قيد المعالجة

الرجاء الانتظار...

الإعدادات

الإعدادات

1. WO1989000386 - SHOE COUNTER PROTECTOR, PARTICULARLY FOR HEEL SHOES

ملاحظة:نص مبني على العمليات الآلية للتعرف الضوئي على الحروف. الرجاء استخدام إصدار PDF لقيمته القانونية

PROTEGE-CONTREFORTS DE CHAUSSURES,
NOTAMMENT DE CHAUSSURES A TALONS
La présente invention est relative à un protège- contrefort de chaussures, notamment de chaussures à talons pour dames, et plus particulièrement de chaussures à talons portées par les conductrices d'automobiles.
On connaît un protège-contrefort en matière plastique qui ne présente qu'une sangle de fixation autour d'une cheville d'une conductrice d'automobile et qui est donc supporté de façon déséquilibrée par le contrefort.
Une autre réalisation connue,en matière plastique relativement rigide, ne présente aucun moyen d'attache et est destinée à être fixée à un contrefort par déformation élastique, le maintien en position étant assuré par serrage du contrefort. Ceci comporte, d'une part, le risque d'abîmer la chaussure et, d'autre part, le risque d'un jeu indésirable par rapport au contrefort.
De plus, à cause du montage par dilatation manuelle et serrage élastique consécutif des ailes de ce deuxième protège-contrefort, celui-ci n'est pas facile à monter et, au demeurant, crée une sensation désagréable de serrage du pied de la conductrice.
La présente invention a pour but d'améliorer la réalisation et les performances des protège-contreforts connus, tout en permettant une meilleure adaptation sur le contrefort et la partie supérieure du talon.
La présente invention a pour objet un protège-contrefort de chaussure, réalisé sous la forme d'une enveloppe concave délimitée par un bord supérieur, deux bords latéraux et un bord inférieur et formant une pièce unique venue de moulage comportant une partie supérieure et une partie inférieure, caractérisé en ce que le protège-contrefort est pourvu d'au moins un méplat ménaqé sensiblement dans la zone de transition entre la partie supérieure et la partie inférieure du protège-contrefort.
L'existence du méplat selon l'invention permet d'éliminer une zone vide qui - bien que faible - existe normalement entre les protège-contreforts de l'Art antérieur et les contrefots des chaussures auxquels ils s'appliquent. Ceci a comme résultat une meilleure perception (ou sensibilité) du contact avec le plancher de la voiture automobile, l'absence de cette perception - propre aux protège-contreforts de l'Art antérieur-étant préjudiciable pour la benne conduite de la part des conductrices d'automobiles

