des puces élémentaires.

La figure 5 est une vue de dessus d'une variante de réalisation du dispositif de la figure 4.

Sur la figure 5, seule une portion du dispositif d'affichage, correspondant à un unique macropixel du dispositif, a été représentée. Pour plus de clarté, seul le réseau d'interconnexion 130, ainsi que les bornes de connexion électrique Vp, Vn, Vsel et Vdata de chaque puce élémentaire 100, ont été détaillés sur la figure 5.

La variante de la figure 5 diffère de l'exemple de la figure 4 principalement en ce que, dans cette variante, les bornes de contact Vdata, Vsel, Vp et Vn de chaque puce élémentaire sont alignées, ce qui permet, dans le cas d'une technologie d'impression à rouleau, de bénéficier de la résolution maximale de la technique d'impression dans la mesure où, dans la zone critique d'impression (la zone de reprise de contact), les motifs conducteurs imprimés sont des lignes parallèles orientées selon l'axe d'impression (l'axe y dans l'exemple représenté).

Des modes de réalisation particuliers ont été décrits. Diverses variantes et modifications apparaîtront à l'homme de l'art. En particulier, bien que l'on ait décrit uniquement des exemples de réalisation dans lesquels chaque puce élémentaire du dispositif d'affichage comprend quatre bornes de connexion à l'extérieur, le procédé décrit en relation avec les figures 1A à 1C peut être adapté à la fabrication d'un dispositif d'affichage dans lequel chaque puce élémentaire comprend un nombre de bornes de connexion à l'extérieur différent de quatre.

De plus, les modes de réalisation décrits ne se limitent pas aux exemples décrits ci-dessus dans lequel chaque pixel d'un macropixel comprend plusieurs sous-pixels adaptés à émettre dans des gammes de longueurs d'ondes distinctes. A titre de variante, les exemples décrits ci-dessus peuvent être adaptés au cas où les pixels PI, P2, ... Pn de chaque puce élémentaire 100 du dispositif sont des pixels monochromatiques, par exemple comportant une seule LED.

En outre, bien que l'on ait décrit uniquement des exemples d'application du procédé des figures 1A à 1C à la fabrication d'un dispositif d'affichage multi-vues, les modes de réalisation ne se limitent pas à cette application particulière.

Plus généralement, le procédé des figures 1A à 1C peut être adapté à la réalisation de tout dispositif d'affichage émissif à LED dans lequel on souhaite disposer des microlentilles en vis-à-vis des puces élémentaires du dispositif.

A titre d'exemple, chaque puce élémentaire du dispositif d'affichage peut correspondre à un pixel unique, par exemple un pixel monochromatique (la puce comprenant alors une unique LED) , ou un pixel couleur (la puce comprenant alors plusieurs sous-pixels comprenant chacun une LED) . Dans ce cas, les microlentilles de la plaque de support 150 ont par exemple pour fonction d'augmenter la directivité du dispositif d'affichage, et non plus d'assurer une séparation angulaire des différents faisceaux émis par chaque puce.

On notera de plus que dans les exemples des figures 4 et 5, l'agencement ligne/colonne des connexions aux bornes Vsel, Vn, Vp et Vdata des puces élémentaires peut être différent de ce qui a été représenté.