Selon un mode de réalisation préféré du pretège- centrefort conforme à la présente invention, son bord supérieur est pourvu de deux crochets propres à s'appliquer par chevauchement sur le bord supérieur du contrefort.
Selon un autre mode de réalisation avantageux du protège-contrefort conforme à l'invention, son bord supérieur est pourvu d'une entaille axiale d'ajustement du protέge-ccntrefort aux différentes largeurs du contrefort.
Selon un autre mode de réalisation avantageux du protège-contrefort conforme à la présente invention, le méplat est ménagé également sensiblement dans la zone axiale du protège-contrefort.
Selon un autre mode de réalisation avantageux du protège-contrefort conforme à la présente invention, le méplat est ménagé également sensiblement dans la zone axiale du protège-centrefort.
Selon un autre mode de réalisation avantageux du protège-contrefort conforme à la présente invention, la hauteur du méplat est sensiblement comprise entre un quart et un sixième de la hauteur totale du protège-contrefort.
Selon encore un autre mode de réalisation avantageux du protège-contrefort conforme à la présente invention, la longueur du méplat est sensiblement comprise entre un tiers et un quart de la longueur transversale du protège-contrefort, dans la zone de transition entre la partie supérieure et la partie inférieure du protège-contrefort.
Selon une modalité avantageuse de l'objet de l'invention, une lanière de fixation temporaire en partie inférieure du pretège-centrefort est pourvue sur sa face interne, du côté de son extrémité libre, d'une bande d'accrochage du type "VELCRO" apte à coopérer avec une languette d'adhésion correspondante fixée en bordure du segment du bord inférieur du protège-contrefort, adjacent au bord latéral opposé à celui au voisinage duquel est fixée la lanière.
Selon une autre modalité avantageuse de l'invention, la lanière de fixation temporaire est réalisée en une seule pièce avec le protège-contrefort.
Selon encore une autre modalité avantageuse de l'invention, la lanière de fixation,qui est réalisée en ruban de caoutchouc élastique, est fixée de façon amovible, à ses deux extrémités, à la paroi inférieure du prctège-ccntre- fort, à l'aide de tétons portés par le protège-contrefort.
Egalement conformément à l'invention, les segments du bord inférieur du protège-contrefort adjacents aux bords latéraux de celui-ci font, avec le bord latéral correspondant , un angle qui peut être un angle droit ou un angle légèrement obtus.
Outre les dispositions qui précèdent, l'invention comprend encore d'autres dispositions, qui ressortiront de la description qui va suivre .
L ' invention sera mieux comprise à l'aide du complément de description qui va suivre, qui se réfère au dessin annexé dans lequel :
- la figure 1 est une vue de profil, et
- la figure 2 est une vue de la face externe du protège- contrefort conforme à la présente invention.
Il doit être bien entendu, toutefois, que ce dessin et les parties descriptives correspondantes sont donnés uniquement à titre d'illustration de l'objet de l'invention, dont ils ne constituent en aucune manière une limitation.
Le protège-contrefort conforme à la présente invention est moulé, de préférence par moulage par injection, ou par compression, en une seule pièce en un matériau à la fois souple et non déformable, tel qu' une matière plastique appropriée, au un élastomère synthétique ou naturel, tel que caoutchoue.
Il présente la forme d'une enveloppe concave I' dont la concavité est destinée à envelopper et à protéger un contrefort de chaussure et au moins la partie supérieure du talon adjacent.
L'enveloppe l' est délimitée, extérieurement à sa partie supérieure A', par une ligne de "dos" 15 sensiblement rectiligne, légèrement inclinée sur la verticale pour être "rentrante" en direction du haut, tandis que sa partie inférieure B' présente une ligne de "dos" 16
d'orientation également "rentrante" en direction du haut. Les lignes de dos 15 et 16 forment entre elles un angle obtus α, mais sans se rejoindre, étant séparées par un méplat 17.
De façon plus précise, vu de profil, le protège-contrefort présente une orientation sensiblement verticale de sa partie supérieure A', tandis que sa partie inférieure B' présente une orientation telle qu'elle forme un angle obtus à avec l'orientation de la partie supérieure. La zone de transition à laquelle il est fait référence dans la présente invention et dans laquelle se trouve le méplat est définie comme la zone qui se situe de part et d'autre d'une ligne imaginaire, sensiblement transversale, qui coupe le sommet dudit angle obtus α.
Les dimensions du méplat 17 sont calculées de manière à assurer la protection recherchée à la base du contrefort et à sa jonction avec le talon, quelles que soient la largeur et la hauteur de ce dernier, tout en conservant au protège-contrefort conforme à la présente invention ses propriétés de souplesse et d'enveloppement du contrefort et d'au moins la partie supérieure d'un talon de chaussure.
En ce oui concerne la forme de l'envelopce concave, les parties supérieure A' et inférieure B', vues de face, sont sensiblement trapézoïdales et ont leur grande base en commun.
La petite base de la partie trapézoïdale supérieure A' constitue le bord supérieur 13 du protège- contrefort, qui est légèrement convexe pour s'adapter au bord supérieur du contrefort.
Les côtés latéraux de la partie supérieure A' constituent les bords latéraux 12', symétriques du protège- contrefort qui, vus de profil (cf. la figure 1) et du haut vers le bas, sont sensiblement définis par deux pentes successives d'angles aigus différents par rapport à la verticale, la pente supérieure étant plus faiblement inclinée sur la verticale que la pente inférieure, de façon telle que les bords latéraux 12' présentent un profil concave.
Les côtés latéraux 14', rectilignes et symétriques de la partie trapézoïdale inférieure B' constituent, conjointement avec sa petite base 11, le bord inférieur du protège-contrefort. Cette petite base 11, de liaison entre les segments 14' adjacents aux bords latéraux 12', est un segment central convexe.
La forme du protège-contrefort, telle que décrite et illustrée aux figures, permet d'envelopper le contrefort de manière à le protéger efficacement pendant la conduite d'un véhicule automobile.
Il s'est par ailleurs avéré que l'enveloppement des parties de chaussure à protéger peut encore être amélioré en donnant aux segments 14', adjacents aux bords latéraux 12', et éventuellement également à ces derniers, une orientation telle qu'ils fassent entre eux un angle légèrement obtus β ((cf. la figure 1).
En outre, dans un but de simplification de la fixation temporaire par lanière, il est proposé, conformément à la présente invention, de pourvoir cette lanière, 2', sur sa face interne, du côté de son extrémité libre 18, d'une bande d'accrochage 19 , du type "VELCRO ", qui coopère avec une languette d'adhésion 20 fixée à l'apposé de la fixation 3' de la lanière 2', au voisinage de la base du protège-contrefort, pour assurer la fixation temporaire réglable de ce dernier sur les éléments de chaussures à protéger.
Bien que la lanière 2' ait été représentée comme étant rapportée sur le protège-contrefort par la zone de fixation 3', il peut être avantageux de la réaliser en une seule pièce avec celui-ci. Parfois, il peut être aussi avantageux de fixer la lanière au protège-contrefort de manière amovible à ses deux extrémités. A cet effet, deux tétons, par exemple en matière plastique (non représentés), peuvent être solidarisés au protège-contrefort, notamment par emboîtement, par surmoulage, par soudure ou collage,la lanière (en matière élastique) étant pourvue de perforations destinées à recevoir les tétons et en assurer sa fixation réglable.
La fixation du protège-contrefort au contrefort peut être améliorée en disposant sur le bord supérieur 13 de l'enveloppe concave, deux crochets 8 propres à s'appliquer par chevauchement sur le bord supérieur du contrefort. La présence de ces deux crochets 8 stabilise la fixation temporaire du protège-contrefort, ce qui est un avantage par rapport à la fixation par simple lanière de l'Art antérieur.
Bien entendu, ces crochets 8, qui sont de préférence réalisés en matière plastique pour ne pas gêner la conductrice automobile, peuvent être fixés au protège-contrefort comme les tétons de fixation de la lanière amovible, à savoir par emboîtement, par surmoulage, par soudure ou collage.
Les crochets et les tétons peuvent avantageusement être réalisés en polyamide.
En outre, l'adaptation du protège-ccntrefcrt aux différentes dimensions de talons de chaussures peut être améliorée en dispesant sur le bord supérieur 13 du protège- contrefort une entaille axiale 9.
Il est facile de comprendre que c'est la réunion de toutes les caractéristiques du protège-contrefort selon l'invention, a savoir du méplat,des deux crochets et de la lanière de fixation ainsi que de sa forme et éventuellement de l'entaille axiale précitée qui rend apte le protège- contrefort à mieux exercer efficacement sa fonction de protection.
Ainsi que cela ressort de ce qui précède, l'invention ne se limite nullement à ceux de ses modes de réalisation et d'application qui viennent d'être décrits de façon plus explicite ; elle en embrasse, au contraire, toutes les variantes qui peuvent venir à l'esprit du technicien en la matière, sans s'écarter du cadre, ni de la portée de la présente invention. En particulier, bien que la forme du méplat ait été représentée comme étant rectangulaire, il est possible de la choisir parmi d'autres formes, telles que carrée, triangulaire (à sommet dirigé vers le haut ou vers le bas), trapézoïdale, pentagonale, hexagonale ou octogonale (à angles arrondis ou non), ou encore circulaire ou ovale.